[Trésors d’archives] Humaniser la psychiatrie : entre intentions et réalités

Grand Format : Retour sur archives réalisé conjointement par des chercheurs-euses de l’UNIL, dont Alexandra Tilman, et des journalistes de la RTS. 10 chapitres composés d’entretiens et de documents d’archives pour découvrir l’histoire de la psychiatrie suisse sous un jour inédit.

Descriptif :

“Les années 1960 marquent un tournant dans l’histoire de la psychiatrie. De nouvelles approches dites “modernes” se développent au sein des hôpitaux. On y parle d’ergothérapie, de sociothérapie, de communauté thérapeutique et de psychothérapie institutionnelle. On cherche à déstigmatiser la folie, qui devient une «maladie comme une autre» et les équipes pluridisciplinaires œuvrent pour la guérison rapide et la réintégration du malade mental dans la société. C’est ce que nous racontent les films d’archives de la télévision suisse romande de l’époque.

Pour la première fois, les équipes de journalistes de la RTS sont invitées à entrer dans les hôpitaux et à documenter leurs transformations tout au long des années 1960. Ce dossier propose une réflexion critique sur cette histoire filmée. Il invite à découvrir des extraits des films tournés à l’époque par les journalistes de la RTS et à écouter les paroles de différentes personnalités qui les ont commentées à la lumière de leur expérience et de leur connaissance dans le domaine des troubles psychiques.”

Crédits

Une contribution de l’UNIL pour les archives de la RTS
Avec
Cristina Ferreira
Marie-Christine Roh
Philippe Rey-Bellet
Catherine Fussinger
Alain Riesen
François Valloton
Réalisation : Alexandra Tilman
Avec la collaboration de Sophie Meyer, Les archives de la RTS
Écriture, prise de son et montage : Alexandra Tilman
Mixage audio : Jocelyn Robert

[Note de recherche] Le Dr André Repond, le cinéma et l’hygiène mentale

Quels sont les effets du cinéma sur les personnes en bonne santé ? Comment expliquer le plaisir procurée par la projection filmique ? Quel est l’impact de l’image animée sur les patients souffrant de troubles psychiques ? Existe-t-il une corrélation entre cinéma et criminalité ? C’est à ces questions que le Dr André Repond (1886-1973), psychiatre et figure de proue en Suisse de l’hygiène mentale, s’intéresse dans un article de 1937 publié dans la série Plaisirs modernes et hygiène mentale, tiré à part de la Revue suisse d’hygiène mentale (Repond 1937).

André Repond en 1956, dans un entretien avec Alexandre Burger pour la RTS

Né à Marsens (canton de Fribourg), formé par Eugen Bleuler (1857-1939) au Burghölzli où il rencontre Carl Gustav Jung (1875-1961), adepte de la psychanalyse, Repond renonce à une carrière universitaire pour s’impliquer corps et âme dans la clinique. Il devient directeur de l’hôpital psychiatrique de Malévoz fondé par son père en 1916, et ce, jusqu’à sa retraite en 1961. Il y développe une vision résolument humaniste de la psychiatrie, tout comme il tente de déstigmatiser les troubles psychiques. Sa renommée dépassera nos frontières. Dans une thèse de doctorat consacrée au psychiatre et psychanalyste, Jean-Daniel Zbinden résume ainsi son parcours :

« Le Dr. André Repond a été l’un des pionniers de la psychanalyse et de l’hygiène mentale en Suisse. Après ses études médicales, André Repond s’est formé comme psychiatre au Burgholzli, sous la direction d’Eugène Bleuler. En 1916, succédant à son père, il reprend la direction de l’Hôpital de Malévoz. Par l’entremise de la Société Suisse de Psychiatrie, qu’il a contribué à fonder en 1919, il s’intéresse au mouvement de l’hygiène mentale et se lie avec son fondateur, Clifford Beers. Dès lors il déploie une activité considérable pour la prévention des troubles mentaux. Dans le cadre de la Société Suisse de Psychiatrie, il crée en 1927 le Comité National Suisse d’Hygiène Mentale. En Valais, l’application des concepts de l’hygiène mentale améliore nettement les conditions d’hospitalisation et permet la mise en place de structures extra-hospitalières telles qu’un service social et un service médico-pédagogique, qui est le premier en Europe à se référer à la psychanalyse et à instaurer un travail pluridisciplinaire. Surmontant de nombreuses résistances, André Repond parvient à ce que l’organisation des soins psychiatriques du canton du Valais devienne un modèle de référence à l’étranger. Lui-même acquiert un rayonnement international et se trouve mandaté par l’OMS comme expert-consultant dans plusieurs pays. En Suisse, il intervient dans la vie publique pour obtenir la reconnaissance du droit des malades mentaux aux prestations de l’Assurance Invalidité. Parallèlement à ces tâches, il utilise la psychanalyse dans l’approche des patients psychotiques de façon tout à fait novatrice et devient l’un des premiers analystes romands. Ses écrits visent surtout à propager les idées de l’hygiène mentale mais abordent de nombreux autres domaines où il se montre un précurseur, comme la psychiatrie médico-légale ou la psycho-gériatrie. Homme de terrain, il a marqué ses contemporains par son enthousiasme, son charisme et ses dons d’organisateur. » (Zbinden 1991, 4).

Soucieux du bien-être des malades envisagés comme des personnes qui méritent considération et attention, Repond a à cœur de créer autour d’eux un environnement propice au calme et à la gaieté, en leur offrant notamment la possibilité de se divertir (Zermatten 1966). Avant lui, le fondateur en France de la « Ligue d’hygiène et de prophylaxie mentales », Edouard Toulouse (1865-1947), estime que le cinéma a la capacité de détendre les esprits fatigués et de satisfaire les besoins affectifs de l’être humain. André Repond met également en évidence les propriétés distractives du cinéma :

« Pour le psychologue, c’est là un fait fondamental : le cinéma représente avant tout, un plaisir, une distraction, une jouissance. Le cinéma, avec l’automobile et la radio, représentent les plus grandes jouissances nouvelles que la civilisation actuelle a mises à disposition de l’humanité. Or, comme tous les plaisirs, toutes les jouissances, toutes les distractions, le cinéma agit parce qu’il permet de fuir la réalité et procure, en plus, la volupté inhérente à certaines modifications de la tension psychique. »

Bien qu’on puisse se rendre au cinéma pour s’instruire ou se documenter, estime Repond, le cinéma est avant tout « un instrument de plaisir ». Comment expliquer les ressorts d’un tel plaisir, se demande-t-il ? Le cinéma agit dans le sens d’une catharsis, d’une purgation des émotions générées par un récit fondé sur une tension narrative – bien que ce terme tiré de la narratologie post-classique ne soit pas employé dans l’article. André Repond parle, lui, d’une « tension progressive qui aboutit brusquement à une détente, à une libération » :

