[Travaux d’étudiant·e·s] Rythme au soleil (Charles-Georges Duvanel, 1938)

Cette fiche a été rédigée par trois étudiant.e.s en Master à la Section d’Histoire et esthétique du cinéma (UNIL), Samuel Damiani, Zoé Loetscher et Lisa Mouquin. Elle est consacrée à un autre film suisse de Charles-Georges Duvanel (1906-1975) réalisé pour promouvoir l’héliothérapie du Dr Auguste Rollier (1874-1954) à Leysin. On y voit en particulier les activités ludo-thérapeutiques des enfants. Ce travail découle d’une collaboration avec l’équipe de la plateforme MEDFILM de l’Université de Strasbourg, notamment le prof. Christian Bonah et Elisabeth Fuchs. C’est pourquoi cette fiche sera prochainement accessible sur ce site consacré à l’histoire du film médical et sanitaire.

Pays de production  : Suisse ; Réalisateur : Charles-Georges Duvanel (1906-1975) ; Référent scientifique  : Dr Auguste Rollier (1874-1954 ); Format  : Parlant, Noir et blanc, 35 mm ; Langue d’origine  : Français; Commanditaire  : Probablement Auguste Rollier au nom de ses établissements à Leysin et à Cergnat ; Archives détentrices  : La Cinémathèque suisse.

Générique principal : Carton introductif : « Les établissements du professeur Rollier à Leysin et à Cergnat (Vallée des Ormonts) ». Générique de fin : « Production Charles-Georges Duvanel ». Musique par Hans Haug (non crédité au générique du film, mais mentionné dans un article : « Un beau film », Courrier de Leysin, 14e année, n° 44, 3 juin 1938, p. 3).

Sujet : Les bienfaits de la gymnastique au soleil (héliothérapie) pour traiter la tuberculose dans les établissements du Dr Auguste Rollier à Leysin.

Résumé : Le film expose les méthodes thérapeutiques du Dr Auguste Rollier pour lutter contre la tuberculose spécifiquement et pour le bien-être physique de manière plus générale, résultats de nombreuses recherches sur les bienfaits de l’héliothérapie. Filmés en extérieur, notamment devant les établissements du Dr Rollier à Leysin, les patient·e·s pratiquent la gymnastique issue de la méthode de Margaret Morris (1891-1980), associée à l’exposition au soleil. Des patient·e·s de tout âge effectuent divers exercices physiques et danses chorégraphiées en plein air pour entretenir leur musculature, afin de prévenir et soigner la tuberculose.

Contexte 

« Avant que le Docteur Rollier ne s’installât à Leysin en 1903, la tuberculose osseuse ne savait être traitée qu’en enfermant le membre malade dans un corset de plâtre pour l’immobiliser » (Une thérapeutique qui vise l’homme tout entier : ou les adjuvants de l’héliothérapie pratiquée dans les cliniques du professeur Rollier à Leysin. 1903-1953, p. 4).

En 1903, il s’installe à Leysin dans un « chalet » — qui deviendra plus tard une clinique à part entière — et y débute son activité médicale. Ce chalet, bien exposé au soleil, sur le flanc d’une montagne, devient le terrain de ses premières recherches et expériences sur les « radiations solaires et leur influence sur l’organisme », notamment pour le traitement et la prévention de la tuberculose (Une thérapeutique qui vise l’homme tout entier … , p. 45).

En novembre 1935, il rédige à Leysin la préface de son nouveau manuel sur l’héliothérapie, qui s’inscrit dans les nouveaux travaux consacrés à l’héliothérapie au début des années 1930 : « [J]e me suis demandé si une nouvelle contribution de ma part à l’étude de cette thérapeutique serait encore opportune. La raison principale qui m’a déterminé est que l’héliothérapie — plus que jamais à l’ordre du jour — est souvent pratiquée de la manière la plus fantaisiste. Chacun prétend aujourd’hui faire de la cure solaire, mais rares sont les initiés qui en connaissent bien les principes, même parmi ceux qui la prescrivent ou la dirigent. Ainsi les accidents sont-ils multiples. Ils ne peuvent que discréditer la méthode. » (Rollier 1936, p. 7).

Il rappelle ses précédents travaux sur l’héliothérapie datant de 1914 (« un recul suffisant m’autorise à parler aujourd’hui des résultats éloignés de l’héliothérapie » [Rollier 1936, p. 7]) et insiste notamment sur le fait que celle-ci n’est pas réservée à la guérison, mais sert aussi à la prévention (Rollier 1936, p. 8).

Cette méthode consiste à mettre les patient·e·s en contact avec le soleil et l’air de la montagne (Rollier 1936, p. 16). Elle stimule diverses pratiques exécutées en extérieur par patient·e·s exposé·e·s au soleil, comme des travaux manuels ou de la gymnastique. En effet, la gymnastique est souvent associée à l’héliothérapie pour que celle-ci soit efficace : « Il faut avoir assisté à l’une de ces démonstrations ou avoir vu le film “Rythme au soleil” pour réaliser que le souci de trouver une gymnastique a conduit à la naissance d’un art qui est à la portée de tout enfant malade, art qui lui donnera, par des découvertes successives, des joies nouvelles et une plus grande ferveur. Voilà pourquoi depuis 1932, les années de guerre mises à part, des élèves diplômés de l’École M.M.M. de Londres se sont succédé à Leysin pour enrichir les bienfaits de l’héliothérapie des trésors de leur art merveilleux. » (Une thérapeutique qui vise l’homme tout entier … , pp. 13-14).

L’héliothérapie, telle que théorisée et mise en pratique par Auguste Rollier dans ses cliniques, est donc reliée à une gymnastique qui doit être praticable depuis un lit. Rollier exploite à cet effet la méthode de Margaret Morris pour accompagner l’ensoleillement des patient·e·s : « Margaret Morris comprit d’emblée la portée que sa méthode pourrait avoir dans les cliniques à Leysin et examina comment adapter les exercices respiratoires et les mouvements de base de ses figures aux positions particulières des enfants mobilisés. » (Une thérapeutique qui vise l’homme tout entier … , pp. 13-14). L’héliothérapie est ainsi adaptée par Rollier pour qu’elle soit pratiquée selon une posologie précise afin de renforcer la musculature et reconstituer les tissus des personnes atteintes (Rollier 1936, p. 14).

Le Dr Auguste Rollier deviendra Professeur honoraire de l’Université de Lausanne et membre correspondant de l’Académie de Médecine de Paris.

Comment le film dirige-t-il le regard du/de la spectateur·rice ?

Les prises de vues idylliques de Leysin et de ses paysages montagneux ancrent le film dans le village où le Dr Rollier s’est installé au début des années 1930. Légèrement vêtu·e·s pour bénéficier des bienfaits du soleil, les patient·e·s sont filmés devant des paysages majestueux en train d’effectuer des exercices et des mouvements de danse. Le commentaire en voix-over présente les principes généraux de la méthode, les pathologies et souligne les bienfaits thérapeutiques des exercices, le tout à travers un langage technique (quand il s’agit de désigner les affections), et un ton à la fois didactique et lyrique.

Les prises de vues des montagnes, la musique — dont le rythme imite celui des différents exercices —, ainsi que la danse participent à montrer la nature paisible et ludique de la thérapie. En insistant sur les traitements préventifs et sur les cas guéris de la tuberculose, le film brosse un tableau dédramatisé de la maladie, qui encourage tout un chacun·e à pratiquer un mode de vie sain, fait de mouvements et d’activités en plein air. Les modalités de prise de vue (cadrage, emplacement de la caméra, composition visuelle des plans, etc.) mettent en évidence l’idée d’équilibre, de bien-être, d’harmonie des corps en communication avec la nature. Seuls ou en groupe, les patient·e·s réalisent des gestes gracieux où se rejoignent esthétique, expression corporelle et santé.

Le film adopte un régime informatif qui confine au ton publicitaire, tant le commentaire vante les mérites de cette méthode alliant héliothérapie et danse gymnastique. En ce sens, il combine des stratégies rhétoriques qui appartiennent au film de prévention sanitaire à visée prophylactique, au film d’éducation populaire et au film de danse. La rhétorique propagandiste est particulièrement sensible dans la conclusion qui défend des valeurs religieuses et patriotiques.

Comment la santé et la médecine sont-elles présentées ?

Les patient·e·s sont filmé·e·s sur les terrasses des différents établissements alors qu’ils et elles effectuent des mouvements de coordination et de renforcement musculaire, sans que le personnel soignant ne soit jamais montré à l’écran. En extérieur, ce sont des guides de montagne qui les accompagnent. Cela participe à mettre en avant l’autonomie d’une pratique tant solitaire que communautaire, qui ne nécessite aucun médicament ni intervention de personnel soignant.

Socles de la thérapie, l’activité physique et l’exposition au soleil sont dépeintes comme étant bénéfiques à la santé de chacun·e, personnes malades et saines. Elles sont donc présentées dans leur fonction préventive. Les patient·e·s qui servent d’exemples semblent avoir été sélectionnés pour leur agilité et leur forme physique. En effet, aucun cas de tuberculose grave n’est montré et l’accent est mis sur le pouvoir salutaire de la thérapie et des montagnes ensoleillées de Leysin.

Diffusion et réception

Où le film est-il projeté ?

Aucune source concernant les lieux de diffusion prévus par la production n’a été trouvée, mais une recherche sur la réception du film dans la presse nationale a permis d’établir que le film a principalement été montré lors d’événements organisés par des structures médicales. Toutes ces projections semblent être ouvertes au public, ce qui fait sens au vu du ton promotionnel du film qui vise à prévenir plutôt que guérir. Aucune mention du film n’a été trouvée dans la presse française ou internationale.

C’est le Courrier de Leysin qui parle pour la première fois de Rythme au soleil, dans un article daté du 3 juin 1938 publié après une projection (« Un beau film », 1938). Par la suite, il sera régulièrement montré dans différentes villes suisses pendant une année environ. Les articles diminuent ensuite, à raison d’une mention en 1943 (« Chronique locale. Séance cinématographique » 1943), 1945 (« Société coopérative de consommation » 1945) et 1947 (W. J., « Visite d’étudiants » 1947). Ces deux dernières projections ont lieu autour de Leysin. Concernant la prise en charge de la diffusion du film, le Dr Rollier semble en être le principal responsable, comme le suggère la Feuille d’avis de la Vallée-de-Joux en 1943 : le film a été obtenu « de la complaisance du Dr Rollier » (« Chronique locale. Séance cinématographique » 1943).

Communications et événements associés au film

En octobre 1938, dans un auditoire de l’ETH à Zürich, le film est projeté avec un autre film (La Clinique Manufacture), lors d’une conférence du Dr Rollier, dont voici l’intitulé complet : « Prof. Dr. med. Auguste Rollier von Lausanne und Leysin über die Heilkraft der Sonne in der Behandlung und Verhütung des “chirurgischen” Tuberkulose » (« Prof. Dr. méd. Auguste Rollier de Lausanne et Leysin sur le pouvoir curatif du soleil dans le traitement et la prévention de la tuberculose “chirurgicale” ») (« Kulturgesellschaft Zürich » 1938). L’annonce précise que la conférence sera donnée en français, mais les cartons seront en allemand. Rythme au soleil est mentionné avec le sous-titre suivant : « Rôle de la Gymnastique dans le traitement et la prévention de la tuberculose ».

En 1939, le film est à nouveau projeté en accompagnement d’une conférence publique du Dr Rollier, intitulée « Occupation des enfants atteints de tuberculose chirurgicale », à la suite de l’assemblée générale de la section yverdonnoise de la Ligue contre la tuberculose dans le foyer du Casino de la ville. La même année, la Feuille d’avis de Lausanne mentionne la projection du film « devant une nombreuse assistance » (« De villes en villages », 1939), lors de l’assemblée annuelle de la Ligue Vaudoise contre la Tuberculose (L.V.T.).

En 1945, le film est projeté dans la grande salle de la Tour d’Aï (Leysin) lors d’une conférence publique de la Société Coopérative de consommation intitulée « Des vitamines aux sulfamidés et à la pénicilline ». En 1947, le Courrier de Leysin mentionne qu’une projection du film a clos la visite de Leysin d’un groupe de « 45 étudiants de l’Institut de recherches touristiques de l’Université de Berne » (W. J., « Visite d’étudiants » 1947). L’article stipule aussi que la Société des Établissements héliothérapiques (de Leysin) est bel et bien propriétaire du film.

Public : Tout public. Les séances semblent toujours être ouvertes au public, mais rarement montrées dans un contexte non médical, par exemple en avant-programme lors d’une projection commerciale.

Audience locale, nationale, internationale : Audience locale et nationale. Selon les articles de réception, le film a été montré en Suisse romande, mais également en Suisse allemande, lors de conférences tenues par le Dr Rollier.

