[Travaux d’étudiant·e·s] A Nurse’s Day with the Mentally Ill (1943)

Réalisée par deux étudiant.e.s de Master, Erika Castrillón Morales et Dimitri Hausammann, cette fiche présente un film utilitaire montrant les étapes de la thérapie par choc insulinique – méthode utilisée en psychiatrie entre les années 1930 et les années 1960. On y voit en particulier un jeune homme métamorphosé par le traitement : d’abord catatonique et mutique, il se transforme en une personne souriante, pleine d’énergie, comme l’illustre la séquence de combat de boxe. A Nurse’s Day with the Mentally Ill est représentatif d’une série d’autres films européens et américains destinés à informer le corps médical du déroulement d’une thérapie assez technique, exigeant une attention soutenue et des soins rapprochés de la part des soignants. Il a également pour fonction de valoriser le métier d’infirmier et infirmière en psychiatrie et de convaincre de potentielles recrures de rejoindre ce secteur professionnel, négligé au profit d’autres spécialistes médicales. Ce travail découle d’une collaboration avec l’équipe de la plateforme MEDFILM de l’Université de Strasbourg, notamment le prof. Christian Bonah et Elisabeth Fuchs. C’est pourquoi cette fiche sera prochainement accessible sur ce site consacré à l’histoire du film médical et sanitaire.

A Nurse’s Day with the Mentally Ill

Pays de production : États-Unis

Société de production : Psychological Cinema Register of the Pennsylvania State College

Conseil scientifique : Abram Elting Bennett (1898-1985)

Durée : 00:14:20

Format : Muet – Noir et Blanc – 35mm

Langues d’origine : Anglais

Sous-titrage et transcription : Français

Archives détentrices : United States National Library of Medicine

*******************************************************************************

  1. Générique d’ouverture (éléments principaux)

Le film s’ouvre sur le titre du film, A Nurse’s Day with the Mentally Ill. Il est directement suivi d’un intertitre qui annonce la première partie du film : « Nursing care in hypoglycemic shock therapy » (« soins infirmiers dans le traitement par choc hypoglycémique ») (00:01), plus communément connu sous le nom de cure de Sakel en français. Un deuxième intertitre annonce la présentation d’un patient catatonique avant traitement. Il est suivi de trois plans-poitrine du patient en question. Le générique ne contient pas d’informations concernant le personnel, ni les organismes engagés dans la production du film. Il mentionne uniquement « Reel II » en sous-titre, ce qui peut laisser penser que le film est composé de deux parties.

  1. Contenus

2.1. Sujet : Présentation de soins infirmiers sur des patient·e·s atteints de troubles psychiques dans le cadre de la thérapie par choc insulinique et médicamenteux. Les soins sont suivis d’activités récréatives et occupationnelles proposées aux patient·e·s.

2.2. Genre dominant : Documentaire

A Nurse’s Day with the Mentally Ill

2.3. Résumé détaillé

Le film utilitaire A Nurse’s Day with the Mentally Ill met en valeur le travail des infirmières dans le cadre de thérapies de choc pour le traitement de la schizophrénie, une maladie pour laquelle les remèdes sont très rares. Le film est structuré en fonction d’une journée de travail au fil de laquelle s’enchaînent différents gestes de soin et activités. 

Dans la première partie, le film montre l’état de patients alors qu’ils reçoivent un traitement par choc insulinique. Filmé en plan poitrine, un jeune homme est montré dans un état catatonique : d’abord prostré, les yeux fermés, puis les bras levés, il est ensuite mis debout grâce au soutien d’infirmiers et réalise quelque pas en direction de la caméra. Il s’agit de mettre en évidence la rigidité de ses membres, son inertie motrice et sa passivité. Deux cartons annoncent le choc insulinique et ses effets : « Large doses of insulin are used to produce hypoglycemia (« on utilise de fortes doses d’insuline pour provoquer une hypoglycémie ») (01:03), puis « Showing various stages of coma » (« divers stades du coma ») (01:08). Plusieurs plans, entrecoupés par des ellipses, montrent les réactions du patient. Filmé sur son lit en plan rapproché et selon des angles de prise de vue variés, le patient agité manque de tomber du lit et est atteint de tics et de grimaces (indices des effets du traitement). Une infirmière apparaît parfois à l’écran pour le soutenir ou vérifier ses constantes, une manière de suggérer son rôle central durant la cure. Deux cartons insistent justement sur le rôle joué par le corps infirmier, dont dépend étroitement la réussite de la cure : « Efficient nursing management as an absolute requisite for successful treatment » (« la réussite du traitement dépend de l’efficacité du travail des infirmières ») (03:06),  puis « Insulin shock therapy treatment takes 4 to 5 hours of attending nurse’s time. She is constantly busy observing the temperature, pulse, and physical and emotional reactions of the patient » (« une séance d’insulinothérapie monopolise une infirmière pendant 4 à 5 heures. Elle observe constamment la température, le pouls et les réactions physiques et émotionnelles du patient ») (03:14). La thérapie par choc insulinique implique donc des soins continus et rapprochés. Le corps infirmier travaille en équipe avec un médecin qui est présent lors de certaines phases du traitement, lequel se termine avec le resucrage nécessaire au patient pour sortir du coma insulinique. Ce moment est marqué par un état d’euphorie, comme le montre un plan poitrine sur le patient perçu au début du film et qui affiche un grand sourire aux côtés de l’infirmière (« Showing a typical euphoric reaction upon termination of shock » ; « réaction euphorique caractéristique après qu’on a mis fin à l’état de choc »). On note que cette partie du film montre deux patients différents : ce jeune homme et un homme plus âgé à qui on met la sonde pour la phase de resucrage, comme indiqué dans l’intertitre « Glucose in some form is used to terminate hypoglycemia » (« du glucose, sous une forme ou une autre, sert à mettre fin à l’hypoglycémie ») (04:09).

A Nurse’s Day with the Mentally Ill

La deuxième partie du film montre un autre patient prêt à subir une thérapie de choc après administration de Métrazol (et de curare qui permet de prévenir les lésions entraînées par les secousses des membres) (« the administration of convulsive shock therapy », « convulsivothérapie » (05:42). Un carton précise que cette technique n’est plus vraiment en usage dans ces années-là : « An early method of straight metrazol convulsion which is no longer in use » (« convulsion provoquée par l’administration de Métrazol seul. Cette méthode [l’une des premières] n’est plus pratiquée de nos jours ») (05:51). On peut dès lors s’interroger sur la pertinence d’inclure cette thérapie dans le film, alors qu’on s’attend plutôt à voir une séance d’électroconvulsivothérapie, qui permet d’illustrer d’autres gestes du personnel infirmier. On y voit une infirmière bandant la tête d’un patient pour le protéger des effets de convulsion et placer un mors dans sa bouche pour éviter qu’il ne se morde la langue. Un carton indique la sévérité du traitement « Patient receiving Metrazol after curare, showing marked diminution of severity of convulsion which prevents fractures and dislocations » (« les convulsions sont nettement moins fortes chez les patients à qui on administre du curare avant le Métrazol ce qui prévient fractures et luxations ») (07:31). Après les convulsions, le patient se repose.

