Édouard Toulouse et la Suisse

Depuis quelques années, les travaux du psychiatre Édouard Toulouse (1865-1947) ont retenu l’attention de plusieurs historien·ne·s du cinéma (Ana Hedberg Olenina, 2020 ; Silvio Alovisio, 2019 ; Mireille Berton, 2015 ; Rae Beth Gordon, 2013 & 2001 ; Jean-Paul Morel, 2010 ; Lee Grieveson & Haidee Wasson, 2008). Car le médecin compte parmi les pionniers ayant étudié les effets psycho-physiologiques du médium filmique.

Édouard Toulouse, juin 1924. Photographie négative sur verre ; 18 x 13 cm. © Bibliothèque nationale de France, Département Estampes et photographie, El-13 (1114). Référence : Rolf, 92544.

Édouard Toulouse n’est effectivement pas le seul scientifique à s’intéresser à l’impact du cinéma sur le corps et l’esprit des spectateur·rice·s dans l’Europe de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Citons à titre d’exemple les travaux du psychologue Hugo Münsterberg (1863-1916) ou des psychiatres Ernst Grünthal (1894-1972) et Gustav E. Störring (1903-2000) en Allemagne, de même que les travaux du psychologue Mario Ponzo (1882-1960) en Italie.

En France, c’est donc sein du Laboratoire de psychologie expérimentale de l’École pratique des hautes études (EPHE) de Villejuif qu’Édouard Toulouse observe, avec son collègue Raoul Mourgue (1886-1950), les mouvements respiratoires de spectatrices auxquelles sont projetés trois types de films différents (documentaire, drame, comédie).

Résultat d’un pneumographe réalisé par Édouard Toulouse et Raoul Mourgue sur une spectatrice à la vue d’un documentaire où la mise en scène d’un « bras artificiel pour blessé de guerre » crée un « [p]hénomène émotif par modification brusque de l’attitude psychique ». Après quoi, le saut d’un chien au ralenti entraîne « un phénomène d’attention intense ». D’après Léon Moussinac, Naissance du Cinéma, Paris, Éditions d’Aujourd’hui, 1983 [1921] et dans La Revue de Filmologie, n° 5, 1949, pp. 77-83.
Résultat d’un pneumographe réalisé par Édouard Toulouse et Raoul Mourgue sur une spectatrice lors de la projection d’un drame (Mater Dolorosa, Abel Gance, France 1917), où la « scène de la mère avec les habits de l’enfant » suscite « des plateaux qui traduisent un état d’apnée transitoire ». D’après Léon Moussinac, Naissance du Cinéma, Paris, Éditions d’Aujourd’hui, 1983 [1921] et dans La Revue de Filmologie, n° 5, 1949, pp. 77-83.

En s’adossant aux découvertes issues du champ de la « Kunstphysiologie », les deux hommes poursuivent les recherches des psychologues Ernst Meumann (1862-1916) et Petko Zoneff (1875-?) de l’Université de Zurich, qu’ils citent dans leurs articles. Ils montrent, entre autres, que le visionnement d’un film permet de reposer le système nerveux, dans la mesure où la tension créée au cours d’une projection s’accompagne systématiquement d’un ralentissement bénéfique du pouls.

Toutefois, les liens qui unissent Édouard Toulouse-Raoul Mourgue et la Suisse ne se limitent pas à cet emprunt bibliographique. D’abord, parce que Raoul Mourgue séjourne, en 1925, deux mois à l’Hôpital psychiatrique de Malévoz (Monthey, Canton du Valais) pour mener une enquête sur les établissements helvétiques engagés dans la défense de l’« hygiène mentale » – or c’est le cas du psychiatre André Repond (1886-1973) qui dirige, à l’époque, cette institution.

Ensuite, parce qu’Édouard Toulouse expose sa vision du cinéma dans la presse généraliste suisse. Dans une rubrique dédiée à la description des effets physiques du théâtre et du film, le psychiatre affirme que ces spectacles peuvent constituer des instruments efficaces pour lutter contre la « folie » et ses « états maniaques » (Édouard Toulouse, 1932). En répondant doublement au « besoin de détente » et au « besoin d’esthétique » des individus sains ou malades, le théâtre et le cinéma sont ainsi intégrés à l’arsenal thérapeutique des pourfendeurs de l’hygiène mentale.

Voici le texte d’Édouard Toulouse qui, jusqu’à ce jour, n’a jamais été reproduit dans les anthologies et les études critiques consacrées aux travaux du psychiatre :

Bibliographie

Alovisio, Silvio, L’occhio sensibile. Cinema e scienze della mente nell’Italia, Turin, Kaplan, 2019 [2013].

Anonyme, « Malévoz vu de France », Le Nouvelliste, 10 juin 1926, page 1.

Berton, Mireille, Le Corps nerveux des spectateurs. Cinéma et sciences du psychisme autour de 1900, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2015.

Gordon, Rae Beth, Why the French Love Jerry Lewis. From Cabaret to Early Cinema, Stanford, Stanford University Press, 2001.

Gordon, Rae Beth, De Charcot à Charlot. Mises en scène du corps pathologique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013 [2001].

Grieveson, Lee et Wasson, Haidee, Inventing Film Studies, Durham, Duke University Press, 2008.

Hedberg Olenina, Ana, Psychomotor Aesthetics. Movement and Affect in Modern Literature and Film, Oxford, Oxford University Press, 2020.

Morel, Jean-Paul, « Le Docteur Toulouse ou le Cinéma vu par un psycho-physiologiste (1912-1928) », 1895, vol. 1, n° 60, 2010, pp. 122-155.

Toulouse, Édouard, « Les spectacles sont nécessaires à l’hygiène de l’esprit », Journal du Jura, 2 août 1932, page 3.

Some notes on the “Useful Film in (Neuro)Psychiatry Europe, 1900-1950. Update on Current Research” conference

The main goal of the conference was to assess the research on “useful films” conducted during the first half of the 20th century by neurologists and psychiatrists in Europe for clinical, educational, and archival purposes. The “useful film” has been long neglected by film historians, remaining in the shadow of both commercial cinema and the “auteur film”. Partly escaping commercial theatrical release, useful films know over the years a large variety of formats, forms, and functions, but also a diversity of production, distribution, and reception contexts. Their pragmatic and ephemeral nature requires considering the context in which these films are elaborated, as well as the discourses that surround them and the practices that determine them.

Drawing on the work of Acland and Wasson, the notion of useful film refers to the multiple ways institutions conceive and engage with the tool of cinema. “The concept of useful cinema does not so much name a mode of production, a genre, or an exhibition venue as it identifies a disposition, an outlook, and an approach toward a medium on the part of institutions or institutional agents.” (Acland & Wasson 2011, 4). For our part, we employ this notion in order to designate an approach to cinema oriented by the needs of the actors in the field of neurology and psychiatry.

Katrin Pilz

One of the scopes of the conference was to compose, through a number of case studies, a panorama of the practices involved (themselves quite diversified, even though the model of a film as a tool within medical research largely prevails), while bringing forth new approaches or lines of research relevant for this type of audio-visual document. Contributions focused on films made in France (Jean Comandon), Italy (Gaetano Rummo and others), Great Britain (Wellcome collections), Germany (Ludwig Mayer), Belgium (Van Gehuchten and others), the Netherlands (Magnus-Rademaker), Spain (Antonio Subirana), and Switzerland (Walter R. Hess, Ernst Grünthal).

Kimberley Fleuren

We have chosen to focus on the first part of the 20th century for pragmatical reasons, but also to reexamine the traditional history of neuropsychiatric film, which isolates two key moments in the development of the film practices of neurologists and psychiatrists. The first one amounts to the era of the pioneers around 1900–1910 (Marinescu, Van Gehuchten, Neri, Negro, Magnus, Sainton, Comandon, etc.). Their films are for the most part the result of personal initiatives and emerge outside institutional policies, as is the case with the amateur films made by Ernst Grünthal; other films are made through collaboration between a professional filmmaker and a doctor/institution/firm. The second key moment extends from the inter-war to the post-war years that saw the rise of the “institutional asylum film”, a term introduced by Bonah and Rotzoll (2015). Indeed, in addition to a persistent voluntarist tradition, films are from that moment on actively supported by medical institutions, pharmaceutical companies, and public policies.

Leander Diener

Yet how accurate is such an identification of two golden eras and what happens in between? Can the history of useful film in psychiatry and neurology really be divided into distinct periods and if so, according to what criteria? What forms does the notion of the camera’s alleged objectivity take during this period of fifty years? How do the films testify to this mechanical objectivity bestowed upon the medium of film? Certainly, the recourse to films pushes even further the fantasy of the “blind gaze” to which the scientists of the 19th century aspire – scientists who, as Daston and Galison observe, dream of becoming themselves machines with no will of their own. However, we must not forget that all statements about the objectivity of the cinematographic camera are essentially rhetorical. They serve in part to convince the scientific community of the legitimacy of such practices, since cinema is still associated with the world of entertainment. Therefore, discourses on the objectivity of the film medium have the function of legitimizing and stabilizing knowledge and practices.

