Soigner par l’image : le cinéma au service de la santé

Cours-séminaire Master, printemps 2023 (lundi 14h-16h) (UNIL, section de cinéma, Faculté des lettres)

Alors que les vues animées ont souvent suscité l’inquiétude en raison de leur force de suggestion, elles ont aussi été perçues comme un outil précieux pour l’éducation à la santé, et parfois même pour la santé, tout court.

En témoignent les recommandations de médecins dès les années 1910, les films de prévention sanitaire ou de propagande hygiéniste, mais également des pratiques concrètes plus difficiles à retracer en raison de leur relative marginalité ; on pense à l’aménagement, au sein d’institutions hospitalières, d’espaces consacrés aux projections cinématographiques vues comme un loisir favorable à l’équilibre psychique des patients, aux expériences du  psychiatre André Répond avec le cinéma et la télévision ou encore à la « cinémathérapie » développée par Christian Müller et Nag Ansorge à l’hôpital de Cery. Aujourd’hui, certains médecins, telles Eszra Yazici à Sakarya en Turquie, mobilisent le cinéma pour des thérapies de groupes de patients atteints de troubles mentaux.

Le cours a deux buts principaux : d’une part, retracer une histoire des discours, représentations et pratiques relatifs aux effets thérapeutiques du cinéma, en questionnant les idées reçues sur l’impact des médias audiovisuels ; d’autre part, faire travailler les étudiant·e·s sur des documents d’archives locaux (AVC, CS, fonds Waldau, etc.) afin de développer des micro-analyses sur des cas précis.

André Repond ©rts