Descriptif libre

Tout au long du film, une musique légère et rythmique dominée par le piano, ainsi que des bruitages, accompagnent les images et participe de l’atmosphère joyeuse, apaisée et ludique des établissements du Dr Rollier. La musique semble avoir été composée sur la base des images et doit sans doute se rapprocher de la musique jouée lors de leurs séances de gymnastique.

Introduction : Gymnastique en plein air [00:00] Après le générique d’ouverture, le film s’ouvre sur deux plans s’enchaînant rapidement qui montrent un enfant en culotte faisant de la gymnastique sur une terrasse en plein air, avec vue sur les montagnes. Des sons de claquement de mains sont synchronisés aux applaudissements de l’enfant effectuant une chorégraphie précise. Le commentaire précise les bienfaits de « la réflexion musculaire chez les malades atteint de tuberculose ostéo-articulaire ou de scoliose », tels que théorisés par le Dr Rollier. Ensuite, un panoramique latéral aller-retour de droite à gauche dévoile six patient·e·s qui effectuent des exercices couché·e·s sur leurs lits, toujours en plein air et devant les montagnes. Le commentaire explique que ces exercices sont toujours accompagnés de musique et « selon la méthode de Margaret Morris ». La musique extradiégétique est synchronisée au mouvement des patients, effectuant un enchaînement de mouvements chorégraphiés.

[01:26] Plan d’ensemble sur des patient·e·s alité·e·s et un enfant debout au milieu faisant des mouvements synchronisés, que le commentaire décrit ainsi : « Voici une galerie de cure ». Il poursuit : ces exercices couplés à l’héliothérapie « ne nuisent en rien à l’immobilisation et à l’orthopédie ». Avec un raccord dans l’axe, le plan suivant ne cadre plus que les patients sur leurs lits, toujours en mouvement. Le commentaire affirme que « la gymnastique respiratoire est toujours au centre de ces exercices », puis un gros plan montre le ventre d’une patiente se contractant au rythme de ses respirations.

Passage à des cas particuliers [02:11] Le plan montre une patiente allongée sur son lit en plein air devant les montagnes et faisant des exercices. Cette élève de l’école Margaret Morris est atteinte d’une « tuberculose du genou » et effectue des « exercices rationnels développant la musculature tout entière ». Un autre plan plus large montre la patiente continuer les exercices.

[04:00] Un plan moyen montre une patiente sur un balcon, debout et se tenant à une chaise. Le commentaire indique qu’il s’agit d’une « jeune fille convalescente d’une coxalgie grave, effectuant divers mouvements qui développeront les muscles autrefois atrophiés de la jambe et favoriseront le retour de la fonction articulaire ». Après avoir fini son exercice à la jambe gauche, la patiente s’assoit sur la chaise et le commentaire vante ses progrès.

[04:26] Plan frontal et large sur « une autre convalescente de coxalgie » qui fait des exercices plus avancés. Au second plan se trouvent d’autres patient·e·s sur leurs lits.

[04:45] Plan rapproché sur un jeune garçon qui « était atteint d’une tuberculose fistulisée du coude droit ». Le plan coupe sur un cadre plus serré montrant le coude atrophié. Le commentaire indique qu’il est guéri et peut maintenant faire des mouvements de gymnastique lui permettant de fortifier son état général. Coupe sur le garçon en plan large qui se trouve sur le même balcon que la patiente précédente et qui fait des exercices en se déplaçant. La caméra le suit en panoramique.

[05:18] Plan buste sur « une malade [qui souffre] de scoliose très prononcée » ; le cadrage permet de mettre en évidence son dos. Un plan plus large la montre ensuite de profil faisant des étirements sur une chaise pour renforcer son dos et sa colonne vertébrale. Retour au premier cadrage, avant de couper sur un plan en contre-plongée qui montre la patiente de dos, debout sur le même balcon, les montagnes enneigées à l’arrière-plan.

L’héliothérapie associée aux sports de neige [06:13] Plan général sur un groupe de trois patientes faisant du ski de randonnée (le commentaire mentionne des « exercices rationnels de ski ») dans « la splendeur ensoleillée d’un paysage alpestre », guidées par un moniteur, la caméra les suivant selon un mouvement panoramique. Le groupe est ensuite filmé en train de descendre une pente douce, suivant les virages du moniteur. Ce dernier est simplement vêtu d’un pantalon et skie à torse nu. Ses élèves sont également peu vêtues : un short ainsi qu’un débardeur dévoilant leurs épaules nues.

[07:21] Gros plan sur les visages heureux de patientes, puis plan général sur quatre patientes effectuant « de gracieux exercices de gymnastique, pratiqués sur skis. » Derrière elles se dresse un large massif montagneux. Le même groupe est encore filmé de manière plus rapprochée et de dos. Le commentateur précise que cette gymnastique est bonne tant pour les malades tuberculeux que les personnes saines qui souhaitent éviter une telle affection. Les cadrages et les angles de prise de vue soulignent les effets de symétrie produits par les gestes des jeunes femmes.

Les enfants et la prévention (« Classe de l’École au soleil ») [07:56] Une classe de l’École au soleil, « préventorium du Pr Rollier », fait des exercices en ski en culotte et chapeaux. Dans un premier plan fixe, on voit défiler des enfants emmenés par un professeur devant un paysage montagneux enneigé. La marche à ski se poursuit dans le plan suivant, mais cette fois les malades, cadrés de dos, sont guidés par une femme. Après une descente filmée en plan fixe, la classe s’arrête pour effectuer des exercices sur les skis ; debout en file indienne derrière leur professeure, les élèves exécutent des flexions inspirées de la gymnastique de Margaret Morris. Les gestes sont synchronisés et gracieux. Le commentaire mentionne : « Il est de règle d’y associer la gymnastique de Margaret Morris ». Un plan plus rapproché cadre l’autre profil des élèves cambré·e·s en arrière, puis en avant. « On voit à quel point ces exercices développent la cage thoracique, fortifie les poumons et renforce la résistance de l’organisme ». Un dernier plan cadre l’ensemble des élèves, soulignant à nouveau les effets de symétrie, en accord avec les principes de la gymnastique rationnelle qui doit cultiver santé et beauté.

[09:52] Groupe d’élèves de l’École au soleil pendant une leçon. Plan fixe sur une rangée d’élèves couché·e·s sur le ventre, le buste relevé, appuyé·e·s sur leurs coudes, toujours en culotte et chapeau. Ils et elles s’étendent sur des chaises longues au soleil. « [Cette] position ventrale, si rationnelle, contribue […] à élargir le thorax en développant ses muscles. » Un plan large montre les chaises longues disposées sur une surface de pierre, à côté d’un piano. Les enfants quittent leur chaise, se lèvent et défilent devant la caméra (certains sourient) et la voix-over précise que « Les leçons sont suivies d’exercices physiques accompagnés de musique ». Sautillant, les enfants forment une ronde, puis une chenille, et ainsi de suite, tout en faisant des mouvements avec leurs bras : « les mouvements qu’ils exécutent leur permettent d’exprimer la joie de vivre retrouvée ». Le plan suivant, cadrant cette fois la vallée montagneuse à la saison estivale, montre des enfants qui réalisent des pas de danse. La caméra tourne lentement dans le sens de la ronde avec un cadrage plus large pour montrer l’ensemble.

Un plan sur trois élèves exécutant des mouvements en rythme s’accompagne du commentaire suivant : « Ces mouvements, inspirés par des prises de la Grèce antique, aident les enfants à développer le sens du rythme et de l’esthétique. Ils contribuent aussi à leur rendre l’équilibre physique et moral, sans lequel il n’y a pas de santé parfaite. » Retour au cadrage plus large avec les sept enfants exécutant des exercices d’équilibre, les sapins en fond ; le montage alterne entre un plan plus rapproché et un plan large sur eux. De plain-pied, les enfants debout, jambes écartées, réalisent des étirements sur les côtés. « Pratiquée dans le cadre de nos belles montagnes ensoleillées, ils élèvent leur âme dans un élan de reconnaissance envers le Créateur et la patrie ». Plan sur les élèves qui montent les bras au ciel. Coupe avec un plan sur le drapeau suisse flottant dans les airs au milieu des montagnes, accompagné de son de cloches.

Carton de fin : FIN — Production [C. G. Du]vanel GENÈVE

Samuel Damiani, Zoé Loetscher & Lisa Mouquin

Références et documents externes

Sources (articles de presse)

  • W. J., « Visite d’étudiants », Courrier de Leysin, 23e année, n° 50, 1er juillet 1947, p. 3.
  • « Un beau film », Courrier de Leysin, 14e année, n° 44, 3 juin 1938, p. 3.
  • « Kulturgesellschaft Zürich », Neue Zürcher Nachrichten, Vol. 34, n° 250, 27 octobre 1938, p. 4.
  • « Lutte contre la tuberculose », Journal d’Yverdon, 166e année, n° 36, 6 mars 1939, p. 2.
  • Journal d’Yverdon, 166e année, n° 37, 8 mars 1939, p. 6.
  • « De villes en villages », Feuille d’avis de Lausanne, 178e année, n° 114, 17 mai 1939, p. 10.
  • « Chronique locale. Séance cinématographique », Feuille d’avis de la Vallée-de-Joux, 104e année, n° 10, 10 mars 1943, p. 3.
  • « Société coopérative de consommation », 21e année, n° 88, Courrier de Leysin, 6 novembre 1945, p. 3.

Livres (monographies)

  • Rollier, Auguste, La cure de soleil, Paris, J.-B. Baillière, 1936.

Volumes collectifs

  • Une thérapeutique qui vise l’homme tout entier : ou les adjuvants de l’héliothérapie pratiquée dans les cliniques du professeur Rollier à Leysin. 1903-1953, Leysin, Société des établissements héliothérapiques, ca. 1953.

[Travaux d’étudiant·e·s] Et la vie continue… (C-G Duvanel, 1949)

Rédigée par Maude Lopez, étudiante en Master à la Section d’Histoire et esthétique du cinéma (UNIL), cette fiche présente un film suisse de Charles-Georges Duvanel (1906-1975) réalisé pour promouvoir l’héliothérapie du Dr Auguste Rollier (1874-1954) à Leysin. On y voit les méthodes utilisées pour lutter contre la tuberculose, ainsi que les activités proposées aux patient.e.s.

Ce travail découle d’une collaboration avec l’équipe de la plateforme MEDFILM de l’Université de Strasbourg, notamment le prof. Christian Bonah et Elisabeth Fuchs. C’est pourquoi cette fiche sera prochainement accessible sur ce site consacré à l’histoire du film médical et sanitaire.

Sujet :

Un film documentaire explorant l’héliothérapie développée par le Dr Auguste Rollier à Leysin pour combattre la tuberculose. Plus particulièrement sur la vie des malades qui séjourne en clinique.

Résumé :

Le documentaire présente la vie et la guérison de patient.e.s atteint.e.s de tuberculose. Il met l’accent sur les soins prodigués, particulièrement l’héliothérapie développée par le médecin Auguste Rollier dans les montagnes suisses à Leysin (Barras 2012). Nous pouvons voir comment le malade est d’abord examiné, puis traité ainsi que sa vie en cure jusqu’à sa guérison. Il insiste sur le fait que, même en période de maladie et de convalescence, la vie, le travail et les loisirs peuvent se poursuivre. Surtout, le film donne un message d’espoir, montrant que la tuberculose n’est pas fatale et qu’une guérison définitive est possible dans la majorité des cas.

Contexte :

Charles-George Duvanel (1906 – 1975) est un cinéaste suisse qui, pendant les années 1910 et 1920, se forme de manière autodidacte en collaborant avec des professionnels comme Émile Gos. Après des études de commerce, il se perfectionne aux côtés d’Arthur-Adrien Porchet au sein de l’Office cinématographique de Lausanne. Il développe une expertise dans les actualités hebdomadaires, lesquelles influencent la pratique documentaire de nombreux cinéastes. Ce mode de filmage devient ainsi un élément essentiel de la production cinématographique en Suisse (Jaques 2016, 165).

Établi à Genève, il poursuit une carrière de producteur-réalisateur indépendant, se spécialisant dans la réalisation de films sur commande, notamment pour les Chemins de fer fédéraux suisses, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et l’Office suisse d’expansion commerciale. Entre 1935 et 1971, il collabore avec le laboratoire Cinégram de Genève, ainsi qu’avec des partenaires tels que le critique de cinéma Arnold Kohler, l’écrivain Maurice Zermatten et le musicien Hans Haug. En tant que membre fondateur de l’Association suisse de producteurs de films en 1935, il siège également à la Chambre suisse du cinéma de 1942 à 1963 (Cosandey 2023).

Et la vie continue… se situe dans le contexte d’après-guerre. Au XIXsiècle, la tuberculose a causé des dégâts considérables, devenant ainsi une préoccupation majeure des politiques de santé publique au début du XXe siècle. Pour accueillir les malades, de multiples structures sont érigées, telles que les sanatoriums. Ce film explore l’organisation de la vie des patient.e.s au sein d’établissements à Leysin consacrés à l’héliothérapie. Depuis la fin du XIXe siècle, l’héliothérapie a été bénéfique dans le traitement de la tuberculose.

