Belladone, curare et Parpanit : réduire les risques liés aux électrochocs (1940-1950)

En Suisse, l’installation des premiers appareils à électrochocs au sein d’établissements psychiatriques date du tournant de l’année 1940.

Or, à ce moment-là, les médecins sont très vite confrontés à des problèmes matériels et humains : surcharges et pannes électriques dues à l’utilisation simultanée, dans des bâtiments parfois mal adaptés en raison de leur vétusté, de plusieurs instruments et dispositifs que l’on qualifierait aujourd’hui d’« énergivores » (éclairages artificiels, radiateurs, bobines d’induction ou de faradisation, et désormais machines à électrochocs) ; déficit sanguin en oxygène chez des patient·e·s pour lesquel·le·s sont prescrites des séances d’électroconvulsivothérapie (ECT) ; mouvements incontrôlés et incontrôlables du corps des malades lors de la déflagration électrique, allant jusqu’à provoquer des fractures de la mâchoire ou des vertèbres cervicales.

Mais à chaque problème, sa solution ; car la plupart des hôpitaux et des cliniques se dotent de groupes électrogènes de secours, ainsi que de bonbonnes à oxygène pour ventiler les personnes soumises à des cures d’ECT. Quant à la prévention des lésions osseuses, les psychiatres se tournent vers certaines substances que leur offre, à cette époque, la pharmacopée pour contenir – et soulager – les corps agités.

On administre donc sans tarder divers paralysants musculaires aux patient·e·s, à l’instar de la belladone – soit un anticholinergique qui agit comme antispasmodique. C’est toutefois un autre produit qui s’impose à partir de la seconde moitié des années 1940 dans le domaine de la psychiatrie helvétique : le curare.

Photographie des feuilles d’un Chondrodendron tomentosum contenant du curare. Le cliché, reproduit dans un article de 1946 signé par Daniel Bovet, est issu des collections du Conservatoire botanique de Genève.

Il faut rappeler que c’est au médecin suisse Daniel Bovet – fils du psychologue Pierre Bovet – et à sa femme biochimiste Filomena Bovet-Nitti que l’on doit, dès 1946, les premiers travaux portant sur la synthèse du curare dans les laboratoires de l’Institut Pasteur à Paris.

Dans ses publications, le couple Bovet montre, photographies et photogrammes à l’appui, l’effet de relaxation musculaire qu’engendre le curare sur plusieurs modèles animaux (oiseaux, lapins, grenouilles).

On remarque que l’injection de curare conduit, chez l’oiseau, à des troubles du vol, de la marche et du maintien de la position verticale. De même, chez le lapin, la présence de curare dans le sang est associée à une diminution du tonus musculaire au niveau du ventre et de la tête (Daniel Bovet et Filomena Bovet-Nitti, 1948).

Cela vaut d’ailleurs à Daniel Bovet le Prix Nobel de physiologie et de médecine en 1957, comme en témoigne l’extrait ci-dessous tiré du Ciné-Journal suisse (CJS) du 1er novembre de cette année-là.

CJS, 1er novembre 1957, Cinémathèque suisse.
Le commentaire en voix over du reportage du CJS insiste sur l’origine du récipiendaire du Prix Nobel, tout en entérinant l’« effet Mathilda J. Cage » de la récompense. De fait, Filomena Bovet-Nitti est doublement invisibilisée puisqu’elle ne partage pas le prix attribué à son mari, et puisqu’elle n’est pas appelée par son nom et son prénom dans l’extrait.

À la suite des découvertes de Daniel Bovet et de Filomena Bovet-Nitti, le curare est introduit à l’Hôpital psychiatrique de la Friedmatt à Bâle ; et c’est une première sur le territoire national en ce qui concerne l’ECT. Les psychiatres Paul Kielholz et Julius E. Heuscher l’utilisent pour mener à bien l’ensemble des séances qu’ils prodiguent à leurs patient·e·s (Paul Kielholz et Julius E. Heuscher, 1949). La substance est conjointement administrée avec de la belladone (Belladiofine©) et, à partir de 1951, de la succinylcholine (ou suxaméthonium) (Lysthénon©).