A Nurse’s Day with the Mentally Ill

La troisième partie du film présente les thérapies occupationnelles et récréatives, complémentaires aux traitements de choc. Un carton mentionne les bienfaits d’un repas collectif, auquel succède des images de patient·e·s en train de manger : « The common dining room and well-prepared food are helpful aids in group adjustment » (« le réfectoire commun et les repas préparés avec soin facilitent l’intégration dans le groupe ») (08:33). Un intertitre explique que la thérapie occupationnelle est importante pour créer chez les patient·e·s un sentiment de satisfaction (« Occupational therapy ; by providing a stimulus for creative thought and action, creates feeling of satisfaction and contentment » ; « ergothérapie. En stimulant les pensées et les activités créatives, on provoque des sentiments de satisfaction et de contentement ») (09:29). Les patient·e·s occupent leur temps avec des activités manuelles : les femmes font de la couture, du tricot, de la peinture, tandis que les hommes réalisent des travaux de menuiserie. L’équipe soignante accompagne les patient·e·s dans ces activités et les assiste dans les activités plus compliquées, comme celle qui consiste à utiliser un métier à tisser. La thérapie récréationnelle, indique un carton, contribue à connecter les patient·e·s avec la réalité : « Recreational therapy, by arousing interest, providing energy outlet and contact with reality helps to reestablish self confidence » (« thérapie récréative. En éveillant l’intérêt, en canalisant l’énergie, en favorisant le contact avec la réalité, on contribue au retour de la confiance en soi ») (11:42). Boxe, pic-nic en plein air, lecture, radio, jeu de cartes, d’échecs et de dames, danse, toutes ces activités attestent d’un retour à une vie normale, soulignant les effets positifs et « magiques » de la thérapie.

2.4. Contexte

Le film A Nurse’s Day with the Mentally Ill est produit en 1943, à une époque où l’insuline, isolée en 1921 et commercialisée en 1923, est utilisée pour traiter le diabète sucré grâce à son action hypoglycémiante. Les compagnies pharmaceutiques investissent alors des ressources importantes dans ce domaine, avec un succès certain (Scheen et Lefèbvre 2021). Notant, un peu par hasard les potentialités curatives de cette hormone, alors qu’il s’intéresse à traiter la morphinomanie, le médecin autrichien Manfred Sakel (1900-1957) met en point entre 1928 et 1933 la thérapie par coma insulinique. Elle est administrée à des patient·e·s souffrant de schizophrénie, catatonie et psychose, lesquels se trouvent soulagés par les effets calmants des chocs hypoglycémiques (Caire 2019, 182-183). Les experts font alors l’hypothèse que « le coma provoque la destruction des connexions neuronales pathologiques ou des cellules cérébrales dont le métabolisme est affaibli par des agents toxiques » (Caire, 2019, 183), conformément à la conception biologique du psychisme répandue durant la première moitié du XXe siècle. Patrick Lemoine, un psychiatre, ancien praticien hospitalier et directeur d’enseignement clinique, explique : « il y avait [une idée] qui consistait à penser qu’un choc, une émotion, pouvait mener à la folie et que, par conséquent, un autre choc comparable, voire identique, pouvait mener à la guérison » (Lemoine 2016). Le coma insulinique est donc utilisé pour créer ce choc jugé utile à l’amélioration de l’état mental, à l’instar d’autres convulsivothérapies, notamment l’électrochoc. À noter que le pronostic est favorable surtout pour les patient·e·s traités précocement, sur les six premiers mois de la maladie, et à raison de nombreuses sessions. La cure de Sakel constituera le remède le plus utilisé dans le traitement des troubles psychotiques jusqu’à l’apparition et la diffusion des neuroleptiques dans les années 1950-1960.

2.5. Éléments structurants du film

  • Images de reportage : Oui.
  • Images en plateau : Non.
  • Images d’archives : Non
  • Séquences d’animation : Non.
  • Cartons : Oui.
  • Animateur : Non.
  • Voix off : Non.
  • Interview : Non.
  • Musique et bruitages : Non.
  • Images communes avec d’autres films : Non.

2.6. Comment le film dirige-t-il le regard du spectateur ?

Ce film a une visée à la fois informative, formative et promotionnelle. L’enjeu consiste à démontrer l’efficacité des thérapies utilisées sur des patient·e·s jugés difficiles à traiter, mais aussi à souligner le professionnalisme du personnel médical. Pour commencer, le film fournit des informations sur les soins infirmiers dans le domaine de la psychiatrie. Il propose également un modèle à suivre en présentant des gestes effectués par des infirmiers·ères professionnels. Dans ce sens, il constitue un outil de formation et de recrutement, la branche de la psychiatrie attirant moins que d’autres domaines plus légitimités de la médecine. Enfin, il met en valeur le travail des infirmiers·ères. Celui-ci demande des compétences techniques pointues, une capacité d’observation et une aisance dans les rapports sociaux lorsqu’il est question d’accompagner les patient·e·s dans des activités ludiques. Le film suggère ainsi qu’être infirmier·ère en psychiatrie exige un savoir-faire et un savoir-être particuliers.

Le film adopte un ton informatif, comme l’illustrent les intertitres expliquant les situations et donnant des précisions au sujet des thérapies. De ce point de vue, il emploie une rhétorique médicale pour décrire et convaincre le public de la dimension scientifique du traitement (Panese 2009). La juxtaposition des images avant/après traitement est particulièrement éloquente sur ce registre. À travers des plans de patient·e·s totalement rétablis (ils ne montrent aucun signe de faiblesse mentale et physique et se confondent presque avec le personnel médical – si celui-ci n’était pas vêtu de blanc), il s’agit d’afficher clairement l’efficacité de la thérapie et les compétences des soignant·e·s.

A Nurse’s Day with the Mentally Ill aspire également à donner une image vraisemblable des thérapies de choc. On est loin du regard hollywoodien où celles-ci sont représentées comme des méthodes punitives. Dans le film Shock (Alfred L, Werker, 1946), par exemple, les protagonistes (un psychiatre et son amante, infirmière dans sa clinique privée) cherchent à provoquer une surdose d’insuline pour mettre au silence une femme qui en sait trop sur leurs agissements criminels. Dans le documentaire, au contraire, le personnel infirmier est représenté comme compétent et bienveillant, prêt à aider les malades tout au long du traitement. L’insulinothérapie est donc placée du côté de la préservation de la vie, et non du crime, comme dans le cinéma de fiction.

