Le Musée suisse de la psychiatrie à Berne

Dans un livre paru il y a quelques mois, plusieurs historiens et historiennes de la psychiatrie nous invite avec force à (re)considérer la « culture matérielle » qui, dans l’espace et dans le temps, a entretenu de manière extensive un rapport avec la santé mentale (Ankele et Majerus (dir.), 2020). Leur approche stimulante et leur travail convaincant nous incitent dès lors non seulement à prendre quelque distance avec l’historiographie traditionnelle, qui privilégie l’analyse des « écrits de psychiatres » (par exemple : les manuels scientifiques, les articles de revue, les mémoires autobiographiques, les correspondances professionnelles et privées), mais aussi à refuser de « fétichiser », encore et toujours, les mêmes artéfacts (par exemple : les camisoles de force, les instruments psychochirurgicaux, les appareils à électrochocs, les substances psycho-actives et, dans un autre registre, les créations symboliques des malades ou les œuvres d’Art Brut).

Ainsi, comme le suggèrent ces auteur·rice·s, élargir la focale d’observation à des productions matérielles du quotidien nous oblige à nous intéresser davantage à la « vie sociale » d’objets tels que les lits, les chaises, les portes et les clés, les baignoires, les sources artificielles de lumière, les systèmes d’alarme, les parcs et les jardins, les bâtiments, etc. ; c’est-à-dire à des « choses » qui, au sein de l’institution psychiatrique, « “font” quelque chose de l’espace et des gens » (Ankele et Majerus, 2020 : 11). Car c’est bien au travers de tous ces éléments que les malades et les soignant·e·s vivent et font vivre, jour après jour, la psychiatrie.

Cet appel à porter l’attention à la « physicalité » des objets de la discipline s’appuie en réalité, apprend-on dans l’ouvrage en question, sur les acquis pratiques et méthodologiques de trois moments-clés : d’abord, le développement du « tourisme noir » (dark tourism) qui date des années 1970. Grâce à l’exploration urbaine (urban exploration, ou urbex), on a de fait (re)découvert, petit à petit, des centaines d’asiles d’aliénés abandonnés – surtout aux États-Unis et en Italie –, où de nombreux objets prenaient la poussière.

Le deuxième moment-clé correspond ensuite au tournant matériel (material turn) des années 1980-1990, qui a émergé dans le champ de l’anthropologie et des sciences humaines et sociales (SHS). C’est effectivement à partir de cette époque que l’on s’est donné pour tâche, dans l’espace académique, non plus de comprendre à quoi sert tel ou tel objet, mais plutôt de saisir quel rôle actif il joue de façon dialogique dans les processus sociaux.

Pour finir, le troisième facteur contribuant à valoriser les artéfacts issus du domaine de la santé mentale coïncide avec l’institutionnalisation, dans les années 1990, de musées consacrés à l’histoire de la folie. C’est le cas du Musée suisse de la psychiatrie (Schweizerisches Psychiatrie-Museum Bern), dont j’aimerais ici retracer brièvement les origines et les transformations successives.

Les prémices

Tout commence en 1914 quand le psychiatre Walter Morgenthaler (1882-1965) participe à la 4e Exposition nationale suisse qui se tient à Berne. À l’occasion de cet événement, le médecin tient, au cœur du Pavillon dédié à la Santé, un stand célébrant en grande pompe la fin de l’« aliénisme » et la naissance de la « psychiatrie » moderne jugée alors plus « humaniste ». Pour attester de ce changement, Walter Morgenthaler réunit de multiples objets ayant appartenu à des soignant·e·s et à des malades interné·e·s dans divers établissements alémaniques.

Walter Morgenthaler (1882-1965). D’après Rolf Röthlisberger, « Die “Sammlung Morgenthaler” : einst-heute ! – morgen ? », Schweizerische Ärztezeitung, n° 25, 2001, p. 1358.