Si les deux psychiatres bâlois essaient de convaincre leurs homologues suisses d’adopter ce cocktail médicamenteux pour différentes raisons (efficacité thérapeutique, légitimation de la Friedmatt comme lieu de recherche et d’innovation, ou, enfin, accords financiers signés auprès d’importantes firmes pharmaceutiques), ils rencontrent néanmoins, sur leur parcours, quelques opposants ou adversaires à l’Hôpital psychiatrique de la Waldau à Berne.

C’est le cas du psychiatre Ernst Grünthal et de son assistant George B. Udvarhelyi, lequel est surtout connu pour avoir pratiqué après son exil en Argentine la lobotomie de l’actrice et femme politique Eva Perón.

De fait, dans le Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau, les deux médecins entreprennent des recherches visant à remplacer le curare lors de cures d’ECT par une molécule mise au point par la société pharmaceutique J.-R. Geigy : l’ester diéthylaminoéthylique dérivé de l’acide phényl-cyclopentam-carboxylique (G2747), et commercialisé sous le nom de Parpanit (Ernst Grünthal et George B. Udvarhelyi, 1947-1948).

Carton d’un film réalisé par Ernst Grünthal sur les effets du Parpanit (G2747). © Psychiatrie-Museum Bern et Cinémathèque suisse. Fonds Ernst Grünthal. Cote : 9069. L’existence de ce film, comparable à d’autres courts métrages des Collections Waldau, permet de compléter la liste mentionnée en introduction au sujet des artéfacts nécessitant de l’électricité avec : les caméras et les projecteurs.

Tandis qu’Ernst Grünthal, George B. Udvarhelyi et leurs collègues du LAC réservent de prime abord le Parpanit aux patient·e·s souffrant de la maladie de Parkinson ou d’athétose – ce qui donne lieu au tournage de plusieurs films 16 mm entre 1947 et le début des années 1950 –, ils ne manquent pas, après coup, de le tester comme substitut de chaque curarisation qu’ils supervisent.

Séance d’électrochocs organisée à l’Hôpital psychiatrique de la Waldau dans les années 1940.

Bien qu’ils affirment obtenir des résultats convaincants, les chercheurs du LAC ne font pas d’émules. Autrement dit, leurs confrères et leurs consœurs ne font jamais appel – ou presque – au Parpanit pour immobiliser leurs patient·e·s soigné·e·s par ECT.

Il convient de souligner que le relatif manque d’intérêt de la communauté scientifique suisse vis-à-vis des recommandations des psychiatres de la Waldau tient en partie au fait qu’à partir des années 1950 les recherches sur l’ECT s’orientent davantage vers les bénéfices qu’offrent en l’occurrence les sédatifs (par exemple : les barbituriques comme le Penthotal©). Avant cette période, les électrochocs sont effectivement administrés sans anesthésiants  ; ce qui signifie que si les mouvements des malades des années 1940 sont bloqués via les relaxateurs musculaires cités plus haut, ces mêmes malades demeurent pleinement conscient·e·s au moment du choc électrique.

L’introduction des narcotiques dans le cadre de l’ECT conduit alors à une véritable rupture épistémologique, dans la mesure où ce ne sont plus des personnes éveillées que l’on « secoue », mais le cerveau de personnes endormies. Ipso facto, le déroulement de l’intervention et le but de la thérapie ne sont plus les mêmes : il ne s’agit plus de provoquer une perte de conscience momentanée, facilitant – lors du réveil – le dialogue entre les soignants et les malades. Puisqu’il s’agit exclusivement de générer, au niveau de l’encéphale, des « crises épileptiformes » qui, pense-t-on, auraient un effet bénéfique qui reposerait, entre autres, sur le renforcement du métabolisme des neurones. Dorénavant, il n’est plus tant question, pour les psychiatres suisses, de peser les avantages et les inconvénients de la belladone, du curare ou du Parpanit, mais plutôt de développer des techniques d’anesthésie efficaces et efficientes pour l’ECT.