Katrin Luchsinger on photography in psychiatric institutions

More importantly, these claims coexist with an acute awareness of the limits of such mechanical objectivity allowed by the film medium. For instance, the psychiatrist Paul Sainton highlights the challenges involved in properly filming subjects affected by movement disorders. It is not easy, he writes, to capture patients with neurological or mental illnesses because it happens that they freeze once they know they are being filmed: “Subjects who, in their hospital setting, had extensive movements, remained motionless when put in front of the camera.” This problem is of course magnified due to the high cost of the film. Neurologists and psychiatrists are fully aware of the epistemological obstacles that prevent them from getting a “good” shot – obstacles such as the whimsical behavior of the patients or the technical, material, and weather hazards. They know well it is a challenge to grasp some pathological movements such as hysteria or epilepsy, or to record eloquent enough movements, worthy of interest because of their emblematic or singular features. In their efforts to ensure the clarity of the images, they are forced to come up with solutions that seem contradictory to the “cognitive absolutism” of the “clinical gaze”. For instance, some doctors choose to dramatize and narrate their patients’ symptoms or to stage their own practice.

What are the main results of the conference?

The approaches presented during the Conference reflect the diversity of the disciplines to which the researchers belong. At the same time, they are telling of the complexity and richness of the films studied. As the first panel, “Filming the Brain”, illustrated (with Kimberley Fleuren, Leander Diener and Raphaël Tinguely), three different approaches stand out: a. a clinical approach, according to which the film is treated as a document informing on certain medical practices and pathologies, thus functioning as an extension of regular clinical observation, intended to capture what escapes the eye; b. a history of medicine and science approach that uses the film as a means of shedding light on a particular aspect of this history; c. a film and media history approach that focuses on the aesthetics and the materiality of films, as well as the context of their application. All three approaches attest to the epistemic value of the neuropsychiatric film, though the actual nature of this knowledge differs according to perspective adopted. As Christian Bonah remarked, “we look at the same images, but we don’t see the same thing” (referring to Ludwik Fleck’s “looking vs seeing model”). Therefore, it is important to openly assume the position from which we interpret these multi-dimensional images (and sounds).

Angela Saward from the Wellcome Collection (London)

As Katrin Pilz reminded us, the question of the “usefulness” can be asked at different levels, depending on the actual users. To whom are these films useful? Firstly, to medical doctors, teachers, staff, students, etc. at the time of the production (we may speak, in this case, of the films’ original usefulness). Then, they were useful to operators, filmmakers, firms, etc. interested in collaborating with doctors. Finally, they are useful today to researchers, archivists, curators, etc. If their original message is quickly outdated (they are ephemeral material), they present an immense historical value, as Angela Saward explained through a specific case study. Katrin Pilz concluded that one must begin by asking why these films were considered useless for so many years, forgotten in attics, remote hospital rooms, bunkers, etc.

The usefulness of these films is a dynamic concept, as David Cantor has noted. Usefulness changes over time (it increases or decreases with time and context); it fluctuates based on the groups that engage with the medium of film; it depends on the applications to which film is submitted, but also on the audiences that watch it. The question of the usefulness of films must be distinguished at all stages of their existence: production-direction, distribution, reception. Depending on the stages of the film’s development, the medical knowledge, the technology used, the content, the contingencies of the filmmaking, the audience responses, etc., the usefulness changes in form and meaning. Utility is a concept under constant construction, the object of negotiation between production, distribution and reception entities.

The roundtable with David Cantor, Katrin Pilz, Angela Saward, Christian Bonah and Caroline Fournier

With regard to the original utility, the paradigm of mechanical objectivity dominates. But mechanical objectivity constitutes only one type of epistemic virtue among several others, as Daston and Galison have shown. For Andreas Killen, the Ludwig Mayer’s films on hypnosis resort to the truth-to-nature paradigm, in that these films aim above all to demonstrate the effectiveness of hypnosis through emblematic images of the hypnotic state.

Paula A. Ruiz

Nowdays, these films also inform us about the history of recording technologies (35mm, 16mm, 8mm, super 8, 9.5 Pathé Baby, etc.), as the Subirana collection presented by Paula Arantzatzu illustrated. The Subirana films testify to a media convergence practice that is quite extraordinary for the time: the films combine different types of still and moving images, such as real shots, X-rays, EEG, histological sections, and photographs. Moreover, they provide informations on the history of medical imaging, i.e. the usefulness of audiovisual devices expanding the field of scientific knowledge. This is also the case with the Waldau collections analyzed by Raphaël Tinguely, Léa Ritter, and Lucas Iliani. The hybridity of both the collections and the films of which they are composed requires us to trace the wider network in which they are embedded. According to Caroline Fournier, head of the film department of the Cinémathèque suisse, hybridity is what characterizes the production of amateur films—a paradigm that allows to understand the particularity of these film practices.

Léa Ritter and Lucas Iliani from the Cinémathèque suisse

Another question raised by the original usefulness is the content of these images. What exactly is the camera filming? Illnesses; patients, doctors, interactions between patients and medical staff; state of research; brain, mind, body, etc.?

Among those listed elements, the question of the patients has proven to be of a central importance. Who are they, where do they come from, how do they experience medical observation and filming; who are these invisible and unknown people on the screen? It seems quite difficult to trace their history, and when we do have some elements, the only come in fragments. Different sources provide us with data: film storage material, administrative records, patient records, written testimonies, drawings, interviews with relatives, etc. But as Maia Woolner showed, this lack of information about patients is meaningful. It reveals something about the status of patients as objects of experimentation, demonstration, or medical observation – hence, Christian Bonah‘s call to avoid the anonymization of data for legal reasons, as this process contributes to the invisibilization of people who have nevertheless played an essential role in the history of medicine. He also rightly reminded that the question of patients’ consent to be filmed is not just an ethical issue but also a legal one. In any case, solutions need to be found to conceptualize this invisibilization of patients, by drawing, for instance, on the social history of medicine, or the spectralities studies, which are interested in social groups neglected by canonical history.

The uncanny dimension of patients was also raised. While it strikes as obvious to today’s researchers, it is safe to assume that this must also have been the case, at least to some extent, for the experts watching the films at that time of their production. For example, it is difficult to make sense of images of patients who have completely lost control of their bodies and minds, as David Cantor has noted. And how to deal with the aesthetic dimension of certain shots that reduce patients to elements of the “medical set”? Part of the uncanny comes from their nudity, which emerges as a representational convention since the beginning of neuro-psychiatric cinema. For some speakers, nudity meets a need for visibility of every part of the body and muscles affected by pathological movements. For others, it is a cultural convention that allows nature and culture to be contrasted, with patients embodying the primitive and doctors the civilized. It can be used to contrast the healthy body (that of the doctor who stands by the patients) and the sick body of the patient, in a comparative gesture typical of medical thought.

But is the nakedness always necessary? In some cases, the nudity does not fail to add something spectacular to the representation. According to Christian Bonah, some of these films appear as “medical exploitation films,” in that they rely on sensationalist effects. For this reason, they lend themselves to all sorts of hijackings, as illustrated by the films of Doyen that circulated on fairgrounds. One solution might be to contextualize these images when shown today, following the model of platforms such as Medfilm or the Wellcome collection.

From Lorenzo Lorusso’s presentation about Gaetanno Rummo

In any case, these films need to be interpreted as a history of specific power relationships, as for instance, the history of Western colonialism, and more generally the history of the stigmatization of the insane based on processes of exclusion and inclusion (in other words, in terms of negotiation, as suggested by Katrin Luchsinger). As Christian Bonah highlighted, one must be careful not to essentialize what one sees, as films always reveal more than the doctors wish to show; indeed, while mechanical objectivity is inherent in the film medium, film is underpinned by ideological, even political, issues, as Paula Arantzatzu showed.

Katrin Luchsinger has raised a yet another essential question on the subject of patients, namely that of the emotions aroused by these images of madness. She reminded how important it is to take time to watch and process these films and photographs. She also drew attention to the aesthetic and spectacular dimensions that escape those who produce the images. These films also respond in a way to existential questions that will be at the core of the avant-gardes, as when they display new images of the body and mind, through new technologies, a theme highly relevant for artists from the beginning of the 20th century.

Psychiatrie Museum Bern

There are still many more questions that need to be answered: Who is filming? Who is behind the camera? Doctors, operators, assistants? How are we filming? Is it just to document experiments that confirm research hypotheses (as for W. R. Hess) or to create a sophisticated discourse to be presented to peers at conferences (as for Subirana)? Who is watching these films? Medical and non-medical audiences (films do not always reach their original audience and may be enjoyed for their spectacular dimension outside the medical realm)? How should the issue of sensitive data be approached (we have seen that there are different “schools of thought” depending on the institution)?

