Usage(s) de l’E.E.G. au sein de l’Institut pour enfants épileptiques Bethesda, 1959-1969

Dans un billet publié hier sur ce blog, l’historienne du cinéma Mireille Berton opère une mise à jour importante : la chercheuse appelle en effet à parler – et à penser – au pluriel les films du projet FNS « Cinéma et (neuro)psychiatrie en Suisse », car il s’avère que ceux-ci sont extrêmement hétérogènes – ce foisonnement apparaissant non seulement au regard du nombre et de l’origine des pellicules conservées par la Cinémathèque suisse, mais également au niveau du contenu des films du corpus étudié.

Ce dernier point s’illustre, entre autres, avec le court métrage Divers troubles du mouvement (Verschiedene Bewegungsstörungen, Ernst Grünthal, Suisse, env. 1950-1951), qui se compose de plusieurs séquences réalisées à l’Hôpital psychiatrique de la Waldau et de quelques prises de vue exécutées à l’Institut pour enfants épileptiques Bethesda à Tschugg (Berne).

Cinémathèque suisse © Raphaël Tinguely, 22 octobre 2020.

Or ce n’est pas la seule et unique fois où l’établissement du Seeland ouvre (et ouvrira) ses portes à des caméras de cinéma ou de télévision.

Années 1950

Le 13 mars 1959, par exemple, un reportage (35 mm) du Ciné-Journal suisse y est tourné à l’occasion d’une campagne de l’Association Pro Infirmis, qui défend la cause des personnes invalides sur l’ensemble du territoire helvétique.

Ciné-Journal suisse (CJS), Pro Infirmis (0860-2), 13 mars 1959 © Archives fédérales suisses (cote : J2.143#1996/386#860-2#2*) et Cinémathèque suisse.

Dans cette réclame, le journaliste évoque, par le biais d’un commentaire en voix over, le temps où « l’épilepsie engendrait terreur et tourments » – puisqu’avant les années 1950, le syndrome épileptique était un problème d’ordre psychiatrique (et non neurologique).

L’archaïsme supposé de cette époque est connoté avec emphase, et il fait l’objet d’un traitement sensationnel avec des éléments visuels (une peinture représentant des hommes et des femmes tombant en pâmoison), sonores (une musique orchestrale aux accents flamboyants) et narratifs (une isotopie de la malédiction avec l’emploi de termes liés à l’idée de « possession démoniaque » et de la pratique de l’« exorcisme ») (Fig. 1).

Fig. 1.

Le journaliste laisse ensuite entendre que cette période primitive contraste avec celle des années 1950, dans la mesure où, dès ce moment-là, « nous [avons su] que l’épilepsie [était] une maladie du cerveau ».

La découverte a été rendue possible, d’après le chroniqueur-bonimenteur, grâce à la mise au point de deux technologies : d’une part, la « radiographie » qui permet de voir la « structure asymétrique » des « crânes d’épileptiques » ; et, d’autre part, l’électroencéphalographie – qui n’est toutefois pas nommée en tant que telle en raison de son caractère très scientiste –, et qui permet de « percevoir », « dans les cellules du cerveau, les impulsions électriques qui s’inscrivent sur un diagramme » (Fig. 2).

Fig. 2.

On comprend ainsi qu’à l’aide de ces dispositifs et grâce aux progrès de la médecine moderne, certains enfants épileptiques « sous la protection de Pro Infirmis » ont pu être « délivrés de leur mal » (retour d’un vocabulaire métaphysique !), comme en témoigne le fait qu’ils poursuivent « leurs études comme n’importe quels écoliers » (Fig. 3).

Fig. 3

Années 1960

Dix ans plus tard, c’est au tour de la Schweizer Radio und Fernsehen (SRF) de consacrer un nouveau reportage d’Actualités (16 mm) sur l’Institut Bethesda.

Aktuelle regionale Informationssendungen, 23 octobre 1969 © Schweizer Radio und Fernsehen (SRF) (cote : 2cf64a13-f152-402c-b14e-145fecd3688c).

Cette fois-ci, l’entrée dans l’institution se fait de manière plus ritualisée : un montage en accolade nous montre, dans une espèce de temps suspendu, le bâtiment à partir de différents points de vue. Un plan imposant en contre-plongée, tourné devant les grilles de l’ancien asile (« Anstalt ») devenu clinique (« Klinik »), fait alors office de frontière entre l’extérieur et l’intérieur, le public et le privé, et la santé et la maladie.