Photographie de plateau (Shock, Werker, 1946)

2.7. Comment la santé et la médecine sont-elles présentées ?

Le soin aux malades est au centre du discours filmique. Le film met l’accent sur l’efficacité de méthodes destinées à soulager les patient·e·s atteints dans leur santé mentale. Outre les procédures médicales, il montre les patient·e·s alors qu’ils·elles s’adonnent à des activités laborieuses ou récréatives. Travaux manuels, sport, jeux de sociétés et repas en commun sont couronnés de sourires, signes manifestes d’un équilibre psychique retrouvé. Les dernières secondes du film sont emblématiques des bienfaits de la cure (on voit les patient·e·s danser, puis partager un en-cas). Un tel résultat requiert bien entendu une méthode thérapeutique ad hoc, mais aussi et surtout un personnel soignant qualifié. On retrouve ce personnel soignant au fil de la cure et lors des activités récréatives, cette proximité entre malades et professionnels de la santé, suggère le film, constituant un gage de réussite. Bien que lourd et éprouvant, un tel traitement par choc insulinique est compensé par le côté humain qui l’entoure. C’est du moins ce que disent les images qui évitent d’aborder les aspects problématiques d’un tel traitement, dont le taux de rémission très faible chez les malades chroniques et les accidents possibles (impossibilité de sortir du coma).

  1. Diffusion et réception

3.1. Où le film est-il projeté ? On peut supposer que le film a été projeté au personnel infirmier dans le cadre des écoles d’infirmiers associées aux institutions hospitalières.

3.2. Communications et événements associés au film

3.3. Public : ce documentaire s’adresse au personnel médical, ainsi qu’au personnel infirmier. D’une part, il s’agit de convaincre les médecins du bien-fondé scientifique et des effets positifs des remèdes employés. D’autre part, il est question de favoriser le recrutement du personnel infirmier dans les soins psychiatriques. Ainsi, ceux et celles qui apparaissent dans le film sont présentés comme hautement qualifiés et ayant un rôle déterminant dans la guérison des malades. L’objectif est donc d’informer, de convaincre, mais aussi de créer des vocations parmi le personnel hospitalier.

3.4. Audience : personnel soignant

A Nurse’s Day with the Mentally Ill
  1. Descriptif libre

Ce film rend compte non seulement d’une pratique thérapeutique typique de psychiatrie biologique moderne, mais aussi d’une confiance dans la possibilité de guérir les malades mentaux atteints de schizophrénie, un trouble jugé quasiment incurable. Destiné à un public de spécialistes, il sert à présenter le protocole de la cure, ses instruments, ses gestes, ses effets, ainsi qu’à convaincre de l’efficacité d’une méthode sur des patient·e·s souvent jugés incurables –– une méthode d’ailleurs controversée.

Dès ses origines, cette thérapie ne fait pas consensus dans le champ de la psychiatrie (Adams, 2014 ; Freudenthal & Moncrieff, 2022). De nombreux échanges entre spécialistes témoignent d’un scepticisme à l’égard de l’insulinothérapie et, plus particulièrement, de ses qualités curatives, de son protocole, de son « choix » de patient·e·s schizophrènes, de son indifférence aux conséquences sur le long terme, etc. Pour les plus critiques, la technique est considérée comme barbare, inhumaine, non fondée scientifiquement. Cette méfiance s’explique en partie par le contexte de la Seconde Guerre mondiale, puisque à l’époque les ressources glycémiques sont très précieuses, nécessitant une carte de rationnement (pour mettre fin au coma insulinique, les infirmier·e·s font ingérer aux patient·e·s une solution glycémique qui dépasse le rationnement autorisé par individu). Ce traitement est également critiqué pour sa dimension expérimentale, le coma insulinique n’ayant pas encore fourni de preuves tangibles quant à son efficacité. Les cas de rémissions partielles ou totales sont non seulement qualifiés d’aléatoires, mais sont potentiellement imputables à des facteurs externes. Par extension, le travail des psychiatres est perçu comme une expérience de laboratoire, qui conduit à entretenir avec les patient·e·s une relation de proximité ambigüe.

Après les années 1950, lorsqu’elle sera écartée au profit des neuroleptiques, l’insulinothérapie sera entourée d’une « aura de honte et de silence » (Doroshow 2007, 217), y compris chez ses partisans, alors que la chlorpromazine ne s’avère pas plus efficace. Selon Doroshow, les résistances s’expliquent surtout par la dimension biologique d’un traitement basé sur une molécule acceptée par la communauté scientifique, et qui permet à la psychiatrie de rejoindre le champ de la médecine traditionnelle (Doroshow 2007, 215). Pour beaucoup de psychiatres, la cure insulinique est une lueur d’espoir face à la schizophrénie (Shorter & Healy, 2007). S’il s’agit d’une époque où cette maladie est bien connue, les médecins possèdent peu, voire aucun moyen efficace de la guérir ou la soulager (Doroshow 2007, 221). Dans un tel contexte, la cure insulinique se distingue des thérapies telles que la lobotomie, en ce qu’elle est perçue comme rassurante, offrant un suivi rapproché des malades sur plusieurs semaines (Doroshow 2007, 214). En outre, elle est administrée exclusivement à des patient·e·s hospitalisés et non aux patient·e·s externes (elle ne peut pas être administrée de manière ambulatoire), ce qui conduit à l’aménagement de locaux spécifiques et à la formation d’un personnel spécialement formé. C’est pourquoi l’insulinothérapie participe en partie à la restructuration des hôpitaux psychiatriques qui auront désormais une unité spécifiquement dédiée – l’unité insulinique, un espace régi par ses propres règles, protocoles, instruments rythmes, objectifs, avec son personnel exclusif. Comme l’explique Doroshow, l’insulinothérapie a surtout été, durant plus de deux décennies, une méthode dont l’efficacité est surtout collective (Doroshow 2007, 218), car due à la création d’un espace commun où l’équipe soignante et les patient·e·s collaborent pour lutter contre une maladie réputée récalcitrante à tous soins (Doroshow 2007, 219). L’attention constante des soignant·e·s, la régulation du milieu, la routine, l’effet thérapeutique qui découle des liens interpersonnels, l’intensité à la fois de la cure et de sa réussite (quand elle est avérée), le sentiment des médecins de pouvoir être véritablement utiles, tous ces éléments contribuent à créer un climat favorable à la rémission des patient·e·s (Doroshow 2007, 238-39).