Le documentaire a été tourné une année après le premier essai clinique randomisé de l’histoire de la médecine pour la streptomycine, antibiotique destiné à traiter la tuberculose. L’introduction des antibiotiques a significativement réduit le risque de contagion en Suisse, entraînant une nette diminution du nombre de décès liés à la tuberculose (passant de 3055 en 1947 à 869 en 1957, puis à seulement 20 en 2008). Cette avancée médicale a rendu les institutions antituberculeuses obsolètes. Dans les années 1960, les sanatoriums et les préventoriums ont fermé leurs portes, laissant place à une transformation de ces établissements en hôtels, cliniques de réhabilitation, ou centres de traitement pour d’autres affections pulmonaires telles que l’asthme et les allergies respiratoires (Corti 2012).

Entre 1900 et 1931, un total de 277 nouveaux édifices de tailles et de styles divers et variés sont érigés par des sociétés et des particuliers. 38 de ces bâtiments ont par exemple vu le jour en 1915. Grâce à de campagnes publicitaires très efficaces, les établissements dirigés par le médecin Auguste Rollier (1874 – 1954) connaissent un succès retentissant, propulsant Leysin au rang de destination thérapeutique emblématique. En 1940, Rollier supervise pas moins de 18 sanatoriums qui accueillent plus de 1 500 curistes venant du monde entier. En parallèle, de nombreux centres de cure indépendants ont été construits dans la station, principalement dans l’entre-deux-guerres. En 1946, la station compte ainsi 3 500 patients répartis dans 80 sanatoriums (Chappuis 2021).

Extrait de la notice sur Auguste Rollier par Vincent Barras (2012) :

« Rollier s’installe à Leysin en 1903 et ouvre la clinique Le Chalet destinée aux enfants, puis établit un véritable empire : en 1940, il est responsable de dix-huit cliniques accueillant près de 1500 tuberculeux qui bénéficient aussi de ses techniques orthopédiques. R. s’inspire à la fois de la médecine géographique, qui tire parti du climat, et des procédés héliothérapiques de Niels Ryberg Finsen au Danemark et d’Oskar Bernhard aux Grisons. Il profite de la situation idéale de Leysin pour mettre au point sa “cure solaire”. Destinée avant tout aux malades atteints de tuberculose extrapulmonaire et ostéo-articulaire, elle insiste sur les effets stimulants du climat d’altitude et du bain de soleil pour l’ensemble de l’organisme.

Partisan d’une médecine holiste, R. développe la notion d’”orthopédie morale”, destinée à renforcer sur le plan social et moral les bienfaits physiques de l’héliothérapie. Il prône la pratique de la culture physique et d’activités renforçant la vie morale et spirituelle (chœurs de malades, bibliothèque, scoutisme). Il instaure des écoles de plein air et met sur pied en 1930 la Clinique manufacture, où les malades exercent une activité manuelle. Sa réputation dépasse les frontières de la Suisse : de nombreux médecins assistants viennent suivre son enseignement à Leysin, comme les étudiants de l’université de Lausanne, dont il sera professeur honoraire en 1928. Docteur honoris causa des universités de Lausanne (1917) et de Berne (1944). Chevalier de la Légion d’honneur. L’impact de la doctrine de R. s’estompe peu à peu après 1945. »

Comment le film dirige-t-il le regard ?

Le documentaire est composé d’images prises dans une clinique à Leysin et ses alentours. Il est accompagné d’une musique extradiégétique ainsi que d’une voix over qui guide les spectateurs dans l’interprétation des images. Le film s’ouvre sur le plan d’un homme qui éternue ; la voix over déclare : « Santé ! Avez-vous songé à tout ce que ce mot veut dire ? » Par cette question, le commentateur interpelle directement le spectateur et stimule sa réflexion sur cette expression en apparence banale. Et pourtant, signale-t-il, « la santé c’est tout ». La santé est synonyme de joie, de beauté, de force.

Mais dans certaines circonstances, comme la guerre, elle peut également être mise en péril. Ce commentaire combine deux modalités discursives : une modalité informative qui nous renseigne sur le sujet traité, nous oriente dans la lecture des images, et une modalité plus poétique et lyrique qui confère au discours une dimension emphatique, typique des documentaires de l’époque.

Nous observons le quotidien des patient.e.s. sur une année qui, malgré la maladie, continuent leurs activités et finissent par guérir. Le ton des images ainsi que de la bande sonore est positif afin de transmettre un message d’espoir (ce terme est d’ailleurs répété à plusieurs reprises). Jusqu’à la deuxième minute, l’intonation de la voix-over est grave, conférant au propos sur la tuberculose une dimension dramatique. Car c’est un sujet sérieux, une maladie qui peut frapper quiconque.

Le ton devient par la suite plus léger et une musique joyeuse et entraînante accompagne le commentaire. Cette légèreté permet de dédramatiser la situation et montrer que la maladie n’est pas fatale, que les séjours en clinique à Leysin constituent un remède efficace. Même si le patient doit partir loin de chez lui pour aller en cure, cela ne veut pas dire que sa vie s’arrête pour autant. Au contraire, « la vie continue », comme on peut l’entendre à plusieurs reprises. Cette formule répétée suggère que la tuberculose n’est pas fatale, qu’une solution existe combinant héliothérapie, gymnastique, thérapies occupationnelles, le tout avec le soutien bienveillant et professionnel du corps médical. Une cure à Leysin est la garantie d’une guérison, indique le film.

Comment la santé et la médecine sont présentées ?

La santé et la médecine sont présentées dans des activités quotidiennes. Nous pouvons voir le parcours de patient.e.s, des examens médicaux qu’ils subissent, des soins apportés durant la cure, jusqu’à la guérison finale. Le but du documentaire est de montrer l’efficacité des traitements, et principalement de l’héliothérapie. Il montre aussi que les soins ne sont pas lourds pour le patient, qui peut continuer à vivre, à travailler et avoir des loisirs. Le soutien médical est présenté autant d’un point de vue physique que moral.

Plusieurs plans montrent les équipes médicales occupées à examiner les patient.e.s et à échanger avec eux, ainsi qu’à discuter de certains cas sur la base de radiographies. Le film insiste sur le matériel technique à disposition, sur les procédures (par exemple le pneumothorax), sur le rôle d’« ami, de confident, de conseiller » du médecin. La médecine est synonyme de progrès et d’humanisme, elle est la solution quand la maladie s’installe et altère les membres. Dans une logique rhétorique typique du discours médical, le film juxtapose des images de patients avant et après le traitement, de sorte à mettre en évidence le pouvoir transformateur de la cure.

Importance et fragilité de la santé 

Le film s’ouvre sur un plan d’un homme éternuant. À la suite de cette image, la voix-over s’adresse au spectateur en disant : « Santé ! Avez-vous songé à tout ce que ce mot veut dire ? ». Elle énumère plusieurs significations telles que : « source de la joie » ou encore « gage de beauté », avec des plans de femmes prenant le soleil. Puis le film enchaîne sur des images d’ouvriers, torses nu, travaillant en plein soleil. Ces images induisent le commentaire suivant : « c’est la force qui rend facile les travaux ». Cette séquence donne une définition de la santé comme résidant essentiellement dans la joie de vivre, la beauté physique, la vigueur.  Une santé qui sera mise en péril plus tard par la tuberculose.

Et la vie continue…

Nous passons alors à un plan représentant des ruines dues à la guerre et même un crâne humain. Ces scènes sont utilisées comme métaphore de la fragilité de la santé qui est appuyée par les paroles sur un ton grave : « comme les civilisations humaines les plus prospères sur lesquelles les guerres accumulent les pleurs et les ruines, la santé est vulnérable et constamment menacée ». Elles se distinguent du reste du film, en ce qu’elles n’ont rien à voir avec la réalité politique de la Suisse restée neutre durant la Seconde Guerre mondiale (le reste des images est tiré de paysages et de la population suisses). Leur portée est donc essentiellement symbolique, bien que la référence au conflit mondial, dont le souvenir est encore vif, permette de rappeler la fragilité de l’humain et de la paix.

Pour exprimer l’emprise (sournoise et invisible) de la tuberculose, la séquence suivante enchaîne des plans où un plan stylisé du  bacille de Koch, blanc sur fond noir se superpose à des images de personnes pauvres, puis riches. Cette séquence montre que la tuberculose peut toucher tout le monde, peu importe le milieu social (1′ 48″).

Contexte  

Sur les images d’une femme montant dans un train, nous pouvons entendre la voix over dire : « Un nom est prononcé Leysin. Il faut quitter la plaine, arracher une vie à la maladie ». Passant devant le Château de Chillon, s’élevant dans les hauteurs, passant sur un pont de moyenne montagne, le chemin de fer conduit vers le village, destination finale du parcours. Musique et voix over aux accents patriotiques célèbrent ensemble les paysages pittoresques de Leysin et sa transformation en station réputée internationalement pour lutter contre la tuberculose.

La séquence suivante introduit le thème de la lutte contre la maladie par la science, en commençant par le motif de l’étude du climat montagneux. « Un médecin est alors venu, qui gagne par la douceur des paysages s’est mis à étudier le climat montagnard ». Il s’agit du docteur Auguste Rollier qui s’installe à Leysin au début du XXe siècle pour ouvrir un « chalet » qui deviendra une clinique (Rollier 1936, 1953). La première occurrence visuelle des cliniques faire entendre le commentaire suivant : « et c’est ainsi que de la petite clinique de bois aux sanatoria élevant leurs grands murs blancs dans les pâturages. Leysin est devenu aujourd’hui une vaste cité étagée au flanc des alpes suisses tournée comme les fleurs vers le soleil ». Cette séquence raconte ainsi comment Leysin est devenue une station réputée pour ces cures d’héliothérapie (3′ 35″).

Aspect scientifique de la médecine

La médecine est mise en scène à travers ses instruments (microscopes, seringues, tomographe, etc.) et ses protocoles ( examens médicaux, visites, colloques de médecins, etc.).  «  La science se penche sur la tuberculose, sur ce fléau qui atteint tous les organes, les membres du corps humain ».  La musique s’arrête, on voit un médecin faire une radiographie du thorax d’un patient. « Le bacille de Koch s’attaque facilement aux poumons ; le premier souci du médecin sera de déceler et de localiser les lésions ». L’absence de musique extradiégétique sur ces différents plans leur confère un aspect grave et solennel. La terminologie employée, appartenant au registre scientifique, souligne le professionnalisme et la rigueur des équipes en charge des patients (5′ 08″).

Le quotidien rythmé des patient.e.s :

La musique reprend doucement avec le commentaire : « comme le poumon immobilisé par le pneumothorax, le malade est astreint au repos. Le corps tout entier va participer à la régénération. Et la vie continue… ». Nous pouvons voir à ce moment-là une infirmière installant un patient pour qu’il soit confortable dans son lit avec, en arrière-plan, le paysage montagneux de Leysin. Plusieurs images de malades défilent, certains lisent, d’autres peignent, ponctuées de la formule « et la vie continue ». Malgré l’alitement, le patient peut continuer de pratiquer ses loisirs, et même à travailler, La cure n’entrave nullement la « productivité » des patient.e.s, suggère le film.

Le soleil se joint à l’expertise des médecins pour soigner les plaies des tuberculeux osseux : « l’héliothérapie scientifiquement appliquée » se combine aux soins prodigués à travers des « appareils spécialement conçus ». « De l’aube naissante au soir tombant, on vit sur les galeries », proclame la voix over. La gymnastique pratiquée couché-e sur les galeries exposées au soleil promet un retour certain à la vie « normale ». Mais à condition d’être patient.e, souligne le commentaire. S’enchaînent alors différents plans qui fait entrevoir la perspective de guérison : les patient.e.s peuvent participer à la vie du village, aller au marché, faire des achats, s’installer en terrasses, partager un repas « Ceux qui ont pu quitter leurs alvéoles vont se retrouver nombreux autour des tables aux nappes blanches où de solides amitiés se nouent ».

La routine quotidienne de la cure revient avec l’heure de la sieste, élément partagé avec tous les villageois.e.s, comme le dit la voix over « la cité montagnarde va vivre maintenant le conte de la belle au bois dormant ». Patient.e.s et villageois.e.s, doivent s’arrêter à l’heure de la sieste. Le montage suggère qu’une voiture s’arrête devant un panneau de circulation indiquant les heures de repos : 14h00 à 16h00 et 22h00 à 7h00. À la sieste, succède le moment des loisirs : jeu d’échec, jeu de cartes, visite au cinéma, au théâtre, au salon de thé. Ceux qui ne sont pas alités peuvent se promener dans le village Leysin. Les plans mettent l’accent sur les paysages montagneux, les sentiers, les animaux. Et la vie continue… mobilise ici une rhétorique promotionnelle qui rappelle le film touristique. La cure permet non seulement de guérir, mais de poursuivre ses activités préférées dans un cadre idyllique favorable à la sociabilité (11′ 19″). Le film suggère ainsi la plus-value d’une cure qui garantit la guérison sans s’ennuyer ni perdre en « productivité ». Médecins et patients sont ici créateurs, de santé pour les uns, d’activités pleines de sens pour les autres.

