CFP – Useful Film in (Neuro) Psychiatry Europe, 1900–1950. Update on Current Research

Workshop – University of Lausanne 3-4 March 2022

Since its inception, the cinematograph had many applications in the medical field, and particularly in the fields of psychiatry, neurology and neuropsychiatry (Lorusso & Venturini 2019). With surgeons, neurologists and psychiatrists are at the forefront of using film as a tool for analyzing, storing, archiving, and transmitting knowledge. For a long time, the (neuro) psychiatric films made by doctors as part of their teaching and research have been overshadowed by educational and health films. But since 2000, and especially 2010, scholars from different disciplines are increasingly interested in these practices. Several interdisciplinary teams have conducted research, with the aim of rehabilitating film as a privileged source for both the history of medicine and the history of cinema.

This interest stems partly from discoveries of films thought to be lost, such as the Magnus-Rademaker collection (1909–1940) (Koehler, Lameris & Hielscher 2015; Koehler & Lameris 2016). We can also mention the research in Italy on the Vincenzo Neri collection (Lorusso, Vanone & Venturini 2012; Vanone, Lorusso & Venturini 2015; Venturini & Lorusso 2013); in Germany on the Arthur Simmons and Max Nonne collections (Holdorff 2010, 2012, 2016); in Belgium on the Van Gehuchten collection (Aubert 2002a, 2002b, 2009, 2016); or in Rumania on the G. Marinescu collection (Buda et al. 2009). All these studies, and many others, show the dynamism of a field of research in continuous expansion.

Scholars face several challenges in front of films made by mental health professionals. How to locate objects that are poorly (or not at all) identified? How to understand them in the absence of sufficient information about their production and distribution context? How to work on films that are in poor condition? How to solve problems of access to sensitive data? How to establish productive transdisciplinary collaborations? Indeed, there is still much to be done to build on these documents defying traditional classifications (e.g. the distinction between documentary and fiction) and even escape knowledge altogether, as they “sleep” at the bottom of a closet, in a hospital, a bunker or the cellar of private owners.

Such investigations involve observing the contexts in which the film medium is used. But also, how scientific practices, observation protocols and discursive logics discipline-specific shape the medium and the uses of film. If the film is embedded in a preexisting framework that it modifies, it is itself also transformed in return by its environment of use. For this reason, it would be essential to question the consensus on the epistemic value of the “medical gaze” as mediated by film.

Focusing on the study of films shown in medical institutions, in lecture halls and at scientific conferences, this workshop has several goals: to map the state of research on works devoted to useful films in the field of neurology, psychiatry and neuropsychiatry, in Europe between 1900 and 1950; to highlight investigations on poorly known or unknown film collections; to serve as a starting point for one to two publications (journal issues). The main purpose is thus to increase our knowledge on practices that have long been considered “marginal” both in the medical humanities and in the history of cinema (and the media

We seek papers that may provide some answers to one or other of these questions:

  • In which context (historical, institutional, scientific, etc.) do doctors appropriated the filmic medium?
  • What are their needs and expectations regarding film?
  • What are their explicit and implicit goals?
  • What conception(s) of cinema underlie(s) the use of the moving image?
  • What formal elements of the technology are considered productive or counterproductive?
  • Which criteria lead doctors to emphasize certain technical properties of the medium to the expense of others?
  • Which issues are raised by the films in the medical community?
  • How are the films distributed and watched?
Film reel, Waldau collections, Cinémathèque suisse (picture by MB)

Contributions can include but are not limited to the following topics:

  • Study of specific film collections, or other related media as film operates in conjunction with other visual media (Lorusso, Venturini 2019)
  • Methodological issues raised by the examination of such sources, including issues related to their preservation and storage
  • Theoretical questions, as long as they are supported by a case study
  • Investigation of institutional or personal synergies on a European scale (Switzerland, France, Italy, Belgium, the Netherlands, Great Britain, etc.), given the intense circulation of medical expertise during the twentieth century

Organization committee: Mireille Berton, Elodie Murtas, Raphaël Tinguely

Scientific committee: Mireille Berton, Christian Bonah, Peter Koehler, Lorenzo Lorusso, Simone Venturini

Proposals submission

  • Abstract submission deadline: October 30, 2021
  • Ideally, each abstract should articulate: 1) an issue or research question to be discussed, 2) a source-based case study 3) a methodological or critical framework used, and 4) expected findings or conclusions
  • Decisions will be communicated to the authors by November 30, 2021
  • Title and abstract (400 words max.), and a short bio (200 words max.) should be submitted in Word format to Mireille.Berton@unil.ch 

Practical info

  • Language: English
  • Location: University of Lausanne, Dorigny campus, Switzerland
  • Expenses covered: one night’s accommodation, meals, travel within Europe
  • No payment from the participants will be required
  • Contact: Mireille.Berton@unil.ch or Raphael.Tinguely@unil.ch

Timeline

  • October 30, 2021: application deadline
  • November 30, 2021: notification of acceptance
  • February 1, 2022: submission of a long abstract (500-600 words)
  • March 3-4, 2022: workshop
  • September 1, 2022: submission of the articles for publication

Bibliography

AUBERT, Geneviève (2016), “Cinema and Neuroscience: Development and Application of Cinematography in the Field of Neurosciences”, Journal of History of Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 1–2.

