« Neuro Psychiatry » (1943) : filmer les névroses de guerre en Angleterre

Le Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de l’Hôpital psychiatrique de la Waldau est inauguré en 1934. Son directeur, le Dr Ernst Grünthal (1894-1972), bénéficie aussitôt du soutien moral et financier de la Fondation philanthropique Rockefeller – il se trouve que la société étatsunienne commence à investir énormément d’argent, à l’époque, dans le domaine de la psychiatrie.

Afin de s’assurer que ses placements sont utilisés à bon escient, la Fondation enjoint l’un de ses collaborateur à entreprendre un voyage à travers l’Europe, lequel consiste à recenser et à juger de la qualité des travaux menés dans les centres de recherche et de formation recevant des subventions. La personne mandatée pour effectuer cette tâche est le psychiatre Aubrey Lewis (1900-1975). D’origine australienne, le médecin exerce son métier aux États-Unis dès 1926 grâce à une bourse Rockefeller, puis il est engagé en 1929 au sein de l’Hôpital psychiatrique Maudsley à Londres.

Aubrey Lewis, King’s College London, Photographie 6547/2601.

Entre les mois de mars et septembre 1937, Aubrey Lewis sillonne donc les routes du Vieux Continent pour le compte de la Fondation nord-américaine. Au gré d’une escale en Suisse, il visite la Waldau et le LAC. Il y rencontre Ernst Grünthal, qui lui expose ses derniers résultats de recherche sur la cytoarchitecture du thalamus (Grünthal, 1934).

De retour à Londres, Aubrey Lewis reprend le cours de ses activités au Maudsley. Mais en 1939 l’établissement est contraint de fermer ses portes par crainte de bombardements aériens sur la capitale anglaise. Le personnel soignant est alors réparti dans deux nouvelles structures, et ce jusqu’en 1945 : l’Hôpital Belmont d’une part, et l’Hôpital Mill Hill d’autre part.

L’Hôpital Maudsley, mai 1935. Medical History, n° 51, 2007, pp. 357-378.

C’est à Mill Hill qu’Aubrey Lewis est affecté au mois d’août 1939. Il y travaille sous la direction du psychiatre Walter Maclay (1902-1964). Des tensions apparaissent assez vite entre les deux hommes (Claire Hilton, 2006). Elles se manifestent notamment à l’occasion du tournage d’un moyen métrage au printemps 1943 – Aubrey Lewis refusant de participer au film (Edgar Jones, 2014).

Quel est ce projet ? Il s’agit d’une commande conjointe du Ministère de la Santé et du Ministère de l’Information anglais, qui souhaitent se positionner sur l’échiquier politique en matière d’innovation thérapeutique. Intitulé Neuro Psychiatry, le moyen métrage vise à faire la lumière sur les « névroses de guerre » (war neuroses), diagnostiquées et soignées à Mill Hill chez de nombreux soldats revenus du front, de même que dans la population civile.

Carton d’ouverture

Dans un souci de normalisation des personnes internées en hôpital psychiatrique, le film s’ouvre en comparant Mill Hill aux établissements « ordinaires » de soins généraux, qui accueillent des patient·e·s atteint·e·s de troubles somatiques en général et orthopédiques en particulier.

Patients suivant une rééducation physique

La transmission du message emprunte plusieurs canaux : des cartons explicatifs (fixes ou défilant de bas en haut), un commentaire en voix over, et des séquences d’interpellation directe des spectateur·rice·s par des psychiatres face caméra.

Walter Maclay, assis à son bureau, s’adresse aux spectateur·rice·s

Un tel didactisme s’explique par le fait que Neuro Psychiatry est intégré dans des avant-programmes (ex. reportages d’actualités) ou dans des séances éducatives, qui s’apparentent à des campagnes de prévention, de dépistage et de déstigmatisation de la « folie ». On sait, par exemple, que le film est diffusé dans des salles obscures, ainsi que dans des facultés de médecine ou dans des hôpitaux, en Angleterre, aux États-Unis et en Suisse – la Cinémathèque suisse (CS) possède deux bobines 16 mm du moyen métrage, datant de 1955.

En ce qui concerne la construction du récit de Neuro Psychiatry, on remarque qu’il s’organise selon un schéma assez commun : l’entrée à l’hôpital psychiatrique, l’administration de traitements, la guérison et la sortie de l’établissement. Le retour à la communauté est abordé dès les premières minutes, puisque le commentaire en voix over rappelle que plus la réintégration des malades mentaux dans l’armée ou dans la société est rapide, mieux se porteront les individus et la nation.