Et la vie continue…

La vie continue…

À l’aide d’un fondu au noir, nous quittons le village pour retourner à la clinique. Le commentaire en voix over – « ainsi passent les jours » – indique une ellipse temporelle. Ce n’est plus le rythme de vie d’une journée qui nous est présenté, mais le séjour sur un plus long terme. La séquence montre des patient.e.s en train de travailler, y compris ceux qui sont immobilisés  dans leurs lits. Cela indique que ni la maladie ni les traitements n’entravent les activités des malades. « La maladie n’interrompt pas le rythme des travaux » (11′38″). Au contraire, le contexte de la cure s’adapte afin que les patient.e.s alités puissent poursuivre leurs tâches habituelles grâce à des outils et machines adaptés.

Car avant d’être des malades, les patient.e.s sont avant tout artisans, ouvriers, commerçants, artistes, écrivains et étudiants, semblent suggérer le discours filmique. La clinique est représentée comme un lieu qui se plie aux besoins des malades afin que « la vie continue ». Les étudiant.e.s, par exemple, disposent d’une bibliothèque, un jeune chimiste, d’un laboratoire, un « futur médecin » d’un microscope qu’il manie sur son lit. On fait même venir des professeurs de la plaine pour offrir des cours qui « maintiennent un contact fécond avec l’Alma Mater ». Le sanatorium est ainsi dépeint comme un espace où s’éveillent des vocations professionnelles. Ensuite, nous pouvons voir une journée dominicale. La séquence est introduite par l’arrêt de la musique pour laisser place au son des cloches de l’église : « le dimanche est au clocher ». Puis, la mélodie reprend, les patientes éclaireuses même alitées sont aidées afin de pouvoir effectuer le salut au drapeau « sur les hauts pâturages ». Les moins touchées pourront même jouer au théâtre autour d’un feu de bois.

La séquence suivante se concentre sur une patiente en particulier, Nicole. Nous pouvons l’observer se déplacer à l’aide de béquilles dans les rues de Leysin, une enveloppe à la main. La voix over précise : « ne la plaignez pas quand vous la voyez déambuler en béquilles. Son horizon n’est plus fermé par les murs d’une chambre ». Par l’utilisation du « vous », le spectateur est interpellé directement et est invité à revoir ses préjugés. Une fois de plus, la situation du malade est représentée de manière positive car Nicole se trouve sur le chemin de la guérison. Par après, nous l’apercevons regarder le train qui redescend vers la plaine, symbole du retour prochain à la maison. Filmé depuis le train en mouvement, le plan montre la figure de Nicole qui se rapetisse, la voix over indiquant que demain « elle sera guérie ». L’espoir est donc permis pour cette jeune fille qui s’en ira demain « d’une allure dansante comme les autres jeunes filles ». La séquence se termine sur un fondu au noir (14′ 28″).  

Les patient.e.s au fil des saisons

La dernière séquence du film s’ouvre avec une musique plus dynamique. La transition en fondu en noir permet de marquer un changement dans la temporalité. L’enchaînement des saisons fait place à celui des journées et des semaines. Nous voyons des toits enneigés, avec le commentaire suivant : « l’hiver anime la montagne de ses paillettes brillantes ». Nous observons ensuite différentes activités hivernales : luge, ski, décorations des galeries, qui réunissent « petits et grands ». Une fois de plus, le film montre que même les patient.e.s alité.e.s peuvent bénéficier des joies de la saison froide en faisant du traineau. Grâce au rythme de la musique, au ton enjoué de la voix over et aux différentes activités représentées, l’hiver est montré comme un moment joyeux pour tous.

Après l’hiver vient le printemps. Le printemps est synonyme de renouveau. Nous pouvons voir de jeunes patients faire de la gymnastique au soleil. Le plan suivant montre des fleurs se balançant au gré du vent, le tout est accompagné d’une musique légère et du commentaire qui explique : « des corps harmonieux le fêtent et fêtent leur guérison en un hymne à la joie et à la vie comme les fleurs qui relèvent la tête après l’ouragan plus fraîches et plus belles ». Le printemps est présenté comme métaphore de la guérison. Tout comme la nature, sa santé renaît. Le vocabulaire utilisé appuie cette métaphore de la santé comme renaissance  : « le gai papillonnement des draps ; un sourire fleuri à la portière ».

Le film se clôt sur l’image du train qui redescend en pleine et disparait dans un fondu au noir, symbole du retour à la vie civile (17′ 04″).

La vie continue…

L’accent mis sur l’absence de rupture totale avec la vie quotidienne rappelle le fonctionnement de la Clinique Manufacture du Dr Auguste Rollier qui sera inaugurée en 1930. Il s’agit de combiner cure de soleil et cure de travail pour permettre aux patient.e.s de continuer leurs activités professionnelles, sans sacrifier leur santé. Un article paru dans la revue de la Croix Rouge en 1934 explique :

« Ce vaste bâtiment est destiné à cette nombreuse catégorie de tuberculeux qui ne peuvent guérir dans leur milieu, qui n’ont pas les moyens de se soigner en clinique et pour qui abandonner le métier, serait se couper les vivres. […] Cette solution, il est vrai, n’est possible qu’avec certains malades. Il ne s’agit ici que des tuberculeux chirurgicaux, soit des personnes ayant une tuberculose « fermée », la plupart du temps osseuse. Alités, parfois immobilisés sur le dos ou sur le ventre, ces malades peuvent exécuter un travail utile, si l’on met à disposition des engins parfaitement adaptés à leur position. […] La moyenne de durée du traitement a été, en 1932, de 19 mois. Les 61 malades qui, l’année dernière, ont quitté la clinique, se répartissent ainsi : guéris, 80% ; très améliorés, 16% ; stationnaires, 3 %. Ces résultats confirment, comme ceux des exercices précédents, l’utilité de la cure de travail associée à l’héliothérapie et à une orthopédie rationnelle » (Anon., « La Clinique-Manufacture de Leysin. Cure de soleil et cure de travail », 1934, 33).

Les patients y fabriquent des « fusibles pour les téléphones et télégraphes de la Confédération », « des petites pièces électriques destinées à la signalisation de chemins de fer, des pièces d’appareillages pour les wagons [sic] », des « ressorts de différents calibres, des carcasses d’abat-jour », « des bobines d’induction pour microphones », mais aussi des « pantoufles », des tricots, des « faux-cols », de la broderie, confectionnés en particulier par les femmes. L’article conclut : « c’est la preuve irréfutable du bienfait de cette cure combinée, où le corps, soutenu par un bon moral, profite pleinement du soleil de la montagne (idem 34).

Ce souci d’efficacité s’explique en partie pour des raisons économiques, car la Suisse, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, ne retrouve que lentement une situation normale. L’année 1948 marque « la fin totale du rationnement », alors que 1949 représente « le retour complet à la démocratie » (Senn et al., 2015). Par ailleurs, depuis l’expérience de la Première Guerre mondiale, le pays a toujours cherché à rester aussi autonome que possible, en produisant un maximum de biens à l’intérieur de ses frontières.

Maude Lopez

Bibliographie :

Sources

Anon., « La Clinique-Manufacture de Leysin. Cure de soleil et cure de travail », Die Rote Kreuz : offizielles Organ des Schweizerischen Centralvereins vom Roten Kreuz, vol. 42, cahier 2, 1934, pp. 33-34.

Coopération, n°11, 18 mars 1950.

Courrier de Leysin, 28 avril 1972.

Feuille d’Avis de Lausanne, n°265, 10 novembre 1949.

Feuille d’Avis de Lausanne, n°30, 6 février 1950.

Feuille d’Avis de Lausanne, n°94, 24 avril 1950.

Feuille d’Avis de Lausanne, n°100, 30 avril 1951.

Feuille d’Avis d’Orbe et des environs, n°78, 1 octobre 1952.

Feuille d’Avis de Vevey, n°182, 5 août 1950.

Je vois tout – en famille, n°8, 22 février 1950.

Journal de Genève, n°295, 16 décembre 1949.

Journal de Genève, n°43, 20 février 1950.

Journal de Genève, n°112, 13-14 mai 1950.

La Suisse : Le journal du matin, n°324, 20 novembre 1949.

La Suisse : Le journal du matin, n°350, 16 décembre 1949.

La Suisse : Le journal du matin, n°47, 16 février 1950.

La Suisse : Le journal du matin, 14 mars 1950.

La Vie protestante, n°1, 6 janvier 1950.

Le Courrier, n°343, 16 décembre 1949.

Le Peuple, n°179, 5 août 1950.

Le protestant, n°1, 15 janvier 1950.

L’illustré, n°1, 5 janvier 1950.

Nouvelle revue de Lausanne, n°149, 27 juin 1951.

Pour tous, n°4, 24 janvier 1950.

Radio Je vois tout, n°17, 26 avril 1956.

Revue automobile, n°54, 22 décembre 1949.

ROLLIER, Auguste, La cure de soleil, Paris, J.-B. Baillière, 1936.

ROLLIER, Auguste, Une thérapeutique qui vise l’homme tout entier : ou les adjuvants de l’héliothérapie dans les cliniques du professeur Rollier à Leysin : 1903-1953, Leysin, Société des établissements héliothérapique, 1953.

Littérature secondaire

BARRAS, Vincent, « Rollier, Auguste », dans Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 23.05.2012. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/014593/2012-05-23/, consulté le 17.12.2023.

BUACHE, Freddy, Le cinéma suisse, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1974, pp. 82-87.

CHAPPUIS, Philippe, « Sanatorium populaire neuchâtelois “Beau Site”  à Leysin », dans notreHistoire.ch, version du 23.03.2021. Online : https://notrehistoire.ch/entries/xXYq4jp2Wrk, consulté le 17.12.2023.

CORTI, Francesca, « Tuberculose », dans Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 07.12.2012, traduit de l’italien. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/007982/2012-12-07/, consulté le 16.12.2023.

COSANDEY, Roland, « Duvanel, Charles-Georges », dans Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 05.07.2023. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/009158/2023-07-05/, consulté le 16.01.2024.

DURUSSEL, Annette, « Passage du cinéaste : Les Papiers Charles-Georges Duvanel (1906-1975) », Revue historique vaudoise, vol.104, 1996, pp. 169-173.

JAQUES, Pierre-Emmanuel, « Aspects documentaires : Charles-Georges Duvanel (1906-1975) », Décadrages, n°1-2, 2003, pp. 163-172.

SENN, Hans, CERUTTI, Mauro, KREIS, Georg, MEIER, Martin, HUBLER, Lucienne, SCHWAB, Andreas Schwab, « Guerre mondiale, Deuxième », dans Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 11.01.2015, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/008927/2015-01-11/, consulté le 16.12.2023.

[Projections] Les films du Groupe cinématographique des patients de Cery (1964-1981) – 1er novembre et 16 décembre 2023 à Genève

Les films réalisés par les patients de l’hôpital de Cery seront projetés lors de deux soirées exceptionnelles au Cinéma Spoutnik à Genève, les 1er novembre et 16 décembre 2023, à 20h30.

Grâce à une collaboration avec la Cinémathèque suisse, une sélection de ces films est mise en valeur dans le cadre du cycle A quelle heure passe le train ? Rencontres entre cinéma(s) et psychiatrie(s) organisé par Tom Bidou et Nathan Lachavanne.

Elodie Murtas, qui a rédigé sa thèse de doctorat sur ce corpus, sera présente lors de la soirée du 1er novembre.

Une occasion à ne pas manquer pour découvrir ces petites merveilles d’inventivité et d’humour !

Descriptif de l’événement tiré du site web du Cinéma Spoutnik

“En novembre, on rebranche le cycle cinéma(s) et psychiatrie(s). Sixième chapitre, rendu possible par la complicité de l’ami de Vincent De Roguin, qui nous a mis sur le chemin de ces films. Des choses, dont on n’avait jamais jamais jamais entendu parler. Des choses presque jamais montrées dans notre région alors qu’il s’agit de plus d’une dizaine de films fabriqués tout près, à Lausanne, dans l’hôpital psychiatrique de Cery. Les auteurs et autrices de ces films, ce sont certains patients de l’hôpital, qui se sont réunis en collectif (Groupe cinématographique des patients de Cery). Cette tentative a été menée entre 1959 et 1981, sous l’impulsion notamment du cinéaste vaudois Nag Ansorge, qui a accompagné ce processus de création. Ces films, ce sont des cadeaux, qui nous laissent avec cette merveilleuse sensation: que ce monde, notre monde, est infiniment plus grand, peuplé et riche que ce que la société nous fait voir.