AUBERT, Geneviève (2009), “Neurological Illustration: From Photography to Cinematography”, Handbook of Clinical Neurology, Nr. 95, 289–302.

AUBERT, Geneviève (2002a), “Arthur Van Gehuchten Takes Neurology to the Movies”, Neurology, Vol. 59, Nr. 10 (November 26), 1612–1618.

AUBERT, Geneviève (2002b), “From Photography to Cinematography: Recording Movement and Gait in a Neurological Context”, Journal of the History of Neuroscences, Nr. 11, 248–257.

Buda O., Arsene D., Ceausu M., Dermengiu D. & Curca G. C. (2009), “Georges Marinesco and the Early Research in Neuropathology”, Neurology, Vol. 72, Nr. 1 (January 6), 88–91.

CURTIS, Scott (2016), “Dissecting the Medical Training Film”, in Marta Braun, Charlie Keil, Rob King, Paul Moore & Louis Pelletier (ed.), Beyond the Screen. Institutions, Networks and Publics of Early Cinema, Bloomington, Indiana University Press, 161–167.

CURTIS, Scott (2015), The Shape of Spectatorship. Art, Science, and Early Cinema in Germany, New York, Columbia University Press.

HOLDORFF, Bernd (2016), “Arthur Simons (1877-1942) and Tonic Neck Reflexes With Hemiplegic ‘Mitbewegungen’ (Associated Reactions): Cinematography From 1916-1919”, Journal of History of Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 63–71.

HOLDORFF, Bernd (2012), “Arthur Simons (1877-1942) über tonische Halsreflexe beim Hemiplegiker mit Demonstration seines Film (mit Fällen aus den Jahren 1916-1919)”, Der Nervenartz, Nr. 83, 514–520.

HOLDORFF, Bernd (2010), “Max Nonne und die Kriegsneurose: Mit Filmdarstellung der Kriegszitterer vor und nach Hypnose von Max Nonne/Hamburg (1918). Zur Erinnerung an Max Nonnes 50. Todestag”, Schriftenreihe der Deutschen Gesellschaft für Geschichte der Nervenheilkunde, Nr. 16, 197–208.

LORUSSO, Lorenzo & VENTURINI, Simone (2020), “Cinema and Neurology: From History to Therapy”, dans Bruno Colombo (ed.), Brain and Art. From Æsthetics to Therapeutics, Cham/CH, Springer, 95–120.

LORUSSO, Lorenzo, VANONE, Federico & VENTURINI, Simone (2012), “L’arrivo e le sue tracce: la collezione Vincenzo Neri”, Immagine. Note di storia del cinema, Nr. 6 (July-August), 32–54.

KOEHLER, Peter J., LAMERIS, Bregt & HIELSCHER, Eva (2016), “Neurocinematography in Pre-World War II Netherlands: The Magnus-Rademaker Collection”, Journal of the History of the Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 84–101.

KOEHLER, Peter, J. & LAMERIS, Bregt (2016), “The Magnus-Rademaker Scientific Film Collection: Ethical Issues on Animal Experimentation (1908-1940)”, Journal of History of Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 102–121.

VENTURINI, Simone & LORUSSO, Lorenzo (2013), “Vincenzo Neri: Anatomy of a Finding”, Tijdschrift voor Mediageschiedenis, Vol. 16, Nr. 1, 112–116.

Neuropatologia (Camillo Negro) 1915 – Museo del cinema

Alcool, psychiatrie et cinéma dans la Suisse des années 1930

Il revient à l’historien du cinéma Pierre-Emmanuel Jaques d’avoir examiné attentivement comment le cinéma, dès ses origines, est utilisé en Suisse pour lutter contre l’alcoolisme. En sorte que l’on sait maintenant qu’il existe de nombreux films helvétiques de fiction, documentaires ou « utilitaires » (Gebrauchsfilme) qui, au niveau diégétique, « s’attachent à montrer les conséquences inéluctables de la boisson : dettes, ruine, destruction de la famille, voire la maladie et la mort [et où, au contraire], le vœu d’abstention et la promesse tenue trouvent leur récompense. […] Tournés dans des lieux certainement reconnaissables par les spectateurs, [ces films] s’appuient […] sur la représentation d’un monde familier, rural, avec ses activités propres (le travail aux champs, le culte, le bal) » (Pierre-Emmanuel Jaques, 2007 : 196).

Mais le cinéma, ce n’est pas seulement des histoires racontées à l’écran, c’est, en même temps, des séances faites de discussions et de débats qui se tiennent en amont ou après – voire pendant – la projection. Ce qui explique que « [t]outes sortes d’associations ont […] recour[s] au cinéma pour des assemblées ou pour promouvoir leurs activités. […] [Celles-ci] usent de “l’arme cinématographique” dans un but de prosélytisme et de conviction. […] [Par le biais de films éducatifs et de discours ad hoc,] [l]es organisations à visée prophylactique se servent abondamment du cinéma pour convaincre les spectateurs d’adopter des comportements appropriés. Les ligues antialcooliques s’en saisissent extrêmement tôt : en 1898 on trouve déjà la trace de projections organisées sous l’égide de la Croix-Bleue de Genève. Plus tard, la Fédération antialcoolique fait [quant à elle] appel au cinéaste Jean Brocher [(1899-1979)] pour alimenter son fonds de films » (Gianni Haver et Pierre-Emmanuel Jaques, 2003 : 43 ; en ce qui concerne Jean Brocher, voir Pierre-Emmanuel Jaques, 2011).

