[Note de recherche] Applications thérapeutiques des « images subliminales » : du « psychorama » au cabinet médical

En 1957, le chercheur en études de marché James McDonald Vicary (1915-1977) met au point une expérience consistant à ajouter, grâce à un tachistoscope, des inserts imperceptibles au film Picnic (Joshua Logan, États-Unis, 1955), diffusé dans une salle obscure du New Jersey. Toutes les cinq secondes, les textes : « Avez-vous faim ? Mangez du pop-corn » et « Buvez du Coca-Cola » sont projetés à l’écran. Par le biais de ces injonctions émises à l’insu des spectateur·rice·s, James McDonald Vicary affirme être parvenu à augmenter les ventes de pop-corn de 58 % et celles de soda de 18 %.

D’après Herbert Brean (1958 : 102).

Quelques années plus tard, ces résultats sont contestés. À regret, James McDonal Vicary avoue les avoir falsifiés pour faire parler de son agence de marketing. Or, entre-temps, l’idée de « publicité subliminale » (subliminal advertising) s’est popularisée aux États-Unis.

De prime abord, le concept semble avoir eu un accueil très contrasté. D’un côté, l’industrie du cinéma et l’industrie de la télévision y voient un champ d’expérimentation propice pour accroître leurs recettes publicitaires. Les annonceurs, en particulier, accueillent favorablement le principe consistant à influencer le comportement des (télé)spectateur·rice·s grâce à ces images « invisibles » (Kenneth Lipartito, 2012). De l’autre, des commentateur·rice·s questionnent l’influence jugée néfaste de cette technique. Ces réactions hostiles émanent surtout de cercles conservateurs qui associent plus largement le cinéma et la télévision à des instruments de captation hypnotique au service d’idéologies anti-démocratiques (Mireille Berton, 2016). « [Des] études établissent, par exemple, que le scintillement trop élevé de certaines images […] peut provoquer des crises d’épilepsie photosensible chez des sujets fragiles […]. Les rapports entre la télévision et l’hypnose ont fait l’objet d’études dès les premiers développements technologiques des postes de télévision, […] [comme en témoigne] le terme de “brainwashing” […] utilisé […] de façon systématique par les ingénieurs de la compagnie General Electric » (idem).

En parallèle à ces deux conceptions de l’image subliminale (exploitation économique et critique de sensibilité technophobe), nous estimons qu’il est possible de distinguer une troisième manière de l’appréhender, sachant que celle-ci n’a que peu retenu l’attention des historien·ne·s jusqu’à ce jour. Cette tierce orientation concerne les applications thérapeutiques de la « “perception subliminaire“ » (Anonyme, 7 février 1959). En atteste la presse suisse qui, dès 1958-1959, évoque la fabrication d’un dispositif audio-visuel par le psychologue Robert E. Corrigan et le neurologue Hal C. Becker.

Projection subliminale du mot sang, lors de la projection d’un film d’horreur mettant en scène un cadavre. D’après Herbert Brean (1958 : 102).

Partant du constat qu’« une image apparue sur un écran pendant une fraction de seconde (par exemple 1/50) est trop brève pour être vue » mais que cette image s’avère quand même « enregistrée » par le « système nerveux », Robert E. Corrigan et Hal C. Becker ont développé « le premier film S.P. [c’est-à-dire à « “perception subliminaire“ »], baptisé “psychorama“ » (Anonyme, 22 octobre 1958). Grâce à l’intercalage d’images « invisibles », il s’agit d’exalter les effets terrifiants des films d’horreur et les effets émouvants (tearjerker) des mélodrames. En un mot, d’amplifier les affects des (télé)spectateur·rice·s.

Quelles sont les applications possibles du psychorama ? Ce dispositif permettrait d’assister les personnes souffrant de dysrégulation émotionnelle. C’est pourquoi les deux scientifiques déclarent que leur invention peut « devenir extrêmement utile en psychiatrie. Lorsqu’un patient refuse de se laisser examiner – ce qui est assez fréquent – il suff[it] de lui projeter une série de mots-tests en perception subliminaire et d’enregistrer ses réactions physiologiques pour savoir où le bât le blesse » (idem). Quant à l’hygiène mentale, elle peut aussi tirer profit du psychorama, car la « S.P. [est en mesure d’offrir] des conseils de sécurité routière, d’hygiène, etc. » (idem).

Ayant quitté la sphère industrielle et changé de fonction, l’image subliminale pourrait ainsi gagner, espère-t-on à l’époque, le cabinet médical de médecins privés, les centres médico-psychologiques et les hôpitaux généraux ou psychiatriques.