BONJOUR MON ŒIL, Groupe cinématographique des patients de Cery, 1964

Le second film du groupe est un exemple de création collective. En effet, les patients qui débuteront Bonjour mon œil ne seront pas ceux qui le termineront. Au total, vingt-six patients se succéderont pour le réaliser. Le film, d’une durée d’environ quinze minutes, a été réalisé du mois de mai 1963 au mois d’octobre 1964. Celui-ci a nécessité 197 heures de travail. Pour la première fois, une comédienne, Thérèse Loup, a été engagée pour jouer le rôle principal. Les droits de diffusion de Bonjour mon œil seront achetés par la firme pharmaceutique Hoffmann-La Roche. Une version anglaise sera aussi effectuée. Le film est majoritairement tourné en prises de vues réelles, mais des passages sont construits en animation. Deux techniques sont utilisées : l’animation d’objets et de papiers découpés. Le scénario s’est élaboré petit à petit pour se cristalliser autour de l’idée de montrer une journée dans l’hôpital psychiatrique, vue de l’intérieur. Les patients, qui avaient tous vécu un épisode délirant, ont choisi de représenter des hallucinations.

IL GENIO, Groupe cinématographique des patients de Cery, 1967

Réalisée en parallèle au film Les 7 nuits de Sibérie (1967), soit pendant la période allant du 8 février 1965 au 8 avril 1967, cette réalisation apparaît comme un cas à part dans la filmographie du groupe cinématographique de l’Hôpital psychiatrique de Cery. En effet, ce film à tendance documentaire est en fait le portrait d’un des membres du groupe. Celui-ci, défini comme un artiste aux multiples facettes atteint d’un délire mégalomaniaque, a demandé aux autres membres du groupe de l’aider à réaliser ce film, dont il a écrit le scénario, la musique et supervisé le tournage. Tournée entièrement en prises de vues réelles dans un format 16 mm, cette réalisation dure environ vingt-deux minutes. Une danseuse et une patineuse artistique professionnelles ont accepté de participer au tournage.

LE BALLET DE LA CRÉATION, Groupe cinématographique des patients de Cery, 1972

Ce « dessin animé » de seize minutes a été réalisé entre le 19 décembre 1970 et le 29 avril 1972. La technique d’animation de papiers découpés a été choisie pour la totalité du film. Contrairement aux autres réalisations du groupe, Le ballet de la création s’est élaboré autour d’un ensemble de vingt-trois dessins qu’un patient avait apportés à l’atelier cinéma. Le commentaire du film a été écrit par un autre membre du groupe, sous la forme d’un texte intitulé La création du monde. Tous les patients, néanmoins, participeront à la réalisation du film. En plus de la version initiale en français, une version allemande a été réalisée. Le vaste sujet abordé par ce film est, comme le texte de base l’indique, la création du monde.

L’AUTRE, Groupe cinématographique des patients de Cery, 1975

Témoignant d’une nouvelle méthode de travail tentée au sein du groupe, L’autre — aussi intitulé parfois Alter ego — a été tourné entre le 6 mai et le 30 juin 1975. Pour ce film, les patients se sont rencontrés tous les jours et non une matinée de trois heures par semaine comme pour les autres réalisations. Vingt-neuf journées auront été nécessaires à sa réalisation se répartissant ainsi : six jours pour l’écriture du scénario, douze jours pour le tournage et onze jours pour le montage et la sonorisation. Au total, onze patients ont participé à ce film de seize minutes tourné uniquement en prises de vues réelles. Le film met en scène un homme à la recherche de la femme de ses rêves, se laissant ainsi guider par ses délires imaginaires.

LE BAL DE LA PASSION HUMAINE, Groupe cinématographique des patients de Cery, 1977

Le bal de la passion humaine a été réalisé du 2 novembre au 21 décembre 1976 et a nécessité environ 104 heures de travail. Réalisé par un groupe de neuf patients, ce film d’une durée d’environ vingt-deux minutes est entièrement tourné en prises de vues réelles et en couleurs. Le commentaire et les dialogues du film sont en italien sous-titré en français. Flirtant avec la notion de documentaire, l’histoire est celle d’un homme racontant ses difficultés relationnelles avec une autre patiente de l’Hôpital se trouvant dans une unité différente de la sienne.

MÉLODIE DE L’INCONSCIENT, Groupe cinématographique des patients de Cery, 1981

Dernier film du groupe cinématographique de Cery, Mélodie de l’inconscient a été réalisé, du 3 novembre 1980 au 19 février 1981, collectivement par onze patients réguliers et six patients occasionnels – c’est-à-dire ayant participé à moins de cinq séances. Les patients se sont réunis à raison de trois matinées par semaine, soit au total quarante-deux fois pour l’ensemble du film. D’une durée d’environ douze minutes, le film est tourné en couleur et, comme les autres réalisations de Cery, en 16 mm. L’illustration sonore a été créée par le groupe de musicothérapie dirigé par Madeleine Müller. Mélodie de l’inconscient est entièrement créé en animation et plusieurs techniques ont été utilisées : celle des papiers découpés, mais surtout, pour la première fois dans un film du groupe de Cery, l’animation de personnages en pâte à modeler. Le film ne s’appuie pas véritablement sur un scénario, mais plutôt sur des idées s’articulant autour du thème de l’attente. Le sujet reste donc évasif et peu descriptible, mais un texte mis en exergue au générique l’explicite : « Quand une attente, meublée de rêves et de fantasmes, mène finalement vers la rencontre entre deux personnes…».”

MB

Présentation d’un poster lors de la “Journée des Histoires” de l’UNIL

L’équipe du projet Waldau sera présente lors de la première édition de la “Journée des histoires”, le mardi 10 octobre 2023. Elle est organisée par l’Atelier des histoires, le nouveau pôle interfacultaire des sciences historiques de l’UNIL.

Un aperçu de la timeline

On se réjouit de vous présenter à cette occasion une timeline qui permet de visualiser les films et les groupes de films les plus importants des collections Waldau, en particulier ceux réalisés à l’initiative d’Ernst Grünthal. Si certains films ont été faits en Allemagne, comme ceux de Karl Kleist ou Ludwig Mayer, ils ont été retrouvés dans des archives en Suisse, notamment à Bâle. Pour des raisons de lisibilité des informations, la frise chronologique ne contient pas la mention d’une foule d’autres films de Valentine de Kerven, Oscar L. Forel, Kurt Hartmann, Walter R. Hess, Paul Leyhausen, Heini Hediger, et bien d’autres.

Au plaisir de vous rencontrer à cette occasion !

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

When (Neuro)Psychiatrists Embrace Cinema. Useful Film and Mental Health in Switzerland. Around the Waldau Film Collections (1920-1990) – A Timeline

This timeline allows you to visualize the most important films and film groups from the Waldau collections, especially those initiated by Ernst Grünthal. Some were made in Germany, such as those by Karl Kleist or Ludwig Mayer, they have been found in archives in Switzerland, particularly in Basel. Missing from this timeline are the films by Valentine de Kerven, Oscar L. Forel, Kurt Hartmann, Walter R. Hess, Paul Leyhausen, Heini Hediger, and many others.

[Note de recherche] La collection Karl Kleist (années 1920) : un trésor des archives suisses

Né à Mulhouse en Alsace, le psychiatre et neurologue allemand Karl Kleist (1879-1960) a dirigé, de 1920 à 1950, la clinique universitaire pour les malades mentaux et nerveux à Francfort-sur-le-Main. De 1936 à 1941, il a également été membre du conseil d’administration de l’Institut Kaiser Wilhelm pour la recherche sur le cerveau et, après sa retraite, il dirigera jusqu’à sa mort en 1960 le centre de recherche de Francfort pour la pathologie cérébrale et la psychopathologie (voir les archives Kleist).

Karl Kleist (1879-1960)

Karl Kleist est connu pour ses travaux sur les pathologies du cerveau (Gehirnpathologie, 1934), élaborés à partir de son expérience durant la Première Guerre mondiale, en tant que neurochirurgien dans un hôpital de campagne (entre 1914-1916). Pionner de la neuropsychiatrie allemande, à l’origine « du terme “schizophrénies systématiques” au sein de l’école Wernicke-Kleist-Leonhard » (Neumärker & Bartsch 2003), Kleist a entretenu des rapports troubles au nazisme, comme d’autres confrères adhérant à la Fédération des médecins nazis. Neumärker et Bartsch expliquent : « Bien qu’il ait rejoint [en 1940] le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) et le tribunal local de santé généalogique (Erbgesundheitsgericht), Kleist a été l’un des rares médecins allemands à continuer à traiter des patients juifs, à employer des collègues juifs et à critiquer ouvertement les politiques d’“eugénisme” et d’“euthanasie” » (Neumärker & Bartsch 2003 ; voir aussi Klee 2001, 67). Pour le dire autrement, il aurait été plus humain que certains collègues, en évitant des diagnostics menant à l’euthanasie. Il n’empêche : il a participé au programme de stérilisation de la politique d'”hygiène raciale” conduite par le régime nazi à partir de 1934 et adhère officiellement au NSDAP en 1940.

S’il fait autorité durant le nazisme, c’est notamment en raison de ses travaux portant la marque d’un intérêt pour le substrat héréditaire de la maladie mentale, comme l’illustrent les arbres généalogiques de patients qui accompagnent une étude sur la catatonie menée en 1936 (Kleist & Driest 1937).

Kleist & Driest 1937

Il s’oppose alors Kurt Goldstein (1878-1965), un psychiatre et neurologue allemand qui travaille, au sein du Edinger Institut (Francfort-sur-le-Main), sur les lésions traumatique du cerveau dont sont affectés les soldats pendant et après la Première Guerre mondiale. Influencé par les théories de la Gestalt, Goldstein conteste l’approche anatomiste des lésions cervicales promue par Kleist et son école. Il y oppose une conception “holiste” qui prend en compte l’ensemble de l’organisme, de sorte à comprendre le processus pathologique dans son fonctionnement global – thèse défendue dans son ouvrage Der Aufbau des Organismus (1934). Localiser l’origine du trouble ne suffit pas. Il faut pouvoir le situer à l’articulation entre le cerveau et l’esprit (Geroulanos & Meyers 2014, 2018).

Kurt Goldstein (1878-1966). International Neurological Congress, 1949. Photograph courtesy of National Library of Medicine.

La rivalité entre Kleist et Goldstein se situe à plusieurs niveaux : scientifique, épistémologique et politique/idéologique. D’origine juive, Goldstein est en effet proche de l’Ecole de Francfort et, comme d’autres de ses membres (Horkheimer, Adorno, Benjamin), il séjourne brièvement en Suisse en 1933, avant de partir pour les Etats-Unis**.

Cette rivalité est intéressante à observer au niveau de leur pratique filmique respective, puisque l’on sait que Kurt Goldstein a réalisé, lui aussi, des films de recherche. Un projet dirigé par Nikolas Rose au King’s College de Londres, Neurovision, devrait nous permettre d’en savoir plus sur ces films, appréhendés ici à travers le concept de « neuromolecular gaze » (Abi-Rached & Rose 2010). Les quelques captures d’écran d’un film de 1939 laisse penser que la différence de “style” entre Goldstein et Kleist est manifeste, rien que par le fait que les patients masculins sont ici habillés et là souvent dénudés (Goldstein semble donc, à priori, bien plus respectueux des sujets filmés).

https://neurovision.org.uk/news/
Capture d’écran du film Tonus (env. 1939) de Kurt Goldstein. Source : site du projet Neurovision https://neurovision.org.uk/news/

Karl Kleist constitue également une figure importante de l’histoire du film scientifique, en ce qu’il a participé à l’Office national du film d’enseignement (Reichstelle für Unterrichtesfilm – RfdU) créé en 1934 et rebaptisé en 1940, l’Institut national du film et de l’image pour la science et l’enseignement (Reichsanstalt für Film un Bild in Wissenschaft und Unterricht – RWU). En 1937, il publie un article sur « le film universitaire dans son importance pour la psychiatrie et la neurologie, avec la projection de parties de trois nouveaux films personnels » (Kleist & Pittrich 1937). Cette contribution a alors pour but d’« attirer l’attention de la Société des neurologues et psychiatres allemands » sur cet Office et de solliciter son soutien.

Véritable plaidoyer pour le film comme « moyen d’enseignement et de recherche », ce texte rappelle à quel point le cinéma est le plus à même de capter « les symptômes des maladies nerveuses et psychiques », lesquels se manifestent à travers des modifications importantes du comportement. Comme l’affirme Martin Weiser presque vingt ans plus tôt, si le médium filmique est fait pour une discipline médicale, c’est bien la neurologie et la psychiatrie : « Cette spécialité est le domaine de la cinématographie. Car c’est dans les nombreux troubles du mouvement des malades nerveux et dans les différentes formes d’expression du visage des malades mentaux qu’elle trouve le plus riche champ d’activité » (Weiser 1919, 130). La RdfU réalise alors en partie les objectifs formulés par les premiers défenseurs de l’usage du film en psychiatrie et neurologie, qui appelaient déjà de leurs voeux le développement d’un organe responsable de produire, collecter et distribuer les films médicaux, tel Hans Hennes (1910). De manière significative, Kleist et Pittrich insistent sur les différentes fonctions de la RdfU : produire des films supervisés par des experts, faciliter la circulation des copies et débattre de ces documents lors d’« assemblées annuelles », dans un effort collectif de partage des savoirs et des ressources (mettons pour l’instant de côté la dimension idéologique de ce geste qui prend un coloration particulière dans le cadre du régime nazi).