Afin d’illustrer cette conjoncture, j’aimerais pour ma part revenir sur l’une des controverses des années 1930 où, en Suisse, il est question d’alcool, de psychiatrie et de cinéma. À l’origine de cette polémique ont lieu, en août 1935 à Lausanne, deux manifestations : la première est le IVe Congrès international de la vigne et du vin, qui réunit des professionnels concernés par « “la situation viti-vinicole mondiale, et les effets de la surproduction comme de la sous-consommation” » d’alcool (Anonyme, Le Journal de Genève, 28 août 1935). À cette occasion, il s’agit pour les vignerons et les distributeurs de boissons de réfléchir, ensemble, sur l’avenir du marché et sur la possibilité d’accroître leurs bénéfices respectifs. Car, chez les producteurs et les exportateurs suisses, on regrette que la crise boursière de 1929, les croisades antialcooliques et le développement du sport aient diminué la consommation de vin et de liqueurs sur le territoire national et dans d’autres pays.

S’adjoint à cet événement commercial une seconde assemblée où l’on se préoccupe plutôt des effets sanitaires de l’alcool, soit le Ier Congrès international des médecins amis du vin, qui se déroule du 26 au 31 août 1935 à l’Université de Lausanne (UNIL). Les praticiens qui y siègent n’ont cependant qu’un seul objectif en tête, peu éloigné des intérêts des milieux économiques : « prôner le vin au point de vue hygiénique et thérapeutique » (Anonyme, L’Information, juillet 1935). Aux yeux de ces soignants, l’alcool n’a rien de « toxique » ; il possède au contraire des vertus curatives puisque, nous dit-on, comme l’affirme un « vieux refrain militaire : Le vin est salutaire / Dieu ne le défend pas. / Il n’eût pas mis la vigne en terre, / S’il eût voulu qu’on n’en bût pas.” » (Henry Wuilloud, Le Confédéré, 28 août 1935, p. 3).

En raison de leur position libérale vis-à-vis de l’alcool, ces « médecins amis du vin » s’attirent les foudres de la Société vaudoise de médecine (SVM) et de la Société suisse de psychiatrie (SSP). Le psychiatre Oscar L. Forel (1891-1982) se révèle le plus virulent d’entre eux : « avec un entrain communicatif, [le directeur de l’Hôpital Les Rives de Prangins] flétrit [dans la presse] les médecins qui se sont mis au service du grand commerce vinicole [à savoir les organisations faîtières suisses, l’Office international du Vin de Paris et l’Institut agricole de Rome] et qui se font les défenseurs de suggestions aussi irresponsables que la réintroduction du vin dans les [asiles et les] hôpitaux, les casernes, […] l’alimentation de l’enfant, etc. » (Anonyme, « Au 2me Congrès national des Médecins-amis des vins de France » [sic], L’Abstinence, 3 août 1935, p. 3).

De gauche à droite : Auguste Forel (1848-1931), Armand Forel (1920-2005) et Oscar L. Forel (environ 1930). D’après Oscar L. Forel, La Mémoire du chêne, Lausanne, Éditions Pierre-Marcel Favre, 1980

Reste qu’Oscar L. Forel ne se contente pas de simples déclarations dans des journaux. Il met également sur pied, le 12 juillet 1935, une rencontre à la Maison du Peuple de Lausanne pour dissuader la population de se déplacer en masse au Congrès international de la vigne et du vin, et au Congrès international des médecins amis du vin. Son argumentaire consiste alors à « [d]isséquer » les habituelles assertions fallacieuses et « hypocrite[s] » des viticulteurs et des scientifiques, amenés à se rassembler bientôt à proximité des rives du lac Léman (ACV SB 283, Oscar L. Forel, 12 juillet 1935). Il précise à ce sujet : « [J]e veux le dire bien haut ici ce soir : […] nous ne voulons pas être des dupes d’une habile propagande [pro-alcool] qui se fait à nos dépens et que le Conseil fédéral soutient de son autorité et avec notre argent de contribuables ».

Empreinte de démagogie, la rhétorique pseudo-démystificatrice et populiste d’Oscar L. Forel, qui s’exprime – faut-il le répéter – dans le cadre d’un espace dédié aux classes ouvrières, exploite l’idée d’un abus de pouvoir des élites économiques et politiques, qui chercheraient à tirer profit de la vulnérabilité d’hommes et de femmes asservis à l’alcool (« Alcool = esclavage = dégradation »).

Son accusation de compromission de l’État en regard des lobbies du vin s’adosse ensuite à un argument d’autorité : « Il me paraît intéressant de vous communiquer la résolution de la S.S.P., c’est-à-dire de la Société qui réunit la majeure partie des spécialistes s’occupant des affections nerveuses et mentales. […] “La S.S.P., dans sa séance du 12 mai 1935 à Wil (St. Gall) […] proteste à l’unanimité contre le fait que le vin puisse être considéré comme médicament ou comme aliment. Elle proteste aussi contre le fait de vouloir donner une allure scientifique à un congrès qui ne pourra avoir qu’un but purement économique […]. J’ai une trop haute opinion de la profession médicale pour ne pas considérer comme un honneur le privilège de vous résumer comme suit le point de vue médical : Le médecin voit les ravages de l’alcoolisme – nous psychiatres […] [nous]devons prévenir, et pas seulement guérir. Nous ne pouvons pas nous associer à une campagne en faveur du vin ».