Une fois la manifestation terminée, le psychiatre décide de conserver sa « Collection » (« Sammlung ») dans un « petit musée » (« kleines Museum ») au deuxième étage du Neubau de l’Hôpital psychiatrique de la Waldau (Walter Morgenthaler, 1915). Une politique d’archivage rigoureuse est tout de suite mise en place. Celle-ci gravite autour de quatre catégories distinctes : les documents présentés pendant l’Exposition nationale suisse ; les supports de cours pour le personnel infirmier ; les archives de la Société suisse de psychiatrie ; et les productions symboliques des patient·e·s de la Waldau et d’ailleurs.

En comparaison des trois autres, la quatrième catégorie est davantage enrichie au fil du temps, compte tenu que Walter Morgenthaler voue son travail d’habilitation (venia legendi) à l’étude des dessins et des écrits des malades mentaux (Walter Morgenthaler, 1918). C’est à cet égard qu’il accumule de nombreuses pièces supplémentaires qu’il verse dans sa galerie et qu’il fait parfois visiter à des collègues venus de toute la Suisse. Quand il quitte la Waldau en 1920 pour diriger la clinique psychiatrique privée de Münchenbuchsee, le médecin continue, bon gré mal gré, à alimenter sa Collection, mais, au tournant des années 1930, le « petit musée » sombre peu à peu dans l’oubli.

Cartes rédigées par Walter Morgenthaler dans le but de classer les objets de sa Collection. D’après Rolf Röthlisberger, « Geschichte der Sammlung des Psychiatrie-Museums Bern », dans Michel Beretti et Armin Heusser (dir.), Der letzte Kontinent. Bericht einer Reise zwischen Kunst und Wahn. Ein Bilder- und Lesebuch mit Materialen aus dem Waldau-Archiv, Zurich, Limmat Verlag, 1997, p. 81.

La redécouverte

Il faut attendre 1963 pour que le nouveau chef du service technique de l’Hôpital psychiatrique Heinz Feldmann – serrurier de formation – redécouvre presque par hasard l’abondance des archives de Walter Morgenthaler, et les complète d’objets inédits reposant par-ci par-là à la Waldau. Rappelons à ce titre qu’avant 1963 le travail de maintenance et d’entretien des locaux de l’établissement relève exclusivement de la responsabilité des infirmiers-chefs, et non des concierges.

Heinz Feldmann dans les locaux des archives de la Waldau. D’après le film d’Hervé Nisic et Michel Beretti, La Beauté crue, RTS, Suisse, 2009.

Grâce à Heinz Feldmann, un patrimoine exceptionnel échappe à la destruction puisque, entre les années 1960 et les années 1990, la majorité des édifices du site bernois sont rénovés et désencombrés (Rolf Röthlisberger et Gurli Jensen, 2000).

C’est également à Heinz Feldmann que l’on doit, en mars 1987, la réalisation d’un inventaire – calqué sur le modèle des cartes de Walter Morgenthaler –, afin de répertorier les objets stockés dans les différents bâtiments de l’Hôpital et dans ses annexes.

En 1990, on se résout à accorder davantage de temps et davantage d’argent à ce projet de recensement et de conservation, en créant la Fondation du Musée de la psychiatrie (Stiftung Psychiatrie-Museum Bern). Les portes de l’institution n’ouvriront toutefois qu’en 1993, sous la direction du psychiatre Rolf Röthlisberger.

Musée suisse de la psychiatrie (Schweizerisches Psychiatrie-Museum Bern) sur le site de la Waldau.

Qu’en est-il du cinéma ?

C’est au gré de son travail de gestion des archives de l’Hôpital psychiatrique qu’Heinz Feldmann déniche dans plusieurs recoins de la Waldau, au mois de mars 1995, une centaine de pellicules 35 mm et 16 mm, qu’il ajoute au catalogue de la Collection du Musée. Après quoi il suit, le 6 novembre 1998 à Berne, un séminaire de sensibilisation à la préservation des archives cinématographiques, lequel est mis sur pied par le restaurateur de film Hermann Wetter (1935-2012) et l’historien du cinéma Roland Cosandey.