Par conséquent, la prise en charge thérapeutique à Mill Hill, qui se veut efficace et efficiente, s’appuie sur un arsenal abondant de « traitements généraux » et de « traitements spéciaux » (psychothérapie individuelle ou collective, jeux en plein air, thérapie par le travail, narcothérapie, insulinothérapie, électrochocs, etc.).

Liste des traitements généraux et spéciaux offerts aux soldats et aux civils à Mill Hill
À gauche : insulinothérapie. À droite : électrochocs.

L’extrait ci-dessous, que nous proposons aujourd’hui aux lecteur·rice·s de notre blog, se situe au début de Neuro Psychiatry. Il s’avère intéressant à plusieurs titres. Premièrement, on note que les soignant·e·s de Mill Hill tiennent un discours ambivalent vis-à-vis des malades : nous en voulons pour preuve la séquence où un patient demande à une infirmière s’il se trouve dans un hôpital psychiatrique (« mental hospital »), ce à quoi la soignante répond, en riant, « bien sûr que non ! » (« no, of course not ! »). Deuxièmement, on s’aperçoit que l’hospitalisation remplit, à cette période, une fonction sous-jacente : détecter, à l’aide de tests psychométriques ou projectifs, de potentiel·le·s « psychopathes », qui resteront interné·e·s plus longtemps (ex. le patient à qui l’on demande de recopier le dessin d’un coffre, et qui esquisse à la place un cercueil). Enfin, on découvre que Mill Hill est aussi un lieu d’innovation thérapeutique, comme en témoigne la scène d’hypnose clôturant l’extrait et qui fait appel à un tourne-disque.

Bibliographie

GRÜNTHAL, Ernst, « Der Zellbau im Thalamus der Säuger und des Menschen. Eine beschreibend und vergleichend anatomische Untersuchung », Journal of Psychology and Neurology, vol. 46, 1934, pp. 41-112.

HILTON, Claire, « Mill Hill Emergency Hospital : 1939-1945 », Psychiatric Bulletin, n° 30, 2006, pp. 105-108.

JONES, Edgar, « “Neuro Psychiatry” 1943 : The Role of Documentary Film in the Dissemination of Medical Knowledge and Promotion of the U.K. Psychiatric Profession », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, vol. 69, n° 2, 2914, pp. 294-324.

La cinématographie dans l’enseignement de la médecine. Quelques discours de médecins français au début du XXe siècle

A l’instar du microscope, de la photographie, de la chronophotographie ou des rayons X, le cinématographe est dès ses origines perçu par les savants comme une extension de la vision humaine. Le médium filmique va jouer un rôle significatif dans la construction de nouveaux savoirs en raison de la possibilité qu’il donne au médecin de mieux voir et montrer les pathologies et les pratiques médicales. Les chirurgiens, neurologues et psychiatres sont parmi les premiers médecins à s’intéresser au médium filmique considéré comme un moyen d’enseignement. Les bénéfices de ce que les pédagogues appellent l’enseignement par la vue est déjà connu à l’époque, les projections d’images fixes par le biais de la lanterne magique étant en usage depuis le XIXe siècle.


Caricature d’Arthur Van Gehuchten parue dans le journal des étudiants de l’Université catholique de Louvain, dans Geneviève Aubert, « Arthur Van Gehuchten Takes Neurology to the Movies », Neurology, vol. 59, n° 10, 26 novembre 2002

« Quand, en public, on désire faire une description facile à comprendre de sujets difficiles à expliquer, on a souvent recours aux Projections lumineuses ; et ce procédé d’enseignement par la vue, beaucoup trop négligé en France, est très apprécié à l’étranger, surtout en Allemagne et en Amérique, où l’œil est un sens plus en faveur que l’ouïe » (Baudouin 1902). Ainsi débute le petit article de Marcel Baudouin dans La Gazette médicale. Celui-ci se réfère, non pas au cinématographe, mais aux projections fixes qui présentent, selon lui, le désavantage de livrer une image bidimensionnelle et partielle du sujet ou de l’objet observé. Plus loin, il conseille aux médecins de faire appel à une caméra pour pallier ces problèmes, de sorte à étendre le spectre de la visibilité. Il reconnaît à l’image animée et sérielle le pouvoir de restituer une vision complète et relief du perçu.