Ce message, Oscar L. Forel souhaite de plus le faire passer à la radio (ACV, Oscar L. Forel, 13 juin 1935). Or le directeur de Radio-Lausanne, Édouard Muller, refuse de lui accorder du temps d’antenne. Qu’à cela ne tienne, le psychiatre s’oriente vers un autre média : le cinéma. Il panifie ainsi une conférence avec projection, quelques mois plus tard, au Temple de Nyon (ACV, Oscar L. Forel, 15 juillet 1935 ; sur les cinémas de la commune de La Côte, voir Robert Cerruti, 2015). La « leçon » a lieu en octobre 1935, et s’axe autour du film Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929).

Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929) © Archives de l’Histoire rurale

Oscar L. Forel commence son exposé en rappelant que la consommation excessive d’alcool « contribue à l’affaiblissement de la race et à l’appauvrissement du peuple » (ACV, Oscar L. Fore, sine die, octobre 1935). Il s’efforce d’autre part de conclure un pacte de lecture avec les spectateurs présents, en les enjoignant à ne pas uniquement « diriger [leur] attention vers les beaux vergers de notre canton » qu’ils verront à l’écran, mais également à garder à l’esprit, pendant toute la projection, l’importance que revêt le combat d’hygiène mentale contre l’alcool. En bref, le psychiatre encourage le public à ne pas adopter une posture (trop) contemplative, c’est-à-dire passive et indocile.

Par ailleurs, son préambule vise à mettre en relief les alertes intrinsèques du court métrage, qui apparaissent par le truchement de cartons. Grâce à ces éléments de ponctuation, on apprend effectivement que de nombreux fruits de table, qui ne trouvent pas de place sur les étals des marchés suisses, sont transformés en eaux-de-vie des plus nocives (Fig. 1-3).

Fig. 1-3. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)

Tant et si bien que ces boissons se « répand[ent] comme un flot » (Fig. 4) dans les commerces de vins et de spiritueux. La métaphore de la submersion est renforcée au demeurant par un insert qui nous montre un violent torrent d’eau (Fig. 5) – le texte et l’image entrant en relation syntagmatique (« montage parallèle » selon le vocabulaire metzien) (Christian Metz, 1968).

Fig. 4-5. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)

Sur ces entrefaites, les mots se font plus durs : on compare l’alcool à un véritable « poison », qui représente un « danger public » (Fig. 6). À l’aide d’un texte scripturé hautement stylisé qui envahit tout l’écran (Fig. 7-14), le film se poursuit en indiquant que l’eau-de-vie (« schnaps ») met en « péril » « les santés et les foyers ».

Fig. 6. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)
Fig. 7-10 (gauche) Fig. 11-14 (droite). Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)

L’intempérance est donc à la fois un problème d’ordre médical et un problème d’ordre socio-politique. Ce dernier aspect constitue un facteur central, étant donné qu’il permet de mieux comprendre la raison d’être du court métrage.

Il s’avère que celui-ci est en fait un film de commande, exécuté selon la volonté du Conseiller fédéral Jean-Marie Musy (1876-1952) dans le cadre de sa campagne de 1929 sur la taxation des eaux-de-vie et la limitation du nombre de distilleries domestiques (Roland Cosandey, 2015 et 1994). Rien d’étonnant à cela, si l’on se souvient que l’homme politique de droite radicale envisage à plusieurs reprises, au cours de sa carrière, le cinéma comme un outil d’influence majeur – comme en témoigne son film de 1938 aux accents (ultra)nationalistes et pronazi, La Peste rouge (Daniel Sebastiani, 2004 ; Roland Cosandey, 1997).

Un discours traditionnaliste imprègne d’ailleurs aussi Quand mûrissent nos fruits : on y vante la compétitivité et l’excellence de l’industrie suisse inégalée à l’échelle planétaire (fromageries, chocolateries, horlogeries, bijouteries, broderies, soieries) (Fig. 15-19) et, surtout, on y glorifie le modèle « militaro-viril » (Mathieu Marly, 2019) du corps en mouvement (plongeurs, gymnastes, footballeurs, lanceurs de poids) (Fig. 20-22). Le culte de l’homme masculin, athlétique, jeune et patriote est exalté, encore davantage, via la figure du lanceur de drapeau (Fahnenschwinger), qui incarne un idéal de force physique et morale, de discipline et de maîtrise de soi. Cette association entre virilité et Nation figure du reste à l’écran par le biais de la surimpression d’un drapeau suisse avec lequel se confond littéralement son lanceur (Fig. 21).

Fig. 15-19. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)
Fig. 20-22. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)
Fig. 21. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)

On l’aura compris, la mise en scène de ce jeu d’adresse, caractéristique de l’imaginaire folklorique et militaire suisse, oppose implicitement au corps « sportif » et « sain » un corps « non-sportif » et « malade » : celui de l’homme alcoolique.

