Soigner par l’image : le cinéma au service de la santé

Cours-séminaire Master, automne 23 (mercredi 10h15-12h) (UNIL, section de cinéma, Faculté des lettres)

Tout comme la littérature est en mesure de « réparer le monde » (Gefen 2017), les cultures, les pratiques et les imaginaires audiovisuels ont, de tout temps, tenté de réparer nos conditions de victimes, de lutter contre la maladie, de soulager nos traumas, de favoriser notre propension à l’empathie. En prenant le contre-pied des discours qui stigmatisent les effets délétères des écrans (analogiques et numériques) sur le psychisme, ce cours explore, à travers des études de cas, les effets réparateurs, curatifs, réconciliateurs de l’image audiovisuelle dans le champ de la santé mentale et au-delà. Alors que les images animées ont souvent suscité l’inquiétude en raison de leur force de suggestion, elles ont aussi été perçues comme un outil précieux pour l’éducation à la santé, et parfois même pour la santé, tout court. En témoignent les recommandations de médecins en faveur des vues animées, les films de prévention sanitaire ou de propagande hygiéniste, l’aménagement, au sein d’institutions hospitalières, d’espaces consacrés aux projections cinématographiques vues comme un loisir favorable à l’équilibre mental des patients ou encore la création de dispositifs multimédias et ou immersifs destinés à soigner les usagers.

Mais si la notion de « care » permet de penser le rapport au vivant (Molinier, Laugier & Paperman 2009), celle de « soin » est davantage appropriée pour conceptualiser nos rapports aux images audiovisuelles, en tant qu’elles sont des objets dont on prend soin pour en savoir plus sur le « care » d’hier et d’aujourd’hui. Le travail des chercheuses et des chercheurs sur les films de médecins trouvés dans les archives – ou tout autre type de documents – relève précisément de cette politique du soin (Denis & Pontille 2022) apporté à la valeur historique, éducative, herméneutique des images audiovisuelles en lien avec la santé mentale.

Ce cours invite donc à réfléchir à la question du « care » entendu au sens large à deux niveaux : celui des pratiques, des discours et des représentations relatives aux pouvoirs thérapeutiques ou réparateurs des médias ; et celui de la démarche historienne ou archéologique qui consiste à prendre soin des objets « fragiles » que sont les films, images, sons, médias, dispositifs audiovisuels, etc., lesquelles témoignent d’une pensée ou d’une action du « care » – la recherche apparaissant, sous cet angle, comme un « art délicat de faire durer les choses » (Denis & Pontille 2022).

Le cours a deux buts principaux : d’une part, retracer une histoire des discours, représentations et pratiques relatifs aux effets thérapeutiques du cinéma, en questionnant les idées reçues sur l’impact des médias audiovisuels ; d’autre part, faire travailler les étudiant·e·s sur des sources afin de développer des micro-analyses sur des cas précis.

References

Jérôme Denis & David Pontille (2022), Le soin des choses. Politiques de la maintenance, Paris, La Découverte, coll. Terrains philosophiques.

Alexandre Gefen, (2016), Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Éditions Corti.

Pascale Molinier, Sandra Laugier & Patricia Paperman (dir.) (2009), Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Petite Bibliothèque Payot.

MB

Lien

Deux conférences

Séance 6. 1er novembre – Le cinéma de prévention antisyphilitique (première moitié du XXe siècle) – avec Alexandre Wenger

Séance 8. 29 novembre – Les films de patients : Cery fait son cinéma – avec Elodie Murtas

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search