Par la suite, Heinz Feldmann fait un bref rapport de cette journée de formation à son employeur, Rolf Röthlisberger. Ce dernier mandate aussitôt Roland Cosandey pour estimer plus précisément les coûts d’une action de sauvegarde des bobines de la Waldau, rangées avec nonchalance dans des boîtes à cigares et dans des boîtes de film en carton ou en métal. Sur les conseils avisés de l’historien du cinéma, l’administrateur du Musée opte en fin de compte pour confier ces pellicules, sans leurs caméras, à la Cinémathèque suisse (CS) (Lausanne/Penthaz) – le dépôt étant parachevé au mois de novembre 2000.

Conclusion

Les pérégrinations et les trouvailles inouïes d’Heinz Feldmann dans les années 1990 témoignent donc d’un moment-clé de réflexion sur le statut et la fonction des films en tant qu’objets à part entière, c’est-à-dire en tant qu’objets dignes d’être inclus dans l’histoire officielle de la psychiatrie ainsi que dans l’histoire officielle du cinéma qui, « avec le tournevis en main » (Yves Citton, 2017 : 205), se confronte enfin à la réalité technique du médium. C’est en effet pendant cette période décisive que l’on prend au sérieux, pour la première fois au Musée de la Waldau, la « matérialité » du dispositif cinématographique. En sorte que, loin de se réduire à des projections éphémères appartenant à un passé révolu, les films deviennent aux yeux du concierge-curateur et du psychiatre-directeur un important matériau à sauvegarder ; un matériau qui, aujourd’hui, nous renseigne avantageusement sur l’exercice de la psychiatrie au quotidien, et la manière dont on image et dont on imagine la « folie » au XXe siècle.

Bibliographie

ANKELE, Monika et MAJERUS, Benoît (dir.), Material Cultures of Psychiatry, Bielefeld, Transcript, 2020.

CITTON, Yves, Médiarchie, Paris, Éditions du Seuil, 2017.

MORGENTHALER, Walter, « Übergänge zwischen Zeichnen und Schreiben bei Gesteskranken », Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie, vol. 2, n° 2, 1918, pp. 255-305.

MORGENTHALER, Walter, Bernisches Irrenwesen von den Anfängen bis zur Eröffnung des Tollhauses 1749, Berne, G. Grunau Verlag, 1915.

RÖTHLISBERGER, Rolf, « Die “Sammlung Morgenthaler” : einst-heute ! – morgen ? », Schweizerische Ärztezeitung, n° 25, 2001, pp. 1358-1361.

RÖTHLISBERGER, Rolf et GURLI, Jensen, Bernische Psychiatrie vor und nach dem Bau der Waldau. Ein Museumsführer, Berne, Stiftung Psychiatrie-Museum Bern, 2000.

RÖTHLISBERGER, Rolf, « Geschichte der Sammlung des Psychiatrie-Museums Bern », dans Michel Beretti et Armin Heusser (dir.), Der letzte Kontinent. Bericht einer Reise zwischen Kund und Wahn. Ein Bilder- und Lesebuch mit Materialien aus dem Waldau-Archiv, Zurich, Limmat Verla, 1997, pp. 78-85.

Des films pédagogiques pour le personnel infirmier en psychiatrie de la Waldau dans les années 1920-1930 ?

À partir du début du XXᵉ siècle, le métier d’infirmière en psychiatrie devient indissociable de celui de médecin-psychiatre. Car sans infirmières, pas de soins aux malades, et pas de surveillance au jour le jour pour celles et ceux qui représentent un danger pour eux-mêmes ou pour autrui. Pas de réformes thérapeutiques et institutionnelles, non plus.

Pourtant, peu de place a été accordée à ce métier dans les narrations classiques des historiennes et des historiens de la médecine ou de la psychiatrie. Pourquoi ce déni ?