References

Charles R. Acland & Haidee Wasson (ed.) (2011), Useful Cinema, Durham-London, Duke University Press.

Maike Rotzoll & Christian Bonah (2015), “Psychopathologie en mouvement. Histoire des films à Strasbourg et à Heidelberg”, in Ch. Bonah, A. Sumpf, Ph. Osten, G. Moser, T. Close-Koenig & J. Danet (eds.), Le Pré-Programme. Film d’enseignement / film utilitaire / film de propagande / film inédit dans les cinéma et archives de l’interrégion du Rhin Supérieur. 1900-1970. Une étude comparée franco-allemande, Heidelberg-Strasbourg, A25 Rhinfilm.

« Médecine et cinéma » selon la Revue Ciba (1948)

« Lorsqu’on réfléchit aux divers rôles que le cinéma est appelé à remplir aujourd’hui en biologie et en médecine, on voit qu’il faut distinguer clairement entre le film servant à la recherche expérimentale et le documentaire scientifique. Le chercheur se sert du film comme de toute autre méthode d’investigation et n’y voit qu’un moyen auxiliaire pour résoudre tel ou tel problème d’expérimentation. Pour lui le film reste toujours un moyen et n’est en aucun cas un but en soi. Un documentaire scientifique, en revanche, doit renseigner le plus exactement possible sur tout un domaine de recherches et en général de présenter d’une manière attractive, mais pourtant suffisamment complète, diverses méthodes expérimentales et les résultats qu’elles permettent d’atteindre. Il doit donc suivre les règles de la technique du film et répondre même à certaines exigences de nature purement artistique. » (Gross 1948, 2461)

Tiré d’un numéro de la Revue Ciba de 1948 consacré aux liens entre cinéma et médecine, l’article du docteur Franz Gross (1913-1984) intitulé « Le cinéma et les recherches biologiques » insiste sur la différence entre le film réalisé dans le but de soutenir le travail du chercheur et le documentaire à l’attention d’un public plus ample mais relativement spécialisé, comme les étudiants en médecine, les instituts et laboratoires de recherche, les firmes pharmaceutiques, etc.

« Le film expérimental, au sens le plus strict du terme, se limite à l’étude des mouvements et des fonctions, qu’il s’agisse d’un système particulier ou d’un organisme entier. Il s’applique surtout aux mouvements se déroulant en un temps extrêmement long et échappant par conséquent à l’analyse directe, ou bien à quelque fonction normale ou pathologique dont on désire analyser très exactement les phases successives », précise Gross. Grâce au ralenti, à l’accéléré, à la répétition en boucle ou au grossissement de l’image, le film permet d’examiner au plus près les « réflexes de positions de postures » tel qu’illustré par les travaux de Rudolf Magnus (1873-1927) à Utrecht ou les « fonctions du diencéphale » étudiées par Walter Rudolph Hess (1881-1973) à Zurich – deux savants cités par Gross. Le film expérimental tire donc profit des ressources de la technique et du langage cinématographiques pour fournir des données de recherche « brutes », utiles au progrès de la connaissance.

Collection Magnus-Rademaker, c. 1940

Si le « film expérimental » complète les instruments d’investigation usuels dans l’enceinte du laboratoire, le « documentaire scientifique » est destiné à circuler plus largement. C’est dans le registre de l’éducation qu’il rend des services précieux, estime Gross : « Il permet de familiariser les étudiants avec les expériences, les méthodes d’examen, tant techniques que pratiques, dont la connaissance est indispensable à leur formation professionnelle ». (2465). Le documentaire scientifique permet « de faire voir à un grand nombre de personnes des phénomènes qui ne pourraient être directement observés que par quelques spectateurs au plus » (2465). Parmi ce type de productions, on compte des « films réservés exclusivement à la clinique » qui exposent « une méthode opératoire », les « particularités d’un procédé thérapeutique » ou « la reproduction d’une maladie rare ou de quelques symptômes importants ». Afin de conserver toute leur valeur scientifique et didactique, la réalisation ne doit pas « se laisser aller à des effets de pure suggestion. Il ne faut pas non plus que des concessions trop larges à un public dont la culture est insuffisante fassent, par des simplifications excessives, perdre au film documentaire sa valeur scientifique et l’abaissent au rang d’une démonstration pseudo-scientifique ». (2465). Partant, il est nécessaire, précise le savant, de « suivre les règles de la technique du film », tout en veillant à sa qualité visuelle et narrative.

Peut-on appliquer cette distinction aux films des collections Waldau ? En partie oui, même si cette typologie mérite d’être nuancée, les valeurs heuristiques, épistémiques, éducatives et promotionnelles du film neuropsychiatrique étant parfois difficiles à séparer. Les modalités de diffusion des images participent par exemple à brouiller la limite entre ambitions « expérimentale » et pédagogique, comme lorsqu’un film fournit des photogrammes pour illustrer un article scientifique ou pour constituer une planche didactique (voir illustration ci-dessus). On pourrait dire qu’une grande partie du corpus étudié jusqu’ici appartient à la catégorie du « film expérimental », attendu que les psychiatres se servent du cinéma afin d’examiner les troubles neuropsychiatriques et parfois leurs modifications sous l’effet de certains médicaments.

Archives Ernst Grünthal – Psychiatrie Museum Bern

C’est le cas des films réalisés par Ernst Grünthal et des collègues, entre 1954 et 1957, dans le contexte d’un projet FNS intitulé « Étude de l’apparition et du développement de syndromes psychopathologiques fonctionnels et organiques en fonction de perspectives méthodologiques diverses » (Tinguely 2020 : 65-72). Montrant différents patients atteints de schizophrénie, d’épilepsie, d’artériosclérose, de la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, du syndrome de Benedikt, etc., ces courts métrages constituent en effet « une méthode d’expérimentation », la technique filmique servant très directement la recherche scientifique. La perspective « interne » (les films ont une circulation très restreinte) et la collecte systématique (on multiplie les prises de vues jusqu’à plusieurs dizaines) expliquent probablement la facture relativement modeste de ces images. Les mouvements de caméra brusques ou hésitants, le cadrage parfois approximatif ou l’éclairage maladroit font d’Ernst Grünthal la figure « parfaite » du psychiatre amateur en cinéma. Tous ces aspects confirment l’idée avancée par Franz Gross que le film « expérimental » n’est pas « un but en soi », mais « un moyen auxiliaire ». Rien à voir, toutefois, avec la catégorie du film expérimental telle qu’adoptée par la critique et l’histoire du cinéma pour qualifier des œuvres contestant les normes du mode de production/représentation dominant. L’adjectif renvoie ici plutôt à la tradition de la philosophie des sciences où la démarche expérimentale guide le protocole de recherche.

La catégorie de documentaire scientifique soulève davantage de questions puisque tout film de recherche est susceptible d’être montré à des étudiants en formation, comme en attestent les pratiques filmiques autour de la Waldau. Franz Gross entend-il par là des films esthétiquement et narrativement plus « sophistiqués », orientés par un « récit », attestant d’une maîtrise assez poussée du langage cinématographique ? Si tel est le cas, entreraient dans cette catégorie les films de prévention sanitaire qui cherchent à informer et à éduquer le public en matière de comportements. Mais qu’en est-il des films qui font la promotion d’une pratique ou d’une institution médicale ? Faudrait-il leur réserver le terme de film documentaire, au sens d’une œuvre offrant des informations factuelles sur le monde extérieur, présentant un milieu, des événements, des personnes que l’on peut attester en dehors du film, proposant un point de vue sur la réalité filmée à travers le montage, le cadrage, les mentions écrites, etc. ?

Chirurgie. Handwerk von damals. Wissenschaft von heute [La chirurgie. L’artisanat d’autrefois. La science d’aujourd’hui] (Valentine de Kerven, 1938)

Prenons l’exemple du très beau Chirurgie. Handwerk von damals. Wissenschaft von heute [La chirurgie. L’artisanat d’autrefois. La science d’aujourd’hui] de Valentine de Kerven, infirmière et fille du chirurgien-directeur de l’Hôpital de l’Île de Berne, Fritz de Quervain (1868-1940). Réalisé probablement en 1938 à l’occasion du 70ème anniversaire de ce dernier, Chirurgie emprunte au style documentaire, mais aussi au film promotionnel. Il s’ouvre sur une vanité où un livre ancien vient symboliser le passé artisanal de la discipline (il se terminera sur une « nature morte » composée d’une pile d’ouvrages, de flacons et d’un microscope, le tout posé sur une plaque tournante). Aux plans en plongée zénithale sur la ville de Berne succèdent les façades extérieures de l’Hôpital de l’Île dont l’architecture épurée tranche avec la gravure ancienne montrée plus tôt. Si jadis on sciait la jambe d’un malade à domicile, sans ménagement, en 1938 le système de santé helvétique dispose de toutes les dernières technologies pour examiner, anesthésier et soigner les patients (rayons X, microscope, appareil de radiothérapie, électrocardiogramme, etc.). Le film passe ainsi en revue plusieurs secteurs d’activités, du soin à la formation, en passant par la recherche et l’administration. Répondant aux « exigences de nature purement artistique », pour reprendre les termes de Gross, chaque plan suggère la situation avant-gardiste d’une institution médicale dirigée par un homme, Fritz de Quervain, aux multiples talents – j’écris « suggère » car il nous manque la bande son qui devait comprendre un commentaire et peut-être une musique extradiégétique.