La cure de Sakel mobilise un personnel spécialisé (Wikipédia) A. Induction du coma B. Le réveil du coma hypoglycémique (Copyright ©Priory Lodge Education Ltd 1994–2004). Source

Bibliographie

Ouvrages

BONAH Christian et alii, Health Education Films in the Twentieth Century, Rochester : Rochester University Press, 2018.

CAIRE, Michel, Soigner les fous : histoire des traitements médicaux en psychiatrie, Paris, Nouveau Monde, 2019, pp. 181-189.

SHORTER, Edward & HEALY, David, Shock Therapy. A History of Electroconvulsive Treatment in Mental Illness, Toronto : University of Toronto Press, 2007.

Articles

ADAMS, John, « The nursing role in the use of insulin therapy for schizophrenia in Britain, 1936-1965 », Journal of Advanced Nursing, vol. 70, n°9, 2014, 2086-2094> lien

DOROSHOW Deborah Blythe, « Performing a cure for schizophrenia: insulin coma therapy on the wards », Journal of the history of medicine and allied sciences, vol. 62, n°2, 2007, p. 213-243.

FREUDENTHAL, Robert & MONCRIEFF, Joanna, « ‘A landmark in psychiatric progress’? The role of evidence in the rise and fall of insulin coma therapy », History of Psychiatry, vol. 33, n°1, 2022, 65-78.

LEMOINE Patrick, « La folle histoire des thérapies de choc », La Folle histoire des idées folles en psychiatrie, 2016, p. 133-149,

MARÉJUS Benoît, « Surveiller, punir et soigner ? », Histoire, médecine et santé, n ° 7 , 2015, p. 51-62.

PANESE, Francesco, « Décrire et convaincre : rhétoriques visuelles de la cinématographie médicale », Gesnerus, vol. 66, n°1, 2009, p. 40-66.

SCHEEN André J. et LEFÈBVRE Pierre J., « L’épopée des insulines des années 1930 aux années 1980 », Médecine des Maladies Métaboliques, vol. 15, n° 3, 2021, p. 3S25-3S31.

TREIBER Linda A.  et JONES Jackie H., « The care/cure dichotomy: nursing’s struggle with dualism », Health Sociology Review, vol. 24, n°2, 2015, p.152-162.

Contributeurs

Erika Castrillón Morales et Dimitri Hausammann, sous la direction de Mireille Berton

[Colloque] Médiatiser et déstigmatiser le folie dans la seconde moitié du 20ème siècle

Le 20 et 21 septembre 2023 se tient à l’Université de Strasbourg, sous la direction de Marianna Scarfone, un colloque consacré à la médiatisation et à la déstigmatisation du trouble mental.

Voici son descriptif : “Ce colloque international se propose de réunir des perspectives multiples autour de la façon dont la folie et ses formes de prise en charge ont été médiatisées et discutées dans l’arène publique dans un contexte marqué, en France comme dans d’autres pays d’Europe, par de profondes transformations du champ de la psychiatrie et des politiques de santé mentale”.

Affiche du colloque Médiatiser et déstigmatiser la folie

Il réunit plusieurs chercheurs-euses issus de divers horizons, dont Isabelle von Bueltzingsloewen, Hervé Guillemain, Jean-Christophe Coffin, Fanny Bieth, Juliette Naviaux, Joël Danet et bien d’autres. Les médias abordés vont de la photographie au film, en passant par la télévision.

De quoi se réjouir de voir de plus en plus de place accordée, dans le domaine des humanités médicales, aux médias audiovisuels qui participent, eux aussi, à l’histoire et à la culture matérielle de la psychiatrie.

Le colloque est rattaché au laboratoire SAGE UMR7363 de l’Université de Strasbourg, laquelle est l’une des partenaires du projet Waldau à travers le prof. Christian Bonah.

Pour en savoir plus : https://dhvs.unistra.fr/agenda/evenement/news/colloque-la-cause-des-malades-mentaux-mediatiser-et-destigmatiser-le-folie-dans-la-seconde-moit/

MB

[Note de recherche] Filmer le trouble (neuro)psychiatrique au XXe siècle : du corps à la parole du sujet ?

Lors de sa conférence « From diseased and sportive bodies: some reflections on grammars of media and its technologies » (ERC Final Conference « The Healthy Self as Body Capital », février 2022), Anja Laukötter a distingué deux tendances qui traversent l’histoire des représentations audiovisuelles du corps. Avant la Seconde Guerre mondiale, les films éducatifs et scientifiques véhiculent leur message à travers une structure dramaturgique simple et une rhétorique redondante : textes, sons, mais surtout images (microcinématographie, graphiques, animation didactique, etc.) jouent avec les émotions du public dans le but d’influencer son comportement face aux problèmes sanitaires et sociaux soulevés. L’enjeu consiste à faire peur, voire à dégoûter via des images crues ou choquantes, de sorte à créer une prise de conscience salutaire (pensons aux films antisyphilitiques).

Cette manière de mettre en scène les connaissances relatives au corps devient obsolète à partir des années 1970-1980 : le corps n’est plus visualisé mais « parlé », précise Anja Laukötter, qui donne comme exemple les programmes TV sur le virus VIH. Si les productions audiovisuelles de la seconde moitié du XXe siècle font disparaître le corps des écrans, c’est notamment parce que l’éducation à la santé s’adosse à un savoir fourni par la psychologie — les psychologues accédant à un statut d’experts incontournables.

Fig. 1

Ce passage d’un corps visualisé à un corps « évoqué » par la parole du sujet épouse en partie l’évolution de l’histoire des disciplines chargées d’examiner et de traiter les maladies nerveuses et psychiques. Alors que durant la première moitié du XXe siècle, les films de médecins portent une attention toute particulière aux dysfonctionnements du corps (Fig. 1), dès les années 1950, la caméra devient plus attentive à la parole des patient·e·s et aux troubles du langage, comme l’illustre la pratique de l’entretien filmé dans le cadre de films « médico-pharmaceutiques » (Bonah & Danet 2017).

Différents facteurs expliquent ce glissement, les uns en lien avec l’histoire des technologies d’enregistrement, les autres avec l’histoire des sciences du psychisme : l’émergence de nouveaux appareils de prises de vue et de son synchrones, l’impact des « nouveaux » cinémas soucieux d’authenticité, la remise en question du rôle des institutions psychiatriques, l’institutionnalisation du film psychiatrique soutenu par les entreprises pharmaceutiques, et peut-être aussi le prestige de la psychanalyse. C’est ce que Christian Bonah et Joël Danet nomment le « moment anthropologique » du cinéma médical utilitaire, notamment en référence aux films réalisés par Éric Duvivier en collaboration avec des médecins (Bonah & Danet 2017 ; Bonah 2019).