C’est pourquoi Oscar L. Forel adhère si aisément au récit du court métrage et s’en empare pour sa conférence. En tant qu’homme de droite (ACV PP 1035) et en tant que psychiatre, le directeur de l’Hôpital Les Rives de Prangins n’hésite pas une seconde à étayer ses propos sur les « buveurs de vin », l’explosion des rentes d’invalidité et la « dégénérescence de la race » à Quand mûrissent nos fruits (ACV SB 283, sine die, octobre 1935).

La figure négative de l’« ivrogne » dessinée en creux par le film l’autorise même à s’aventurer sur un terrain politique, en proposant des : « Remède[s] : I. Suppression de la distillation à domicile par rachat des alambics. II. Imposition des boissons distillées et suppression de l’impôt sur les boissons non distillées ». À cela s’ajoute des recommandations nutritionnelles : pour le psychiatre, il faut inciter les Suisses à manger plus de « [f]ruits de table […] [qui possèdent] des vitamines, des sels minéraux, et du sucre. Ce dernier est supérieur au sucre raffiné. […] [L]es fruits [sont importants] dans les régimes [car ils permettent de soigner] : diabète, maladies du foie, […] tuberculose, maladies des reins (préférable aux cures de lait), […] désintoxications alcooliques ». En un mot, le raisin doit être mangé, d’après Oscar L. Forel, en grappes, et non sous ses formes transformées et alcoolisées, comme le réclament les conférenciers du Congrès international de la vigne et du vin, et du Congrès international des médecins amis du vin.

Archives

Archives Cantonales Vaudoises (ACV), Rue de la Mouline 32, 1022 Chavannes-près-Renens, Fonds : Hôpital psychiatrique de Prangins (SB 283) et Fonds : Forel (Oscar), 1880-1982 (PP 1035).

Archives de l’Histoire rurale, Villettemattstrasse 7, 3007 Berne.

Sources

Anonyme, Le Journal de Genève, 28 août 1935.

Anonyme, « Au 2me Congrès national des Médecins-amis des vins de France » [sic], L’Abstinence, 3 août 1935, pp. 1-3.

Anonyme, L’Information, juillet 1935.

FOREL, Oscar L., La Mémoire du chêne, Lausanne, Éditions Pierre-Marcel Favre, 1980.

WUILLOUD, Henry, Le Confédéré, 28 août 1935, p. 3.

Bibliographie

CERRUTI, Robert, Les Cinémas de Nyon : des origines à nos jours, Nyon, s.l., 2015.

COSANDEY, Roland, « Les cinémas de Nyon : questions d’échelle », Cinémathèque suisse [En ligne], juillet 2015, Adresse URL : https://www.cinematheque.ch/f/documents-de-cinema/salles-programmes-publics/nyon-par-r-cerruti/

COSANDEY, Roland, « Du bon usage du patrimoine cinématographique en Suisse : La Peste rouge (Suisse, 1938), Vous avez la mémoire courte (France, 1942), Guglielmo Tell (Italie, 1911) », Études et Sources, n° 23, 1997, pp. 255-290.

COSANDEY, Roland, « Cinéma politique suisse 1930-1938 : un coin du puzzle, à droite », Études et Sources, n° 20, 1994, pp. 184-185.

HAVER, Gianni et JAQUES, Pierre-Emmanuel, Le Spectacle cinématographique en Suisse (1895-1945), Lausanne, Éditions Antipodes & Société d’Histoire de la Suisse romande, 2003.

JAQUES, Pierre-Emmanuel, « Le cinéma au service des convictions : Jean Brocher », Cinémathèque suisse[En ligne], avril 2011, Adresse URL : https://www.cinematheque.ch/fileadmin/user_upload/Expo/monsieur%20x/brocher_carriere.pdf

JAQUES, Pierre-Emmanuel, « Cinéma et combat antialcoolique. De quelques films de la Croix-Bleue », Revue historique vaudoise, n° 115, 2007, pp. 189-197.

MARLY, Mathieu, Distinguer et soumettre. Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019.

METZ, Christian, Essais sur la signification au cinéma, Paris, Éditions Klincksieck, 1968. 

SEBASTIANI, Daniel, « Jean-Marie Musy (1867-1952), un ancien conseiller fédéral entre rénovation nationale et régimes autoritaires », Thèse de Doctorat, Université de Fribourg, 2004.

Des films pédagogiques pour le personnel infirmier en psychiatrie de la Waldau dans les années 1920-1930 ?

À partir du début du XXᵉ siècle, le métier d’infirmière en psychiatrie devient indissociable de celui de médecin-psychiatre. Car sans infirmières, pas de soins aux malades, et pas de surveillance au jour le jour pour celles et ceux qui représentent un danger pour eux-mêmes ou pour autrui. Pas de réformes thérapeutiques et institutionnelles, non plus.

Pourtant, peu de place a été accordée à ce métier dans les narrations classiques des historiennes et des historiens de la médecine ou de la psychiatrie. Pourquoi ce déni ?

C’est d’abord parce que cette profession dite « féminine » ne perpétue pas les récits hagiographiques des chroniqueuses et des chroniqueurs des temps jadis, centrés sur de grandes figures médico-scientifiques masculines qui, par bonté de cœur ou par génie thérapeutique, auraient « libéré » les « folles » et les « fous » de leurs « chaînes » — je pense notamment à l’aura dont bénéficiait et dont bénéficie encore l’aliéniste Philippe Pinel (1745-1826) dans l’histoire de la discipline.