Fritz de Quervain dans Chirurgie (c. 1938)

Érigeant une œuvre à la gloire tant de la chirurgie que de son père, Valentine de Kerven insiste sur un appareil employé dans l’enceinte de l’hôpital : le cinématographe. Un plan d’un opérateur chargeant la pellicule dans un projecteur, puis d’un amphithéâtre progressivement rempli d’étudiants rappellent la fonction pédagogique du film dans le cursus médical. C’est précisément dans ces images que se rencontrent les deux catégories de films utilitaires analysées par Gross – le « documentaire scientifique » mettant en abyme le « film expérimental ». Alors que toutes les technologies évoquées dans Chirurgie. Handwerk von damals. Wissenschaft von heute dotent le film d’une dimension réflexive, la monstration du projecteur encourage à considérer le cinéma comme un média « inclusif », en mesure d’« assimiler » tous les appareils mis en exergue pour célébrer la modernité de la médecine, qu’ils soient optiques ou électroniques. L’animation didactique décrivant le fonctionnement de l’électrocardiogramme soutient bien ce processus de remédiatisation – au sens de Bolter & Grusin –, un processus qui hisse le cinéma au rang de « super » support médiatique lorsqu’il s’agit de vanter les mérites d’une institution médicale.

Si cet exemple semble combiner les deux types de films utilitaires discutés par Gross dans son article, force est de constater qu’il complique aussi la donne, en ce qu’il rend difficile le partage entre documentation d’un état du savoir et d’une pratique, célébration d’une institution et d’un homme (Fritz de Quervain) et film de famille (car réalisé par la fille du « protagoniste » principal). C’est pourquoi, une analyse au cas par cas, à la fois interne (textuelle) et externe (contextuelle) s’avère plus productive que le recours aux typologies.

Plan de fin (Chirurgie, 1938)

Remerciements : Merci au prof. Hubert Steinke, directeur de l’Institut d’histoire de la médecine de l’Université de Berne pour nous avoir transmis une copie du film de Valentine de Kerven.

Références

F. Gross, « Le cinéma et les recherches biologiques », Revue Ciba, n°70, septembre 1948, pp. 2461-2467 (docteur du département de biologie de Ciba Société Anonyme, Bâle).

Raphaël Tinguely, Les films neuropsychiatriques d’Ernst Grünthal au Hirnanatomisches Institut de la Waldau, 1934-1965, mémoire de Master en lettres, Université de Lausanne, septembre 2020.

CFP – Useful Film in (Neuro) Psychiatry Europe, 1900–1950. Update on Current Research

Workshop – University of Lausanne 3-4 March 2022

Since its inception, the cinematograph had many applications in the medical field, and particularly in the fields of psychiatry, neurology and neuropsychiatry (Lorusso & Venturini 2019). With surgeons, neurologists and psychiatrists are at the forefront of using film as a tool for analyzing, storing, archiving, and transmitting knowledge. For a long time, the (neuro) psychiatric films made by doctors as part of their teaching and research have been overshadowed by educational and health films. But since 2000, and especially 2010, scholars from different disciplines are increasingly interested in these practices. Several interdisciplinary teams have conducted research, with the aim of rehabilitating film as a privileged source for both the history of medicine and the history of cinema.

This interest stems partly from discoveries of films thought to be lost, such as the Magnus-Rademaker collection (1909–1940) (Koehler, Lameris & Hielscher 2015; Koehler & Lameris 2016). We can also mention the research in Italy on the Vincenzo Neri collection (Lorusso, Vanone & Venturini 2012; Vanone, Lorusso & Venturini 2015; Venturini & Lorusso 2013); in Germany on the Arthur Simmons and Max Nonne collections (Holdorff 2010, 2012, 2016); in Belgium on the Van Gehuchten collection (Aubert 2002a, 2002b, 2009, 2016); or in Rumania on the G. Marinescu collection (Buda et al. 2009). All these studies, and many others, show the dynamism of a field of research in continuous expansion.

Scholars face several challenges in front of films made by mental health professionals. How to locate objects that are poorly (or not at all) identified? How to understand them in the absence of sufficient information about their production and distribution context? How to work on films that are in poor condition? How to solve problems of access to sensitive data? How to establish productive transdisciplinary collaborations? Indeed, there is still much to be done to build on these documents defying traditional classifications (e.g. the distinction between documentary and fiction) and even escape knowledge altogether, as they “sleep” at the bottom of a closet, in a hospital, a bunker or the cellar of private owners.

Such investigations involve observing the contexts in which the film medium is used. But also, how scientific practices, observation protocols and discursive logics discipline-specific shape the medium and the uses of film. If the film is embedded in a preexisting framework that it modifies, it is itself also transformed in return by its environment of use. For this reason, it would be essential to question the consensus on the epistemic value of the “medical gaze” as mediated by film.

Focusing on the study of films shown in medical institutions, in lecture halls and at scientific conferences, this workshop has several goals: to map the state of research on works devoted to useful films in the field of neurology, psychiatry and neuropsychiatry, in Europe between 1900 and 1950; to highlight investigations on poorly known or unknown film collections; to serve as a starting point for one to two publications (journal issues). The main purpose is thus to increase our knowledge on practices that have long been considered “marginal” both in the medical humanities and in the history of cinema (and the media

We seek papers that may provide some answers to one or other of these questions:

  • In which context (historical, institutional, scientific, etc.) do doctors appropriated the filmic medium?
  • What are their needs and expectations regarding film?
  • What are their explicit and implicit goals?
  • What conception(s) of cinema underlie(s) the use of the moving image?
  • What formal elements of the technology are considered productive or counterproductive?
  • Which criteria lead doctors to emphasize certain technical properties of the medium to the expense of others?
  • Which issues are raised by the films in the medical community?
  • How are the films distributed and watched?
Film reel, Waldau collections, Cinémathèque suisse (picture by MB)

Contributions can include but are not limited to the following topics:

  • Study of specific film collections, or other related media as film operates in conjunction with other visual media (Lorusso, Venturini 2019)
  • Methodological issues raised by the examination of such sources, including issues related to their preservation and storage
  • Theoretical questions, as long as they are supported by a case study
  • Investigation of institutional or personal synergies on a European scale (Switzerland, France, Italy, Belgium, the Netherlands, Great Britain, etc.), given the intense circulation of medical expertise during the twentieth century

Organization committee: Mireille Berton, Elodie Murtas, Raphaël Tinguely

Scientific committee: Mireille Berton, Christian Bonah, Peter Koehler, Lorenzo Lorusso, Simone Venturini

Proposals submission

  • Abstract submission deadline: November 15, 2021
  • Ideally, each abstract should articulate: 1) an issue or research question to be discussed, 2) a source-based case study 3) a methodological or critical framework used, and 4) expected findings or conclusions
  • Decisions will be communicated to the authors by November 30, 2021
  • Title and abstract (400 words max.), and a short bio (200 words max.) should be submitted in Word format to Mireille.Berton@unil.ch 

Practical info

  • Language: English
  • Location: University of Lausanne, Dorigny campus, Switzerland
  • Expenses covered: one night’s accommodation, meals, travel within Europe
  • No payment from the participants will be required
  • Contact: Mireille.Berton@unil.ch or Raphael.Tinguely@unil.ch

Timeline

  • November 15, 2021: application deadline
  • November 30, 2021: notification of acceptance
  • February 1, 2022: submission of a long abstract (500-600 words)
  • March 3-4, 2022: workshop
  • September 1, 2022: submission of the articles for publication

Bibliography

AUBERT, Geneviève (2016), “Cinema and Neuroscience: Development and Application of Cinematography in the Field of Neurosciences”, Journal of History of Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 1–2.

AUBERT, Geneviève (2009), “Neurological Illustration: From Photography to Cinematography”, Handbook of Clinical Neurology, Nr. 95, 289–302.

AUBERT, Geneviève (2002a), “Arthur Van Gehuchten Takes Neurology to the Movies”, Neurology, Vol. 59, Nr. 10 (November 26), 1612–1618.

AUBERT, Geneviève (2002b), “From Photography to Cinematography: Recording Movement and Gait in a Neurological Context”, Journal of the History of Neuroscences, Nr. 11, 248–257.

Buda O., Arsene D., Ceausu M., Dermengiu D. & Curca G. C. (2009), “Georges Marinesco and the Early Research in Neuropathology”, Neurology, Vol. 72, Nr. 1 (January 6), 88–91.