Fig. 2

Ce type de film témoigne d’une approche psychologique du patient et de sa relation avec le médecin, attentive aux gestes, regards, réactions, etc. de l’un et de l’autre. La manière de filmer ces entretiens rappelle à bien des égards le modèle du cinéma direct : immersion de l’équipe de filmage dans l’univers, dépouillement de la mise en scène, montage long, dialogues pris sur le vif, etc. On peut se demander à cet égard à quel point la télévision n’a pas aussi joué un rôle dans ce mouvement conduisant de la visualisation à l’écoute du corps malade (Fig. 2).

Fig. 3

Qu’en est-il des films réalisés dans les institutions cliniques et hospitalières suisses, et plus particulièrement à la Waldau ? Globalement, ils suivent la même évolution mise en évidence par Anja Laukötter. Durant la première moitié du XXe siècle, de nombreux films cherchent à capter les symptômes des malades dans leurs manifestations somatiques. Les médecins ont une approche commune des patient·e·s atteint·e·s de maux neurologiques, psychiatriques et neuropsychiatriques – malades qui ne sont pas encore strictement séparé·e·s dans les hôpitaux helvétiques. Il s’agit d’observer les troubles de mouvement — lesquels concernent un large spectre de maladies mentales — et parfois leur modification au fil du temps.

Au LAC (Laboratoire d’anatomie cérébrale), Ernst Grünthal filme par exemple la rigidité des mouvements d’un patient atteint d’un syndrome parkinsonien post-encéphalitique, selon la logique d’un récit « avant/après traitement » censé faire la démonstration d’une amélioration grâce à un médicament (Fig. 3). Formé en tant que psychiatre, mais adepte d’une vision neurobiologique des troubles psychiques (alors souvent amalgamés aux troubles purement neurologiques), Grünthal place au centre de son système théorique et de sa pratique filmique le cerveau humain, qu’il étudie essentiellement à travers l’examen du comportement et de ses aléas (Tinguely 2020).

Dès les années 1950, apparaissent dans les collections Waldau des films sonores qui contiennent des entretiens entre médecins et patient·e·s (les bandes-sons n’ont malheureusement pas, à ce jour, été retrouvées). Filmés parfois devant un rideau, assis autour d’une table basse, les patients en tenue de ville s’entretiennent avec un médecin en blouse blanche (Fig. 4).

Fig. 4

Ce choix de « mise en scène » est aussi présent dans des films plus tardifs, tels ceux destinés à l’enseignement de cas cliniques, à l’instar de Symptomatologie hystérique (Éric Duvivier & André Féline, 1971), dont le but est de montrer comment les symptômes d’une névrose hystérique peuvent s’exprimer somatiquement (Fig. 5).

Fig. 5

Le principe de l’entretien filmé se combine souvent à l’observation du corps en mouvement, le·la patient·e étant libre d’arpenter la pièce, de fumer, de se lever, s’asseoir, etc. Les changements d’échelle de plans, tantôt plus rapprochés, tantôt plus larges, témoignent de cette focalisation variable sur le corps, le langage, les expressions, le discours du sujet. Certains films alternent même les modalités d’observation des symptômes, passant de l’écoute du patient au test de ses réflexes primaires, comme celui de la succion. D’autres encore « écoutent » les malades à leur chevet, visiblement en état d’agitation, comme en atteste le micro tenu par l’une des infirmières (fig. 6). C’est pourquoi il convient de parler de tendances qui s’ajoutent les uns aux autres et qui parfois s’hybrident, plutôt que de passage – même progressif – d’un paradigme à l’autre.

Fig. 6. Collections Waldau, années 1950 © Psychiatrie-Museum Bern/Cinémathèque suisse

Par ailleurs, il y a fort à parier que si le corps est au centre des films (neuro) psychiatriques, la parole (indicative tout autant de pathologie que de la vie affective) n’a jamais été négligée par les médecins, d’une part parce qu’elle s’inscrit dans le corps, d’autre part, parce qu’elle est susceptible de faire l’objet d’une retranscription jugée complémentaire à une documentation de type audiovisuel.

L’évolution d’une monstration du corps à l’écoute du sujet mérite donc d’être nuancée, tant les pratiques et les objectifs visés sont divers selon les contextes. Mais elle a le mérite de tracer un axe qu’il convient de garder à l’arrière-plan de nos analyses, en ce qu’elle nous rappelle le rôle joué par l’histoire des technologies d’enregistrement, ainsi que l’histoire des approches de la maladie mentale, dans la manière de filmer les troubles (neuro)psychiatriques.

Références

Christian Bonah, « “Réservé strictement au corps médical” : les sociétés de production audiovisuelle d’Éric Duvivier, l’industrie pharmaceutique et leurs stratégies de co-production de films médicaux industriels, 1950-1980 », Cahiers d’histoire du Cnam, 2019, vol. 12, n° 12, pp. 133-158.

Christian Bonah & Joël Danet, « Le moment anthropologique du cinéma industriel pharmaceutique. Retour sur le film utilitaire médico-pharmaceutique francophone des années 1970 », Images du travail, travail des images [en ligne], n° 4, 2017.

Raphaël Tinguely, Les films neuropsychiatriques d’Ernst Grünthal au Hirnanatomisches Institut de la Waldau, 1934-1965, mémoire de Master en lettres, Université de Lausanne, septembre 2020.

MB

Billet sous licence CC BY SA

[Note de recherche] Some notes on the “Useful Film in (Neuro)Psychiatry Europe, 1900-1950. Update on Current Research” conference

The main goal of the conference was to assess the research on “useful films” conducted during the first half of the 20th century by neurologists and psychiatrists in Europe for clinical, educational, and archival purposes. The “useful film” has been long neglected by film historians, remaining in the shadow of both commercial cinema and the “auteur film”. Partly escaping commercial theatrical release, useful films know over the years a large variety of formats, forms, and functions, but also a diversity of production, distribution, and reception contexts. Their pragmatic and ephemeral nature requires considering the context in which these films are elaborated, as well as the discourses that surround them and the practices that determine them.

Drawing on the work of Acland and Wasson, the notion of useful film refers to the multiple ways institutions conceive and engage with the tool of cinema. “The concept of useful cinema does not so much name a mode of production, a genre, or an exhibition venue as it identifies a disposition, an outlook, and an approach toward a medium on the part of institutions or institutional agents.” (Acland & Wasson 2011, 4). For our part, we employ this notion in order to designate an approach to cinema oriented by the needs of the actors in the field of neurology and psychiatry.