Bibliographie

Anonyme, « La publicité invisible est morte », Journal du Jura, 7 février 1959, page 1.

Anonyme « Advertising News (U.S.A.). La T.V. américaine lance la “perception inconsciente“ », Construire, 22 octobre 1958, page 5.

Berton, Mireille, « La technologie a-t-elle un sexe ? », Arkhai, vol. 4, n° 15, 2016, pp. 39-50.

Brean, Herbert, « Hidden Sell’ Technique Is Almost Here », Life, 31 mars 1958, pp. 102-107.

Lipartito, Kenneth, « Subliminal Seducation : The Politics of Consumer Research in Post-World War II America », dans Hartmut Berghoff, Philip Scranton et Uwe Spiekermann (dir.), The Rise of Marketing and Market Research, New York, Palgrave Macmillan, 2012, pp. 215-236.

[Note de recherche] Some notes on the “Useful Film in (Neuro)Psychiatry Europe, 1900-1950. Update on Current Research” conference

The main goal of the conference was to assess the research on “useful films” conducted during the first half of the 20th century by neurologists and psychiatrists in Europe for clinical, educational, and archival purposes. The “useful film” has been long neglected by film historians, remaining in the shadow of both commercial cinema and the “auteur film”. Partly escaping commercial theatrical release, useful films know over the years a large variety of formats, forms, and functions, but also a diversity of production, distribution, and reception contexts. Their pragmatic and ephemeral nature requires considering the context in which these films are elaborated, as well as the discourses that surround them and the practices that determine them.

Drawing on the work of Acland and Wasson, the notion of useful film refers to the multiple ways institutions conceive and engage with the tool of cinema. “The concept of useful cinema does not so much name a mode of production, a genre, or an exhibition venue as it identifies a disposition, an outlook, and an approach toward a medium on the part of institutions or institutional agents.” (Acland & Wasson 2011, 4). For our part, we employ this notion in order to designate an approach to cinema oriented by the needs of the actors in the field of neurology and psychiatry.

Kimberley Fleuren

One of the scopes of the conference was to compose, through a number of case studies, a panorama of the practices involved (themselves quite diversified, even though the model of a film as a tool within medical research largely prevails), while bringing forth new approaches or lines of research relevant for this type of audio-visual document. Contributions focused on films made in France (Jean Comandon), Italy (Gaetano Rummo and others), Great Britain (Wellcome collections), Germany (Ludwig Mayer), Belgium (Van Gehuchten and others), the Netherlands (Magnus-Rademaker), Spain (Antonio Subirana), and Switzerland (Walter R. Hess, Ernst Grünthal).

We have chosen to focus on the first part of the 20th century for pragmatical reasons, but also to reexamine the traditional history of neuropsychiatric film, which isolates two key moments in the development of the film practices of neurologists and psychiatrists. The first one amounts to the era of the pioneers around 1900–1910 (Marinescu, Van Gehuchten, Neri, Negro, Magnus, Sainton, Comandon, etc.). Their films are for the most part the result of personal initiatives and emerge outside institutional policies, as is the case with the amateur films made by Ernst Grünthal; other films are made through collaboration between a professional filmmaker and a doctor/institution/firm. The second key moment extends from the inter-war to the post-war years that saw the rise of the “institutional asylum film”, a term introduced by Bonah and Rotzoll (2015). Indeed, in addition to a persistent voluntarist tradition, films are from that moment on actively supported by medical institutions, pharmaceutical companies, and public policies.

Leander Diener

Yet how accurate is such an identification of two golden eras and what happens in between? Can the history of useful film in psychiatry and neurology really be divided into distinct periods and if so, according to what criteria? What forms does the notion of the camera’s alleged objectivity take during this period of fifty years? How do the films testify to this mechanical objectivity bestowed upon the medium of film? Certainly, the recourse to films pushes even further the fantasy of the “blind gaze” to which the scientists of the 19th century aspire – scientists who, as Daston and Galison observe, dream of becoming themselves machines with no will of their own. However, we must not forget that all statements about the objectivity of the cinematographic camera are essentially rhetorical. They serve in part to convince the scientific community of the legitimacy of such practices, since cinema is still associated with the world of entertainment. Therefore, discourses on the objectivity of the film medium have the function of legitimizing and stabilizing knowledge and practices.

