Du singulier au pluriel : les collections Waldau

Quelques mois après le démarrage du projet FNS et deux ans après le début de l’élaboration dudit projet, force est de constater qu’il nous faut corriger notre intuition première. Nous ne sommes pas face à une collection, mais à plusieurs qui forment une constellation très dense de pratiques, d’objets et de personnes.

Quelques noms de médecins de distinguent au sein de ce réseau : Ernst Grünthal, Theodor H. Spoerri, Karl Kleist, Gustav E. Störring, Walter Rudolf Hess, Hans Heimann, Maurice Rémy. Si Ernst Grünthal, le Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) et la Waldau semblent constituer un centre névralgique majeur en Suisse, d’autres apparaissent également au fil de nos recherches. On pense par exemple à la clinique universitaire psychiatrique de Bâle (UPK) qui héberge une activité filmique très importante, et ce des années 1920 aux années 1970.

Rattachées à des institutions, ces collections se définissent principalement par leur hétérogénéité : hétérogénéité en termes d’instances de production, de fonctions, de discours, de codes génériques mobilisés, de contextes de diffusion, etc. – ce qui nous motive à mobiliser des outils de “distant reading” (F. Moretti) permettant de comprendre cette complexité.

Afin d’avoir un aperçu de cette pluralité, nous avons conçu une frise chronologique qui rend compte sur l’axe diachronique des différents ensembles qui ont pu être identifiés jusqu’à maintenant. Cette frise sera certainement amenée à être modifiée dans les mois qui viennent pour des raisons non seulement factuelles, mais aussi conceptuelles.

Frise chronologique établie par MB et RT (octobre 2021)

Les films neuropsychiatriques d’Ernst Grünthal au Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau

(Résumé du projet de thèse sous la direction de Mireille Berton, MER-UNIL)

Les archives d’Ernst Grünthal (1894-1972) conservées par le Musée de la Psychiatrie de Berne constituent un patrimoine tout à fait exceptionnel puisqu’elles permettent de retracer l’histoire des films du psychiatre réalisés au sein du Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau entre 1934 et 1965.

C’est en effet au cours de ces années-là qu’Ernst Grünthal supervise et tourne, sur le site de l’hôpital psychiatrique de Berne, plus d’une centaine de courts et moyens métrages 16 mm mettant en scène des patientes et des patients qui souffrent de troubles psychiatriques ou neurologiques (dépression, alcoolisme, schizophrénie, démence sénile, troubles mnésiques, troubles du langage, maladie de Parkinson, chorée de Huntington, etc.).

La recherche a donc pour but de reconstituer la nature, le contexte et le rôle de ces films. Il s’agira de montrer de quelle manière le cinéma est intégré, au quotidien, dans les activités de recherches du LAC : comment Ernst Grünthal se familiarise-t-il avec le dispositif cinématographique ? Quel type de matériel mobilise-t-il ? Dans quel(s) but(s) fait-il appel au cinéma ? Quelle place occupent concrètement les patientes et les patients au moment des tournages ? Quels sont les principaux interlocuteurs et interlocutrices d’Ernst Grünthal à la Waldau et hors les murs de l’institution ? Quelles sont les conditions de diffusion et de circulation de l’ensemble des films du psychiatre à l’échelle de la Suisse ?

À partir de ces analyses, il faudra ensuite mener une réflexion théorique plus critique sur l’emploi du « film utilitaire » (film qui vise à faire passer un message) et du « film éphémère » (film qui possède une durée de vie très courte) dans le champ de la neuropsychiatrie. Trop souvent négligées dans l’historiographie classique, ces catégories offrent de fait la possibilité de saisir les enjeux pratiques, discursifs et épistémologiques, caractéristiques du cinéma de non-fiction et du cinéma non-commercial auxquels on peut aisément rattacher les films du LAC.

Enfin, il s’avérera utile de se pencher plus avant sur les politiques d’archivage de l’hôpital psychiatrique bernois qui ont permis de sauvegarder de nombreuses pellicules très fragiles des assauts du temps. Cette volonté de préservation se trouve notamment incarnée par le célèbre psychiatre de la Waldau Walter Morgenthaler qui, dès le tournant des années 1900, en appelle à la création d’un centre d’archives national réunissant les artéfacts de divers asiles, hôpitaux et cliniques psychiatriques.

Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau (env. 1950)