C’est ensuite parce que le personnel infirmier en psychiatrie s’est constitué à partir d’une main-d’œuvre socialement déterminée et méprisée : celle des classes populaires. En effet, l’activité de « gardiennage » a longtemps été assurée par des femmes et des hommes issus de milieux défavorisés. Et la plupart du temps, dans ces espaces démunis et marginalisés, on se racontait peu, pour ne pas dire que l’on ne se racontait pas du tout. Sans journaux intimes et sans biographies permettant de faire résonner leurs voix, les infirmières et les infirmiers en psychiatrie ont, par conséquent, été privés d’un passé collectif et d’une mémoire commune.

Les choses ont malgré tout changé peu à peu au sortir de la Première Guerre mondiale quand le métier d’infirmière et d’infirmier en psychiatrie s’est professionnalisé, comme en témoigne, en Suisse, la création en 1922 de la revue Kranken- und Irrenpflege. Ce journal réunit tout de suite des infirmières et des infirmiers en psychiatrie, qui se sont syndicalisés après la Grève générale de 1918 (Landesstreik), ainsi que des médecins-psychiatres. Tous œuvrent alors ensemble dans le but d’améliorer la formation et les conditions de travail du personnel des asiles, des cliniques privées et des hôpitaux psychiatriques à l’échelle du pays. Au demeurant, leurs efforts se concrétisent en 1927 avec l’instauration des premiers examens nationaux dont la réussite octroie aux candidates et aux candidats un diplôme délivré par la Société suisse de psychiatrie (SSP).

On peut donc se réjouir que, depuis quelques années, des chercheuses et des chercheurs tentent de rendre visibles ces luttes et ces mobilisations (Sabine Braunschweig, 2013 ; Jérôme Pedroletti, 2004 ; Claude Cantini et al., 2000 ; Claude Cantini, 1999 ; Geneviève Heller, 2000 et 1996).

À la lecture de ces analyses, on constate toutefois que bon nombre d’exégètes se sont souvent intéressés qu’à certaines revendications et qu’à certains aspects de la vie quotidienne des infirmières et des infirmiers en psychiatrie, à l’instar des suivants : quelles étaient les doléances des premières associations défendant les intérêts des infirmières et des infirmiers en psychiatrie ?, Comment les différentes formations pédagogiques ont-elles été élaborées au niveau local puis harmonisées au niveau national ?, Quels étaient les rapports des infirmières et des infirmiers avec les malades ou avec les médecins ?, Quels traitements ces soignants pouvaient-ils administrer de manière autonome et en accord avec leurs supérieurs hiérarchiques ?, Comment étaient organisées concrètement leurs journées de travail ?, etc.

Mais, dans ces recherches, rien (ou presque) n’a été dit sur la place et le rôle des images (fixes ou animées), réalisés pour ou par des infirmières et des infirmiers en psychiatrie. Aucune analyse iconographique sérieuse n’a par exemple été faite sur les photographies illustrant les différentes versions du manuel en soins infirmiers du psychiatre Walter Morgenthaler (1882-1965), Die Pflege der Gemüts- und Geisteskranken (1930) (l’ouvrage est traduit en plusieurs langues — français, italien, espagnol — et connaît six révisions jusqu’en 1962).

Walter Morgenthaler et Oscar L. Forel, Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940, p. 120.
Walter Morgenthaler et Oscar L. Forel, Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940, p. 120.
Walter Morgenthaler et Oscar L. Forel, Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940, p. 156.
Walter Morgenthaler et Oscar L. Forel, Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940, p. 120.

Et quid du cinéma ? La question se pose, car il est vraisemblable que le médium, en tant qu’outil pédagogique (Audrey Hostettler, thèse en cours), ait été utilisé en Suisse par des psychiatres afin d’instruire le personnel infirmier. C’est en tout cas l’hypothèse que je souhaite ici mettre en crise à partir des archives de la Collection Waldau, déposées à la Cinémathèque suisse (CS).

Parmi les documents conservés au sein de l’institution, se trouvent effectivement, à côté des centaines de pellicules 16 mm du psychiatre Ernst Grünthal (1894-1972), cinq bobines 35 mm nitrate, datant des années 1920-1930.

Si ces pellicules ne comportent aucune indication tangible sur leur concepteur ou sur leur conceptrice, un faisceau d’éléments concordants me permet néanmoins d’avancer qu’il s’agit de séquences réalisées par Walter Morgenthaler en collaboration avec le psychiatre Oscar L. Forel (1891-1982).

Pellicules 35 mm nitrate, env. 1920-1930, Collection Waldau

Le lieu

Contrairement aux films d’Ernst Grünthal retrouvés au LAC (en jaune ci-dessous), les pellicules 35 mm nitrate sans nom ont été découvertes dans le Neubau de la Waldau — aujourd’hui rebaptisé Alte Klinik (en rose ci-dessous). Le bâtiment avait été construit en 1913 pour accueillir davantage de patientes et de patients sur le site de l’Hôpital psychiatrique bernois (soit 180 lits supplémentaires). Or c’est au troisième étage de cet édifice que se situaient les appartements de Walter Morgenthaler ; et donc une partie de ses archives personnelles.