Ce changement radical se traduit aussi sur les écrans, car, contrairement aux « corps anarchiques » que l’on rencontrait dans les courts et moyens métrages des années 1940 sur les électrochocs, le mouvement des corps ébranlés des films des années 1950 est maintenant chimiquement neutralisé.

Archives

Fonds du Ciné-Journal suisse, Centre de recherche et d’archivage de la Cinémathèque suisse, CH-1303 Penthaz.

Archives de l’Hôpital psychiatrique de la Waldau, Schweizerisches Psychiatrie-Museum Bern, CH-3000 Berne.

Bibliographie

Bovet, Daniel et Bovet-Nitti, Filomena, « Curare », Experientia, n° 4, 1948, pp. 325-348.

Bovet, Daniel et al., « Propriétés curarisantes du diodoéthylate de bis-(quinoleyloxy-8) 1.5-pentane », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académique des sciences, vol. 223, n° 16, 1946, pp. 597-598.

Grünthal, Ernst et Udvarhelyi, George B., « Über die Einwirkung intravenöser Parpanit-gaben auf den Krampfanfall beim Elektro-Shock », Monatsschrift für Psychiatrie und Neurologie, vol. 115, n° 3-4, 1947-1948, pp. 223-232.

Kielholz, Paul et Heuscher, Julius E., « Elektroschocktherapie mit Curare », Schweizerische medizinische Wochenschrift, vil, 79, n° 18, 1949, pp. 402-404.

Le Ciné-Journal suisse comme outil de recrutement professionnel

Si l’on sait aujourd’hui que les images animées ont servi, dès les années 1920, à la formation du personnel infirmier suisse en psychiatrie, on constate en revanche que peu de choses ont été dites sur le rôle du cinéma – et du cinéma utilitaire (useful cinema) – en tant qu’outil de recrutement professionnel. Or il s’avère qu’historiquement les médecins spécialistes en santé mentale ont tiré profit du médium pour essayer d’endiguer la pénurie de personnel soignant qui, bon an mal an, a affecté le champ psychiatrique.

À preuve, l’extrait ci-dessous, issu du Ciné-Journal suisse (CJS) du 21 avril 1967.

« Qui a peur d’une clinique psychiatrique ? » (acétate de cellulose, 35 mm, noir et blanc, 36 mètres, 21 avril 1967), Cinémathèque suisse (CS), Fonds Film du CJS (1940-1975) – Cote : 1259-4.

Tournée à l’Hôpital psychiatrique de Breitenau dans le canton de Schaffhouse, cette séquence s’adresse, en priorité et de manière explicite, aux femmes ainsi qu’aux hommes qui souhaiteraient entamer un apprentissage en soins infirmiers. Une liste des avantages du métier est alors dressée par le biais d’un commentaire en voix over, éclipsant en un instant la plupart de ses inconvénients : on apprend que le manque de personnel au niveau national est certes imputable aux mauvaises conditions salariales et aux horaires surchargés qu’exigent la fonction, mais que ces désagréments ne sont rien comparés aux aspects « passionnants » d’un tel emploi (« travail en équipe », « joie de la réussite », « profonde satisfaction morale »).

En parallèle aux propos tenus par le narrateur, c’est au niveau visuel que la séquence cherche à convaincre. Comment ? D’abord en recourant au procédé de la caméra subjective, lequel permet au public d’adopter le point de vue des infirmières figurant à l’écran. Car, quand trois soignantes placent des électrodes sur le crâne d’une patiente (fig. 1), quand une autre soignante surveille le tracé des stylos de l’électroencéphalographe (EEG) sur du papier (fig. 2), ou quand une dernière soignante vérifie dans un livret la posologie des médicaments à administrer aux malades (fig. 3), les spectateur·rice·s sont à chaque fois invité·e·s à expérimenter de façon immersive leurs faits et gestes.