« L’art du cinéaste des acteurs tend à créer tout d’abord chez le spectateur une tension psychique par l’excitation des dynamismes émotifs et instinctifs. Il faut même que cette tension en arrive à la limite du supportable sans provoquer de sensations trop pénibles. Certaines émotions douloureuses, notamment toutes celles qui dérivent, plus ou moins, du complexe d’abandon, provoquent même chez la plupart des individus une jouissance assez aigue dans la tristesse. Beaucoup de gens aiment à pleurer au cinéma. Il en est de même de l’angoisse qui est un des sentiments les plus violents que l’on puisse éprouver et qui est le type de sensations ambivalentes, à la fois plaisir et douleur. Et puis, quand la tension psychique en est arrivée à son degré le plus extrême, survient le dénouement, et, avec lui, la détente affective et instinctive, la libération des pulsions préalablement mises en mouvement. […] L’art du cinéaste tend, d’ailleurs, à le raffiner, à l’enrichir, en garnissant l’intrigue principale de petites complications secondaires, de scènes rapides qui provoquent de brusques tensions accessoires mais suivies immédiatement d’une solution qui amène une détente provisoire : bref des artifices qui maintiennent le plaisir du spectateur en éveil et l’augmentent en faisant jouer chez lui toute une gamme d’émotions et de sensations d’intensité diverse, et en faisant vibrer séparément, ou parfois à l’unison [sic], les domaines les plus divers de la sensibilité. »

N’y-a-t il pas, à travers la mention des « artifices qui maintiennent le plaisir du spectateur en éveil », une analyse assez fine des constituants narratifs d’un récit classique (situation initiale, complication, action, résolution et situation finale) et de leurs impacts émotionnels ? Les manuels d’écriture de scénario emploient le même vocabulaire pour décrire la construction d’une bonne histoire : tension, intrigue principale, intrigues secondaires, dénouement, détente provisoire, etc. On ne peut qu’admirer l’attention de Repond portée aux fondements du récit filmique.

Maurice Zermatten, « Hommage au Dr André Repond pour ses 80 ans », Feuille d’Avis du Valais, 64ème année, n°79, mercredi 6 avril 1966, p. 1, p. 9.

Répond s’interroge également sur les conséquences de l’abus du cinéma chez les « intoxiqués », c’est-à-dire les personnes qui se rendent régulièrement au cinéma pour fuir la réalité. Bien que difficile à évaluer en raison de l’absence de statistiques, Repond estime que cela concerne surtout les femmes qui font de la sortie au cinéma l’« équivalent » de la sortie quotidienne au café pour les hommes :

« Il est extrêmement difficile de savoir quelle est la quantité de gens qui abusent ainsi des possibilités d’évasion offertes par le cinéma : c’est, en tout cas, un phénomène qui ne saurait guère exister que dans les grandes villes, puisque les possibilités matérielles de s’y livrer ailleurs n’existent pas. C’est aussi une habitude qui semble atteindre surtout la femme, celle-ci y trouvant l’équivalent de la distraction prise par les hommes qui passent quotidiennement quelques heures au café. Quoiqu’il en soit, si danger il y a, il ne semble pas qu’il soit urgent au point de devoir faire décréter des interdictions de cinéma pour les personnes qui en abusent, comme on décrète, en Suisse, des interdictions d’aller au café pour les ivrognes notoires. Au point de vue de l’hygiène mentale, il faut pourtant dire que l’évasion constante dans la distraction crée un cercle vicieux d’où il est souvent difficile de sortir : plus on a fui la réalité, plus on a de la peine à s’y retrouver et à l’accepter. D’après mon expérience de ceux que je pourrais appeler les “intoxiqués” du cinéma, il s’agit, en général, de personnes instables, inadaptées, souvent de dyssociaux incapables de dominer les circonstances, à leur aise dans le rêve et non dans l’action, et que des conditions parfois difficiles, de l’ennui simplement, de l’oisiveté, chassent dans cette forme commode et efficace de fuite hors du réel. »

L’observation de cette différence genrée fait écho à un discours assez répandu depuis les origines du cinématographe, celui qui consiste à souligner l’importance numérique des publics féminins. La sortie au cinéma représente pour les femmes un loisir sûr et bon marché, qui les dispense d’être escortées par un homme (du moins dans les grandes villes). Elle y goûtent le plaisir de rencontrer d’autres femmes, ainsi que celui d’une évasion hors du quotidien. C’est précisément cet argument que Repond mobilise pour mettre en évidence un glissement possible vers la fréquentation « pathologique » des salles obscures. Celle-ci peut conduire à briser les liens avec la réalité, au point de vivre continuellement dans un « rêve ».

Entrée de l’Hôpital psychiatrique de Malévoz (VS) en 1937. Collection Vincent Franzen. https://pnr76expertise.hesav.ch/malevoz-lasile-village/

Qu’en est-il alors des malades psychiques ? Le cinéma n’est-il pas un moyen commode d’oublier temporairement ses tourments, de s’arracher au cercle vicieux, cette fois-ci, de la maladie ? André Repond apporte à cette question une réponse détaillée et toute en nuance. Pour beaucoup de patients, l’expérience du film est pénible parce qu’elle constitue une source de stimuli trop importante, un réservoir de « tensions psychiques » qu’il convient d’éviter. D’ailleurs, note Repond, les patients n’ont pas besoin de s’évader puisque leurs troubles les arrachent déjà à la réalité, comme si le film était redondant avec leur condition (« ils n’ont guère besoin d’évasion supplémentaire », écrit-il).

Il dresse ainsi une typologie des effets du cinéma sur les différents sujets atteints dans leur santé mentale :

  • Les grands névrosés et les malades mentaux s’intéressent peu au cinéma ; les projections hebdomadaires qu’il a organisées n’ont eu guère de succès, dit-il ;
  • Les schizophrènes sont très réticents, tournent le dos à l’écran, ferment les yeux, etc., se sentant agressés ;
  • Les maniaques prennent le film comme un prétexte pour s’exalter davantage ;
  • Les dépressifs utilisent le film pour alimenter le récit de leurs malheurs ;
  • Les névrosés angoissés n’aiment pas être rassemblés dans une même pièce (claustrophobie, peur des incendies, etc.) ;
  • Seuls les « cas légers », « convalescents » (en voie de guérison) et « débiles » y prennent véritablement plaisir.

Fondée sur des observations empiriques, cette liste frappe par sa précision. À cette époque, on ne trouve guère de texte qui prend soin de passer en revue le spectre des maladies mentales et leur « compatibilité » avec la projection filmique. Jusque-là, lorsque le cinéma est proposé aux malades dans les établissements psychiatriques (voir l’article Soigner par l’image : quand le cinéma s’invite à l’hôpital psychiatrique), les sources insistent sur le plaisir qu’y prennent les patients, sans entrer dans les détails.

Une approche nuancée prévaut aussi dans son appréciation de la dangerosité du cinéma régulièrement débattue dans les milieux médicaux et par les instances judiciaires. Non seulement le cinéma n’est pas dommageable chez les malades mentaux, car ceux-ci se protègent naturellement en s’en détournant. Mais encore, il n’existe pas de lien de cause à effet entre cinéma et délinquance. Selon Repond, ce loisir n’a pas le pouvoir de désinhiber les instincts criminels (il constitue à la rigueur un argument pour se dédouaner de ses propres méfaits). Si le cinéma n’est jamais la cause essentielle, le psychiatre approuve toutefois l’interdiction de certains films pour les adolescents. Le film est surtout délétère chez les « anormaux » et les « personnalités morbides » qui souffrent d’une inadaptation sociale, chez qui « le rapport affectif avec la réalité est insuffisant ». C’est pourquoi

« il faut […] se garder de juger et de condamner le cinéma, au point de vue de l’hygiène mentale, en s’appuyant sur des préjugés et des observations incomplètes et hâtives. Ceci d’autant plus qu’en matière psychologique les contraires coexistent et sont souvent simultanément vrais dans l’âme du même sujet. C’est pourquoi je reconnais comme évident que le cinéma peut être un agent puissant de suggestion individuelle et collective. »

André Repond, Plaisirs modernes et hygiène mentale, tirés à part de la Revue suisse d’hygiène mentale : I. Cinéma (n°1, mars 1937) ; II. Radio (n°11, juillet 1937), Zurich, Orell Fuessli, 1937-1938.
André Repond, Plaisirs modernes et hygiène mentale, tirés à part de la Revue suisse d’hygiène mentale : I. Cinéma (n°1, mars 1937) ; II. Radio (n°11, juillet 1937), Zurich, Orell Fuessli, 1937-1938.