En jaune : le Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC). En rose : le Neubau/Alte Klinik.

Il faut ajouter qu’avant son emménagement dans le Neubau en juin 1913, Walter Morgenthaler avait déjà effectué, entre 1906 et 1907, un stage à la Waldau dans le cadre de ses études. Une fois diplômé, il y avait été engagé en tant que médecin-assistant (1909-1910), et après coup en tant que 5ᵉ médecin de l’Hôpital (1913). Pendant cette période, il avait régulièrement donné des cours de perfectionnement, facultatifs puis obligatoires, au personnel infirmier (cours d’anatomie, cours de physiologie, ou cours sur l’histoire de la folie à travers les âges).

En outre, il s’agissait pour le psychiatre de sensibiliser les infirmières et les infirmiers aux progrès de sa spécialité médicale, sachant que les traitements dits « modernes » (la cure de sommeil, la malariathérapie, ou l’insulinothérapie) exigeaient un savoir-faire rigoureux.

Grâce à ces sessions didactiques, Walter Morgenthaler projetait également d’apprendre à ses étudiantes et à ses étudiants à identifier les symptômes de malades souffrant d’idiotie, d’hystérie, de schizophrénie, de kleptomanie ou encore de troubles des mouvements de la face, comme en témoignent à la fois la table des matières de son manuel en soins infirmiers et l’étiquette de la bobine d’un film 16 mm plus tardif retrouvé parmi les archives de l’Alte Klinik.

Walter Morgenthaler, Die Pflege der Gemüts- und Geisteskranken, Berne, Huber Verlag, 1930, p. XIII.
Walter Morgenthaler, Die Pflege der Gemüts- und Geisteskranken, Berne, Huber Verlag, 1930, p. XIV.
© Raphaël Tinguely, Film 16 mm, env. 1930, Cinémathèque suisse, Collection Waldau

La thématique

Les séances de formation organisées par Walter Morgenthaler avaient enfin pour objectif de permettre aux infirmières et aux infirmiers en psychiatrie d’accomplir des exercices pratiques en soins généraux : comment habiller et déshabiller un malade ?, Comment effectuer des tests d’équilibre ?, Comment faire un pansement ?, Ou comment positionner un patient ou une patiente sur une chaise percée ?

Sans surprise, toutes ces tâches apparaissent illustrées dans les différentes séquences des bobines 35 mm nitrate de la CS. Autour des patientes et des patients occupant toujours une position centrale dans le champ, on y voit de fait des infirmières en tablier, des infirmiers en veste de costume, et des médecins en blouse blanche qui s’affairent, en bordure de cadre, pour garantir la lisibilité des scènes tournées tantôt en extérieur, tantôt en intérieur : il s’agit à chaque fois de mettre en scène le « bon » mouvement des soignants face au mouvement « incontrôlé » et « incontrôlable » des malades. Autrement dit, le cinéma vise, ici, à faire œuvre d’exemplum pour le personnel soignant, en modelant avec application les gestes à adopter au quotidien.

Test d’équilibre, film 35 mm nitrate, env. 1920-1930, Cinémathèque suisse, Collection Waldau
Pose d’un corset, film 35 mm nitrate, env. 1920-1930, Cinémathèque suisse, Collection Waldau
Siège d’aisance, film 35 mm nitrate, env. 1920-1930, Cinémathèque suisse, Collection Waldau

Des projections

Un dernier élément m’autorise à penser que les pellicules 35 mm nitrate ont été conçues par Walter Morgenthaler et son collègue de la Waldau Oscar L. Forel, le second traduisant en français à l’automne 1930 le manuel de soins infirmiers du premier : ce sont des conférences avec projection, organisées par les deux psychiatres à la demande de l’Alliance suisse des samaritains (ASS).

Dans les années 1920, l’association de secouristes attachée à la Croix-Rouge met en effet sur pied quelques « séances éducatives » à propos d’enjeux liés à la santé mentale. C’est dans ces conditions qu’Oscar L. Forel présente, devant un parterre de samaritains à la salle Grenette à Fribourg le vendredi 13 octobre 1922 à 20h30, une communication payante sur les « maladies mentales et leur traitement », laquelle est accompagnée d’une projection de film.

Freiburger Nachrichten, 11 octobre 1922, p. 4.
Oscar L. Forel et les infirmières de la Waldau en 1920. Oscar L. Forel, La Mémoire du chêne, Lausanne, Éditions Pierre-Marcel Favre, 1980.

Si l’ASS est concernée par cette problématique, c’est parce que c’est à cette période que l’on décide de confier à la Croix-Rouge la responsabilité de former des secouristes et le personnel infirmier en Suisse. Car, à ce moment-là, il n’existe aucune réglementation sur la formation professionnelle pour un tel type d’activité, qui serait valable à l’ensemble du territoire helvétique. Ce n’est d’ailleurs qu’à partir du 26 juin 1930 qu’une loi fédérale définit les conditions-cadres de la plupart des apprentissages. Néanmoins, celle-ci exclut les professions tenues pour « féminines » (social, éducation, santé) ; et donc le métier d’infirmière en soins généraux ou en psychiatrie. C’est la raison pour laquelle la Croix-Rouge régit et régira la profession jusqu’à la révision de la loi en question en 1965.