Fig. 1. Vue subjective du déroulement d’un examen EEG, avec les mains d’une infirmière en amorce. Le plan est suivi par un insert sur le visage de la soignante en train de regarder les électrodes qu’elle place méticuleusement sur le cuir chevelu de sa patiente. Il faut préciser que la séquence ne représente que des femmes infirmières ; étant donné que les hommes ne sont montrés que sous les traits de médecins.
Fig. 2. Tracé des ondes cérébrales.
Fig. 3. Dosage des médicaments effectué dans la pharmacie de l’Hôpital psychiatrique de Breitenau.

D’autre part, le quotidien des infirmières est mis en scène de sorte à apparaître comme peu routinier et extrêmement trépident ; et donc attractif pour de jeunes gens qui seraient amenés à opérer un choix de carrière à la sortie de l’école obligatoire. Le montage rapide de plans très brefs de même que les nombreux mouvements de caméra contribuent à renforcer cette dimension haletante.

Au-delà du maniement de technologies comme l’EEG qui requiert de l’habileté et de la concentration, la séquence met en valeur des moments d’échanges humains détendus et enrichissants, qu’ils aient lieu au chevet du lit des patient·e·s ou lors des repas (fig. 4). En somme, le métier d’infirmier·ère en psychiatrie se révèle comme un métier épanouissant et diversifié.

Fig. 4. Les infirmières, toujours souriantes, au contact des malades dont on ne voit jamais le visage afin de préserver leur anonymat. De fait, les patient·e·s apparaissent soit de dos, soit de profit et de trois-quarts.

Le reportage du CJS remplit par ailleurs une seconde fonction : celle de déstigmatiser à la fois la maladie mentale et l’internement en hôpital psychiatrique où, apprend-on, il n’y a plus de « camisole de force » ni aucune « cellule ». Cette volonté de réhabilitation des personnes souffrant de troubles de l’esprit est corroborée par le communiqué du service des actualités filmées (fig. 5), signalant que l’extrait du 21 avril 1967 sert à « dément[ir] […] les préjugés tenaces qui s’attachent encore, dans le grand public, aux “maisons de fous” ». À cela s’ajoute le commentaire en voix over qui affirme triomphalement, à la fin de la séquence, que « l’asile d’aliénés [d’autrefois] est bien mort ; et c’est tant mieux ! ».

Fig. 5. En haut : logo du CJS. En bas : communiqué du CJS. Fonds CJS de la Cinémathèque suisse. Il convient de relever que ces « préjugés tenaces » s’abattent simultanément sur les personnes internées en hôpital psychiatrique et sur leurs soignant·e·s, puisqu’ils étaient considérés les uns et les autres, par tradition, comme des fous incurables et comme des geôliers tyranniques.

Pour illustrer ce point, les opérateurs du CJS tournent quelques vues au sein des ateliers d’ergothérapie (thérapie par le travail et pratique de la vannerie) ou dans les jardins de l’institution schaffhousoise (jeux de croquet et pétanque). Pareillement, les créations artistiques des malades (en l’occurrence, la confection de poupées) sont exposées en tant que moyens d’expression salvateurs.

On s’aperçoit donc que le film pour l’embauche ne saurait se réduire à une seule et unique fonction : il ne s’agit pas exclusivement de recruter du personnel soignant dans un contexte de crise dû à la déshospitalisation psychiatrique qui touche toute l’Europe à partir de la seconde moitié du XXe siècle, puisqu’il s’agit aussi, ici, de lutter contre l’ensemble des critiques portant sur la prise en charge des malades mentaux à la fin des années 1960 – ne serait-ce que les critiques formulées par le mouvement de l’antipsychiatrie.

Référence

« Qui a peur d’une clinique psychiatrique ? » (acétate de cellulose, 35 mm, noir et blanc, 36 mètres, 21 avril 1967), Cinémathèque suisse (CS), Fonds Film du CJS (1940-1975) – Cote : 1259-4.

Filmer le travail du cerveau humain : le cinéma comme outil d’enregistrement « direct » de la pensée

Dès ses origines, le cinéma a servi les intérêts scientifiques des neuropsychiatres en quête d’un dispositif de vision capable d’analyser, de synthétiser et d’archiver le mouvement sain et pathologique du cerveau humain en action.