Hystérie (cartons d’un film de Karl Kleist des années 1920). Source : Cinémathèque suisse

L’article commente dans un second temps les « extraits de trois nouveaux films » réalisés dans la clinique de Kleist : un film consacré aux « troubles psychocinétiques du mouvement […] chez un malade souffrant d’une maladie nerveuse organique (sclérose en plaques ?) sans troubles psychiques » ; un « film sur les crises d’épilepsie : convulsions toniques, convulsions cloniques et crises avec mouvements convulsifs pseudo-spontanés enchevêtrés » ; et un « film sur les illusions sensorielles, les troubles moteurs étranges et les crises décrits par le professeur Beck. Une malade, chez qui alternent des états de sommeil et des états hallucinatoires délirants, laisse clairement voir dans ses mouvements réactifs qu’elle perçoit tout à coup de manière hallucinatoire des formes repoussantes qui s’approchent d’elle (probablement des animaux, des scarabées ou autres), qu’elle essaie de repousser, de repousser et d’écarter d’elle ». Troubles du mouvement, épilepsie, délire hallucinatoire, ces thématiques ne sont pas nouvelles dans les années 1930, mais elles le sont peut-être au regard des (types) de patients filmés. Ou s’agit-il d’indiquer le caractère inédit des résultats de l’analyse permise par cette collecte de données ?  Si tel est le cas, le « nouveau » n’aurait pas qu’une fonction « promotionnelle » ; il renverrait au statut éphémère des films utilitaires, dont le contenu est rapidement caduc en raison de l’évolution des savoirs.

À quoi ressemblent ces films ? On peut se poser la question puisque l’article ne contient aucune illustration. Ils pourraient avoir quelque parenté avec ceux réalisés par Kleist dans les années 1920 et dont les archives (Historisches Sammlung) de l’hôpital psychiatrique de la Friedmatt à Bâle (aujourd’hui, l’Universitäre Psychiatrische Kliniken Basel) a pendant longtemps conservé des copies. Après avoir été transmises au Musée historique de Bâle, elles ont été déposées en 1999 à la Cinémathèque suisse, au même moment que la collection Waldau — le tournant des années 2000 a décidément été propice à une prise de conscience, de la part des institutions médicales, concernant la valeur patrimoniale de ces documents.

Epilepsie
Epilepsie

Composée de 17 films 35 mm (négatifs et positifs, probablement dupliqués et souvent teintés), cette collection est rattachée à différentes instances, l’une médicale et deux autres cinématographiques : la Psychiatrische und Nervenklinik der Universität Frankfurt am Main, incarnée par le Prof. Karl Kleist et le Dr Herz (probablement son assistant) ; la firme bavaroise N.G.K. (pour Neue Kinematographische Gesellschaft) et la firme Verlage Wissenschaflticher Filme Berlin (Luisenstrasse 51).

La thèse de Stephan Christian E. Dettmer sur les films de Karl Kleist livre de précieuses informations (Dettmer 2010). Intéressé par l’usage du film dès 1920, mais en l’absence de soutien financier, Kleist doit attendre 1924 avant de réaliser ses premières prises de vue à l’aide d’un subside de son université (Faculté de médecine, Université de Francfort-sur-le-Main). Il filme alors des troubles neuropsychiatriques (sclérose, apraxie, maladie de Huntington) et répond à des commandes, dont une provenant d’Eugen Bleuler du Burghölzli (Zurich). En 1926, il prend part aux Medizinische Filmwoche (Semaines du cinéma) à l’hôpital de la Charité à Berlin, qui sont organisées par Alexander von Rothe, avec l’Unterrichtsfilm Gesellschaft. Rappelons que von Rothe est l’un des principaux promoteurs du film médical en Allemagne dans les années 1920 (Friedland 2017).  Kleist collabore par la suite avec deux sociétés : la Deutsche Gesellschaft für wissenschaftliche Filme (Société allemande du film scientifique) et la Medizinische-Kinematographische Universitätsinstitute (Institut du cinéma médical de l’Université de Berlin). Ses films documentent différents troubles typiques du “répertoire” : maladie d’Alzheimer, démence, psychose, encéphalite léthargique, catatonie, hystérie, névrose de guerre, etc.  En 1934, une grande partie de cette production filmique est intégrée au catalogue de la RdfU (Reichsstelle für den Unterrichtsfilm), grâce auquel elle est largement diffusée. Kleist lui-même en fait la promotion active à travers des conférence, comme l’une à Berne en 1951.

Pour revenir aux films “bâlois” désormais conservés à la Cinémathèque suisse, la mention de sociétés de production actives à Munich et à Berlin dans les années 1920 confirme la collaboration des psychiatres avec des professionnels du cinéma (ou le traitement des films en laboratoire), une pratique qui n’est pas inhabituelle. Dans les années 1920, Vincenzo Neri, un neurologue de Bologne, a lui aussi fait appel à des opérateurs, emmenant deux patients dans un studio pour filmer un geste médical : l’usage d’un appareil de faradisation ulnaire sur des patients souffrant possiblement d’hystérie. On sait également, qu’en 1908, lors de son séjour à Paris auprès de Babinski, Vincenzo Neri filme des malades dans un des studios cinématographiques de Georges Mandel à Bagnolet (Vanone, Lorusso, Venturini, 2015). Mais cet exemple allemand, lequel combine contexte hospitalier et dispositif technique professionnel, rappelle surtout la collaboration entre Camillo Negro (psychiatre) et Roberto Omegna (opérateur) sur le film Neuropatologia (1908-1915) dont il a été question à plusieurs reprises sur ce blog.

Hystérie

Kleist fait certainement venir des opérateurs dans l’enceinte de l’hôpital, comme le suggèrent la qualité générale de la prise de vue et certains plans où le bord-cadre droit révèle la présence d’une paroi munie de fenêtres. Filmés tantôt sur un fond noir, tantôt sur un fond clair, parfois placés sur une sorte d’estrade en bois, les patients sont la plupart du temps au centre du cadre, et si d’aventure ils s’en écartent, le personnel soignant les redirige. La caméra majoritairement fixe (avec parfois de légers mouvements de recadrage), l’éclairage uniforme, les changements d’échelle des plans, la composition visuelle, la rareté des incidents techniques, etc. témoignent du soin apporté à la réalisation, toujours au service de la lisibilité des images. Les contrastes noir-blanc favorisés par la juxtaposition des corps sur un fond sombre ajoutent à la valeur plastique de celles-ci.

Myoklonische Zuckungen des Zwerchfelles

Du point de vue du contenu, ces films sont très proches d’autres collections qui s’emploient à montrer les cas les plus typiques ou les plus rares de troubles neuropsychiatriques : chorée, catatonie, paralysie, idiotie, manie, hystérie, névrose de guerre, démence précoce, confusion affective chronique, épilepsie, athétose double, encéphalite léthargique, hallucinations, etc. Le recours à des accessoires, en particulier du mobilier (chaise, chaise roulante, chaise longue, lit, baignoire) et à des objets (horloge, clé, corde, couverture, drap, règle, marteau et clou, pince, boîte d’allumettes, peigne, cigarette, etc.), permettent de « mettre en scène », à des fins démonstratives, les mouvements, gestes, réactions, caractéristiques des maladies ou symptômes considérés.

La plupart des films sont structurés par un enchaînement de cas séparés grâce à des cartons, lesquels indiquent la maladie, les symptômes, l’exercice effectué par le sujet ou l’écart chronologique entre deux prises de vues de sorte à retracer l’évolution de la maladie. Certains adoptent une logique typologique, comme le film consacré à la démence précoce qui décline une variété de mouvements stéréotypiques, et d’autres un récit de cure « avant-après », à l’instar du film sur la névrose de guerre (Kriegsneurotiker), où les hommes affectés de tremblements et de troubles de la parole semblent plus calmes après un traitement (non spécifié). La nature hétérogène des films répond aux besoins des médecins de regrouper différents cas, ce matériel permettant également de constituer un catalogue ou une archive à disposition des spécialistes (certains films portent sur le carton de fin l’indication « achat et location… »).

Kriegsneurotiker

La présence des films de Karl Kleist à Bâle n’est pas surprenante. Elle s’explique par la proximité géographique et scientifique entre l’Allemagne et la Suisse, notamment la Suisse allemande. Reste à savoir si on la doit aussi au passage de Kleist lui-même dans cette institution. Dans le contexte allemand, on peut faire l’hypothèse que cette collection a participé à la mise sur pied de l’Office national du film d’enseignement, fondé en 1934 par le ministre de la Culture, Bernhard Rust, à l’initiative d’Egon von Werner, un lieutenant de la marine allemande. L’existence de tels documents a sans aucun doute permis d’étayer la pertinence d’institutionnaliser la production de films scientifiques à l’échelle nationale.

La comparaison avec les collections de la Waldau permet de mettre en exergue la variété des pratiques, déterminée en partie par l’histoire des technologies. Au moment où le 16 mm n’est pas encore largement diffusé, il est usuel de voir les médecins choisir le 35 mm, ce dispositif appelant la collaboration avec des professionnels du cinéma (ou peut-être est-ce l’inverse : le contact, dans les années 1920, avec un studio conduit naturellement à recourir le 35 mm). Lorsque les technologies d’enregistrement s’allègent, il semble plus aisé pour les psychiatres de s’emparer du 16 mm afin de réaliser eux-mêmes les prises de vue, sans dépendre d’un tiers. Mais ce choix, comme dans le cas des films d’Ernst Grünthal des années 1940-1950, peut aussi être guidé par une volonté de s’affranchir de tout soupçon de mise en scène ou de “trucage” attaché au cinéma. Alors que Kleist préfère s’en remettre à des opérateurs pour assurer la qualité et la lisibilité des images, Grünthal répond à l’impératif d’objectivité mécanique en empruntant une autre voie, celle de l’autosuffisance de l’expertise scientifique, quitte à sacrifier la qualité purement technique des films, lesquels s’inscrivent dans le paradigme du cinéma amateur. Dans tous les cas, pour comprendre les spécificités formelles et sémantiques de ces collections, il convient de croiser des données relatives à l’histoire de la psychiatrie, l’histoire des techniques de prises de vue et l’histoire nationale (politique et sociale) — un travail qui requiert une perspective multidisciplinaire.

** Je remercie infiniment Olivier Voirol (SSP/ISS, UNIL) pour la discussion et les informations sur Kurt Goldstein qui m’ont permis de compléter cet article. Olivier Voirol est requérant principal sur un projet FNS intitulé « The Frankfurt School in Switzerland. A Neglected History of Critical Theory (1917-1980) » (FNS 2022-2026).

MB

Illustrations : Cinémathèque suisse

Références

Abi-Rached, Joelle M. & Rose, Nikolas, « The Birth of the Neuromolecular Gaze », History of the Human Sciences, vol. 23, n°1, 2010, pp. 11-36.

Dettmer, Stephan Christian E., « Der Film in der Psychiatrie von 1920 bis 1951 am Beispiel von Karl Kleist », Thèse de doctorat, Université de Francfort-sur-le-Main, 2010.

Friedland, Alexander, «  “… Films für den Unterricht allzustark betont”. Zur Geschichte des Medizinisch-kinematographischen Instituts der Charité 1923-1931  », Medizinhistorisches Journal, vol. 52, n° 2-3, 2017, pp. 148-179.

Geroulanos Stefanos & Meyers, Todd, « Brain Injury, Patienthood, and Nervous Integration in Sherrington, Goldstein, and Head, 1905-1934 », in id. The Human Body in the Age of Catastrophe. Brittleness, Integration, Science, and the Great War, Chicago, The University of Chicago Press, 2018.

Geroulanos Stefanos & Meyers, Todd, Experimente im individuum: Kurt Goldstein und die Frage des Organismus, Berlin, August Verlag, 2014.

Hennes, Hans, « Die Kinematographie im Dienste der Neurologie und Psychiatrie, nebst Beschreibung einiger selteneren Bewegungsstörungen », Medizinische Klinik, n°51, 18 décembre 1910, pp. 2010-2014.

Klee, Ernst, Deutsche Medizin im Dritten Reich. Karrieren vor und nach 1945. Frankfurt am Main, S. Fischer, 2001.

Kleist, Karl & Driest W., « Die Katatonie auf Grund katamnestischer Untersuchungen. I. Teil. Die als Katatonien verkannten Degenerationspsychisen, Psychosen der Schwachsinnigen und symptomatischen Psychosen », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, n°157, 1937, pp. 479-556.