C’est d’abord parce que cette profession dite « féminine » ne perpétue pas les récits hagiographiques des chroniqueuses et des chroniqueurs des temps jadis, centrés sur de grandes figures médico-scientifiques masculines qui, par bonté de cœur ou par génie thérapeutique, auraient « libéré » les « folles » et les « fous » de leurs « chaînes » — je pense notamment à l’aura dont bénéficiait et dont bénéficie encore l’aliéniste Philippe Pinel (1745-1826) dans l’histoire de la discipline.

C’est ensuite parce que le personnel infirmier en psychiatrie s’est constitué à partir d’une main-d’œuvre socialement déterminée et méprisée : celle des classes populaires. En effet, l’activité de « gardiennage » a longtemps été assurée par des femmes et des hommes issus de milieux défavorisés. Et la plupart du temps, dans ces espaces démunis et marginalisés, on se racontait peu, pour ne pas dire que l’on ne se racontait pas du tout. Sans journaux intimes et sans biographies permettant de faire résonner leurs voix, les infirmières et les infirmiers en psychiatrie ont, par conséquent, été privés d’un passé collectif et d’une mémoire commune.

Les choses ont malgré tout changé peu à peu au sortir de la Première Guerre mondiale quand le métier d’infirmière et d’infirmier en psychiatrie s’est professionnalisé, comme en témoigne, en Suisse, la création en 1922 de la revue Kranken- und Irrenpflege. Ce journal réunit tout de suite des infirmières et des infirmiers en psychiatrie, qui se sont syndicalisés après la Grève générale de 1918 (Landesstreik), ainsi que des médecins-psychiatres. Tous œuvrent alors ensemble dans le but d’améliorer la formation et les conditions de travail du personnel des asiles, des cliniques privées et des hôpitaux psychiatriques à l’échelle du pays. Au demeurant, leurs efforts se concrétisent en 1927 avec l’instauration des premiers examens nationaux dont la réussite octroie aux candidates et aux candidats un diplôme délivré par la Société suisse de psychiatrie (SSP).

On peut donc se réjouir que, depuis quelques années, des chercheuses et des chercheurs tentent de rendre visibles ces luttes et ces mobilisations (Sabine Braunschweig, 2013 ; Jérôme Pedroletti, 2004 ; Claude Cantini et al., 2000 ; Claude Cantini, 1999 ; Geneviève Heller, 2000 et 1996).

À la lecture de ces analyses, on constate toutefois que bon nombre d’exégètes se sont souvent intéressés qu’à certaines revendications et qu’à certains aspects de la vie quotidienne des infirmières et des infirmiers en psychiatrie, à l’instar des suivants : quelles étaient les doléances des premières associations défendant les intérêts des infirmières et des infirmiers en psychiatrie ?, Comment les différentes formations pédagogiques ont-elles été élaborées au niveau local puis harmonisées au niveau national ?, Quels étaient les rapports des infirmières et des infirmiers avec les malades ou avec les médecins ?, Quels traitements ces soignants pouvaient-ils administrer de manière autonome et en accord avec leurs supérieurs hiérarchiques ?, Comment étaient organisées concrètement leurs journées de travail ?, etc.

Mais, dans ces recherches, rien (ou presque) n’a été dit sur la place et le rôle des images (fixes ou animées), réalisés pour ou par des infirmières et des infirmiers en psychiatrie. Aucune analyse iconographique sérieuse n’a par exemple été faite sur les photographies illustrant les différentes versions du manuel en soins infirmiers du psychiatre Walter Morgenthaler (1882-1965), Die Pflege der Gemüts- und Geisteskranken (1930) (l’ouvrage est traduit en plusieurs langues — français, italien, espagnol — et connaît six révisions jusqu’en 1962).

Walter Morgenthaler et Oscar L. Forel, Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940, p. 120.
Walter Morgenthaler et Oscar L. Forel, Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940, p. 120.
Walter Morgenthaler et Oscar L. Forel, Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940, p. 156.
Walter Morgenthaler et Oscar L. Forel, Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940, p. 120.

Et quid du cinéma ? La question se pose, car il est vraisemblable que le médium, en tant qu’outil pédagogique (Audrey Hostettler, thèse en cours), ait été utilisé en Suisse par des psychiatres afin d’instruire le personnel infirmier. C’est en tout cas l’hypothèse que je souhaite ici mettre en crise à partir des archives de la Collection Waldau, déposées à la Cinémathèque suisse (CS).