Au fil du temps, d’autres technologies sont venues se greffer à ce médium. C’est le cas des rayons X ou de l’électroencéphalographe (EEG). Mais le cinéma possède une qualité qui échappe à la plupart de ces techniques d’imagerie médicale, étant donné que lui seul est en mesure de saisir et de restituer les mouvements enregistrés par ces mêmes appareils. Aussi, si un film peut montrer comment fonctionnent les rayons X et l’EEG, l’inverse est impossible.

Dans les faits, le mouvement de l’activité de l’encéphale peut être appréhendé de manière complémentaire par le biais de ces trois instruments : le film, qui décompose et reproduit les gestes des individus réduits à leur cerveau ; l’EEG, qui révèle l’existence d’ondes cérébrales assimilables à des « graphies » ; et la radiographie, qui produit des « photographies » de l’intérieur de la boîte crânienne.

Ayant déjà eu l’occasion de nous exprimer sur les liens entre le cinéma et l’EEG (Raphaël Tinguely, 2022), nous souhaitons ici aborder de façon succincte les rapports qu’entretiennent le film et les rayons X.

Radiographie de la main de la femme du physicien Wilhelm Conrad Röntgen, env. 1895 © Getty Images

Comme l’ont souligné plusieurs historien·ne·s (Simone Natale, 2011), le médium cinématographique et les rayons X se côtoient très tôt, en particulier dans les installations foraines du tournant des années 1900. En effet, les visiteur·euse·s de ces fêtes populaires prennent autant de plaisir, en déambulant de stand en stand, à regarder des courts métrages qu’à contempler des clichés de leurs os ou de leurs entrailles.

Petit à petit les rayons X quittent cependant la sphère du divertissement pour ne se limiter qu’à un usage médical. Ils restent liés au cinéma puisque de nombreux films pédagogiques ou reportages d’actualités s’efforcent d’en expliquer le principe et les avantages diagnostiques, jusqu’au milieu du XXe siècle.

Clinique chirurgicale de l’Hôpital de l’Île (Inselspital), Berne. D’après Chirurgie. Handwerk von damals. Wissenschaft von heute [La chirurgie. L’artisanat d’autrefois. La science d’aujourd’hui] (Valentine de Kerven, Suisse, 1938).
Institut de radiologie de l’Hôpital des Cadolles, Neuchâtel, Suisse. Ciné-journal (CJS) du 18 février 1944. Cinémathèque suisse. Cote : 0179-2.

À ces deux premières phases – exploitation foraine autour de 1895-1900 et information médicale autour entre 1910 et 1940 – succède une troisième période d’intégration des rayons X au cinéma, durant la seconde moitié des années 1950. Et dans le champ de la neuropsychiatrie, cette association tend même à la fusion.

En témoigne la création en 1956-1957 d’un dispositif au sein duquel les rayons X font fonctionner, d’un point de vue épistémologique, le médium cinématographique et vice versa. On doit cette invention au psychiatre Ernst Klausberger de la Clinique psychiatrique de Vienne (Ernst Klausberger et Karl Gloning, 1958), laquelle n’a jamais étudiée à ce jour.

Alors que la radiographie classique permet, grâce à un développement photographique, d’obtenir des images fixes de l’activité cérébrale via l’injection de produits de contraste, l’appareillage du médecin autrichien offre la possibilité de projeter, sans délai et sur grand écran, le mouvement radiographié du « cerveau en pleine action » (Anonyme, 23 mars 1956 : 4).

Les principales applications de ce « bricolage » technique concernent la neuropsychiatrie et la neurochirurgie. Aux médecins qui souhaitent désormais pratiquer des trépanations, des craniectomies ou des lobotomies, plus besoin d’effectuer des séries de radiographies toutes les 15 secondes – ce laps de temps correspondant à la durée de vie de la majorité des substances de contraste sensibles aux rayons X. Plus besoin non plus d’attendre la fin d’un traitement photo-chimique chronophage.