CURTIS, Scott (2016), “Dissecting the Medical Training Film”, in Marta Braun, Charlie Keil, Rob King, Paul Moore & Louis Pelletier (ed.), Beyond the Screen. Institutions, Networks and Publics of Early Cinema, Bloomington, Indiana University Press, 161–167.

CURTIS, Scott (2015), The Shape of Spectatorship. Art, Science, and Early Cinema in Germany, New York, Columbia University Press.

HOLDORFF, Bernd (2016), “Arthur Simons (1877-1942) and Tonic Neck Reflexes With Hemiplegic ‘Mitbewegungen’ (Associated Reactions): Cinematography From 1916-1919”, Journal of History of Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 63–71.

HOLDORFF, Bernd (2012), “Arthur Simons (1877-1942) über tonische Halsreflexe beim Hemiplegiker mit Demonstration seines Film (mit Fällen aus den Jahren 1916-1919)”, Der Nervenartz, Nr. 83, 514–520.

HOLDORFF, Bernd (2010), “Max Nonne und die Kriegsneurose: Mit Filmdarstellung der Kriegszitterer vor und nach Hypnose von Max Nonne/Hamburg (1918). Zur Erinnerung an Max Nonnes 50. Todestag”, Schriftenreihe der Deutschen Gesellschaft für Geschichte der Nervenheilkunde, Nr. 16, 197–208.

LORUSSO, Lorenzo & VENTURINI, Simone (2020), “Cinema and Neurology: From History to Therapy”, dans Bruno Colombo (ed.), Brain and Art. From Æsthetics to Therapeutics, Cham/CH, Springer, 95–120.

LORUSSO, Lorenzo, VANONE, Federico & VENTURINI, Simone (2012), “L’arrivo e le sue tracce: la collezione Vincenzo Neri”, Immagine. Note di storia del cinema, Nr. 6 (July-August), 32–54.

KOEHLER, Peter J., LAMERIS, Bregt & HIELSCHER, Eva (2016), “Neurocinematography in Pre-World War II Netherlands: The Magnus-Rademaker Collection”, Journal of the History of the Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 84–101.

KOEHLER, Peter, J. & LAMERIS, Bregt (2016), “The Magnus-Rademaker Scientific Film Collection: Ethical Issues on Animal Experimentation (1908-1940)”, Journal of History of Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 102–121.

VENTURINI, Simone & LORUSSO, Lorenzo (2013), “Vincenzo Neri: Anatomy of a Finding”, Tijdschrift voor Mediageschiedenis, Vol. 16, Nr. 1, 112–116.

Neuropatologia (Camillo Negro) 1915 – Museo del cinema

Alcool, psychiatrie et cinéma dans la Suisse des années 1930

Il revient à l’historien du cinéma Pierre-Emmanuel Jaques d’avoir examiné attentivement comment le cinéma, dès ses origines, est utilisé en Suisse pour lutter contre l’alcoolisme. En sorte que l’on sait maintenant qu’il existe de nombreux films helvétiques de fiction, documentaires ou « utilitaires » (Gebrauchsfilme) qui, au niveau diégétique, « s’attachent à montrer les conséquences inéluctables de la boisson : dettes, ruine, destruction de la famille, voire la maladie et la mort [et où, au contraire], le vœu d’abstention et la promesse tenue trouvent leur récompense. […] Tournés dans des lieux certainement reconnaissables par les spectateurs, [ces films] s’appuient […] sur la représentation d’un monde familier, rural, avec ses activités propres (le travail aux champs, le culte, le bal) » (Pierre-Emmanuel Jaques, 2007 : 196).

Mais le cinéma, ce n’est pas seulement des histoires racontées à l’écran, c’est, en même temps, des séances faites de discussions et de débats qui se tiennent en amont ou après – voire pendant – la projection. Ce qui explique que « [t]outes sortes d’associations ont […] recour[s] au cinéma pour des assemblées ou pour promouvoir leurs activités. […] [Celles-ci] usent de “l’arme cinématographique” dans un but de prosélytisme et de conviction. […] [Par le biais de films éducatifs et de discours ad hoc,] [l]es organisations à visée prophylactique se servent abondamment du cinéma pour convaincre les spectateurs d’adopter des comportements appropriés. Les ligues antialcooliques s’en saisissent extrêmement tôt : en 1898 on trouve déjà la trace de projections organisées sous l’égide de la Croix-Bleue de Genève. Plus tard, la Fédération antialcoolique fait [quant à elle] appel au cinéaste Jean Brocher [(1899-1979)] pour alimenter son fonds de films » (Gianni Haver et Pierre-Emmanuel Jaques, 2003 : 43 ; en ce qui concerne Jean Brocher, voir Pierre-Emmanuel Jaques, 2011).

Afin d’illustrer cette conjoncture, j’aimerais pour ma part revenir sur l’une des controverses des années 1930 où, en Suisse, il est question d’alcool, de psychiatrie et de cinéma. À l’origine de cette polémique ont lieu, en août 1935 à Lausanne, deux manifestations : la première est le IVe Congrès international de la vigne et du vin, qui réunit des professionnels concernés par « “la situation viti-vinicole mondiale, et les effets de la surproduction comme de la sous-consommation” » d’alcool (Anonyme, Le Journal de Genève, 28 août 1935). À cette occasion, il s’agit pour les vignerons et les distributeurs de boissons de réfléchir, ensemble, sur l’avenir du marché et sur la possibilité d’accroître leurs bénéfices respectifs. Car, chez les producteurs et les exportateurs suisses, on regrette que la crise boursière de 1929, les croisades antialcooliques et le développement du sport aient diminué la consommation de vin et de liqueurs sur le territoire national et dans d’autres pays.

S’adjoint à cet événement commercial une seconde assemblée où l’on se préoccupe plutôt des effets sanitaires de l’alcool, soit le Ier Congrès international des médecins amis du vin, qui se déroule du 26 au 31 août 1935 à l’Université de Lausanne (UNIL). Les praticiens qui y siègent n’ont cependant qu’un seul objectif en tête, peu éloigné des intérêts des milieux économiques : « prôner le vin au point de vue hygiénique et thérapeutique » (Anonyme, L’Information, juillet 1935). Aux yeux de ces soignants, l’alcool n’a rien de « toxique » ; il possède au contraire des vertus curatives puisque, nous dit-on, comme l’affirme un « vieux refrain militaire : Le vin est salutaire / Dieu ne le défend pas. / Il n’eût pas mis la vigne en terre, / S’il eût voulu qu’on n’en bût pas.” » (Henry Wuilloud, Le Confédéré, 28 août 1935, p. 3).

En raison de leur position libérale vis-à-vis de l’alcool, ces « médecins amis du vin » s’attirent les foudres de la Société vaudoise de médecine (SVM) et de la Société suisse de psychiatrie (SSP). Le psychiatre Oscar L. Forel (1891-1982) se révèle le plus virulent d’entre eux : « avec un entrain communicatif, [le directeur de l’Hôpital Les Rives de Prangins] flétrit [dans la presse] les médecins qui se sont mis au service du grand commerce vinicole [à savoir les organisations faîtières suisses, l’Office international du Vin de Paris et l’Institut agricole de Rome] et qui se font les défenseurs de suggestions aussi irresponsables que la réintroduction du vin dans les [asiles et les] hôpitaux, les casernes, […] l’alimentation de l’enfant, etc. » (Anonyme, « Au 2me Congrès national des Médecins-amis des vins de France » [sic], L’Abstinence, 3 août 1935, p. 3).

De gauche à droite : Auguste Forel (1848-1931), Armand Forel (1920-2005) et Oscar L. Forel (environ 1930). D’après Oscar L. Forel, La Mémoire du chêne, Lausanne, Éditions Pierre-Marcel Favre, 1980

Reste qu’Oscar L. Forel ne se contente pas de simples déclarations dans des journaux. Il met également sur pied, le 12 juillet 1935, une rencontre à la Maison du Peuple de Lausanne pour dissuader la population de se déplacer en masse au Congrès international de la vigne et du vin, et au Congrès international des médecins amis du vin. Son argumentaire consiste alors à « [d]isséquer » les habituelles assertions fallacieuses et « hypocrite[s] » des viticulteurs et des scientifiques, amenés à se rassembler bientôt à proximité des rives du lac Léman (ACV SB 283, Oscar L. Forel, 12 juillet 1935). Il précise à ce sujet : « [J]e veux le dire bien haut ici ce soir : […] nous ne voulons pas être des dupes d’une habile propagande [pro-alcool] qui se fait à nos dépens et que le Conseil fédéral soutient de son autorité et avec notre argent de contribuables ».

Empreinte de démagogie, la rhétorique pseudo-démystificatrice et populiste d’Oscar L. Forel, qui s’exprime – faut-il le répéter – dans le cadre d’un espace dédié aux classes ouvrières, exploite l’idée d’un abus de pouvoir des élites économiques et politiques, qui chercheraient à tirer profit de la vulnérabilité d’hommes et de femmes asservis à l’alcool (« Alcool = esclavage = dégradation »).