Conclusion

Au terme de ces quelques considérations, on aura compris, je l’espère, que les archives de la Collection Waldau ont le mérite de ne pas se limiter à nous informer exclusivement sur l’histoire du film médical et psychiatrique, étant donné qu’elles éclairent aussi, de manière indiciaire, les liens qui unissent les réformes socio-professionnelles en Suisse au début du XXᵉ siècle et les usages du film dans le champ des soins infirmiers. Cela signifie que ces documents peuvent être appréhendés — et c’est là une très grande richesse — à l’aune de plusieurs branches de l’histoire : l’histoire des femmes, l’histoire des classes populaires, l’histoire de la pédagogie et, bien sûr, l’histoire des dispositifs de vision et d’audition.

Bibliographie

BRAUNSCHWEIG, Sabine, Zwischen Aufsicht und Betreuung. Berufsbildung und Arbeitsalltag der Psychiatriepflege am Beispiel der Basler Heil- und Pflegeanstalt Friedmatt, 1886-1960, Zurich, Chronos Verlag, 2013.

CANTINI, Claude, PEDROLETTI, Jérôme et HELLER, Geneviève, Histoires infirmières. Hôpital psychiatrique de Cery sur Lausanne, 1940-1990, Lausanne, Éditions d’En Bas, 2000.

CANTINI, Claude, Pour une histoire sociale et antifasciste. Contributions d’un autodidacte, Lausanne, Éditions d’En Bas, 1999.

FOREL, Oscar L., La Mémoire du chêne, Lausanne, Éditions Pierre-Marcel Favre, 1980.

HELLER, Geneviève, « Gardiens ou infirmiers ? La Société suisse de psychiatrie s’interroge dès 1920 », Archives suisses de neurologie et de psychiatrie, n° 151, 2000, pp. 34-43.

HELLER, Geneviève, « “L’œil et l’oreille du médecin”, les infirmiers psychiatries vers 1930 », Revue médicale de la Suisse romande, n° 116, 1996, pp. 893-900.

HOSTETTLER, Audrey, « Réformes scolaires et usages du film dans les écoles en Suisse durant l’entre-deux-guerres », Thèse en préparation, Université de Lausanne.

MORGENTHALER, Walter Morgenthaler et FOREL, Oscar L., Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940.

MORGENTHALER, Walter, Die Pflege der Gemüts- und Geisteskranken, Berne, Huber Verlag, 1930.

PEDROLETTI, Jérôme, La Formation des infirmiers en psychiatrie. Histoire de l’école cantonale vaudoise d’infirmières et d’infirmiers en psychiatrie, 1961-1996, Genève, Georg Éditeur, 2004.

Les films neuropsychiatriques d’Ernst Grünthal au Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau

(Résumé du projet de thèse sous la direction de Mireille Berton, MER-UNIL)

Les archives d’Ernst Grünthal (1894-1972) conservées par le Musée de la Psychiatrie de Berne constituent un patrimoine tout à fait exceptionnel puisqu’elles permettent de retracer l’histoire des films du psychiatre réalisés au sein du Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau entre 1934 et 1965.

C’est en effet au cours de ces années-là qu’Ernst Grünthal supervise et tourne, sur le site de l’hôpital psychiatrique de Berne, plus d’une centaine de courts et moyens métrages 16 mm mettant en scène des patientes et des patients qui souffrent de troubles psychiatriques ou neurologiques (dépression, alcoolisme, schizophrénie, démence sénile, troubles mnésiques, troubles du langage, maladie de Parkinson, chorée de Huntington, etc.).

La recherche a donc pour but de reconstituer la nature, le contexte et le rôle de ces films. Il s’agira de montrer de quelle manière le cinéma est intégré, au quotidien, dans les activités de recherches du LAC : comment Ernst Grünthal se familiarise-t-il avec le dispositif cinématographique ? Quel type de matériel mobilise-t-il ? Dans quel(s) but(s) fait-il appel au cinéma ? Quelle place occupent concrètement les patientes et les patients au moment des tournages ? Quels sont les principaux interlocuteurs et interlocutrices d’Ernst Grünthal à la Waldau et hors les murs de l’institution ? Quelles sont les conditions de diffusion et de circulation de l’ensemble des films du psychiatre à l’échelle de la Suisse ?

À partir de ces analyses, il faudra ensuite mener une réflexion théorique plus critique sur l’emploi du « film utilitaire » (film qui vise à faire passer un message) et du « film éphémère » (film qui possède une durée de vie très courte) dans le champ de la neuropsychiatrie. Trop souvent négligées dans l’historiographie classique, ces catégories offrent de fait la possibilité de saisir les enjeux pratiques, discursifs et épistémologiques, caractéristiques du cinéma de non-fiction et du cinéma non-commercial auxquels on peut aisément rattacher les films du LAC.

Enfin, il s’avérera utile de se pencher plus avant sur les politiques d’archivage de l’hôpital psychiatrique bernois qui ont permis de sauvegarder de nombreuses pellicules très fragiles des assauts du temps. Cette volonté de préservation se trouve notamment incarnée par le célèbre psychiatre de la Waldau Walter Morgenthaler qui, dès le tournant des années 1900, en appelle à la création d’un centre d’archives national réunissant les artéfacts de divers asiles, hôpitaux et cliniques psychiatriques.

Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau (env. 1950)