Compte tenu de ce pouvoir de suggestion (unanimement reconnu), l’hygiène mentale doit « jouer un rôle dans [l]es commissions de censure », en ce qu’elle est en mesure de prévenir les « dommages que le cinéma peut causer à l’équilibre psychique », déclare Repond. Avec une prescience des débats dédiés aux usages propagandistes de l’image animée, mais aussi à l’impact de la télévision alors encore dans sa phase expérimentale, il juge que le cinéma est amené à avoir une grande influence sur « l’équilibre émotionnel des masses », « surtout lorsqu’il aura été enrichi techniquement par les progrès de la télévision » :

« On peut, par exemple, fort bien se représenter qu’au lieu de calmer aussitôt les tensions émotives et instinctives qui ont été excitées dans un film suivant les mécanismes psychologiques que je décrivais tout à l’heure, les cinéastes travaillent systématiquement à laisser le spectateur en suspens dans un état de tension insatisfaite de plus en plus forte et jusqu’à ce que cette tension en arrive à devoir trouver sa libération par des actes. L’histoire nous enseigne que le commencement d’une révolution a été dû à la représentation d’un opéra. Un film pourrait bien, à l’occasion, jouer le même rôle. »

Le film, agent de trouble social ? Le cinéma criminogène figurera en bonne place des débats sur la délinquance juvénile, lorsqu’en France, dans l’après-guerre, la filmologie se propose d’analyser de manière objective l’influence psychologique du médium (Hamery 2017). Repond anticipe et participe à sa manière à ces questionnements, bien qu’en spécialiste de l’hygiène mentale et non du cinéma.

Cette réflexion amène André Repond aux conclusions suivantes :

  1. Le cinéma est « un facteur important pour la formation de la mentalité collective et du caractère », et donc est susceptible d’avoir une influence sur les comportements.
  2. Le cinéma crée des « tensions émotives et instinctives » et les soulagent en donnant aux événements dépeints une résolution, une clôture.
  3. Le cinéma provoque une identification du public aux personnages, donc permet de tisser des liens affectifs favorables à la consolidation identitaire.
  4. L’abus du cinéma peut favoriser une fuite de la réalité et une passivité.
  5. Le cinéma s’avère nocif uniquement chez des personnes déséquilibrées et inadaptées socialement, mais il n’est pas le facteur prédominant dans un comportement criminel ou délinquant.
  6. Le cinéma peut devenir un moyen de suggestion important sur les masses, surtout dans l’avenir, et par suite, mérite d’être surveillé.
  7. L’abus du cinéma ne représente aucun risque pour la collectivité mais seulement pour certains individus qui ont déjà « tendance à perdre le contact avec la réalité ».
  8. Le cinéma ne peut pas être considéré comme un facteur déterminant dans la délinquance juvénile.

Ce texte est précieux au moins à deux points de vue. Il évoque la pratique de projections hebdomadaires au sein d’une institution psychiatrique dont les traces sont difficiles à trouver dans les archives suisses. Il est extrêmement détaillé en matière de réception du cinéma par les personnes atteintes dans leur santé mentale. Échappant aux extrêmes (si courants) de la cinéphobie et de la cinéphilie, il ouvre une nouvelle perspective pour étudier les rapports entre psychiatrie et cinéma.

Il confirme, finalement, que dans le domaine de la psychiatrie, le cinéma est surtout envisagé sous l’angle de l’hygiène mentale, c’est-à-dire des moyens et des pratiques mis en place dans le domaine médical en vue de prévenir les maladies mentales. Se développant avec force au début du XXe siècle, les mouvements d’hygiène mentale visent le bien-être psychique, en écartant toute conduite inadaptée à l’équilibre mental (mais aussi à la vie sociale) et en encourageant des activités qui renforcent l’estime de soi et les facultés de communication et de socialisation. Dans ce contexte, le cinéma est un complément aux méthodes thérapeutiques « classiques » – une fonction attribuée plus tard aux usages de la vidéo (Bléandonu 1986) et de la télévision et dont nous reparlerons sur ce blog.

André Repond en 1956, dans un entretien avec Alexandre Burger pour la RTS

A Malévoz, c’est bien la télévision qui prend le relais du cinéma, comme on le découvre dans cet entretien d’André Repond avec Alexandre Burger, filmé en 1956 pour la RTS (disponible sur Play RTS). La télévision y est présentée par le psychiatre comme un vecteur de contact avec le monde extérieur, en mesure de tirer les pensionnaires de l’isolement. Les médias audiovisuels semblent ainsi jouer deux rôles en apparence contradictoires, mais qui sont, dans le fond, complémentaires : ils fournissent la possibilité de s’extraire momentanément de l’emprise de la maladie et œuvrent en faveur d’une meilleure connexion avec la réalité sociale.

MB

 

Références

BLÉANDONU, Gérard, La vidéo en thérapie. Le choc de l’image de soi dans les soins psychologiques, Paris, Les Éditions ESF, 1986.

FERREIRA, Cristina, MAUGUÉ, Ludovic & MAULINI, Sandrine, « L’assistance contrainte dans le canton du Valais : le rôle politique de l’hôpital psychiatrique de Malévoz de l’entre-deux-guerres à 1990 », Vallesia, LXIII, 2017, pp. 363-451.

HAMERY, Roxane, Ténèbres empoisonnées ? Cinéma, jeunesse et délinquance de la Libération aux années 1960, Paris, AFRHC, 2017.

REPOND, André, Plaisirs modernes et hygiène mentale, tirés à part de la Revue suisse d’hygiène mentale : I. Cinéma (n°1, mars 1937) ; II. Radio (n°11, juillet 1937), Zurich, Orell Fuessli, 1937-1938.

ZBINDEN, Jean-Daniel, La vie et l’œuvre du Dr André Repond, pionner la psychanalyse et de l’hygiène mentale, thèse de doctorat de l’Université de Lausanne, Faculté de médecine, 1991.

ZERMATTEN, Maurice, « Hommage au Dr André Repond pour ses 80 ans », Feuille d’Avis du Valais, 64ème année, n°79, mercredi 6 avril 1966, p. 1, p. 9.

 

[Exposition] Derrière les murs – La photographie dans les institutions psychiatriques de 1880 à 1935

“Hinter Mauern – Fotografie in psychiatrischen Einrichtungen von 1880 bis 1935” – Exposition du 2 octobre 2022 au 16 avril 2023

Le Musée des Beaux-Arts de Thurgovie / Kunstmuseum Thurgau en Suisse ouvrira le 2 octobre prochain une exposition consacrée à la photographie telle que pratiquée dans plusieurs institutions psychiatriques suisses (Waldau, Reinhau, Burghölzli, Marsens, etc.) depuis la fin du XXe siècle : Hinter Mauern – Fotografie in psychiatrischen Einrichtungen von 1880 bis 1935. Grâce au travail de l’historienne de l’art Katrin Luchsinger , qui étudie depuis longtemps les liens entre arts et psychiatrie, et Stefanie Hoch, curatrice au Kunstmuseum Thurgau, plusieurs fonds contenant des photographies, diapositives, négatifs sur verre, tirages papier et albums photos ont été mobilisés pour permettre au public de franchir symboliquement les murs séparant le “normal” et le “pathologique”.