Mais l’image animée, sur le modèle extralucide des rayons X, est également en mesure de capter des phénomènes qui transcendent le monde visible. Pour Eugène-Louis Doyen, le film permet de faire découvrir au médecin la « psychologie » de l’acte chirurgical, bien mieux que ne saurait le faire la photographie ou le dessin :

« Le cinématographe enregistre toute la scène telle qu’elle a eu lieu, il la reproduit fidèlement et permet par sa répétition d’en retenir, d’en approfondir jusqu’aux moindres détails. Chacun des temps de l’opération peut être étudié, analysé, critiqué. […] Chacun y trouve un précieux enseignement. Le chloroformisateur lui-même est surpris de se découvrir tel qu’il ne se soupçonnait pas auparavant. Il s e voit tantôt nerveux et agité, tantôt calme et véritablement conscient de sa responsabilité. […] Toute la psychologie du chirurgien et de l’ensemble de l’opération revit sur l’écran du cinématographe. […] L’opérateur apparaît sur l’écran tel qu’il est, avec toute sa personnalité. Vous lirez sur son visage ses pensées intimes et vous aurez conscience de la volonté, de la présence d’esprit, de la puissance du vrai chirurgien. » (Doyen 1894, 4-5).

Anonyme, « L’enseignement de la chirurgie par la photographie et le cinématographe (clinique du Dr. Doyen) », Revue critique de médecine et de chirurgie, n°15, août, 1900

Annexée à une mystique de la révélation, l’image cinématographique dévoile l’esprit à travers le corps. Non seulement elle décrit une gestuelle difficile à déchiffrer à l’œil nu, y compris pour le médecin lui-même qui découvre des aspects ignorés de son métier. Mais elle expose à l’écran une double psychologie, renseignant autant sur la personnalité des acteurs de l’opération que sur la « psychologie » de l’opération elle-même. C’est pourquoi, en dévoilant un pan du savoir-faire du chirurgien qui échappe à la conscience, le film est d’abord un support pédagogique pour le médecin, avant d’être profitable aux étudiants.

« Le cinématographe seul montre l’opération telle qu’elle a été pratiquée. Le chirurgien qui assiste pour la première fois sur l’écran lumineux à l’opération faite par lui-même quelques jours auparavant est étonné de se voir tout autre qu’il se concevait. Aussi M. Doyen a t-il répété que le cinématographe avait été son meilleur maître et que ses premières pellicules lui avaient permis d’améliorer sensiblement toute sa technique opératoire » (anonyme 1900, 177). Tels sont les propos d’un rédacteur de la Revue critique de médecine et de chirurgie estimant que « la vulgarisation des bandes cinématographiques de chirurgie sera pour les jeunes praticiens d’une grande utilité puisqu’ils pourront juger, d’après une simple séance de projections, quelle méthode leur semblera la meilleure, quel chirurgien ils choisiront pour maître » (anonyme 1900, 178) … Un maître lui-même formé auprès du meilleur pédagogue : le cinématographe.


Gheorges Marinesco, « Cinématographe appliqué à l’étude des troubles de la marche (travaux originaux) », La semaine médicale, n°29, juin 1899

Si le sens de la vision est essentiel pour le chirurgien, il l’est tout autant pour le neurologue qui étudie les manifestations physiques des lésions du cerveau et du système nerveux. L’inscription des symptômes à même le corps fait du film un outil particulièrement approprié, permettant de visualiser le mouvement pathologique à la fois dans son déroulement naturel et dans ses différentes phases. L’image animée est en effet régulièrement exploitée sous l’angle d’images projetées sur un écran et d’images mises en série sur un support papier, comme l’illustrent les pratiques de Gheorges Marinescu ou Arthur Van Gechuten.

Le médecin Paul Sainton, dans un article consacré à la « cinématographie neuro-psychiatrique », explique : « Au point de vue technique, la cinématographie peut fournir des documents pour l’étude des phénomènes moteurs quels qu’ils soient, depuis la crise convulsive jusqu’au tremblement, et rendre des attitudes caractéristiques et propres à certains syndromes mentaux » (Sainton 1909, 411). « Outre que le film est document que l’on peut toujours conserver et interpréter même après l’autopsie, il a d’autres avantages. Sur l’image cinématographique, les mouvements apparaissent plus nets, les détails sont mieux différenciés […] ; les mouvements du tronc et du thorax, à peine visibles à l’examen direct, deviennent plus nets. Il y a donc là un moyen d’analyse qui met en relief des nuances peu appréciables à l’œil nu » (Sainton 1909, 412).

Précieux outil de documentation, la caméra devient une extension de la perception ordinaire permettant de voir mieux, davantage et différemment. Mais Paul Sainton met aussi en évidence les défis à relever pour bien « cinématographier » des sujets atteints de troubles du mouvement. Il est en effet difficile de « surprendre dans leurs différentes attitudes ces divers malades » (à savoir des choréiques, des athétosiques et des tiqueurs), d’autant plus lorsque ces derniers se figent une fois qu’ils se savent filmés : « Des sujets qui, dans leur milieu hospitalier, avaient des mouvements étendus, restaient presque immobiles lorsqu’on les mettait en face de l’objectif » (Sainton 1909, 411). Le problème est d’autant plus embarrassant que la pellicule coûte très cher à l’époque.