Après quoi le récit est approximativement le même que celui de 1959 : un médecin vêtu d’une blouse blanche définit l’épilepsie comme un trouble neurologique, dont le diagnostic peut être établi au moyen d’un électroencéphalographe (E.E.G.). La technique d’imagerie est cependant ici nommée expressément, attendu qu’une dizaine d’années s’est écoulée depuis le reportage vantant les mérites de Pro Infirmis et que l’E.E.G. s’est largement popularisé.

Remarque générale

Dans les deux extraits mentionnés à la faveur de ce billet, l’E.E.G. s’érige comme un instrument participant à la quête d’objectivité de la psychiatrie qui, sur le modèle de la médecine somatique et de la neurologie, cherche à identifier les marqueurs biologiques de la maladie (et de la maladie mentale).

Sur un plan théorique, l’E.E.G. fonctionne donc, à l’instar du cinématographe, comme une « prothèse oculaire », révélant de nouvelles réalités aux yeux des médecins – notamment les médecins l’Institut pour enfants épileptiques Bethesda et de l’Hôpital psychiatrique de la Waldau.

RT

Du singulier au pluriel : les collections Waldau

Quelques mois après le démarrage du projet FNS et deux ans après le début de l’élaboration dudit projet, force est de constater qu’il nous faut corriger notre intuition première. Nous ne sommes pas face à une collection, mais à plusieurs qui forment une constellation très dense de pratiques, d’objets et de personnes.

Quelques noms de médecins de distinguent au sein de ce réseau : Ernst Grünthal, Theodor H. Spoerri, Karl Kleist, Gustav E. Störring, Walter Rudolf Hess, Hans Heimann, Maurice Rémy. Si Ernst Grünthal, le Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) et la Waldau semblent constituer un centre névralgique majeur en Suisse, d’autres apparaissent également au fil de nos recherches. On pense par exemple à la clinique universitaire psychiatrique de Bâle (UPK) qui héberge une activité filmique très importante, et ce des années 1920 aux années 1970.

Rattachées à des institutions, ces collections se définissent principalement par leur hétérogénéité : hétérogénéité en termes d’instances de production, de fonctions, de discours, de codes génériques mobilisés, de contextes de diffusion, etc. – ce qui nous motive à mobiliser des outils de “distant reading” (F. Moretti) permettant de comprendre cette complexité.

Afin d’avoir un aperçu de cette pluralité, nous avons conçu une frise chronologique qui rend compte sur l’axe diachronique des différents ensembles qui ont pu être identifiés jusqu’à maintenant. Cette frise sera certainement amenée à être modifiée dans les mois qui viennent pour des raisons non seulement factuelles, mais aussi conceptuelles.

Frise chronologique établie par MB et RT (octobre 2021)

Le cas Franz Breundl

Avant de quitter l’Allemagne nazie en raison de ses origines juives et de trouver refuge en Suisse, le psychiatre Ernst Grünthal exerce son métier à la clinique psychiatrique universitaire de Würzburg. C’est dans cet établissement qu’il rencontre Franz Breundl, un jeune homme de vingt-quatre ans qui souffre d’un grave problème de la mémoire. Celui-ci est effectivement incapable de retenir toute nouvelle information plus de 3 à 5 secondes. En sorte qu’il est plongé dans un état permanent de confusion.

Très vite, tout porte à croire que le symptôme atypique du patient est la conséquence d’un accident de travail : on apprend qu’avant son admission à la clinique psychiatrique bavaroise, Franz Breundl a été retrouvé inconscient devant le haut fourneau de l’aciérie dans laquelle il est employé comme ouvrier. Et ce n’est qu’après son réveil qu’il s’est montré inattentif et confus.

Selon Ernst Grünthal, le jeune homme aurait donc été intoxiqué au monoxyde de carbone – un gaz inodore résultant de la combustion du charbon de bois et pouvant s’échapper d’installations sidérurgiques. La formulation de ce diagnostic indique que le psychiatre est au courant qu’une importante exposition au monoxyde de carbone peut provoquer des dommages irréversibles au niveau du système nerveux central et, par suite, des fonctions intellectuelles et de la mémoire.

Dès le mois de décembre 1927, Ernst Grünthal prend en outre l’initiative de filmer le malade sur une période de six ans. Il s’agit non seulement d’enregistrer l’évolution de l’amnésie de Franz Breundl (attendu que le dispositif cinématographique permet de restituer et de comparer des temps successifs sur une longue une durée), mais aussi de « faire connaître » ce cas hors norme à des collègues de même qu’à des étudiants et des étudiantes en médecine de l’Université de Würzburg (attendu que le dispositif cinématographique permet de s’adresser à un large public à des fins scientifiques et pédagogiques, notamment).