Car la radiographie sur film révèle, tout de suite et pendant plusieurs minutes, la position des minuscules veines et vaisseaux, de même que la circulation du sang au niveau de la tête. Par le biais de son dispositif, Ernst Klausberger espère donc faciliter le forage des os du crâne en fonction de zones cérébrales spécifiques, ainsi que faciliter la transmission « pédagogique » des informations en salle d’opération.

C’est pourquoi les articles de presse qui, à l’époque se font l’écho de cette innovation, utilisent de manière itérative l’idée de « direct » : c’est « en direct » que l’on voit la « folie » à l’écran, lit-on par exemple dans le journal italien La Voce delle Valli (Anonyme, 1957 : 4).

La Voce delle Valli, 13 juillet 1957, page 4.

Or ce n’est peut-être pas un hasard si l’on parle si souvent de « direct », car l’invention d’Ernst Klausberger s’inscrit dans un contexte médiatique marqué par des discours relatifs à l’immédiateté de la transmission permise par d’autres technologies, telle que la télévision. En conséquence, ce que le neuropsychiatre a mis au point en 1956-1957 ne relève pas tant du cinéma que d’un appareil de télé-tranmission qui appartient au paradigme de la télévision médicale – laquelle se développera en particulier dans le domaine de l’enseignement et de la recherche (Olivier Pradervand, 2009).

Bibliographie

Anonyme, « Si gira nel cervello il film della pazzia », La Voce delle Valli, vol. 10, n° 28, 13 juillet 1957, page 4.

Anonyme, « Un médecin viennois va filmer le travail du cerveau humain », Le Rhône, 23 mars 1956, page 4.

Klausberger, Ernst et Gloning, Karl, « Studies on Brain Vascular Function in Moving Film », Wien Klin. Wochenschr., vol. 70, n° 9, février 1958, pp. 145-149.

Natale, Simone, « The invisible made visible. X-rays as attraction and visual medium at the end of the nineteenth century », Media History, vol. 17, n° 4, 2011, pp. 345-358.

Pradervand, Olivier,  « Télévision et médecine: sur une expérience de télédiagnostic », dans Mireille Berton et Anne-Katrin Weber (dir.), La télévision du Téléphonoscope à Youtube. Pour une archéologie de l’audiovision, Lausanne, Antipodes, 2009, pp. 213-227.

Tinguely, Raphaël, « Ernst Grünthal’s Film at the Waldau. The Case of E.E.G. (1940s-1950s) », Communication présentée dans le cadre du Colloque international : « Useful Film in (Neuro)Psychiatry Europe, 1900-1950. Update on Current Research » organisé par Mireille Berton, Elodie Murtas et Raphaël Tinguely à l’Université de Lausanne, 2-4 mars 2022.

Usage(s) de l’E.E.G. au sein de l’Institut pour enfants épileptiques Bethesda, 1959-1969

Dans un billet publié hier sur ce blog, l’historienne du cinéma Mireille Berton opère une mise à jour importante : la chercheuse appelle en effet à parler – et à penser – au pluriel les films du projet FNS « Cinéma et (neuro)psychiatrie en Suisse », car il s’avère que ceux-ci sont extrêmement hétérogènes – ce foisonnement apparaissant non seulement au regard du nombre et de l’origine des pellicules conservées par la Cinémathèque suisse, mais également au niveau du contenu des films du corpus étudié.

Ce dernier point s’illustre, entre autres, avec le court métrage Divers troubles du mouvement (Verschiedene Bewegungsstörungen, Ernst Grünthal, Suisse, env. 1950-1951), qui se compose de plusieurs séquences réalisées à l’Hôpital psychiatrique de la Waldau et de quelques prises de vue exécutées à l’Institut pour enfants épileptiques Bethesda à Tschugg (Berne).

Cinémathèque suisse © Raphaël Tinguely, 22 octobre 2020.

Or ce n’est pas la seule et unique fois où l’établissement du Seeland ouvre (et ouvrira) ses portes à des caméras de cinéma ou de télévision.

Années 1950

Le 13 mars 1959, par exemple, un reportage (35 mm) du Ciné-Journal suisse y est tourné à l’occasion d’une campagne de l’Association Pro Infirmis, qui défend la cause des personnes invalides sur l’ensemble du territoire helvétique.