Son accusation de compromission de l’État en regard des lobbies du vin s’adosse ensuite à un argument d’autorité : « Il me paraît intéressant de vous communiquer la résolution de la S.S.P., c’est-à-dire de la Société qui réunit la majeure partie des spécialistes s’occupant des affections nerveuses et mentales. […] “La S.S.P., dans sa séance du 12 mai 1935 à Wil (St. Gall) […] proteste à l’unanimité contre le fait que le vin puisse être considéré comme médicament ou comme aliment. Elle proteste aussi contre le fait de vouloir donner une allure scientifique à un congrès qui ne pourra avoir qu’un but purement économique […]. J’ai une trop haute opinion de la profession médicale pour ne pas considérer comme un honneur le privilège de vous résumer comme suit le point de vue médical : Le médecin voit les ravages de l’alcoolisme – nous psychiatres […] [nous]devons prévenir, et pas seulement guérir. Nous ne pouvons pas nous associer à une campagne en faveur du vin ».

Ce message, Oscar L. Forel souhaite de plus le faire passer à la radio (ACV, Oscar L. Forel, 13 juin 1935). Or le directeur de Radio-Lausanne, Édouard Muller, refuse de lui accorder du temps d’antenne. Qu’à cela ne tienne, le psychiatre s’oriente vers un autre média : le cinéma. Il panifie ainsi une conférence avec projection, quelques mois plus tard, au Temple de Nyon (ACV, Oscar L. Forel, 15 juillet 1935 ; sur les cinémas de la commune de La Côte, voir Robert Cerruti, 2015). La « leçon » a lieu en octobre 1935, et s’axe autour du film Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929).

Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929) © Archives de l’Histoire rurale

Oscar L. Forel commence son exposé en rappelant que la consommation excessive d’alcool « contribue à l’affaiblissement de la race et à l’appauvrissement du peuple » (ACV, Oscar L. Fore, sine die, octobre 1935). Il s’efforce d’autre part de conclure un pacte de lecture avec les spectateurs présents, en les enjoignant à ne pas uniquement « diriger [leur] attention vers les beaux vergers de notre canton » qu’ils verront à l’écran, mais également à garder à l’esprit, pendant toute la projection, l’importance que revêt le combat d’hygiène mentale contre l’alcool. En bref, le psychiatre encourage le public à ne pas adopter une posture (trop) contemplative, c’est-à-dire passive et indocile.

Par ailleurs, son préambule vise à mettre en relief les alertes intrinsèques du court métrage, qui apparaissent par le truchement de cartons. Grâce à ces éléments de ponctuation, on apprend effectivement que de nombreux fruits de table, qui ne trouvent pas de place sur les étals des marchés suisses, sont transformés en eaux-de-vie des plus nocives (Fig. 1-3).

Fig. 1-3. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)

Tant et si bien que ces boissons se « répand[ent] comme un flot » (Fig. 4) dans les commerces de vins et de spiritueux. La métaphore de la submersion est renforcée au demeurant par un insert qui nous montre un violent torrent d’eau (Fig. 5) – le texte et l’image entrant en relation syntagmatique (« montage parallèle » selon le vocabulaire metzien) (Christian Metz, 1968).

Fig. 4-5. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)

Sur ces entrefaites, les mots se font plus durs : on compare l’alcool à un véritable « poison », qui représente un « danger public » (Fig. 6). À l’aide d’un texte scripturé hautement stylisé qui envahit tout l’écran (Fig. 7-14), le film se poursuit en indiquant que l’eau-de-vie (« schnaps ») met en « péril » « les santés et les foyers ».

Fig. 6. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)
Fig. 7-10 (gauche) Fig. 11-14 (droite). Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)

L’intempérance est donc à la fois un problème d’ordre médical et un problème d’ordre socio-politique. Ce dernier aspect constitue un facteur central, étant donné qu’il permet de mieux comprendre la raison d’être du court métrage.

Il s’avère que celui-ci est en fait un film de commande, exécuté selon la volonté du Conseiller fédéral Jean-Marie Musy (1876-1952) dans le cadre de sa campagne de 1929 sur la taxation des eaux-de-vie et la limitation du nombre de distilleries domestiques (Roland Cosandey, 2015 et 1994). Rien d’étonnant à cela, si l’on se souvient que l’homme politique de droite radicale envisage à plusieurs reprises, au cours de sa carrière, le cinéma comme un outil d’influence majeur – comme en témoigne son film de 1938 aux accents (ultra)nationalistes et pronazi, La Peste rouge (Daniel Sebastiani, 2004 ; Roland Cosandey, 1997).

Un discours traditionnaliste imprègne d’ailleurs aussi Quand mûrissent nos fruits : on y vante la compétitivité et l’excellence de l’industrie suisse inégalée à l’échelle planétaire (fromageries, chocolateries, horlogeries, bijouteries, broderies, soieries) (Fig. 15-19) et, surtout, on y glorifie le modèle « militaro-viril » (Mathieu Marly, 2019) du corps en mouvement (plongeurs, gymnastes, footballeurs, lanceurs de poids) (Fig. 20-22). Le culte de l’homme masculin, athlétique, jeune et patriote est exalté, encore davantage, via la figure du lanceur de drapeau (Fahnenschwinger), qui incarne un idéal de force physique et morale, de discipline et de maîtrise de soi. Cette association entre virilité et Nation figure du reste à l’écran par le biais de la surimpression d’un drapeau suisse avec lequel se confond littéralement son lanceur (Fig. 21).

Fig. 15-19. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)
Fig. 20-22. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)
Fig. 21. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)

On l’aura compris, la mise en scène de ce jeu d’adresse, caractéristique de l’imaginaire folklorique et militaire suisse, oppose implicitement au corps « sportif » et « sain » un corps « non-sportif » et « malade » : celui de l’homme alcoolique.

C’est pourquoi Oscar L. Forel adhère si aisément au récit du court métrage et s’en empare pour sa conférence. En tant qu’homme de droite (ACV PP 1035) et en tant que psychiatre, le directeur de l’Hôpital Les Rives de Prangins n’hésite pas une seconde à étayer ses propos sur les « buveurs de vin », l’explosion des rentes d’invalidité et la « dégénérescence de la race » à Quand mûrissent nos fruits (ACV SB 283, sine die, octobre 1935).

La figure négative de l’« ivrogne » dessinée en creux par le film l’autorise même à s’aventurer sur un terrain politique, en proposant des : « Remède[s] : I. Suppression de la distillation à domicile par rachat des alambics. II. Imposition des boissons distillées et suppression de l’impôt sur les boissons non distillées ». À cela s’ajoute des recommandations nutritionnelles : pour le psychiatre, il faut inciter les Suisses à manger plus de « [f]ruits de table […] [qui possèdent] des vitamines, des sels minéraux, et du sucre. Ce dernier est supérieur au sucre raffiné. […] [L]es fruits [sont importants] dans les régimes [car ils permettent de soigner] : diabète, maladies du foie, […] tuberculose, maladies des reins (préférable aux cures de lait), […] désintoxications alcooliques ». En un mot, le raisin doit être mangé, d’après Oscar L. Forel, en grappes, et non sous ses formes transformées et alcoolisées, comme le réclament les conférenciers du Congrès international de la vigne et du vin, et du Congrès international des médecins amis du vin.

Archives

Archives Cantonales Vaudoises (ACV), Rue de la Mouline 32, 1022 Chavannes-près-Renens, Fonds : Hôpital psychiatrique de Prangins (SB 283) et Fonds : Forel (Oscar), 1880-1982 (PP 1035).

Archives de l’Histoire rurale, Villettemattstrasse 7, 3007 Berne.

Sources

Anonyme, Le Journal de Genève, 28 août 1935.

Anonyme, « Au 2me Congrès national des Médecins-amis des vins de France » [sic], L’Abstinence, 3 août 1935, pp. 1-3.

Anonyme, L’Information, juillet 1935.

FOREL, Oscar L., La Mémoire du chêne, Lausanne, Éditions Pierre-Marcel Favre, 1980.

WUILLOUD, Henry, Le Confédéré, 28 août 1935, p. 3.

Bibliographie

CERRUTI, Robert, Les Cinémas de Nyon : des origines à nos jours, Nyon, s.l., 2015.

COSANDEY, Roland, « Les cinémas de Nyon : questions d’échelle », Cinémathèque suisse [En ligne], juillet 2015, Adresse URL : https://www.cinematheque.ch/f/documents-de-cinema/salles-programmes-publics/nyon-par-r-cerruti/

COSANDEY, Roland, « Du bon usage du patrimoine cinématographique en Suisse : La Peste rouge (Suisse, 1938), Vous avez la mémoire courte (France, 1942), Guglielmo Tell (Italie, 1911) », Études et Sources, n° 23, 1997, pp. 255-290.

COSANDEY, Roland, « Cinéma politique suisse 1930-1938 : un coin du puzzle, à droite », Études et Sources, n° 20, 1994, pp. 184-185.