Kleist, Karl & Pittrich, H., « Die Hochschulfilm in seiner Bedeutung für Psychiatrie und Neurologie mit Vorführung von Teilen aus 3 neuen eigenen Filmen », Verhandlungen der Gesellschaft Deutscher Neurologen und Psychiater, Berlin-Heidelberg, Springer, 1936, pp. 227-228 (https://doi.org/10.1007/978-3-642-99162-2_34).

Neumärker K. J. & Bartsch A.J., « Karl Kleist (1879-1960) — un pionnier de la neuropsychiatrie », Histoire de la psychiatrie, n°14, 2003, pp. 411-458.

Vanone, Federico, Lorusso, Lorenzo & Venturini, Simone, « Vincenzo Neri and His Legacy in Paris and Bologna », Journal of History of the Neurosciences, vol. 25, n° 1, 2015, pp. 51-62.

Weiser, Martin, Medizinische Kinematographie, Dresden-Leipzig, Steinkopff, 1919.

[Actualité] « La numérisation des archives ». Une web-série du projet Filmo.ch

Le 6 juin 2019, l’Association CH.Film a mis sur pied, à l’initiative des Journées de Soleure, le projet « Filmo ». Celui-ci consiste à présenter et à diffuser sur différentes plateformes de vidéo à la demande (VOD) des films du patrimoine helvétique, sélectionnés par des expert·e·s à l’instar du directeur de la Cinémathèque suisse (CS) Frédéric Maire.

C’est dans le cadre de ses activités de valorisation de productions suisses que « Filmo » propose en outre, cette année, une web-série sur la numérisation des archives film. Le premier épisode, tourné à la CS, se penche sur le quotidien du Département film et suit le travail de la restauratrice-conservatrice Léa Ritter, que nous avons eu le plaisir de recevoir en mars dernier leur notre Colloque : « Useful Film in (Neuro)Psychiatry Europe, 1900-1950. Update on Current Research ».

Voici donc le premier volet de cette web-série qui en comptera cinq au total :

La numérisation de films, épisode 1, 21 avril 2022. © Filmo et Cinémathèque suisse.

[Note de recherche] Some notes on the “Useful Film in (Neuro)Psychiatry Europe, 1900-1950. Update on Current Research” conference

The main goal of the conference was to assess the research on “useful films” conducted during the first half of the 20th century by neurologists and psychiatrists in Europe for clinical, educational, and archival purposes. The “useful film” has been long neglected by film historians, remaining in the shadow of both commercial cinema and the “auteur film”. Partly escaping commercial theatrical release, useful films know over the years a large variety of formats, forms, and functions, but also a diversity of production, distribution, and reception contexts. Their pragmatic and ephemeral nature requires considering the context in which these films are elaborated, as well as the discourses that surround them and the practices that determine them.

Drawing on the work of Acland and Wasson, the notion of useful film refers to the multiple ways institutions conceive and engage with the tool of cinema. “The concept of useful cinema does not so much name a mode of production, a genre, or an exhibition venue as it identifies a disposition, an outlook, and an approach toward a medium on the part of institutions or institutional agents.” (Acland & Wasson 2011, 4). For our part, we employ this notion in order to designate an approach to cinema oriented by the needs of the actors in the field of neurology and psychiatry.

Kimberley Fleuren

One of the scopes of the conference was to compose, through a number of case studies, a panorama of the practices involved (themselves quite diversified, even though the model of a film as a tool within medical research largely prevails), while bringing forth new approaches or lines of research relevant for this type of audio-visual document. Contributions focused on films made in France (Jean Comandon), Italy (Gaetano Rummo and others), Great Britain (Wellcome collections), Germany (Ludwig Mayer), Belgium (Van Gehuchten and others), the Netherlands (Magnus-Rademaker), Spain (Antonio Subirana), and Switzerland (Walter R. Hess, Ernst Grünthal).

We have chosen to focus on the first part of the 20th century for pragmatical reasons, but also to reexamine the traditional history of neuropsychiatric film, which isolates two key moments in the development of the film practices of neurologists and psychiatrists. The first one amounts to the era of the pioneers around 1900–1910 (Marinescu, Van Gehuchten, Neri, Negro, Magnus, Sainton, Comandon, etc.). Their films are for the most part the result of personal initiatives and emerge outside institutional policies, as is the case with the amateur films made by Ernst Grünthal; other films are made through collaboration between a professional filmmaker and a doctor/institution/firm. The second key moment extends from the inter-war to the post-war years that saw the rise of the “institutional asylum film”, a term introduced by Bonah and Rotzoll (2015). Indeed, in addition to a persistent voluntarist tradition, films are from that moment on actively supported by medical institutions, pharmaceutical companies, and public policies.

Leander Diener

Yet how accurate is such an identification of two golden eras and what happens in between? Can the history of useful film in psychiatry and neurology really be divided into distinct periods and if so, according to what criteria? What forms does the notion of the camera’s alleged objectivity take during this period of fifty years? How do the films testify to this mechanical objectivity bestowed upon the medium of film? Certainly, the recourse to films pushes even further the fantasy of the “blind gaze” to which the scientists of the 19th century aspire – scientists who, as Daston and Galison observe, dream of becoming themselves machines with no will of their own. However, we must not forget that all statements about the objectivity of the cinematographic camera are essentially rhetorical. They serve in part to convince the scientific community of the legitimacy of such practices, since cinema is still associated with the world of entertainment. Therefore, discourses on the objectivity of the film medium have the function of legitimizing and stabilizing knowledge and practices.

Katrin Luchsinger on photography in psychiatric institutions

More importantly, these claims coexist with an acute awareness of the limits of such mechanical objectivity allowed by the film medium. For instance, the psychiatrist Paul Sainton highlights the challenges involved in properly filming subjects affected by movement disorders. It is not easy, he writes, to capture patients with neurological or mental illnesses because it happens that they freeze once they know they are being filmed: “Subjects who, in their hospital setting, had extensive movements, remained motionless when put in front of the camera.” This problem is of course magnified due to the high cost of the film. Neurologists and psychiatrists are fully aware of the epistemological obstacles that prevent them from getting a “good” shot – obstacles such as the whimsical behavior of the patients or the technical, material, and weather hazards. They know well it is a challenge to grasp some pathological movements such as hysteria or epilepsy, or to record eloquent enough movements, worthy of interest because of their emblematic or singular features. In their efforts to ensure the clarity of the images, they are forced to come up with solutions that seem contradictory to the “cognitive absolutism” of the “clinical gaze”. For instance, some doctors choose to dramatize and narrate their patients’ symptoms or to stage their own practice.

What are the main results of the conference?

The approaches presented during the Conference reflect the diversity of the disciplines to which the researchers belong. At the same time, they are telling of the complexity and richness of the films studied. As the first panel, “Filming the Brain”, illustrated (with Kimberley Fleuren, Leander Diener and Raphaël Tinguely), three different approaches stand out: a. a clinical approach, according to which the film is treated as a document informing on certain medical practices and pathologies, thus functioning as an extension of regular clinical observation, intended to capture what escapes the eye; b. a history of medicine and science approach that uses the film as a means of shedding light on a particular aspect of this history; c. a film and media history approach that focuses on the aesthetics and the materiality of films, as well as the context of their application. All three approaches attest to the epistemic value of the neuropsychiatric film, though the actual nature of this knowledge differs according to perspective adopted. As Christian Bonah remarked, “we look at the same images, but we don’t see the same thing” (referring to Ludwik Fleck’s “looking vs seeing model”). Therefore, it is important to openly assume the position from which we interpret these multi-dimensional images (and sounds).

Angela Saward from the Wellcome Collection (London)

As Katrin Pilz reminded us, the question of the “usefulness” can be asked at different levels, depending on the actual users. To whom are these films useful? Firstly, to medical doctors, teachers, staff, students, etc. at the time of the production (we may speak, in this case, of the films’ original usefulness). Then, they were useful to operators, filmmakers, firms, etc. interested in collaborating with doctors. Finally, they are useful today to researchers, archivists, curators, etc. If their original message is quickly outdated (they are ephemeral material), they present an immense historical value, as Angela Saward explained through a specific case study. Katrin Pilz concluded that one must begin by asking why these films were considered useless for so many years, forgotten in attics, remote hospital rooms, bunkers, etc.

The usefulness of these films is a dynamic concept, as David Cantor has noted. Usefulness changes over time (it increases or decreases with time and context); it fluctuates based on the groups that engage with the medium of film; it depends on the applications to which film is submitted, but also on the audiences that watch it. The question of the usefulness of films must be distinguished at all stages of their existence: production-direction, distribution, reception. Depending on the stages of the film’s development, the medical knowledge, the technology used, the content, the contingencies of the filmmaking, the audience responses, etc., the usefulness changes in form and meaning. Utility is a concept under constant construction, the object of negotiation between production, distribution and reception entities.

The roundtable with David Cantor, Katrin Pilz, Angela Saward, Christian Bonah and Caroline Fournier

With regard to the original utility, the paradigm of mechanical objectivity dominates. But mechanical objectivity constitutes only one type of epistemic virtue among several others, as Daston and Galison have shown. For Andreas Killen, the Ludwig Mayer’s films on hypnosis resort to the truth-to-nature paradigm, in that these films aim above all to demonstrate the effectiveness of hypnosis through emblematic images of the hypnotic state.

Nowdays, these films also inform us about the history of recording technologies (35mm, 16mm, 8mm, super 8, 9.5 Pathé Baby, etc.), as the Subirana collection presented by Paula Arantzatzu illustrated. The Subirana films testify to a media convergence practice that is quite extraordinary for the time: the films combine different types of still and moving images, such as real shots, X-rays, EEG, histological sections, and photographs. Moreover, they provide informations on the history of medical imaging, i.e. the usefulness of audiovisual devices expanding the field of scientific knowledge. This is also the case with the Waldau collections analyzed by Raphaël Tinguely, Léa Ritter, and Lucas Iliani. The hybridity of both the collections and the films of which they are composed requires us to trace the wider network in which they are embedded. According to Caroline Fournier, head of the film department of the Cinémathèque suisse, hybridity is what characterizes the production of amateur films—a paradigm that allows to understand the particularity of these film practices.

Léa Ritter and Lucas Iliani from the Cinémathèque suisse

Another question raised by the original usefulness is the content of these images. What exactly is the camera filming? Illnesses; patients, doctors, interactions between patients and medical staff; state of research; brain, mind, body, etc.?

Among those listed elements, the question of the patients has proven to be of a central importance. Who are they, where do they come from, how do they experience medical observation and filming; who are these invisible and unknown people on the screen? It seems quite difficult to trace their history, and when we do have some elements, they only come in fragments. Different sources provide some data: film storage material, administrative records, patient records, written testimonies, drawings, interviews with relatives, etc. But as Maia Woolner showed, this lack of information about patients is also meaningful. It reveals something about the status of patients as objects of experimentation, demonstration, or medical observation – hence, Christian Bonah‘s call to avoid the anonymization of data for legal reasons, as this process contributes to the invisibilization of people who have nevertheless played an essential role in the history of medicine. He also rightly reminded that the question of patients’ consent to be filmed is not just an ethical issue but also a legal one. In any case, solutions need to be found to conceptualize this invisibilization of patients, by drawing, for instance, on the social history of medicine, the spectralities or disabilities studies, which are interested in social groups neglected by canonical history.

The uncanny dimension of patients was also raised. While it strikes as obvious to today’s researchers, it is safe to assume that this must also have been the case, at least to some extent, for the experts watching the films at that time of their production. For example, it is difficult to make sense of images of patients who have completely lost control of their bodies and minds, as David Cantor has noted. And how to deal with the aesthetic dimension of certain shots that reduce patients to elements of the “medical set”? Part of the uncanny comes from their nudity, which emerges as a representational convention since the beginning of neuro-psychiatric cinema. For some speakers, nudity meets a need for visibility of every part of the body and muscles affected by pathological movements. For others, it is a cultural convention that allows nature and culture to be contrasted, with patients embodying the primitive and doctors the civilized. In this latter perspective, it is used to contrast the healthy body (that of the doctor who stands by the patients) and the sick body of the patient, in a comparative gesture typical of medical thought.

But is the nakedness always necessary? In some cases, the nudity does not fail to add something spectacular to the representation. According to Christian Bonah, some of these films appear as “medical exploitation films,” in that they rely on sensationalist effects. For this reason, they lend themselves to all sorts of hijackings, as illustrated by the films of Doyen that circulated on fairgrounds. One solution might be to contextualize these images when shown today, following the model of platforms such as Medfilm or the Wellcome collection.