Parmi les documents conservés au sein de l’institution, se trouvent effectivement, à côté des centaines de pellicules 16 mm du psychiatre Ernst Grünthal (1894-1972), cinq bobines 35 mm nitrate, datant des années 1920-1930.

Si ces pellicules ne comportent aucune indication tangible sur leur concepteur ou sur leur conceptrice, un faisceau d’éléments concordants me permet néanmoins d’avancer qu’il s’agit de séquences réalisées par Walter Morgenthaler en collaboration avec le psychiatre Oscar L. Forel (1891-1982).

Pellicules 35 mm nitrate, env. 1920-1930, Collection Waldau

Le lieu

Contrairement aux films d’Ernst Grünthal retrouvés au LAC (en jaune ci-dessous), les pellicules 35 mm nitrate sans nom ont été découvertes dans le Neubau de la Waldau — aujourd’hui rebaptisé Alte Klinik (en rose ci-dessous). Le bâtiment avait été construit en 1913 pour accueillir davantage de patientes et de patients sur le site de l’Hôpital psychiatrique bernois (soit 180 lits supplémentaires). Or c’est au troisième étage de cet édifice que se situaient les appartements de Walter Morgenthaler ; et donc une partie de ses archives personnelles.

En jaune : le Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC). En rose : le Neubau/Alte Klinik.

Il faut ajouter qu’avant son emménagement dans le Neubau en juin 1913, Walter Morgenthaler avait déjà effectué, entre 1906 et 1907, un stage à la Waldau dans le cadre de ses études. Une fois diplômé, il y avait été engagé en tant que médecin-assistant (1909-1910), et après coup en tant que 5ᵉ médecin de l’Hôpital (1913). Pendant cette période, il avait régulièrement donné des cours de perfectionnement, facultatifs puis obligatoires, au personnel infirmier (cours d’anatomie, cours de physiologie, ou cours sur l’histoire de la folie à travers les âges).

En outre, il s’agissait pour le psychiatre de sensibiliser les infirmières et les infirmiers aux progrès de sa spécialité médicale, sachant que les traitements dits « modernes » (la cure de sommeil, la malariathérapie, ou l’insulinothérapie) exigeaient un savoir-faire rigoureux.

Grâce à ces sessions didactiques, Walter Morgenthaler projetait également d’apprendre à ses étudiantes et à ses étudiants à identifier les symptômes de malades souffrant d’idiotie, d’hystérie, de schizophrénie, de kleptomanie ou encore de troubles des mouvements de la face, comme en témoignent à la fois la table des matières de son manuel en soins infirmiers et l’étiquette de la bobine d’un film 16 mm plus tardif retrouvé parmi les archives de l’Alte Klinik.

Walter Morgenthaler, Die Pflege der Gemüts- und Geisteskranken, Berne, Huber Verlag, 1930, p. XIII.
Walter Morgenthaler, Die Pflege der Gemüts- und Geisteskranken, Berne, Huber Verlag, 1930, p. XIV.
© Raphaël Tinguely, Film 16 mm, env. 1930, Cinémathèque suisse, Collection Waldau

La thématique

Les séances de formation organisées par Walter Morgenthaler avaient enfin pour objectif de permettre aux infirmières et aux infirmiers en psychiatrie d’accomplir des exercices pratiques en soins généraux : comment habiller et déshabiller un malade ?, Comment effectuer des tests d’équilibre ?, Comment faire un pansement ?, Ou comment positionner un patient ou une patiente sur une chaise percée ?