Un volet du flyer annonçant l’exposition

Cette exposition met d’abord en évidence la variété des usages de la photographie dans le champ de la psychiatrie, ainsi que l’importance de situer les images dans leur contexte historique, culturel et éditorial. Le médium est utilisé pour documenter le quotidien des institutions, cartographier les espaces, réaliser des portraits de groupe ou encore conserver une trace des patients et de leur diagnostic. Il sert également de moyen de communication pour déstigmatiser la maladie mentale et livrer une image positive des lieux de soins, la psychiatrie étant encore et toujours le parent pauvre de la médecine.

©Psychiatrie Museum Bern

Plusieurs portraits réalisés à l’hôpital psychiatrique de la Waldau et ailleurs s’inscrivent dans la tradition de la photographie judiciaire : les patients sont assis devant un mur sombre, le buste éclairé, le regard tourné vers l’objectif, la légende indiquant le nom et la pathologie. D’autres relèvent davantage de la tradition ethnographique, comme celle où un gardien donne “accès” à un patient coiffé de plumes et habillé d’une sorte de jupe en raphia, posant dans l’encadrement de sa cellule d’isolement.

©Psychiatrie-Museum Bern

Troublantes à plus d’un égard, ces photographies soulèvent plusieurs questions : Que montrent au juste ces images ? La maladie mentale est-elle perceptible à travers des traits physiques ? Quelle est l’histoire de ces patients sur lesquels les archives sont restées si silencieuses ? Comment donner sens aux émotions qu’elles génèrent aujourd’hui chez les observatrices et observateurs ?

Marie von Ries-Imchanitzky et un groupe d’infirmières de la Waldau, années 1920. ©Psychiatrie Museum Bern

L’exposition offre en outre un éclairage sur les pratiques photographiques des employés, telle celle de la psychiatre Marie von Ries-Imchanitzky, originaire de l’actuelle Ukraine et épouse du médecin Julius von Ries. Vêtue de noir, elle apparaît souvent sur les clichés, comme l’illustre l’image ci-dessus où elle est en compagnie de soignantes. C’est probablement elle qui a pris, dans les années 1920, le célèbre cliché d’Adolf Wölfli – alors résident à la Waldau – soufflant dans une trompette en papier.

Adolf Wölfli, photographie de Marie von Ries-Imchanitzky, Waldau ©Psychiatrie-Museum Bern

Actuellement à Heidelberg, puis en Thurgovie, “Derrière les murs” passera également par le Musée suisse de la psychiatrie à Berne.

Plusieurs conférences en allemand sont à l’agenda du Kunstmuseum Thurgau : jeudi 22 novembre 2022 : Le rôle de la photographie en psychiatrie autour de 1900, par Katrin Luchsinger ; jeudi 9 février 2023 : Les psychiatres derrière la caméra, Marie von Ries-Imchanitzky et Hermann Rorschach, par Martina Wernli et Stefanie Hoch ; jeudi 21 mars 2023 : Le jeu entre art et thérapie, par Stefanie Hoch.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue : Behind Walls. Photographs in Psychiatric Institutions from 1880 to 1935, Stefanie Hoch & Katrin Luchsinger (dir.), Kunstmuseum Thurgau. Verlag Scheidegger & Spiess, Zurich 2022. 130 pages.

[Note de recherche] Les thérapeutiques « modernes » s’invitent sur les petits écrans romands : L’émission « Progrès de la médecine » consacrée à l’expression artistique en psychiatrie.

Progrès de la médecine: expression artistique en psychiatrie, RTS, 1965
(copie Cinémathèque suisse)

Après s’être penchée, entre autres, sur la chirurgie réparatrice, le diabète, la tuberculose ou encore la médecine aéronautique, l’émission de reportage « Progrès de la médecine » d’Alexandre Bürger et Jean-Claude Diserens, réalisée par Henry Bujard, propose aux spectateurs de la Télévision suisse romande le 8 juillet 1965 un numéro consacré à l’expression artistique en psychiatrie – comme son titre l’indique. À cet égard, c’est dans les locaux du Centre d’études de l’expression plastique de l’hôpital psychiatrique de Cery, situé dans la proche banlieue de Lausanne, que les caméras télévisées de l’époque vont se déployer pendant un jour et demi (Feuille d’avis de Lausanne, 8 juillet 1965, p. 46).

Le Centre, entièrement dédié à la question de la psychopathologie de l’expression, a été inauguré officiellement l’année précédente et mis sous la direction du Docteur Alfred Bader sur une proposition du Professeur Christian Müller, alors directeur de l’institution. Cette section de l’hôpital a pour ambition « d’accroître toujours plus [les] connaissances au sujet des particularités de l’expression plastique du patient psychiatrique » (Bader 1965, 2), et ce en permettant, notamment, aux malades psychiques de s’exprimer librement à travers le dessin, la peinture, mais aussi – et c’est là toute l’originalité – par le biais du cinéma. Loin d’être réduits à un statut occupationnel ou scientifique, les ateliers artistiques de Cery sont pleinement envisagés comme des activités thérapeutiques à part entière pour les résidents.

Carton d’invitation à l’inauguration du Centre d’études de l’expression plastique, 2 juillet 1964,
ACV, Fonds Alfred Bader, PP 1033, 38.

Soucieux de faire connaître ces « thérapies innovantes » et sensible à la perspective pédagogique, Alexandre Bürger (qui présente l’émission) tend son micro tant aux psychiatres qu’aux patients afin de tenter de restituer le plus fidèlement, malgré la présence de l’équipe de tournage, le déroulement ordinaire des ateliers. Néanmoins, force est de constater que la majeure partie du reportage est occupé par le commentaire des psychiatres ou du cinéaste Nag Ansorge, responsable de l’atelier cinéma, à l’exception d’un témoignage ou de quelques commentaires de patients.

À ce propos, il convient de relever que, selon une « convention » (Pour tous, 22 juin 1965, pp. 27-28), l’anonymat des malades psychiques est conservé et ceux-ci apparaissent soit dos à la caméra, soit sous forme de silhouette ou parlent hors-champ. Ce choix est commenté par Alexandre Bürger qui, en compagnie d’Alfred Bader pour la conclusion de l’émission, déclare regretter de n’avoir pu montrer les visages des patients, tant la stigmatisation de la « folie » demeure ancrée dans la société. Ce à quoi le psychiatre répond, en s’adressant au public le regard tourné vers l’objectif, qu’il ne faut pas considérer le patient psychiatrique comme un être à part, mais « comme un frère, quelqu’un à qui il faut tendre la main ».

Alfred Bader et Alexandre Bürger devant un « portrait » du psychiatre.

La réception de l’émission est difficile à mesurer, hormis à travers les quelques articles de presse consacrés à l’émission, lesquels ne manquent pas de souligner l’avancée humaniste de la psychiatrie moderne et des nouvelles techniques de soin.  Il est indéniable que l’axe et le propos déployés dans l’émission y ont assurément pleinement participé.