From Lorenzo Lorusso’s presentation about Gaetanno Rummo

In any case, these films need to be interpreted as a history of specific power relationships, as for instance, the history of Western colonialism, and more generally the history of the stigmatization of the insane based on processes of exclusion and inclusion (in other words, in terms of negotiation, as suggested by Katrin Luchsinger). As Christian Bonah highlighted, one must be careful not to essentialize what one sees, as films always reveal more than the doctors wish to show; indeed, while mechanical objectivity is inherent in the film medium, film is underpinned by ideological, even political, issues, as Paula Arantzatzu showed.

Katrin Luchsinger has raised a yet another essential question on the subject of patients, namely that of the emotions aroused by these images of madness. She reminded how important it is to take time to watch and process these films and photographs. She also drew attention to the aesthetic and spectacular dimensions that escape those who produce the images. These films also respond in a way to existential questions that will be at the core of the avant-gardes, as when they display new images of the body and mind, through new technologies, a theme highly relevant for artists from the beginning of the 20th century.

Psychiatrie Museum Bern

There are still many more questions that need to be answered: Who is filming? Who is behind the camera? Doctors, operators, assistants? How are we filming? Is it just to document experiments that confirm research hypotheses (as for W. R. Hess) or to create a sophisticated discourse to be presented to peers at conferences (as for Subirana)? Who is watching these films? Medical and non-medical audiences (films do not always reach their original audience and may be enjoyed for their spectacular dimension outside the medical realm)? How should the issue of sensitive data be approached ? (We have seen that there are different “schools of thought” depending on the institution).

References

Charles R. Acland & Haidee Wasson (ed.) (2011), Useful Cinema, Durham-London, Duke University Press.

Maike Rotzoll & Christian Bonah (2015), “Psychopathologie en mouvement. Histoire des films à Strasbourg et à Heidelberg”, in Ch. Bonah, A. Sumpf, Ph. Osten, G. Moser, T. Close-Koenig & J. Danet (eds.), Le Pré-Programme. Film d’enseignement / film utilitaire / film de propagande / film inédit dans les cinéma et archives de l’interrégion du Rhin Supérieur. 1900-1970. Une étude comparée franco-allemande, Heidelberg-Strasbourg, A25 Rhinfilm.

MB

Billet sous licence CC BY SA

[La Waldau] Le Musée suisse de la psychiatrie à Berne

Dans un livre paru il y a quelques mois, plusieurs historiens et historiennes de la psychiatrie nous invitent avec force à (re)considérer la « culture matérielle » qui, dans l’espace et dans le temps, a entretenu de manière extensive un rapport avec la santé mentale (Ankele et Majerus (dir.), 2020). Leur approche stimulante et leur travail convaincant nous incitent dès lors non seulement à prendre quelque distance avec l’historiographie traditionnelle, qui privilégie l’analyse des « écrits de psychiatres » (par exemple : les manuels scientifiques, les articles de revue, les mémoires autobiographiques, les correspondances professionnelles et privées), mais aussi à refuser de « fétichiser », encore et toujours, les mêmes artéfacts (par exemple : les camisoles de force, les instruments psychochirurgicaux, les appareils à électrochocs, les substances psycho-actives et, dans un autre registre, les créations symboliques des malades ou les œuvres d’Art Brut).

Ainsi, comme le suggèrent ces auteur·rice·s, élargir la focale d’observation à des productions matérielles du quotidien nous oblige à nous intéresser davantage à la « vie sociale » d’objets tels que les lits, les chaises, les portes et les clés, les baignoires, les sources artificielles de lumière, les systèmes d’alarme, les parcs et les jardins, les bâtiments, etc. ; c’est-à-dire à des « choses » qui, au sein de l’institution psychiatrique, « “font” quelque chose de l’espace et des gens » (Ankele et Majerus, 2020 : 11). Car c’est bien au travers de tous ces éléments que les malades et les soignant·e·s vivent et font vivre, jour après jour, la psychiatrie.

Cet appel à porter l’attention à la « physicalité » des objets de la discipline s’appuie en réalité, apprend-on dans l’ouvrage en question, sur les acquis pratiques et méthodologiques de trois moments-clés : d’abord, le développement du « tourisme noir » (dark tourism) qui date des années 1970. Grâce à l’exploration urbaine (urban exploration, ou urbex), on a de fait (re)découvert, petit à petit, des centaines d’asiles d’aliénés abandonnés – surtout aux États-Unis et en Italie –, où de nombreux objets prenaient la poussière.

Le deuxième moment-clé correspond ensuite au tournant matériel (material turn) des années 1980-1990, qui a émergé dans le champ de l’anthropologie et des sciences humaines et sociales (SHS). C’est effectivement à partir de cette époque que l’on s’est donné pour tâche, dans l’espace académique, non plus de comprendre à quoi sert tel ou tel objet, mais plutôt de saisir quel rôle actif il joue de façon dialogique dans les processus sociaux.

Pour finir, le troisième facteur contribuant à valoriser les artéfacts issus du domaine de la santé mentale coïncide avec l’institutionnalisation, dans les années 1990, de musées consacrés à l’histoire de la folie. C’est le cas du Musée suisse de la psychiatrie (Schweizerisches Psychiatrie-Museum Bern), dont j’aimerais ici retracer brièvement les origines et les transformations successives.

Les prémices

Tout commence en 1914 quand le psychiatre Walter Morgenthaler (1882-1965) participe à la 4e Exposition nationale suisse organisée à Berne. À l’occasion de cet événement, le médecin tient, au cœur du Pavillon dédié à la Santé, un stand célébrant en grande pompe la fin de l’« aliénisme » et la naissance de la « psychiatrie » moderne jugée alors plus « humaniste ». Pour attester de ce changement, Walter Morgenthaler réunit de multiples objets ayant appartenu à des soignant·e·s et à des malades interné·e·s dans divers établissements alémaniques.

Walter Morgenthaler (1882-1965). D’après Rolf Röthlisberger, « Die “Sammlung Morgenthaler” : einst-heute ! – morgen ? », Schweizerische Ärztezeitung, n° 25, 2001, p. 1358.

Une fois la manifestation terminée, le psychiatre décide de conserver sa « Collection » (« Sammlung ») dans un « petit musée » (« kleines Museum ») au deuxième étage du Neubau de l’Hôpital psychiatrique de la Waldau (Walter Morgenthaler, 1915). Une politique d’archivage rigoureuse est tout de suite mise en place. Celle-ci gravite autour de quatre catégories distinctes : les documents présentés pendant l’Exposition nationale suisse ; les supports de cours pour le personnel infirmier ; les archives de la Société suisse de psychiatrie ; et les productions symboliques des patient·e·s de la Waldau et d’ailleurs.

En comparaison des trois autres, la quatrième catégorie est davantage enrichie au fil du temps, compte tenu que Walter Morgenthaler voue son travail d’habilitation (venia legendi) à l’étude des dessins et des écrits des malades mentaux (Walter Morgenthaler, 1918). C’est à cet égard qu’il accumule de nombreuses pièces supplémentaires qu’il verse dans sa galerie et qu’il fait parfois visiter à des collègues venus de toute la Suisse. Quand il quitte la Waldau en 1920 pour diriger la clinique psychiatrique privée de Münchenbuchsee, le médecin continue, bon gré mal gré, à alimenter sa Collection, mais, au tournant des années 1930, le « petit musée » sombre peu à peu dans l’oubli.

Cartes rédigées par Walter Morgenthaler dans le but de classer les objets de sa Collection. D’après Rolf Röthlisberger, « Geschichte der Sammlung des Psychiatrie-Museums Bern », dans Michel Beretti et Armin Heusser (dir.), Der letzte Kontinent. Bericht einer Reise zwischen Kunst und Wahn. Ein Bilder- und Lesebuch mit Materialen aus dem Waldau-Archiv, Zurich, Limmat Verlag, 1997, p. 81.

La redécouverte

Il faut attendre 1963 pour que le nouveau chef du service technique de l’Hôpital psychiatrique Heinz Feldmann – serrurier de formation – redécouvre presque par hasard l’abondance des archives de Walter Morgenthaler, et les complète d’objets inédits reposant par-ci par-là à la Waldau. Rappelons à ce titre qu’avant 1963 le travail de maintenance et d’entretien des locaux de l’établissement relève exclusivement de la responsabilité des infirmiers-chefs, et non des concierges.

Heinz Feldmann dans les locaux des archives de la Waldau. D’après le film d’Hervé Nisic et Michel Beretti, La Beauté crue, RTS, Suisse, 2009.

Grâce à Heinz Feldmann, un patrimoine exceptionnel échappe à la destruction puisque, entre les années 1960 et les années 1990, la majorité des édifices du site bernois sont rénovés et désencombrés (Rolf Röthlisberger et Gurli Jensen, 2000).

C’est également à Heinz Feldmann que l’on doit, en mars 1987, la réalisation d’un inventaire – calqué sur le modèle des cartes de Walter Morgenthaler –, afin de répertorier les objets stockés dans les différents bâtiments de l’Hôpital et dans ses annexes.

En 1990, on se résout à accorder davantage de temps et davantage d’argent à ce projet de recensement et de conservation, en créant la Fondation du Musée de la psychiatrie (Stiftung Psychiatrie-Museum Bern). Les portes de l’institution n’ouvriront toutefois qu’en 1993, sous la direction du psychiatre Rolf Röthlisberger.

Musée suisse de la psychiatrie (Schweizerisches Psychiatrie-Museum Bern) sur le site de la Waldau.

Qu’en est-il du cinéma ?

C’est au gré de son travail de gestion des archives de l’Hôpital psychiatrique qu’Heinz Feldmann déniche dans plusieurs recoins de la Waldau, au mois de mars 1995, une centaine de pellicules 35 mm et 16 mm, qu’il ajoute au catalogue de la Collection du Musée. Après quoi il suit, le 6 novembre 1998 à Berne, un séminaire de sensibilisation à la préservation des archives cinématographiques, lequel est mis sur pied par le restaurateur de film Hermann Wetter (1935-2012) et l’historien du cinéma Roland Cosandey.

Par la suite, Heinz Feldmann fait un bref rapport de cette journée de formation à son employeur, Rolf Röthlisberger. Ce dernier mandate aussitôt Roland Cosandey pour estimer plus précisément les coûts d’une action de sauvegarde des bobines de la Waldau, rangées avec nonchalance dans des boîtes à cigares et dans des boîtes de film en carton ou en métal. Sur les conseils avisés de l’historien du cinéma, l’administrateur du Musée opte en fin de compte pour confier ces pellicules, sans leurs caméras, à la Cinémathèque suisse (CS) (Lausanne/Penthaz) – le dépôt étant parachevé au mois de novembre 2000.

Conclusion

Les pérégrinations et les trouvailles inouïes d’Heinz Feldmann dans les années 1990 témoignent donc d’un moment-clé de réflexion sur le statut et la fonction des films en tant qu’objets à part entière, c’est-à-dire en tant qu’objets dignes d’être inclus dans l’histoire officielle de la psychiatrie ainsi que dans l’histoire officielle du cinéma qui, « avec le tournevis en main » (Yves Citton, 2017 : 205), se confronte enfin à la réalité technique du médium. C’est en effet pendant cette période décisive que l’on prend au sérieux, pour la première fois au Musée de la Waldau, la « matérialité » du dispositif cinématographique. En sorte que, loin de se réduire à des projections éphémères appartenant à un passé révolu, les films deviennent aux yeux du concierge-curateur et du psychiatre-directeur un important matériau à sauvegarder ; un matériau qui, aujourd’hui, nous renseigne avantageusement sur l’exercice de la psychiatrie au quotidien, et la manière dont on image et dont on imagine la « folie » au XXe siècle.

Bibliographie

ANKELE, Monika et MAJERUS, Benoît (dir.), Material Cultures of Psychiatry, Bielefeld, Transcript, 2020.

CITTON, Yves, Médiarchie, Paris, Éditions du Seuil, 2017.

MORGENTHALER, Walter, « Übergänge zwischen Zeichnen und Schreiben bei Gesteskranken », Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie, vol. 2, n° 2, 1918, pp. 255-305.

MORGENTHALER, Walter, Bernisches Irrenwesen von den Anfängen bis zur Eröffnung des Tollhauses 1749, Berne, G. Grunau Verlag, 1915.

RÖTHLISBERGER, Rolf, « Die “Sammlung Morgenthaler” : einst-heute ! – morgen ? », Schweizerische Ärztezeitung, n° 25, 2001, pp. 1358-1361.

RÖTHLISBERGER, Rolf et GURLI, Jensen, Bernische Psychiatrie vor und nach dem Bau der Waldau. Ein Museumsführer, Berne, Stiftung Psychiatrie-Museum Bern, 2000.

RÖTHLISBERGER, Rolf, « Geschichte der Sammlung des Psychiatrie-Museums Bern », dans Michel Beretti et Armin Heusser (dir.), Der letzte Kontinent. Bericht einer Reise zwischen Kund und Wahn. Ein Bilder- und Lesebuch mit Materialien aus dem Waldau-Archiv, Zurich, Limmat Verla, 1997, pp. 78-85.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search