Sans surprise, toutes ces tâches apparaissent illustrées dans les différentes séquences des bobines 35 mm nitrate de la CS. Autour des patientes et des patients occupant toujours une position centrale dans le champ, on y voit de fait des infirmières en tablier, des infirmiers en veste de costume, et des médecins en blouse blanche qui s’affairent, en bordure de cadre, pour garantir la lisibilité des scènes tournées tantôt en extérieur, tantôt en intérieur : il s’agit à chaque fois de mettre en scène le « bon » mouvement des soignants face au mouvement « incontrôlé » et « incontrôlable » des malades. Autrement dit, le cinéma vise, ici, à faire œuvre d’exemplum pour le personnel soignant, en modelant avec application les gestes à adopter au quotidien.

Test d’équilibre, film 35 mm nitrate, env. 1920-1930, Cinémathèque suisse, Collection Waldau
Pose d’un corset, film 35 mm nitrate, env. 1920-1930, Cinémathèque suisse, Collection Waldau
Siège d’aisance, film 35 mm nitrate, env. 1920-1930, Cinémathèque suisse, Collection Waldau

Des projections

Un dernier élément m’autorise à penser que les pellicules 35 mm nitrate ont été conçues par Walter Morgenthaler et son collègue de la Waldau Oscar L. Forel, le second traduisant en français à l’automne 1930 le manuel de soins infirmiers du premier : ce sont des conférences avec projection, organisées par les deux psychiatres à la demande de l’Alliance suisse des samaritains (ASS).

Dans les années 1920, l’association de secouristes attachée à la Croix-Rouge met en effet sur pied quelques « séances éducatives » à propos d’enjeux liés à la santé mentale. C’est dans ces conditions qu’Oscar L. Forel présente, devant un parterre de samaritains à la salle Grenette à Fribourg le vendredi 13 octobre 1922 à 20h30, une communication payante sur les « maladies mentales et leur traitement », laquelle est accompagnée d’une projection de film.

Freiburger Nachrichten, 11 octobre 1922, p. 4.
Oscar L. Forel et les infirmières de la Waldau en 1920. Oscar L. Forel, La Mémoire du chêne, Lausanne, Éditions Pierre-Marcel Favre, 1980.

Si l’ASS est concernée par cette problématique, c’est parce que c’est à cette période que l’on décide de confier à la Croix-Rouge la responsabilité de former des secouristes et le personnel infirmier en Suisse. Car, à ce moment-là, il n’existe aucune réglementation sur la formation professionnelle pour un tel type d’activité, qui serait valable à l’ensemble du territoire helvétique. Ce n’est d’ailleurs qu’à partir du 26 juin 1930 qu’une loi fédérale définit les conditions-cadres de la plupart des apprentissages. Néanmoins, celle-ci exclut les professions tenues pour « féminines » (social, éducation, santé) ; et donc le métier d’infirmière en soins généraux ou en psychiatrie. C’est la raison pour laquelle la Croix-Rouge régit et régira la profession jusqu’à la révision de la loi en question en 1965.

Conclusion

Au terme de ces quelques considérations, on aura compris, je l’espère, que les archives de la Collection Waldau ont le mérite de ne pas se limiter à nous informer exclusivement sur l’histoire du film médical et psychiatrique, étant donné qu’elles éclairent aussi, de manière indiciaire, les liens qui unissent les réformes socio-professionnelles en Suisse au début du XXᵉ siècle et les usages du film dans le champ des soins infirmiers. Cela signifie que ces documents peuvent être appréhendés — et c’est là une très grande richesse — à l’aune de plusieurs branches de l’histoire : l’histoire des femmes, l’histoire des classes populaires, l’histoire de la pédagogie et, bien sûr, l’histoire des dispositifs de vision et d’audition.

Bibliographie

BRAUNSCHWEIG, Sabine, Zwischen Aufsicht und Betreuung. Berufsbildung und Arbeitsalltag der Psychiatriepflege am Beispiel der Basler Heil- und Pflegeanstalt Friedmatt, 1886-1960, Zurich, Chronos Verlag, 2013.

CANTINI, Claude, PEDROLETTI, Jérôme et HELLER, Geneviève, Histoires infirmières. Hôpital psychiatrique de Cery sur Lausanne, 1940-1990, Lausanne, Éditions d’En Bas, 2000.