L’émission d’une durée d’environ 1h15 peut être découpée en deux parties : l’une consacrée à l’activité plastique et l’autre à l’activité cinématographique. Dans la première, Alfred Bader en blouse blanche attablé avec Alexandre Bürger micro à la main décrit, dans un premier temps, en grandes lignes les tenants historico-théoriques de l’expression plastique psychopathologique tout en soulignant l’intérêt de telles activités et productions pour les psychiatres. Reflet des débats animés de l’époque entre psychopathologie de l’expression, art thérapie et art brut, celui-ci insiste particulièrement sur la nécessité de laisser la plus grande liberté au malade psychique pour s’exprimer en toute spontanéité et ainsi toucher au non communicable. Dans un second temps, les caméras se déplacent dans l’atelier d’expression plastique pour quelques « expériences » en prenant soin, comme le souligne le journaliste, de « conserver le climat extrêmement plaisant » qui y règne. À cette fin, l’équipe va miser sur l’improvisation du tournage qui va se traduire d’autant plus au montage avec l’ajout d’une séquence non prévue pour capter la parole d’une « patiente-artiste ». Il est à noter que le caractère expérimental annoncé se rapproche au fond davantage du didactisme. En effet, après quelques prises de vue montrant des malades psychiques à l’œuvre, l’émission revient sur le célèbre et emblématique cas Aloïse avec quelques images d’archives – probablement empruntées au film d’Alfred Bader et Florian Campiche Le Miroir magique d’Aloyse (1963). Puis, en gros plans, défilent plusieurs créations de patients de l’hôpital affichées sur des panneaux dans les corridors du Centre qui servent de lieux d’expositions permanentes, avec en commentaire les propos d’Alfred Bader qui s’évertue à guider le spectateur et à trouver du sens dans les dédales des courbes obscures de ces originales créations. Comme pour insister sur la proximité permise par le reportage et par l’enclin direct de celui-ci, l’équipe de tournage et les caméras apparaissent à plusieurs reprises à l’écran.

La seconde partie est entièrement dédiée à l’activité la plus innovante de Cery : la « cinémathérapie » (Elodie Murtas 2021). C’est le directeur, Christian Müller, qui prend cette fois soin d’introduire cette nouvelle thérapeutique dont il a eu l’originale idée en proposant à certains de ces patients d’utiliser une caméra sous le conseil technique du cinéaste Nag Ansorge. Il insiste particulièrement sur les vertus de la création collective, la nécessaire socialisation induite par le travail en groupe, mais aussi sur la liberté et l’autonomie des patients, apprentis réalisateurs. Naturellement, les caméras télévisées se déplacent dans l’atelier cinéma pour assister à une séance de travail d’un groupe en train d’élaborer un nouveau film qui prendra plus tardivement le titre : Les 7 nuits de Sibérie (1967). Les différentes étapes de réalisation de ce film d’animation apparaissent successivement à l’écran, présentées par Nag Ansorge en dialogue avec Alexandre Bürger. Ainsi, le spectateur est convié à s’immerger d’abord dans une séance de discussion afin d’élaborer le scénario, puis autour d’une table où des mains s’attellent pour la confection des personnages qui s’animeront à partir de papiers découpés, enfin celui-ci se retrouve face à un banc-titre où plusieurs patients captent, patiemment, image par image, les futurs mouvements cinématographiques. Loin de jouer la clé de la « folie », le reportage s’attache à montrer la “normalité” du processus de création, mais surtout le calme qui règne dans les locaux, exigence absolue pour le travail minutieux qui y est accompli.

Parmi les extraits les plus marquants des deux films déjà finalisés à Cery, citons Le poète et la licorne (1963) et Bonjour mon œil (1964) qui jouent tous deux sur la réflexivité du vécu des malades psychiques à l’hôpital psychiatrique, comme l’explique Alfred Bader. Il convient de noter que ces réalisations, bien que diffusées en noir et blanc sur le petit écran, ont été tournées en couleur avec une caméra 16mm. Enfin, si en 1965 seuls deux films avaient été produits par le groupe cinématographique de Cery par le biais de la « cinémathérapie », la filmographie de cette activité sera poursuivie au sein de l’hôpital jusqu’en 1981, pour aboutir à treize titres.

Alexandre Bürger et Christian Müller
Alexandre Bürger et Nag Ansorge

En guise de conclusion, comme nous l’avons déjà évoqué, l’émission se clôt sur une brève adresse au spectateur autour de la démystification de la maladie psychique et de l’institution de soin qui s’y rattache. Sans révolutionner la pratique télévisée liée à la médecine, il est tout de même intéressant de relever qu’en choisissant d’aborder la psychiatrie par l’entremise de la création artistique, l’équipe de « Progrès de la médecine » a permis que se reflète dans les foyers romands une image plus flatteuse et moins stéréotypée de celle-ci.

Archive

  • Fonds Alfred Bader, Archives cantonales vaudoises, CH-1022 Chavannes-près-Renens.

Référence

  • Progrès de la médecine: expression artistique en psychiatrie, RTS, 8 juillet 1965.

Bibliographie

  • Anonyme, « Le Centre de l’expression plastique à Cery », Pour tous, N° 26, 22 juin 1965, pp. 27-28.
  • Bader Alfred, « Le Centre d’études de l’expression plastique de la Clinique psychiatrique universitaire de Lausanne », Revue Suisse des infirmières, n°7, 1965, pp. 2-7.
  • Interview d’Henry Bujard par F. Tranchant, « Une émission médicale depuis Cery », Feuille d’avis de Lausanne, 8 juillet 1965, p. 46.
  • Murtas Elodie, « L’hôpital psychiatrique fait son cinéma : Le “cas” Cery », Thèse de Doctorat, Université de Lausanne, 2021.

[Note de recherche] Le Ciné-Journal suisse comme outil de recrutement professionnel

Si l’on sait aujourd’hui que les images animées ont servi, dès les années 1920, à la formation du personnel infirmier suisse en psychiatrie, on constate en revanche que peu de choses ont été dites sur le rôle du cinéma – et du cinéma utilitaire (useful cinema) – en tant qu’outil de recrutement professionnel. Or il s’avère qu’historiquement les médecins spécialistes en santé mentale ont tiré profit du médium pour essayer d’endiguer la pénurie de personnel soignant qui, bon an mal an, a affecté le champ psychiatrique.

À preuve, l’extrait ci-dessous, issu du Ciné-Journal suisse (CJS) du 21 avril 1967.

« Qui a peur d’une clinique psychiatrique ? » (acétate de cellulose, 35 mm, noir et blanc, 36 mètres, 21 avril 1967), Cinémathèque suisse (CS), Fonds Film du CJS (1940-1975) – Cote : 1259-4.

Tournée à l’Hôpital psychiatrique de Breitenau dans le canton de Schaffhouse, cette séquence s’adresse, en priorité et de manière explicite, aux femmes ainsi qu’aux hommes qui souhaiteraient entamer un apprentissage en soins infirmiers. Une liste des avantages du métier est alors dressée par le biais d’un commentaire en voix over, éclipsant en un instant la plupart de ses inconvénients : on apprend que le manque de personnel au niveau national est certes imputable aux mauvaises conditions salariales et aux horaires surchargés qu’exigent la fonction, mais que ces désagréments ne sont rien comparés aux aspects « passionnants » d’un tel emploi (« travail en équipe », « joie de la réussite », « profonde satisfaction morale »).

