Du singulier au pluriel : les collections Waldau

Quelques mois après le démarrage du projet FNS et deux ans après le début de l’élaboration dudit projet, force est de constater qu’il nous faut corriger notre intuition première. Nous ne sommes pas face à une collection, mais à plusieurs qui forment une constellation très dense de pratiques, d’objets et de personnes.

Quelques noms de médecins de distinguent au sein de ce réseau : Ernst Grünthal, Theodor H. Spoerri, Karl Kleist, Gustav E. Störring, Walter Rudolf Hess, Hans Heimann, Maurice Rémy. Si Ernst Grünthal, le Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) et la Waldau semblent constituer un centre névralgique majeur en Suisse, d’autres apparaissent également au fil de nos recherches. On pense par exemple à la clinique universitaire psychiatrique de Bâle (UPK) qui héberge une activité filmique très importante, et ce des années 1920 aux années 1970.

Rattachées à des institutions, ces collections se définissent principalement par leur hétérogénéité : hétérogénéité en termes d’instances de production, de fonctions, de discours, de codes génériques mobilisés, de contextes de diffusion, etc. – ce qui nous motive à mobiliser des outils de “distant reading” (F. Moretti) permettant de comprendre cette complexité.

Afin d’avoir un aperçu de cette pluralité, nous avons conçu une frise chronologique qui rend compte sur l’axe diachronique des différents ensembles qui ont pu être identifiés jusqu’à maintenant. Cette frise sera certainement amenée à être modifiée dans les mois qui viennent pour des raisons non seulement factuelles, mais aussi conceptuelles.

Frise chronologique établie par MB et RT (octobre 2021)

Le cas Franz Breundl

Avant de quitter l’Allemagne nazie en raison de ses origines juives et de trouver refuge en Suisse, le psychiatre Ernst Grünthal exerce son métier à la clinique psychiatrique universitaire de Würzburg. C’est dans cet établissement qu’il rencontre Franz Breundl, un jeune homme de vingt-quatre ans qui souffre d’un grave problème de la mémoire. Celui-ci est effectivement incapable de retenir toute nouvelle information plus de 3 à 5 secondes. En sorte qu’il est plongé dans un état permanent de confusion.

Très vite, tout porte à croire que le symptôme atypique du patient est la conséquence d’un accident de travail : on apprend qu’avant son admission à la clinique psychiatrique bavaroise, Franz Breundl a été retrouvé inconscient devant le haut fourneau de l’aciérie dans laquelle il est employé comme ouvrier. Et ce n’est qu’après son réveil qu’il s’est montré inattentif et confus.

Selon Ernst Grünthal, le jeune homme aurait donc été intoxiqué au monoxyde de carbone – un gaz inodore résultant de la combustion du charbon de bois et pouvant s’échapper d’installations sidérurgiques. La formulation de ce diagnostic indique que le psychiatre est au courant qu’une importante exposition au monoxyde de carbone peut provoquer des dommages irréversibles au niveau du système nerveux central et, par suite, des fonctions intellectuelles et de la mémoire.

Dès le mois de décembre 1927, Ernst Grünthal prend en outre l’initiative de filmer le malade sur une période de six ans. Il s’agit non seulement d’enregistrer l’évolution de l’amnésie de Franz Breundl (attendu que le dispositif cinématographique permet de restituer et de comparer des temps successifs sur une longue une durée), mais aussi de « faire connaître » ce cas hors norme à des collègues de même qu’à des étudiants et des étudiantes en médecine de l’Université de Würzburg (attendu que le dispositif cinématographique permet de s’adresser à un large public à des fins scientifiques et pédagogiques, notamment).

Quand il quitte l’Allemagne à la hâte en 1934, Ernst Grünthal emporte avec lui son unique film sur Franz Breundl (« Merkunfähigkeit », 1927-1932). À quelques rares exceptions près, le psychiatre ne le projette plus en territoire helvétique. Le film tombe alors dans l’oubli.

Le cas Breundl
Merkunfähigkeit
(Ernst Grünthal, Allemagne, 1927-1932, muet)
Le psychiatre demande à Franz Breundl d’écrire son nom sur un tableau noir. Or à peine l’ordre donné, le malade oublie ce qu’il doit faire et s’interrompt, perplexe.

Bien des années plus tard, plusieurs chercheurs et chercheuses se sont intéressés à la pathologie et à la vie de Franz Breundl, tant d’un point de vue psychiatrique qu’historique (Craver et al., 2014 ; Schoefert, 2015).

Mais, pour mener à bien leurs travaux, la plupart d’entre eux se sont exclusivement focalisés sur le moyen métrage du psychiatre Gustav E. Störring – un collègue d’Ernst Grünthal qui, en juillet 1935, réalise un second film sur le patient amnésique dans les studios berlinois de l’UFA.

Gedächtnisverlust durch Gasvergiftung. Ein Mensch ohne Zeitgedächtnis
(Gustav E. Störring, Allemagne, 1935, sonore)

La majorité de ces commentateurs et commentatrices ont ainsi supposé, à tort, que le film d’Ernst Grünthal de 1927-1932 avait été perdu ou détruit.

C’est pourquoi l’on peut se réjouir du prochain travail de valorisation de la Collection Waldau, soutenu par le FNS et la Cinémathèque suisse : la restauration et la digitalisation des films d’Ernst Grünthal permettront en effet de révéler une page oubliée de l’histoire sur l’« affaire Franz Breundl » (Tinguely, 2020), en rappelant la préséance et la spécificité du projet cinématographique d’Ernst Grünthal sur celui de Gustav E. Störring.