Kimberley Fleuren

One of the scopes of the conference was to compose, through a number of case studies, a panorama of the practices involved (themselves quite diversified, even though the model of a film as a tool within medical research largely prevails), while bringing forth new approaches or lines of research relevant for this type of audio-visual document. Contributions focused on films made in France (Jean Comandon), Italy (Gaetano Rummo and others), Great Britain (Wellcome collections), Germany (Ludwig Mayer), Belgium (Van Gehuchten and others), the Netherlands (Magnus-Rademaker), Spain (Antonio Subirana), and Switzerland (Walter R. Hess, Ernst Grünthal).

We have chosen to focus on the first part of the 20th century for pragmatical reasons, but also to reexamine the traditional history of neuropsychiatric film, which isolates two key moments in the development of the film practices of neurologists and psychiatrists. The first one amounts to the era of the pioneers around 1900–1910 (Marinescu, Van Gehuchten, Neri, Negro, Magnus, Sainton, Comandon, etc.). Their films are for the most part the result of personal initiatives and emerge outside institutional policies, as is the case with the amateur films made by Ernst Grünthal; other films are made through collaboration between a professional filmmaker and a doctor/institution/firm. The second key moment extends from the inter-war to the post-war years that saw the rise of the “institutional asylum film”, a term introduced by Bonah and Rotzoll (2015). Indeed, in addition to a persistent voluntarist tradition, films are from that moment on actively supported by medical institutions, pharmaceutical companies, and public policies.

Leander Diener

Yet how accurate is such an identification of two golden eras and what happens in between? Can the history of useful film in psychiatry and neurology really be divided into distinct periods and if so, according to what criteria? What forms does the notion of the camera’s alleged objectivity take during this period of fifty years? How do the films testify to this mechanical objectivity bestowed upon the medium of film? Certainly, the recourse to films pushes even further the fantasy of the “blind gaze” to which the scientists of the 19th century aspire – scientists who, as Daston and Galison observe, dream of becoming themselves machines with no will of their own. However, we must not forget that all statements about the objectivity of the cinematographic camera are essentially rhetorical. They serve in part to convince the scientific community of the legitimacy of such practices, since cinema is still associated with the world of entertainment. Therefore, discourses on the objectivity of the film medium have the function of legitimizing and stabilizing knowledge and practices.

Katrin Luchsinger on photography in psychiatric institutions

More importantly, these claims coexist with an acute awareness of the limits of such mechanical objectivity allowed by the film medium. For instance, the psychiatrist Paul Sainton highlights the challenges involved in properly filming subjects affected by movement disorders. It is not easy, he writes, to capture patients with neurological or mental illnesses because it happens that they freeze once they know they are being filmed: “Subjects who, in their hospital setting, had extensive movements, remained motionless when put in front of the camera.” This problem is of course magnified due to the high cost of the film. Neurologists and psychiatrists are fully aware of the epistemological obstacles that prevent them from getting a “good” shot – obstacles such as the whimsical behavior of the patients or the technical, material, and weather hazards. They know well it is a challenge to grasp some pathological movements such as hysteria or epilepsy, or to record eloquent enough movements, worthy of interest because of their emblematic or singular features. In their efforts to ensure the clarity of the images, they are forced to come up with solutions that seem contradictory to the “cognitive absolutism” of the “clinical gaze”. For instance, some doctors choose to dramatize and narrate their patients’ symptoms or to stage their own practice.

What are the main results of the conference?

The approaches presented during the Conference reflect the diversity of the disciplines to which the researchers belong. At the same time, they are telling of the complexity and richness of the films studied. As the first panel, “Filming the Brain”, illustrated (with Kimberley Fleuren, Leander Diener and Raphaël Tinguely), three different approaches stand out: a. a clinical approach, according to which the film is treated as a document informing on certain medical practices and pathologies, thus functioning as an extension of regular clinical observation, intended to capture what escapes the eye; b. a history of medicine and science approach that uses the film as a means of shedding light on a particular aspect of this history; c. a film and media history approach that focuses on the aesthetics and the materiality of films, as well as the context of their application. All three approaches attest to the epistemic value of the neuropsychiatric film, though the actual nature of this knowledge differs according to perspective adopted. As Christian Bonah remarked, “we look at the same images, but we don’t see the same thing” (referring to Ludwik Fleck’s “looking vs seeing model”). Therefore, it is important to openly assume the position from which we interpret these multi-dimensional images (and sounds).

Angela Saward from the Wellcome Collection (London)

As Katrin Pilz reminded us, the question of the “usefulness” can be asked at different levels, depending on the actual users. To whom are these films useful? Firstly, to medical doctors, teachers, staff, students, etc. at the time of the production (we may speak, in this case, of the films’ original usefulness). Then, they were useful to operators, filmmakers, firms, etc. interested in collaborating with doctors. Finally, they are useful today to researchers, archivists, curators, etc. If their original message is quickly outdated (they are ephemeral material), they present an immense historical value, as Angela Saward explained through a specific case study. Katrin Pilz concluded that one must begin by asking why these films were considered useless for so many years, forgotten in attics, remote hospital rooms, bunkers, etc.

The usefulness of these films is a dynamic concept, as David Cantor has noted. Usefulness changes over time (it increases or decreases with time and context); it fluctuates based on the groups that engage with the medium of film; it depends on the applications to which film is submitted, but also on the audiences that watch it. The question of the usefulness of films must be distinguished at all stages of their existence: production-direction, distribution, reception. Depending on the stages of the film’s development, the medical knowledge, the technology used, the content, the contingencies of the filmmaking, the audience responses, etc., the usefulness changes in form and meaning. Utility is a concept under constant construction, the object of negotiation between production, distribution and reception entities.

The roundtable with David Cantor, Katrin Pilz, Angela Saward, Christian Bonah and Caroline Fournier

With regard to the original utility, the paradigm of mechanical objectivity dominates. But mechanical objectivity constitutes only one type of epistemic virtue among several others, as Daston and Galison have shown. For Andreas Killen, the Ludwig Mayer’s films on hypnosis resort to the truth-to-nature paradigm, in that these films aim above all to demonstrate the effectiveness of hypnosis through emblematic images of the hypnotic state.

Nowdays, these films also inform us about the history of recording technologies (35mm, 16mm, 8mm, super 8, 9.5 Pathé Baby, etc.), as the Subirana collection presented by Paula Arantzatzu illustrated. The Subirana films testify to a media convergence practice that is quite extraordinary for the time: the films combine different types of still and moving images, such as real shots, X-rays, EEG, histological sections, and photographs. Moreover, they provide informations on the history of medical imaging, i.e. the usefulness of audiovisual devices expanding the field of scientific knowledge. This is also the case with the Waldau collections analyzed by Raphaël Tinguely, Léa Ritter, and Lucas Iliani. The hybridity of both the collections and the films of which they are composed requires us to trace the wider network in which they are embedded. According to Caroline Fournier, head of the film department of the Cinémathèque suisse, hybridity is what characterizes the production of amateur films—a paradigm that allows to understand the particularity of these film practices.