En parallèle aux propos tenus par le narrateur, c’est au niveau visuel que la séquence cherche à convaincre. Comment ? D’abord en recourant au procédé de la caméra subjective, lequel permet au public d’adopter le point de vue des infirmières figurant à l’écran. Car, quand trois soignantes placent des électrodes sur le crâne d’une patiente (fig. 1), quand une autre soignante surveille le tracé des stylos de l’électroencéphalographe (EEG) sur du papier (fig. 2), ou quand une dernière soignante vérifie dans un livret la posologie des médicaments à administrer aux malades (fig. 3), les spectateur·rice·s sont à chaque fois invité·e·s à expérimenter de façon immersive leurs faits et gestes.

Fig. 1. Vue subjective du déroulement d’un examen EEG, avec les mains d’une infirmière en amorce. Le plan est suivi par un insert sur le visage de la soignante en train de regarder les électrodes qu’elle place méticuleusement sur le cuir chevelu de sa patiente. Il faut préciser que la séquence ne représente que des femmes infirmières ; étant donné que les hommes ne sont montrés que sous les traits de médecins.
Fig. 2. Tracé des ondes cérébrales.
Fig. 3. Dosage des médicaments effectué dans la pharmacie de l’Hôpital psychiatrique de Breitenau.

D’autre part, le quotidien des infirmières est mis en scène de sorte à apparaître comme peu routinier et extrêmement trépident ; et donc attractif pour de jeunes gens qui seraient amenés à opérer un choix de carrière à la sortie de l’école obligatoire. Le montage rapide de plans très brefs de même que les nombreux mouvements de caméra contribuent à renforcer cette dimension haletante.

Au-delà du maniement de technologies comme l’EEG qui requiert de l’habileté et de la concentration, la séquence met en valeur des moments d’échanges humains détendus et enrichissants, qu’ils aient lieu au chevet du lit des patient·e·s ou lors des repas (fig. 4). En somme, le métier d’infirmier·ère en psychiatrie se révèle comme un métier épanouissant et diversifié.

Fig. 4. Les infirmières, toujours souriantes, au contact des malades dont on ne voit jamais le visage afin de préserver leur anonymat. De fait, les patient·e·s apparaissent soit de dos, soit de profit et de trois-quarts.

Le reportage du CJS remplit par ailleurs une seconde fonction : celle de déstigmatiser à la fois la maladie mentale et l’internement en hôpital psychiatrique où, apprend-on, il n’y a plus de « camisole de force » ni aucune « cellule ». Cette volonté de réhabilitation des personnes souffrant de troubles de l’esprit est corroborée par le communiqué du service des actualités filmées (fig. 5), signalant que l’extrait du 21 avril 1967 sert à « dément[ir] […] les préjugés tenaces qui s’attachent encore, dans le grand public, aux “maisons de fous” ». À cela s’ajoute le commentaire en voix over qui affirme triomphalement, à la fin de la séquence, que « l’asile d’aliénés [d’autrefois] est bien mort ; et c’est tant mieux ! ».

Fig. 5. En haut : logo du CJS. En bas : communiqué du CJS. Fonds CJS de la Cinémathèque suisse. Il convient de relever que ces « préjugés tenaces » s’abattent simultanément sur les personnes internées en hôpital psychiatrique et sur leurs soignant·e·s, puisqu’ils étaient considérés les uns et les autres, par tradition, comme des fous incurables et comme des geôliers tyranniques.

Pour illustrer ce point, les opérateurs du CJS tournent quelques vues au sein des ateliers d’ergothérapie (thérapie par le travail et pratique de la vannerie) ou dans les jardins de l’institution schaffhousoise (jeux de croquet et pétanque). Pareillement, les créations artistiques des malades (en l’occurrence, la confection de poupées) sont exposées en tant que moyens d’expression salvateurs.

On s’aperçoit donc que le film pour l’embauche ne saurait se réduire à une seule et unique fonction : il ne s’agit pas exclusivement de recruter du personnel soignant dans un contexte de crise dû à la déshospitalisation psychiatrique qui touche toute l’Europe à partir de la seconde moitié du XXe siècle, puisqu’il s’agit aussi, ici, de lutter contre l’ensemble des critiques portant sur la prise en charge des malades mentaux à la fin des années 1960 – ne serait-ce que les critiques formulées par le mouvement de l’antipsychiatrie.

Référence

« Qui a peur d’une clinique psychiatrique ? » (acétate de cellulose, 35 mm, noir et blanc, 36 mètres, 21 avril 1967), Cinémathèque suisse (CS), Fonds Film du CJS (1940-1975) – Cote : 1259-4.

[Note de recherche] Alcool, psychiatrie et cinéma dans la Suisse des années 1930

Il revient à l’historien du cinéma Pierre-Emmanuel Jaques d’avoir examiné attentivement comment le cinéma, dès ses origines, est utilisé en Suisse pour lutter contre l’alcoolisme. En sorte que l’on sait maintenant qu’il existe de nombreux films helvétiques de fiction, documentaires ou « utilitaires » (Gebrauchsfilme) qui, au niveau diégétique, « s’attachent à montrer les conséquences inéluctables de la boisson : dettes, ruine, destruction de la famille, voire la maladie et la mort [et où, au contraire], le vœu d’abstention et la promesse tenue trouvent leur récompense. […] Tournés dans des lieux certainement reconnaissables par les spectateurs, [ces films] s’appuient […] sur la représentation d’un monde familier, rural, avec ses activités propres (le travail aux champs, le culte, le bal) » (Pierre-Emmanuel Jaques, 2007 : 196).

Mais le cinéma, ce n’est pas seulement des histoires racontées à l’écran, c’est, en même temps, des séances faites de discussions et de débats qui se tiennent en amont ou après – voire pendant – la projection. Ce qui explique que « [t]outes sortes d’associations ont […] recour[s] au cinéma pour des assemblées ou pour promouvoir leurs activités. […] [Celles-ci] usent de “l’arme cinématographique” dans un but de prosélytisme et de conviction. […] [Par le biais de films éducatifs et de discours ad hoc,] [l]es organisations à visée prophylactique se servent abondamment du cinéma pour convaincre les spectateurs d’adopter des comportements appropriés. Les ligues antialcooliques s’en saisissent extrêmement tôt : en 1898 on trouve déjà la trace de projections organisées sous l’égide de la Croix-Bleue de Genève. Plus tard, la Fédération antialcoolique fait [quant à elle] appel au cinéaste Jean Brocher [(1899-1979)] pour alimenter son fonds de films » (Gianni Haver et Pierre-Emmanuel Jaques, 2003 : 43 ; en ce qui concerne Jean Brocher, voir Pierre-Emmanuel Jaques, 2011).

Afin d’illustrer cette conjoncture, j’aimerais pour ma part revenir sur l’une des controverses des années 1930 où, en Suisse, il est question d’alcool, de psychiatrie et de cinéma. À l’origine de cette polémique ont lieu, en août 1935 à Lausanne, deux manifestations : la première est le IVe Congrès international de la vigne et du vin, qui réunit des professionnels concernés par « “la situation viti-vinicole mondiale, et les effets de la surproduction comme de la sous-consommation” » d’alcool (Anonyme, Le Journal de Genève, 28 août 1935). À cette occasion, il s’agit pour les vignerons et les distributeurs de boissons de réfléchir, ensemble, sur l’avenir du marché et sur la possibilité d’accroître leurs bénéfices respectifs. Car, chez les producteurs et les exportateurs suisses, on regrette que la crise boursière de 1929, les croisades antialcooliques et le développement du sport aient diminué la consommation de vin et de liqueurs sur le territoire national et dans d’autres pays.