HAVER, Gianni et JAQUES, Pierre-Emmanuel, Le Spectacle cinématographique en Suisse (1895-1945), Lausanne, Éditions Antipodes & Société d’Histoire de la Suisse romande, 2003.

JAQUES, Pierre-Emmanuel, « Le cinéma au service des convictions : Jean Brocher », Cinémathèque suisse[En ligne], avril 2011, Adresse URL : https://www.cinematheque.ch/fileadmin/user_upload/Expo/monsieur%20x/brocher_carriere.pdf

JAQUES, Pierre-Emmanuel, « Cinéma et combat antialcoolique. De quelques films de la Croix-Bleue », Revue historique vaudoise, n° 115, 2007, pp. 189-197.

MARLY, Mathieu, Distinguer et soumettre. Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019.

METZ, Christian, Essais sur la signification au cinéma, Paris, Éditions Klincksieck, 1968. 

SEBASTIANI, Daniel, « Jean-Marie Musy (1867-1952), un ancien conseiller fédéral entre rénovation nationale et régimes autoritaires », Thèse de Doctorat, Université de Fribourg, 2004.

Des films pédagogiques pour le personnel infirmier en psychiatrie de la Waldau dans les années 1920-1930 ?

À partir du début du XXᵉ siècle, le métier d’infirmière en psychiatrie devient indissociable de celui de médecin-psychiatre. Car sans infirmières, pas de soins aux malades, et pas de surveillance au jour le jour pour celles et ceux qui représentent un danger pour eux-mêmes ou pour autrui. Pas de réformes thérapeutiques et institutionnelles, non plus.

Pourtant, peu de place a été accordée à ce métier dans les narrations classiques des historiennes et des historiens de la médecine ou de la psychiatrie. Pourquoi ce déni ?

C’est d’abord parce que cette profession dite « féminine » ne perpétue pas les récits hagiographiques des chroniqueuses et des chroniqueurs des temps jadis, centrés sur de grandes figures médico-scientifiques masculines qui, par bonté de cœur ou par génie thérapeutique, auraient « libéré » les « folles » et les « fous » de leurs « chaînes » — je pense notamment à l’aura dont bénéficiait et dont bénéficie encore l’aliéniste Philippe Pinel (1745-1826) dans l’histoire de la discipline.

C’est ensuite parce que le personnel infirmier en psychiatrie s’est constitué à partir d’une main-d’œuvre socialement déterminée et méprisée : celle des classes populaires. En effet, l’activité de « gardiennage » a longtemps été assurée par des femmes et des hommes issus de milieux défavorisés. Et la plupart du temps, dans ces espaces démunis et marginalisés, on se racontait peu, pour ne pas dire que l’on ne se racontait pas du tout. Sans journaux intimes et sans biographies permettant de faire résonner leurs voix, les infirmières et les infirmiers en psychiatrie ont, par conséquent, été privés d’un passé collectif et d’une mémoire commune.

Les choses ont malgré tout changé peu à peu au sortir de la Première Guerre mondiale quand le métier d’infirmière et d’infirmier en psychiatrie s’est professionnalisé, comme en témoigne, en Suisse, la création en 1922 de la revue Kranken- und Irrenpflege. Ce journal réunit tout de suite des infirmières et des infirmiers en psychiatrie, qui se sont syndicalisés après la Grève générale de 1918 (Landesstreik), ainsi que des médecins-psychiatres. Tous œuvrent alors ensemble dans le but d’améliorer la formation et les conditions de travail du personnel des asiles, des cliniques privées et des hôpitaux psychiatriques à l’échelle du pays. Au demeurant, leurs efforts se concrétisent en 1927 avec l’instauration des premiers examens nationaux dont la réussite octroie aux candidates et aux candidats un diplôme délivré par la Société suisse de psychiatrie (SSP).

On peut donc se réjouir que, depuis quelques années, des chercheuses et des chercheurs tentent de rendre visibles ces luttes et ces mobilisations (Sabine Braunschweig, 2013 ; Jérôme Pedroletti, 2004 ; Claude Cantini et al., 2000 ; Claude Cantini, 1999 ; Geneviève Heller, 2000 et 1996).

À la lecture de ces analyses, on constate toutefois que bon nombre d’exégètes se sont souvent intéressés qu’à certaines revendications et qu’à certains aspects de la vie quotidienne des infirmières et des infirmiers en psychiatrie, à l’instar des suivants : quelles étaient les doléances des premières associations défendant les intérêts des infirmières et des infirmiers en psychiatrie ?, Comment les différentes formations pédagogiques ont-elles été élaborées au niveau local puis harmonisées au niveau national ?, Quels étaient les rapports des infirmières et des infirmiers avec les malades ou avec les médecins ?, Quels traitements ces soignants pouvaient-ils administrer de manière autonome et en accord avec leurs supérieurs hiérarchiques ?, Comment étaient organisées concrètement leurs journées de travail ?, etc.

Mais, dans ces recherches, rien (ou presque) n’a été dit sur la place et le rôle des images (fixes ou animées), réalisés pour ou par des infirmières et des infirmiers en psychiatrie. Aucune analyse iconographique sérieuse n’a par exemple été faite sur les photographies illustrant les différentes versions du manuel en soins infirmiers du psychiatre Walter Morgenthaler (1882-1965), Die Pflege der Gemüts- und Geisteskranken (1930) (l’ouvrage est traduit en plusieurs langues — français, italien, espagnol — et connaît six révisions jusqu’en 1962).

Walter Morgenthaler et Oscar L. Forel, Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940, p. 120.
Walter Morgenthaler et Oscar L. Forel, Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940, p. 120.
Walter Morgenthaler et Oscar L. Forel, Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940, p. 156.
Walter Morgenthaler et Oscar L. Forel, Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940, p. 120.

Et quid du cinéma ? La question se pose, car il est vraisemblable que le médium, en tant qu’outil pédagogique (Audrey Hostettler, thèse en cours), ait été utilisé en Suisse par des psychiatres afin d’instruire le personnel infirmier. C’est en tout cas l’hypothèse que je souhaite ici mettre en crise à partir des archives de la Collection Waldau, déposées à la Cinémathèque suisse (CS).

Parmi les documents conservés au sein de l’institution, se trouvent effectivement, à côté des centaines de pellicules 16 mm du psychiatre Ernst Grünthal (1894-1972), cinq bobines 35 mm nitrate, datant des années 1920-1930.

Si ces pellicules ne comportent aucune indication tangible sur leur concepteur ou sur leur conceptrice, un faisceau d’éléments concordants me permet néanmoins d’avancer qu’il s’agit de séquences réalisées par Walter Morgenthaler en collaboration avec le psychiatre Oscar L. Forel (1891-1982).

Pellicules 35 mm nitrate, env. 1920-1930, Collection Waldau

Le lieu

Contrairement aux films d’Ernst Grünthal retrouvés au LAC (en jaune ci-dessous), les pellicules 35 mm nitrate sans nom ont été découvertes dans le Neubau de la Waldau — aujourd’hui rebaptisé Alte Klinik (en rose ci-dessous). Le bâtiment avait été construit en 1913 pour accueillir davantage de patientes et de patients sur le site de l’Hôpital psychiatrique bernois (soit 180 lits supplémentaires). Or c’est au troisième étage de cet édifice que se situaient les appartements de Walter Morgenthaler ; et donc une partie de ses archives personnelles.

En jaune : le Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC). En rose : le Neubau/Alte Klinik.

Il faut ajouter qu’avant son emménagement dans le Neubau en juin 1913, Walter Morgenthaler avait déjà effectué, entre 1906 et 1907, un stage à la Waldau dans le cadre de ses études. Une fois diplômé, il y avait été engagé en tant que médecin-assistant (1909-1910), et après coup en tant que 5ᵉ médecin de l’Hôpital (1913). Pendant cette période, il avait régulièrement donné des cours de perfectionnement, facultatifs puis obligatoires, au personnel infirmier (cours d’anatomie, cours de physiologie, ou cours sur l’histoire de la folie à travers les âges).

En outre, il s’agissait pour le psychiatre de sensibiliser les infirmières et les infirmiers aux progrès de sa spécialité médicale, sachant que les traitements dits « modernes » (la cure de sommeil, la malariathérapie, ou l’insulinothérapie) exigeaient un savoir-faire rigoureux.

Grâce à ces sessions didactiques, Walter Morgenthaler projetait également d’apprendre à ses étudiantes et à ses étudiants à identifier les symptômes de malades souffrant d’idiotie, d’hystérie, de schizophrénie, de kleptomanie ou encore de troubles des mouvements de la face, comme en témoignent à la fois la table des matières de son manuel en soins infirmiers et l’étiquette de la bobine d’un film 16 mm plus tardif retrouvé parmi les archives de l’Alte Klinik.