Paul Sainton, « Quelques considérations sur l’utilité de la Cinématographie dans l’étude du système nerveux », L’Encéphale, an IV, n°11, 10 novembre, 1909

Le film fournit en outre, selon l’expression consacrée, un « matériel clinique vivant » qui peut être réutilisé plusieurs fois, remplaçant le patient lui-même qui n’est pas toujours prêt à manifester les symptômes attendus ou qui vient à faire défaut dans l’institution. Un compte rendu de l’article de Sainton dans La Revue neurologique rédigé par Eugène Feindel souligne l’apport heuristique du film : « L’auteur fournit plusieurs séries d’images intéressantes à titre documentaire. Elles donnent une faible idée des services qui peuvent être rendus par la cinématographie. Celle-ci permet, en effet de fixer l’image vraiment vivante du sujet, de l’évoquer ensuite, même après sa mort et de comparer le document physiologique et le document anatomique » (Feindel 1913), c’est-à-dire de comparer l’image du patient vivant et son corps après décès.

Les fonctions documentaires de l’image filmique sont particulièrement appréciables pour montrer aux étudiants les cas de maladies rares. G. Duchesne souligne dans Le Concours médical la « puissance éducative » de la « projection de certains types cliniques qui apparaissent comme des raretés, qu’un étudiant n’est pas assuré de rencontrer à l’hôpital au cours de ses stages hospitaliers, et devant lesquels il se trouvera embarrassé si les hasards de la vie les amènent plus tard sous son observation » (Duchesne 1924, 432). Un rédacteur de la Revue neurologique qui signe son article du nom de Thoma le confirme : « Au point de vue de l’enseignement, la cinématographie est d’une valeur incomparable, d’abord parce que les cas-types peuvent être enregistrés de façon définitive, et ensuite parce que les raretés se trouvent en état d’être représentées à un grand nombre de générations médicales ». Il se réjouit également de la possibilité pour les médecins de pouvoir échanger leurs films, dans un esprit collaboratif qui trouve écho dans les souhaits de certains, comme Hans Hennes (Hennes 1910) en Allemagne, de voir naître des « cinémathèques » centralisant ce type de productions : « Au point de vue pratique, les trop grandes dépenses sont évitées par l’échange continu des films. » (Thoma., 1913).

On l’aura compris les avantages du support filmique pour l’enseignement et la recherche en médecine, et en particulier en neurologie et en psychiatrie, sont multiples : enseignement par la vue grâce à l’image animée, laquelle est toujours pensée en complémentarité avec l’image fixe ; prothèse oculaire et révélateur d’une « nouvelle » réalité ; « matériel vivant », substitut commode à la démonstration clinique ; document réutilisable et transmissible, susceptible d’être intégré à une archive ou à une collection de films médicaux. La cinématographie fournit ainsi aux médecins, toutes nations et disciplines confondues, un langage commun situé à l’interface de la science, de la culture visuelle et de l’histoire des techniques.

MB

Références

Anonyme, « L’enseignement de la chirurgie par la photographie et le cinématographe (clinique du Dr. Doyen) », Revue critique de médecine et de chirurgie, n°15, août, 1900, pp. 177-178.

Baudouin, Marcel, « De l’utilisation du cinématographe pour l’étude des objets immobiles en médecine », La Gazette médicale, n°14, 5 avril 1902, p. 1

Doyen, Eugène, « Le Cinématographe et l’enseignement de la chirurgie », Revue critique de médecine et de chirurgie, n° 1, 15 août 1894, p. 4-5.

Duchesne, G., « L’enseignement par le cinéma », Le Concours médical, n°17, février 1924, pp. 430-433.

Feindel, Eugène, « Quelques considérations sur l’utilité de la cinématographie dans l’étude du système nerveux (Sainton, Paul, L’Encéphale, n°11, 10 novembre 1909) », Revue neurologique, n°6, mars 1913, p. 366.

Hennes, Hans, « Die Kinematographie im Dienste der Neurologie und Psychiatrie, nebst Beschreibung einiger selteneren Bewegungsstörungen », Medizinische Klinik, n° 51, 18 décembre 1910, pp. 2010-2014.

Sainton, Paul, « Quelques considérations sur l’utilité de la Cinématographie dans l’étude du système nerveux », L’Encéphale, an IV, n°11, 10 novembre, 1909, pp. 410-413.

Thoma., « Utilisation de la Cinématographie en médecine avec considération particulières pour ce qui concerne les maladies nerveuses et mentales, par T.-H. Weisenburg (de Philadelphie). The Journal of the American Medical Association, p. 2310, 28 décembre 1912 », Revue neurologique, n°15, juillet 1913, p. 74.