S’adjoint à cet événement commercial une seconde assemblée où l’on se préoccupe plutôt des effets sanitaires de l’alcool, soit le Ier Congrès international des médecins amis du vin, qui se déroule du 26 au 31 août 1935 à l’Université de Lausanne (UNIL). Les praticiens qui y siègent n’ont cependant qu’un seul objectif en tête, peu éloigné des intérêts des milieux économiques : « prôner le vin au point de vue hygiénique et thérapeutique » (Anonyme, L’Information, juillet 1935). Aux yeux de ces soignants, l’alcool n’a rien de « toxique » ; il possède au contraire des vertus curatives puisque, nous dit-on, comme l’affirme un « vieux refrain militaire : Le vin est salutaire / Dieu ne le défend pas. / Il n’eût pas mis la vigne en terre, / S’il eût voulu qu’on n’en bût pas.” » (Henry Wuilloud, Le Confédéré, 28 août 1935, p. 3).

En raison de leur position libérale vis-à-vis de l’alcool, ces « médecins amis du vin » s’attirent les foudres de la Société vaudoise de médecine (SVM) et de la Société suisse de psychiatrie (SSP). Le psychiatre Oscar L. Forel (1891-1982) se révèle le plus virulent d’entre eux : « avec un entrain communicatif, [le directeur de l’Hôpital Les Rives de Prangins] flétrit [dans la presse] les médecins qui se sont mis au service du grand commerce vinicole [à savoir les organisations faîtières suisses, l’Office international du Vin de Paris et l’Institut agricole de Rome] et qui se font les défenseurs de suggestions aussi irresponsables que la réintroduction du vin dans les [asiles et les] hôpitaux, les casernes, […] l’alimentation de l’enfant, etc. » (Anonyme, « Au 2me Congrès national des Médecins-amis des vins de France » [sic], L’Abstinence, 3 août 1935, p. 3).

De gauche à droite : Auguste Forel (1848-1931), Armand Forel (1920-2005) et Oscar L. Forel (environ 1930). D’après Oscar L. Forel, La Mémoire du chêne, Lausanne, Éditions Pierre-Marcel Favre, 1980

Reste qu’Oscar L. Forel ne se contente pas de simples déclarations dans des journaux. Il met également sur pied, le 12 juillet 1935, une rencontre à la Maison du Peuple de Lausanne pour dissuader la population de se déplacer en masse au Congrès international de la vigne et du vin, et au Congrès international des médecins amis du vin. Son argumentaire consiste alors à « [d]isséquer » les habituelles assertions fallacieuses et « hypocrite[s] » des viticulteurs et des scientifiques, amenés à se rassembler bientôt à proximité des rives du lac Léman (ACV SB 283, Oscar L. Forel, 12 juillet 1935). Il précise à ce sujet : « [J]e veux le dire bien haut ici ce soir : […] nous ne voulons pas être des dupes d’une habile propagande [pro-alcool] qui se fait à nos dépens et que le Conseil fédéral soutient de son autorité et avec notre argent de contribuables ».

Empreinte de démagogie, la rhétorique pseudo-démystificatrice et populiste d’Oscar L. Forel, qui s’exprime – faut-il le répéter – dans le cadre d’un espace dédié aux classes ouvrières, exploite l’idée d’un abus de pouvoir des élites économiques et politiques, qui chercheraient à tirer profit de la vulnérabilité d’hommes et de femmes asservis à l’alcool (« Alcool = esclavage = dégradation »).

Son accusation de compromission de l’État en regard des lobbies du vin s’adosse ensuite à un argument d’autorité : « Il me paraît intéressant de vous communiquer la résolution de la S.S.P., c’est-à-dire de la Société qui réunit la majeure partie des spécialistes s’occupant des affections nerveuses et mentales. […] “La S.S.P., dans sa séance du 12 mai 1935 à Wil (St. Gall) […] proteste à l’unanimité contre le fait que le vin puisse être considéré comme médicament ou comme aliment. Elle proteste aussi contre le fait de vouloir donner une allure scientifique à un congrès qui ne pourra avoir qu’un but purement économique […]. J’ai une trop haute opinion de la profession médicale pour ne pas considérer comme un honneur le privilège de vous résumer comme suit le point de vue médical : Le médecin voit les ravages de l’alcoolisme – nous psychiatres […] [nous]devons prévenir, et pas seulement guérir. Nous ne pouvons pas nous associer à une campagne en faveur du vin ».

Ce message, Oscar L. Forel souhaite de plus le faire passer à la radio (ACV, Oscar L. Forel, 13 juin 1935). Or le directeur de Radio-Lausanne, Édouard Muller, refuse de lui accorder du temps d’antenne. Qu’à cela ne tienne, le psychiatre s’oriente vers un autre média : le cinéma. Il panifie ainsi une conférence avec projection, quelques mois plus tard, au Temple de Nyon (ACV, Oscar L. Forel, 15 juillet 1935 ; sur les cinémas de la commune de La Côte, voir Robert Cerruti, 2015). La « leçon » a lieu en octobre 1935, et s’axe autour du film Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929).

Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929) © Archives de l’Histoire rurale

Oscar L. Forel commence son exposé en rappelant que la consommation excessive d’alcool « contribue à l’affaiblissement de la race et à l’appauvrissement du peuple » (ACV, Oscar L. Fore, sine die, octobre 1935). Il s’efforce d’autre part de conclure un pacte de lecture avec les spectateurs présents, en les enjoignant à ne pas uniquement « diriger [leur] attention vers les beaux vergers de notre canton » qu’ils verront à l’écran, mais également à garder à l’esprit, pendant toute la projection, l’importance que revêt le combat d’hygiène mentale contre l’alcool. En bref, le psychiatre encourage le public à ne pas adopter une posture (trop) contemplative, c’est-à-dire passive et indocile.

Par ailleurs, son préambule vise à mettre en relief les alertes intrinsèques du court métrage, qui apparaissent par le truchement de cartons. Grâce à ces éléments de ponctuation, on apprend effectivement que de nombreux fruits de table, qui ne trouvent pas de place sur les étals des marchés suisses, sont transformés en eaux-de-vie des plus nocives (Fig. 1-3).

Fig. 1-3. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)

Tant et si bien que ces boissons se « répand[ent] comme un flot » (Fig. 4) dans les commerces de vins et de spiritueux. La métaphore de la submersion est renforcée au demeurant par un insert qui nous montre un violent torrent d’eau (Fig. 5) – le texte et l’image entrant en relation syntagmatique (« montage parallèle » selon le vocabulaire metzien) (Christian Metz, 1968).

Fig. 4-5. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)

Sur ces entrefaites, les mots se font plus durs : on compare l’alcool à un véritable « poison », qui représente un « danger public » (Fig. 6). À l’aide d’un texte scripturé hautement stylisé qui envahit tout l’écran (Fig. 7-14), le film se poursuit en indiquant que l’eau-de-vie (« schnaps ») met en « péril » « les santés et les foyers ».

Fig. 6. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)
Fig. 7-10 (gauche) Fig. 11-14 (droite). Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)

L’intempérance est donc à la fois un problème d’ordre médical et un problème d’ordre socio-politique. Ce dernier aspect constitue un facteur central, étant donné qu’il permet de mieux comprendre la raison d’être du court métrage.