Léa Ritter and Lucas Iliani from the Cinémathèque suisse

Another question raised by the original usefulness is the content of these images. What exactly is the camera filming? Illnesses; patients, doctors, interactions between patients and medical staff; state of research; brain, mind, body, etc.?

Among those listed elements, the question of the patients has proven to be of a central importance. Who are they, where do they come from, how do they experience medical observation and filming; who are these invisible and unknown people on the screen? It seems quite difficult to trace their history, and when we do have some elements, they only come in fragments. Different sources provide some data: film storage material, administrative records, patient records, written testimonies, drawings, interviews with relatives, etc. But as Maia Woolner showed, this lack of information about patients is also meaningful. It reveals something about the status of patients as objects of experimentation, demonstration, or medical observation – hence, Christian Bonah‘s call to avoid the anonymization of data for legal reasons, as this process contributes to the invisibilization of people who have nevertheless played an essential role in the history of medicine. He also rightly reminded that the question of patients’ consent to be filmed is not just an ethical issue but also a legal one. In any case, solutions need to be found to conceptualize this invisibilization of patients, by drawing, for instance, on the social history of medicine, the spectralities or disabilities studies, which are interested in social groups neglected by canonical history.

The uncanny dimension of patients was also raised. While it strikes as obvious to today’s researchers, it is safe to assume that this must also have been the case, at least to some extent, for the experts watching the films at that time of their production. For example, it is difficult to make sense of images of patients who have completely lost control of their bodies and minds, as David Cantor has noted. And how to deal with the aesthetic dimension of certain shots that reduce patients to elements of the “medical set”? Part of the uncanny comes from their nudity, which emerges as a representational convention since the beginning of neuro-psychiatric cinema. For some speakers, nudity meets a need for visibility of every part of the body and muscles affected by pathological movements. For others, it is a cultural convention that allows nature and culture to be contrasted, with patients embodying the primitive and doctors the civilized. In this latter perspective, it is used to contrast the healthy body (that of the doctor who stands by the patients) and the sick body of the patient, in a comparative gesture typical of medical thought.

But is the nakedness always necessary? In some cases, the nudity does not fail to add something spectacular to the representation. According to Christian Bonah, some of these films appear as “medical exploitation films,” in that they rely on sensationalist effects. For this reason, they lend themselves to all sorts of hijackings, as illustrated by the films of Doyen that circulated on fairgrounds. One solution might be to contextualize these images when shown today, following the model of platforms such as Medfilm or the Wellcome collection.

From Lorenzo Lorusso’s presentation about Gaetanno Rummo

In any case, these films need to be interpreted as a history of specific power relationships, as for instance, the history of Western colonialism, and more generally the history of the stigmatization of the insane based on processes of exclusion and inclusion (in other words, in terms of negotiation, as suggested by Katrin Luchsinger). As Christian Bonah highlighted, one must be careful not to essentialize what one sees, as films always reveal more than the doctors wish to show; indeed, while mechanical objectivity is inherent in the film medium, film is underpinned by ideological, even political, issues, as Paula Arantzatzu showed.

Katrin Luchsinger has raised a yet another essential question on the subject of patients, namely that of the emotions aroused by these images of madness. She reminded how important it is to take time to watch and process these films and photographs. She also drew attention to the aesthetic and spectacular dimensions that escape those who produce the images. These films also respond in a way to existential questions that will be at the core of the avant-gardes, as when they display new images of the body and mind, through new technologies, a theme highly relevant for artists from the beginning of the 20th century.

Psychiatrie Museum Bern

There are still many more questions that need to be answered: Who is filming? Who is behind the camera? Doctors, operators, assistants? How are we filming? Is it just to document experiments that confirm research hypotheses (as for W. R. Hess) or to create a sophisticated discourse to be presented to peers at conferences (as for Subirana)? Who is watching these films? Medical and non-medical audiences (films do not always reach their original audience and may be enjoyed for their spectacular dimension outside the medical realm)? How should the issue of sensitive data be approached ? (We have seen that there are different “schools of thought” depending on the institution).

References

Charles R. Acland & Haidee Wasson (ed.) (2011), Useful Cinema, Durham-London, Duke University Press.

Maike Rotzoll & Christian Bonah (2015), “Psychopathologie en mouvement. Histoire des films à Strasbourg et à Heidelberg”, in Ch. Bonah, A. Sumpf, Ph. Osten, G. Moser, T. Close-Koenig & J. Danet (eds.), Le Pré-Programme. Film d’enseignement / film utilitaire / film de propagande / film inédit dans les cinéma et archives de l’interrégion du Rhin Supérieur. 1900-1970. Une étude comparée franco-allemande, Heidelberg-Strasbourg, A25 Rhinfilm.

MB

Billet sous licence CC BY SA

CFP – Useful Film in (Neuro) Psychiatry Europe, 1900–1950. Update on Current Research

Workshop – University of Lausanne 3-4 March 2022

Since its inception, the cinematograph had many applications in the medical field, and particularly in the fields of psychiatry, neurology and neuropsychiatry (Lorusso & Venturini 2019). With surgeons, neurologists and psychiatrists are at the forefront of using film as a tool for analyzing, storing, archiving, and transmitting knowledge. For a long time, the (neuro) psychiatric films made by doctors as part of their teaching and research have been overshadowed by educational and health films. But since 2000, and especially 2010, scholars from different disciplines are increasingly interested in these practices. Several interdisciplinary teams have conducted research, with the aim of rehabilitating film as a privileged source for both the history of medicine and the history of cinema.

This interest stems partly from discoveries of films thought to be lost, such as the Magnus-Rademaker collection (1909–1940) (Koehler, Lameris & Hielscher 2015; Koehler & Lameris 2016). We can also mention the research in Italy on the Vincenzo Neri collection (Lorusso, Vanone & Venturini 2012; Vanone, Lorusso & Venturini 2015; Venturini & Lorusso 2013); in Germany on the Arthur Simmons and Max Nonne collections (Holdorff 2010, 2012, 2016); in Belgium on the Van Gehuchten collection (Aubert 2002a, 2002b, 2009, 2016); or in Rumania on the G. Marinescu collection (Buda et al. 2009). All these studies, and many others, show the dynamism of a field of research in continuous expansion.

Scholars face several challenges in front of films made by mental health professionals. How to locate objects that are poorly (or not at all) identified? How to understand them in the absence of sufficient information about their production and distribution context? How to work on films that are in poor condition? How to solve problems of access to sensitive data? How to establish productive transdisciplinary collaborations? Indeed, there is still much to be done to build on these documents defying traditional classifications (e.g. the distinction between documentary and fiction) and even escape knowledge altogether, as they “sleep” at the bottom of a closet, in a hospital, a bunker or the cellar of private owners.