Quand il quitte l’Allemagne à la hâte en 1934, Ernst Grünthal emporte avec lui son unique film sur Franz Breundl (« Merkunfähigkeit », 1927-1932). À quelques rares exceptions près, le psychiatre ne le projette plus en territoire helvétique. Le film tombe alors dans l’oubli.

Le cas Breundl
Merkunfähigkeit
(Ernst Grünthal, Allemagne, 1927-1932, muet)
Le psychiatre demande à Franz Breundl d’écrire son nom sur un tableau noir. Or à peine l’ordre donné, le malade oublie ce qu’il doit faire et s’interrompt, perplexe.

Bien des années plus tard, plusieurs chercheurs et chercheuses se sont intéressés à la pathologie et à la vie de Franz Breundl, tant d’un point de vue psychiatrique qu’historique (Craver et al., 2014 ; Schoefert, 2015).

Mais, pour mener à bien leurs travaux, la plupart d’entre eux se sont exclusivement focalisés sur le moyen métrage du psychiatre Gustav E. Störring – un collègue d’Ernst Grünthal qui, en juillet 1935, réalise un second film sur le patient amnésique dans les studios berlinois de l’UFA.

Gedächtnisverlust durch Gasvergiftung. Ein Mensch ohne Zeitgedächtnis
(Gustav E. Störring, Allemagne, 1935, sonore)

La majorité de ces commentateurs et commentatrices ont ainsi supposé, à tort, que le film d’Ernst Grünthal de 1927-1932 avait été perdu ou détruit.

C’est pourquoi l’on peut se réjouir du prochain travail de valorisation de la Collection Waldau, soutenu par le FNS et la Cinémathèque suisse : la restauration et la digitalisation des films d’Ernst Grünthal permettront en effet de révéler une page oubliée de l’histoire sur l’« affaire Franz Breundl » (Tinguely, 2020), en rappelant la préséance et la spécificité du projet cinématographique d’Ernst Grünthal sur celui de Gustav E. Störring.

Les films neuropsychiatriques d’Ernst Grünthal au Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau

(Résumé du projet de thèse sous la direction de Mireille Berton, MER-UNIL)

Les archives d’Ernst Grünthal (1894-1972) conservées par le Musée de la Psychiatrie de Berne constituent un patrimoine tout à fait exceptionnel puisqu’elles permettent de retracer l’histoire des films du psychiatre réalisés au sein du Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau entre 1934 et 1965.

C’est en effet au cours de ces années-là qu’Ernst Grünthal supervise et tourne, sur le site de l’hôpital psychiatrique de Berne, plus d’une centaine de courts et moyens métrages 16 mm mettant en scène des patientes et des patients qui souffrent de troubles psychiatriques ou neurologiques (dépression, alcoolisme, schizophrénie, démence sénile, troubles mnésiques, troubles du langage, maladie de Parkinson, chorée de Huntington, etc.).

La recherche a donc pour but de reconstituer la nature, le contexte et le rôle de ces films. Il s’agira de montrer de quelle manière le cinéma est intégré, au quotidien, dans les activités de recherches du LAC : comment Ernst Grünthal se familiarise-t-il avec le dispositif cinématographique ? Quel type de matériel mobilise-t-il ? Dans quel(s) but(s) fait-il appel au cinéma ? Quelle place occupent concrètement les patientes et les patients au moment des tournages ? Quels sont les principaux interlocuteurs et interlocutrices d’Ernst Grünthal à la Waldau et hors les murs de l’institution ? Quelles sont les conditions de diffusion et de circulation de l’ensemble des films du psychiatre à l’échelle de la Suisse ?

À partir de ces analyses, il faudra ensuite mener une réflexion théorique plus critique sur l’emploi du « film utilitaire » (film qui vise à faire passer un message) et du « film éphémère » (film qui possède une durée de vie très courte) dans le champ de la neuropsychiatrie. Trop souvent négligées dans l’historiographie classique, ces catégories offrent de fait la possibilité de saisir les enjeux pratiques, discursifs et épistémologiques, caractéristiques du cinéma de non-fiction et du cinéma non-commercial auxquels on peut aisément rattacher les films du LAC.

Enfin, il s’avérera utile de se pencher plus avant sur les politiques d’archivage de l’hôpital psychiatrique bernois qui ont permis de sauvegarder de nombreuses pellicules très fragiles des assauts du temps. Cette volonté de préservation se trouve notamment incarnée par le célèbre psychiatre de la Waldau Walter Morgenthaler qui, dès le tournant des années 1900, en appelle à la création d’un centre d’archives national réunissant les artéfacts de divers asiles, hôpitaux et cliniques psychiatriques.

Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau (env. 1950)