Il s’avère que celui-ci est en fait un film de commande, exécuté selon la volonté du Conseiller fédéral Jean-Marie Musy (1876-1952) dans le cadre de sa campagne de 1929 sur la taxation des eaux-de-vie et la limitation du nombre de distilleries domestiques (Roland Cosandey, 2015 et 1994). Rien d’étonnant à cela, si l’on se souvient que l’homme politique de droite radicale envisage à plusieurs reprises, au cours de sa carrière, le cinéma comme un outil d’influence majeur – comme en témoigne son film de 1938 aux accents (ultra)nationalistes et pronazi, La Peste rouge (Daniel Sebastiani, 2004 ; Roland Cosandey, 1997).

Un discours traditionnaliste imprègne d’ailleurs aussi Quand mûrissent nos fruits : on y vante la compétitivité et l’excellence de l’industrie suisse inégalée à l’échelle planétaire (fromageries, chocolateries, horlogeries, bijouteries, broderies, soieries) (Fig. 15-19) et, surtout, on y glorifie le modèle « militaro-viril » (Mathieu Marly, 2019) du corps en mouvement (plongeurs, gymnastes, footballeurs, lanceurs de poids) (Fig. 20-22). Le culte de l’homme masculin, athlétique, jeune et patriote est exalté, encore davantage, via la figure du lanceur de drapeau (Fahnenschwinger), qui incarne un idéal de force physique et morale, de discipline et de maîtrise de soi. Cette association entre virilité et Nation figure du reste à l’écran par le biais de la surimpression d’un drapeau suisse avec lequel se confond littéralement son lanceur (Fig. 21).

Fig. 15-19. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)
Fig. 20-22. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)
Fig. 21. Quand mûrissent nos fruits (Emil Berna, Suisse, 1929)

On l’aura compris, la mise en scène de ce jeu d’adresse, caractéristique de l’imaginaire folklorique et militaire suisse, oppose implicitement au corps « sportif » et « sain » un corps « non-sportif » et « malade » : celui de l’homme alcoolique.

C’est pourquoi Oscar L. Forel adhère si aisément au récit du court métrage et s’en empare pour sa conférence. En tant qu’homme de droite (ACV PP 1035) et en tant que psychiatre, le directeur de l’Hôpital Les Rives de Prangins n’hésite pas une seconde à étayer ses propos sur les « buveurs de vin », l’explosion des rentes d’invalidité et la « dégénérescence de la race » à Quand mûrissent nos fruits (ACV SB 283, sine die, octobre 1935).

La figure négative de l’« ivrogne » dessinée en creux par le film l’autorise même à s’aventurer sur un terrain politique, en proposant des : « Remède[s] : I. Suppression de la distillation à domicile par rachat des alambics. II. Imposition des boissons distillées et suppression de l’impôt sur les boissons non distillées ». À cela s’ajoute des recommandations nutritionnelles : pour le psychiatre, il faut inciter les Suisses à manger plus de « [f]ruits de table […] [qui possèdent] des vitamines, des sels minéraux, et du sucre. Ce dernier est supérieur au sucre raffiné. […] [L]es fruits [sont importants] dans les régimes [car ils permettent de soigner] : diabète, maladies du foie, […] tuberculose, maladies des reins (préférable aux cures de lait), […] désintoxications alcooliques ». En un mot, le raisin doit être mangé, d’après Oscar L. Forel, en grappes, et non sous ses formes transformées et alcoolisées, comme le réclament les conférenciers du Congrès international de la vigne et du vin, et du Congrès international des médecins amis du vin.

Archives

Archives Cantonales Vaudoises (ACV), Rue de la Mouline 32, 1022 Chavannes-près-Renens, Fonds : Hôpital psychiatrique de Prangins (SB 283) et Fonds : Forel (Oscar), 1880-1982 (PP 1035).

Archives de l’Histoire rurale, Villettemattstrasse 7, 3007 Berne.

Sources

Anonyme, Le Journal de Genève, 28 août 1935.

Anonyme, « Au 2me Congrès national des Médecins-amis des vins de France » [sic], L’Abstinence, 3 août 1935, pp. 1-3.

Anonyme, L’Information, juillet 1935.

FOREL, Oscar L., La Mémoire du chêne, Lausanne, Éditions Pierre-Marcel Favre, 1980.

WUILLOUD, Henry, Le Confédéré, 28 août 1935, p. 3.

Bibliographie

CERRUTI, Robert, Les Cinémas de Nyon : des origines à nos jours, Nyon, s.l., 2015.

COSANDEY, Roland, « Les cinémas de Nyon : questions d’échelle », Cinémathèque suisse [En ligne], juillet 2015, Adresse URL : https://www.cinematheque.ch/f/documents-de-cinema/salles-programmes-publics/nyon-par-r-cerruti/

COSANDEY, Roland, « Du bon usage du patrimoine cinématographique en Suisse : La Peste rouge (Suisse, 1938), Vous avez la mémoire courte (France, 1942), Guglielmo Tell (Italie, 1911) », Études et Sources, n° 23, 1997, pp. 255-290.

COSANDEY, Roland, « Cinéma politique suisse 1930-1938 : un coin du puzzle, à droite », Études et Sources, n° 20, 1994, pp. 184-185.

HAVER, Gianni et JAQUES, Pierre-Emmanuel, Le Spectacle cinématographique en Suisse (1895-1945), Lausanne, Éditions Antipodes & Société d’Histoire de la Suisse romande, 2003.

JAQUES, Pierre-Emmanuel, « Le cinéma au service des convictions : Jean Brocher », Cinémathèque suisse[En ligne], avril 2011, Adresse URL : https://www.cinematheque.ch/fileadmin/user_upload/Expo/monsieur%20x/brocher_carriere.pdf

JAQUES, Pierre-Emmanuel, « Cinéma et combat antialcoolique. De quelques films de la Croix-Bleue », Revue historique vaudoise, n° 115, 2007, pp. 189-197.

MARLY, Mathieu, Distinguer et soumettre. Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019.

METZ, Christian, Essais sur la signification au cinéma, Paris, Éditions Klincksieck, 1968. 

SEBASTIANI, Daniel, « Jean-Marie Musy (1867-1952), un ancien conseiller fédéral entre rénovation nationale et régimes autoritaires », Thèse de Doctorat, Université de Fribourg, 2004.

[Le projet] Cinéma et psychiatrie en Suisse et en Europe : un projet sur la collection Waldau (2021-2025)

Ce carnet de recherche entend relayer des informations concernant le projet de recherche financé par le Fonds national de la recherche scientifique suisse (FNS/SNF) intitulé Cinéma et (neuro)psychiatrie en Suisse : autour de la collection Waldau (1920-1990)

L’objectif d’un tel projet est double : d’une part, mettre en évidence le rôle majeur joué, tant au niveau national que transnational, par l’hôpital psychiatrique de la Waldau (Berne) dans l’usage du médium filmique à des fins de recherche, d’enseignement et de vulgarisation scientifique ; d’autre part, contribuer à la mise sur pied d’un réseau européen de chercheuses et chercheurs travaillant sur des collections similaires, de sorte à valoriser un champ de recherche en plein développement.

Ce blog s’adresse à toutes celles et tous ceux qui s’intéressent aux rapports entre cinéma, psychiatrie et neuropsychiatrie, et plus largement à l’histoire européenne des sciences médicales étayées sur le médium filmique.

Photographie aérienne du site de la Waldau (1955). Source : Anna Kathryn Schoefert, The View from the psychiatric laboratory : The Research of Ernst Grünthal and his mid-twentieth-century peers”, University of Cambridge, 2015, p. 38
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search