CANTINI, Claude, Pour une histoire sociale et antifasciste. Contributions d’un autodidacte, Lausanne, Éditions d’En Bas, 1999.

FOREL, Oscar L., La Mémoire du chêne, Lausanne, Éditions Pierre-Marcel Favre, 1980.

HELLER, Geneviève, « Gardiens ou infirmiers ? La Société suisse de psychiatrie s’interroge dès 1920 », Archives suisses de neurologie et de psychiatrie, n° 151, 2000, pp. 34-43.

HELLER, Geneviève, « “L’œil et l’oreille du médecin”, les infirmiers psychiatries vers 1930 », Revue médicale de la Suisse romande, n° 116, 1996, pp. 893-900.

HOSTETTLER, Audrey, « Réformes scolaires et usages du film dans les écoles en Suisse durant l’entre-deux-guerres », Thèse en préparation, Université de Lausanne.

MORGENTHALER, Walter Morgenthaler et FOREL, Oscar L., Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940.

MORGENTHALER, Walter, Die Pflege der Gemüts- und Geisteskranken, Berne, Huber Verlag, 1930.

PEDROLETTI, Jérôme, La Formation des infirmiers en psychiatrie. Histoire de l’école cantonale vaudoise d’infirmières et d’infirmiers en psychiatrie, 1961-1996, Genève, Georg Éditeur, 2004.

Les films neuropsychiatriques d’Ernst Grünthal au Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau

(Résumé du projet de thèse sous la direction de Mireille Berton, MER-UNIL)

Les archives d’Ernst Grünthal (1894-1972) conservées par le Musée de la Psychiatrie de Berne constituent un patrimoine tout à fait exceptionnel puisqu’elles permettent de retracer l’histoire des films du psychiatre réalisés au sein du Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau entre 1934 et 1965.

C’est en effet au cours de ces années-là qu’Ernst Grünthal supervise et tourne, sur le site de l’hôpital psychiatrique de Berne, plus d’une centaine de courts et moyens métrages 16 mm mettant en scène des patientes et des patients qui souffrent de troubles psychiatriques ou neurologiques (dépression, alcoolisme, schizophrénie, démence sénile, troubles mnésiques, troubles du langage, maladie de Parkinson, chorée de Huntington, etc.).

La recherche a donc pour but de reconstituer la nature, le contexte et le rôle de ces films. Il s’agira de montrer de quelle manière le cinéma est intégré, au quotidien, dans les activités de recherches du LAC : comment Ernst Grünthal se familiarise-t-il avec le dispositif cinématographique ? Quel type de matériel mobilise-t-il ? Dans quel(s) but(s) fait-il appel au cinéma ? Quelle place occupent concrètement les patientes et les patients au moment des tournages ? Quels sont les principaux interlocuteurs et interlocutrices d’Ernst Grünthal à la Waldau et hors les murs de l’institution ? Quelles sont les conditions de diffusion et de circulation de l’ensemble des films du psychiatre à l’échelle de la Suisse ?

À partir de ces analyses, il faudra ensuite mener une réflexion théorique plus critique sur l’emploi du « film utilitaire » (film qui vise à faire passer un message) et du « film éphémère » (film qui possède une durée de vie très courte) dans le champ de la neuropsychiatrie. Trop souvent négligées dans l’historiographie classique, ces catégories offrent de fait la possibilité de saisir les enjeux pratiques, discursifs et épistémologiques, caractéristiques du cinéma de non-fiction et du cinéma non-commercial auxquels on peut aisément rattacher les films du LAC.

Enfin, il s’avérera utile de se pencher plus avant sur les politiques d’archivage de l’hôpital psychiatrique bernois qui ont permis de sauvegarder de nombreuses pellicules très fragiles des assauts du temps. Cette volonté de préservation se trouve notamment incarnée par le célèbre psychiatre de la Waldau Walter Morgenthaler qui, dès le tournant des années 1900, en appelle à la création d’un centre d’archives national réunissant les artéfacts de divers asiles, hôpitaux et cliniques psychiatriques.

Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau (env. 1950)