Ciné-Journal suisse (CJS), Pro Infirmis (0860-2), 13 mars 1959 © Archives fédérales suisses (cote : J2.143#1996/386#860-2#2*) et Cinémathèque suisse.

Dans cette réclame, le journaliste évoque, par le biais d’un commentaire en voix over, le temps où « l’épilepsie engendrait terreur et tourments » – puisqu’avant les années 1950, le syndrome épileptique était un problème d’ordre psychiatrique (et non neurologique).

L’archaïsme supposé de cette époque est connoté avec emphase, et il fait l’objet d’un traitement sensationnel avec des éléments visuels (une peinture représentant des hommes et des femmes tombant en pâmoison), sonores (une musique orchestrale aux accents flamboyants) et narratifs (une isotopie de la malédiction avec l’emploi de termes liés à l’idée de « possession démoniaque » et de la pratique de l’« exorcisme ») (Fig. 1).

Fig. 1.

Le journaliste laisse ensuite entendre que cette période primitive contraste avec celle des années 1950, dans la mesure où, dès lors, « nous [avons su] que l’épilepsie [était] une maladie du cerveau ».

La découverte a été rendue possible, d’après le chroniqueur-bonimenteur, grâce à la mise au point de deux technologies : d’une part, la « radiographie » qui permet de voir la « structure asymétrique » des « crânes d’épileptiques » ; et, d’autre part, l’électroencéphalographie – qui n’est toutefois pas nommée en tant que telle en raison de son caractère très scientiste –, et qui permet de « percevoir », « dans les cellules du cerveau, les impulsions électriques qui s’inscrivent sur un diagramme » (Fig. 2).

Fig. 2.

On comprend ainsi qu’à l’aide de ces dispositifs et grâce aux progrès de la médecine moderne, certains enfants épileptiques « sous la protection de Pro Infirmis » ont pu être « délivrés de leur mal » (retour d’un vocabulaire métaphysique !), comme en témoigne le fait qu’ils poursuivent « leurs études comme n’importe quels écoliers » (Fig. 3).

Fig. 3

Années 1960

Dix ans plus tard, c’est au tour de la Schweizer Radio und Fernsehen (SRF) de consacrer un nouveau reportage d’Actualités (16 mm) sur l’Institut Bethesda.

Aktuelle regionale Informationssendungen, 23 octobre 1969 © Schweizer Radio und Fernsehen (SRF) (cote : 2cf64a13-f152-402c-b14e-145fecd3688c).

Cette fois-ci, l’entrée dans l’institution se fait de manière plus ritualisée : un montage en accolade nous montre, dans une espèce de temps suspendu, le bâtiment à partir de différents points de vue. Un plan imposant en contre-plongée, tourné devant les grilles de l’ancien asile (« Anstalt ») devenu clinique (« Klinik »), fait alors office de frontière entre l’extérieur et l’intérieur, le public et le privé, et la santé et la maladie.

Après quoi l’on pénètre dans l’enceinte de Bethesda, et le récit suit approximativement le même que celui de 1959 : un médecin vêtu d’une blouse blanche définit l’épilepsie comme un trouble neurologique, dont le diagnostic peut être établi au moyen d’un électroencéphalographe (E.E.G.). La technique d’imagerie est ici nommée expressément, attendu qu’une dizaine d’années s’est écoulée depuis le reportage vantant les mérites de Pro Infirmis et que l’E.E.G. s’est largement popularisé.

Remarque générale

Dans les deux extraits mentionnés, l’E.E.G. s’érige comme un instrument participant à la quête d’objectivité de la psychiatrie qui, sur le modèle de la médecine somatique et de la neurologie, cherche à identifier les marqueurs biologiques de la maladie (et de la maladie mentale).

Sur un plan théorique, l’E.E.G. fonctionne donc, à l’instar du cinématographe, comme une « prothèse oculaire », révélant de nouvelles réalités aux yeux des médecins – notamment les médecins l’Institut pour enfants épileptiques Bethesda et de l’Hôpital psychiatrique de la Waldau.