Walter Morgenthaler, Die Pflege der Gemüts- und Geisteskranken, Berne, Huber Verlag, 1930, p. XIII.
Walter Morgenthaler, Die Pflege der Gemüts- und Geisteskranken, Berne, Huber Verlag, 1930, p. XIV.
© Raphaël Tinguely, Film 16 mm, env. 1930, Cinémathèque suisse, Collection Waldau

La thématique

Les séances de formation organisées par Walter Morgenthaler avaient enfin pour objectif de permettre aux infirmières et aux infirmiers en psychiatrie d’accomplir des exercices pratiques en soins généraux : comment habiller et déshabiller un malade ?, Comment effectuer des tests d’équilibre ?, Comment faire un pansement ?, Ou comment positionner un patient ou une patiente sur une chaise percée ?

Sans surprise, toutes ces tâches apparaissent illustrées dans les différentes séquences des bobines 35 mm nitrate de la CS. Autour des patientes et des patients occupant toujours une position centrale dans le champ, on y voit de fait des infirmières en tablier, des infirmiers en veste de costume, et des médecins en blouse blanche qui s’affairent, en bordure de cadre, pour garantir la lisibilité des scènes tournées tantôt en extérieur, tantôt en intérieur : il s’agit à chaque fois de mettre en scène le « bon » mouvement des soignants face au mouvement « incontrôlé » et « incontrôlable » des malades. Autrement dit, le cinéma vise, ici, à faire œuvre d’exemplum pour le personnel soignant, en modelant avec application les gestes à adopter au quotidien.

Test d’équilibre, film 35 mm nitrate, env. 1920-1930, Cinémathèque suisse, Collection Waldau
Pose d’un corset, film 35 mm nitrate, env. 1920-1930, Cinémathèque suisse, Collection Waldau
Siège d’aisance, film 35 mm nitrate, env. 1920-1930, Cinémathèque suisse, Collection Waldau

Des projections

Un dernier élément m’autorise à penser que les pellicules 35 mm nitrate ont été conçues par Walter Morgenthaler et son collègue de la Waldau Oscar L. Forel, le second traduisant en français à l’automne 1930 le manuel de soins infirmiers du premier : ce sont des conférences avec projection, organisées par les deux psychiatres à la demande de l’Alliance suisse des samaritains (ASS).

Dans les années 1920, l’association de secouristes attachée à la Croix-Rouge met en effet sur pied quelques « séances éducatives » à propos d’enjeux liés à la santé mentale. C’est dans ces conditions qu’Oscar L. Forel présente, devant un parterre de samaritains à la salle Grenette à Fribourg le vendredi 13 octobre 1922 à 20h30, une communication payante sur les « maladies mentales et leur traitement », laquelle est accompagnée d’une projection de film.

Freiburger Nachrichten, 11 octobre 1922, p. 4.
Oscar L. Forel et les infirmières de la Waldau en 1920. Oscar L. Forel, La Mémoire du chêne, Lausanne, Éditions Pierre-Marcel Favre, 1980.

Si l’ASS est concernée par cette problématique, c’est parce que c’est à cette période que l’on décide de confier à la Croix-Rouge la responsabilité de former des secouristes et le personnel infirmier en Suisse. Car, à ce moment-là, il n’existe aucune réglementation sur la formation professionnelle pour un tel type d’activité, qui serait valable à l’ensemble du territoire helvétique. Ce n’est d’ailleurs qu’à partir du 26 juin 1930 qu’une loi fédérale définit les conditions-cadres de la plupart des apprentissages. Néanmoins, celle-ci exclut les professions tenues pour « féminines » (social, éducation, santé) ; et donc le métier d’infirmière en soins généraux ou en psychiatrie. C’est la raison pour laquelle la Croix-Rouge régit et régira la profession jusqu’à la révision de la loi en question en 1965.

Conclusion

Au terme de ces quelques considérations, on aura compris, je l’espère, que les archives de la Collection Waldau ont le mérite de ne pas se limiter à nous informer exclusivement sur l’histoire du film médical et psychiatrique, étant donné qu’elles éclairent aussi, de manière indiciaire, les liens qui unissent les réformes socio-professionnelles en Suisse au début du XXᵉ siècle et les usages du film dans le champ des soins infirmiers. Cela signifie que ces documents peuvent être appréhendés — et c’est là une très grande richesse — à l’aune de plusieurs branches de l’histoire : l’histoire des femmes, l’histoire des classes populaires, l’histoire de la pédagogie et, bien sûr, l’histoire des dispositifs de vision et d’audition.

Bibliographie

BRAUNSCHWEIG, Sabine, Zwischen Aufsicht und Betreuung. Berufsbildung und Arbeitsalltag der Psychiatriepflege am Beispiel der Basler Heil- und Pflegeanstalt Friedmatt, 1886-1960, Zurich, Chronos Verlag, 2013.

CANTINI, Claude, PEDROLETTI, Jérôme et HELLER, Geneviève, Histoires infirmières. Hôpital psychiatrique de Cery sur Lausanne, 1940-1990, Lausanne, Éditions d’En Bas, 2000.

CANTINI, Claude, Pour une histoire sociale et antifasciste. Contributions d’un autodidacte, Lausanne, Éditions d’En Bas, 1999.

FOREL, Oscar L., La Mémoire du chêne, Lausanne, Éditions Pierre-Marcel Favre, 1980.

HELLER, Geneviève, « Gardiens ou infirmiers ? La Société suisse de psychiatrie s’interroge dès 1920 », Archives suisses de neurologie et de psychiatrie, n° 151, 2000, pp. 34-43.

HELLER, Geneviève, « “L’œil et l’oreille du médecin”, les infirmiers psychiatries vers 1930 », Revue médicale de la Suisse romande, n° 116, 1996, pp. 893-900.

HOSTETTLER, Audrey, « Réformes scolaires et usages du film dans les écoles en Suisse durant l’entre-deux-guerres », Thèse en préparation, Université de Lausanne.

MORGENTHALER, Walter Morgenthaler et FOREL, Oscar L., Manuel de psychiatrie à l’usage du personnel infirmier, Berne, Huber Verlag, 1940.

MORGENTHALER, Walter, Die Pflege der Gemüts- und Geisteskranken, Berne, Huber Verlag, 1930.

PEDROLETTI, Jérôme, La Formation des infirmiers en psychiatrie. Histoire de l’école cantonale vaudoise d’infirmières et d’infirmiers en psychiatrie, 1961-1996, Genève, Georg Éditeur, 2004.

Les films neuropsychiatriques d’Ernst Grünthal au Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau

(Résumé du projet de thèse sous la direction de Mireille Berton, MER-UNIL)

Les archives d’Ernst Grünthal (1894-1972) conservées par le Musée de la Psychiatrie de Berne constituent un patrimoine tout à fait exceptionnel puisqu’elles permettent de retracer l’histoire des films du psychiatre réalisés au sein du Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau entre 1934 et 1965.

C’est en effet au cours de ces années-là qu’Ernst Grünthal supervise et tourne, sur le site de l’hôpital psychiatrique de Berne, plus d’une centaine de courts et moyens métrages 16 mm mettant en scène des patientes et des patients qui souffrent de troubles psychiatriques ou neurologiques (dépression, alcoolisme, schizophrénie, démence sénile, troubles mnésiques, troubles du langage, maladie de Parkinson, chorée de Huntington, etc.).

La recherche a donc pour but de reconstituer la nature, le contexte et le rôle de ces films. Il s’agira de montrer de quelle manière le cinéma est intégré, au quotidien, dans les activités de recherches du LAC : comment Ernst Grünthal se familiarise-t-il avec le dispositif cinématographique ? Quel type de matériel mobilise-t-il ? Dans quel(s) but(s) fait-il appel au cinéma ? Quelle place occupent concrètement les patientes et les patients au moment des tournages ? Quels sont les principaux interlocuteurs et interlocutrices d’Ernst Grünthal à la Waldau et hors les murs de l’institution ? Quelles sont les conditions de diffusion et de circulation de l’ensemble des films du psychiatre à l’échelle de la Suisse ?

À partir de ces analyses, il faudra ensuite mener une réflexion théorique plus critique sur l’emploi du « film utilitaire » (film qui vise à faire passer un message) et du « film éphémère » (film qui possède une durée de vie très courte) dans le champ de la neuropsychiatrie. Trop souvent négligées dans l’historiographie classique, ces catégories offrent de fait la possibilité de saisir les enjeux pratiques, discursifs et épistémologiques, caractéristiques du cinéma de non-fiction et du cinéma non-commercial auxquels on peut aisément rattacher les films du LAC.

Enfin, il s’avérera utile de se pencher plus avant sur les politiques d’archivage de l’hôpital psychiatrique bernois qui ont permis de sauvegarder de nombreuses pellicules très fragiles des assauts du temps. Cette volonté de préservation se trouve notamment incarnée par le célèbre psychiatre de la Waldau Walter Morgenthaler qui, dès le tournant des années 1900, en appelle à la création d’un centre d’archives national réunissant les artéfacts de divers asiles, hôpitaux et cliniques psychiatriques.

Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau (env. 1950)