Such investigations involve observing the contexts in which the film medium is used. But also, how scientific practices, observation protocols and discursive logics discipline-specific shape the medium and the uses of film. If the film is embedded in a preexisting framework that it modifies, it is itself also transformed in return by its environment of use. For this reason, it would be essential to question the consensus on the epistemic value of the “medical gaze” as mediated by film.

Focusing on the study of films shown in medical institutions, in lecture halls and at scientific conferences, this workshop has several goals: to map the state of research on works devoted to useful films in the field of neurology, psychiatry and neuropsychiatry, in Europe between 1900 and 1950; to highlight investigations on poorly known or unknown film collections; to serve as a starting point for one to two publications (journal issues). The main purpose is thus to increase our knowledge on practices that have long been considered “marginal” both in the medical humanities and in the history of cinema (and the media

We seek papers that may provide some answers to one or other of these questions:

  • In which context (historical, institutional, scientific, etc.) do doctors appropriated the filmic medium?
  • What are their needs and expectations regarding film?
  • What are their explicit and implicit goals?
  • What conception(s) of cinema underlie(s) the use of the moving image?
  • What formal elements of the technology are considered productive or counterproductive?
  • Which criteria lead doctors to emphasize certain technical properties of the medium to the expense of others?
  • Which issues are raised by the films in the medical community?
  • How are the films distributed and watched?
Film reel, Waldau collections, Cinémathèque suisse (picture by MB)

Contributions can include but are not limited to the following topics:

  • Study of specific film collections, or other related media as film operates in conjunction with other visual media (Lorusso, Venturini 2019)
  • Methodological issues raised by the examination of such sources, including issues related to their preservation and storage
  • Theoretical questions, as long as they are supported by a case study
  • Investigation of institutional or personal synergies on a European scale (Switzerland, France, Italy, Belgium, the Netherlands, Great Britain, etc.), given the intense circulation of medical expertise during the twentieth century

Organization committee: Mireille Berton, Elodie Murtas, Raphaël Tinguely

Scientific committee: Mireille Berton, Christian Bonah, Peter Koehler, Lorenzo Lorusso, Simone Venturini

Proposals submission

  • Abstract submission deadline: November 15, 2021
  • Ideally, each abstract should articulate: 1) an issue or research question to be discussed, 2) a source-based case study 3) a methodological or critical framework used, and 4) expected findings or conclusions
  • Decisions will be communicated to the authors by November 30, 2021
  • Title and abstract (400 words max.), and a short bio (200 words max.) should be submitted in Word format to Mireille.Berton@unil.ch 

Practical info

  • Language: English
  • Location: University of Lausanne, Dorigny campus, Switzerland
  • Expenses covered: one night’s accommodation, meals, travel within Europe
  • No payment from the participants will be required
  • Contact: Mireille.Berton@unil.ch or Raphael.Tinguely@unil.ch

Timeline

  • November 15, 2021: application deadline
  • November 30, 2021: notification of acceptance
  • February 1, 2022: submission of a long abstract (500-600 words)
  • March 3-4, 2022: workshop
  • September 1, 2022: submission of the articles for publication

Bibliography

AUBERT, Geneviève (2016), “Cinema and Neuroscience: Development and Application of Cinematography in the Field of Neurosciences”, Journal of History of Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 1–2.

AUBERT, Geneviève (2009), “Neurological Illustration: From Photography to Cinematography”, Handbook of Clinical Neurology, Nr. 95, 289–302.

AUBERT, Geneviève (2002a), “Arthur Van Gehuchten Takes Neurology to the Movies”, Neurology, Vol. 59, Nr. 10 (November 26), 1612–1618.

AUBERT, Geneviève (2002b), “From Photography to Cinematography: Recording Movement and Gait in a Neurological Context”, Journal of the History of Neuroscences, Nr. 11, 248–257.

Buda O., Arsene D., Ceausu M., Dermengiu D. & Curca G. C. (2009), “Georges Marinesco and the Early Research in Neuropathology”, Neurology, Vol. 72, Nr. 1 (January 6), 88–91.

CURTIS, Scott (2016), “Dissecting the Medical Training Film”, in Marta Braun, Charlie Keil, Rob King, Paul Moore & Louis Pelletier (ed.), Beyond the Screen. Institutions, Networks and Publics of Early Cinema, Bloomington, Indiana University Press, 161–167.

CURTIS, Scott (2015), The Shape of Spectatorship. Art, Science, and Early Cinema in Germany, New York, Columbia University Press.

HOLDORFF, Bernd (2016), “Arthur Simons (1877-1942) and Tonic Neck Reflexes With Hemiplegic ‘Mitbewegungen’ (Associated Reactions): Cinematography From 1916-1919”, Journal of History of Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 63–71.

HOLDORFF, Bernd (2012), “Arthur Simons (1877-1942) über tonische Halsreflexe beim Hemiplegiker mit Demonstration seines Film (mit Fällen aus den Jahren 1916-1919)”, Der Nervenartz, Nr. 83, 514–520.

HOLDORFF, Bernd (2010), “Max Nonne und die Kriegsneurose: Mit Filmdarstellung der Kriegszitterer vor und nach Hypnose von Max Nonne/Hamburg (1918). Zur Erinnerung an Max Nonnes 50. Todestag”, Schriftenreihe der Deutschen Gesellschaft für Geschichte der Nervenheilkunde, Nr. 16, 197–208.

LORUSSO, Lorenzo & VENTURINI, Simone (2020), “Cinema and Neurology: From History to Therapy”, dans Bruno Colombo (ed.), Brain and Art. From Æsthetics to Therapeutics, Cham/CH, Springer, 95–120.

LORUSSO, Lorenzo, VANONE, Federico & VENTURINI, Simone (2012), “L’arrivo e le sue tracce: la collezione Vincenzo Neri”, Immagine. Note di storia del cinema, Nr. 6 (July-August), 32–54.

KOEHLER, Peter J., LAMERIS, Bregt & HIELSCHER, Eva (2016), “Neurocinematography in Pre-World War II Netherlands: The Magnus-Rademaker Collection”, Journal of the History of the Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 84–101.

KOEHLER, Peter, J. & LAMERIS, Bregt (2016), “The Magnus-Rademaker Scientific Film Collection: Ethical Issues on Animal Experimentation (1908-1940)”, Journal of History of Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 102–121.

VENTURINI, Simone & LORUSSO, Lorenzo (2013), “Vincenzo Neri: Anatomy of a Finding”, Tijdschrift voor Mediageschiedenis, Vol. 16, Nr. 1, 112–116.

Neuropatologia (Camillo Negro) 1915 – Museo del cinema

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search