Katrin Luchsinger on photography in psychiatric institutions

More importantly, these claims coexist with an acute awareness of the limits of such mechanical objectivity allowed by the film medium. For instance, the psychiatrist Paul Sainton highlights the challenges involved in properly filming subjects affected by movement disorders. It is not easy, he writes, to capture patients with neurological or mental illnesses because it happens that they freeze once they know they are being filmed: “Subjects who, in their hospital setting, had extensive movements, remained motionless when put in front of the camera.” This problem is of course magnified due to the high cost of the film. Neurologists and psychiatrists are fully aware of the epistemological obstacles that prevent them from getting a “good” shot – obstacles such as the whimsical behavior of the patients or the technical, material, and weather hazards. They know well it is a challenge to grasp some pathological movements such as hysteria or epilepsy, or to record eloquent enough movements, worthy of interest because of their emblematic or singular features. In their efforts to ensure the clarity of the images, they are forced to come up with solutions that seem contradictory to the “cognitive absolutism” of the “clinical gaze”. For instance, some doctors choose to dramatize and narrate their patients’ symptoms or to stage their own practice.

What are the main results of the conference?

The approaches presented during the Conference reflect the diversity of the disciplines to which the researchers belong. At the same time, they are telling of the complexity and richness of the films studied. As the first panel, “Filming the Brain”, illustrated (with Kimberley Fleuren, Leander Diener and Raphaël Tinguely), three different approaches stand out: a. a clinical approach, according to which the film is treated as a document informing on certain medical practices and pathologies, thus functioning as an extension of regular clinical observation, intended to capture what escapes the eye; b. a history of medicine and science approach that uses the film as a means of shedding light on a particular aspect of this history; c. a film and media history approach that focuses on the aesthetics and the materiality of films, as well as the context of their application. All three approaches attest to the epistemic value of the neuropsychiatric film, though the actual nature of this knowledge differs according to perspective adopted. As Christian Bonah remarked, “we look at the same images, but we don’t see the same thing” (referring to Ludwik Fleck’s “looking vs seeing model”). Therefore, it is important to openly assume the position from which we interpret these multi-dimensional images (and sounds).

Angela Saward from the Wellcome Collection (London)

As Katrin Pilz reminded us, the question of the “usefulness” can be asked at different levels, depending on the actual users. To whom are these films useful? Firstly, to medical doctors, teachers, staff, students, etc. at the time of the production (we may speak, in this case, of the films’ original usefulness). Then, they were useful to operators, filmmakers, firms, etc. interested in collaborating with doctors. Finally, they are useful today to researchers, archivists, curators, etc. If their original message is quickly outdated (they are ephemeral material), they present an immense historical value, as Angela Saward explained through a specific case study. Katrin Pilz concluded that one must begin by asking why these films were considered useless for so many years, forgotten in attics, remote hospital rooms, bunkers, etc.

The usefulness of these films is a dynamic concept, as David Cantor has noted. Usefulness changes over time (it increases or decreases with time and context); it fluctuates based on the groups that engage with the medium of film; it depends on the applications to which film is submitted, but also on the audiences that watch it. The question of the usefulness of films must be distinguished at all stages of their existence: production-direction, distribution, reception. Depending on the stages of the film’s development, the medical knowledge, the technology used, the content, the contingencies of the filmmaking, the audience responses, etc., the usefulness changes in form and meaning. Utility is a concept under constant construction, the object of negotiation between production, distribution and reception entities.

The roundtable with David Cantor, Katrin Pilz, Angela Saward, Christian Bonah and Caroline Fournier

With regard to the original utility, the paradigm of mechanical objectivity dominates. But mechanical objectivity constitutes only one type of epistemic virtue among several others, as Daston and Galison have shown. For Andreas Killen, the Ludwig Mayer’s films on hypnosis resort to the truth-to-nature paradigm, in that these films aim above all to demonstrate the effectiveness of hypnosis through emblematic images of the hypnotic state.

Nowdays, these films also inform us about the history of recording technologies (35mm, 16mm, 8mm, super 8, 9.5 Pathé Baby, etc.), as the Subirana collection presented by Paula Arantzatzu illustrated. The Subirana films testify to a media convergence practice that is quite extraordinary for the time: the films combine different types of still and moving images, such as real shots, X-rays, EEG, histological sections, and photographs. Moreover, they provide informations on the history of medical imaging, i.e. the usefulness of audiovisual devices expanding the field of scientific knowledge. This is also the case with the Waldau collections analyzed by Raphaël Tinguely, Léa Ritter, and Lucas Iliani. The hybridity of both the collections and the films of which they are composed requires us to trace the wider network in which they are embedded. According to Caroline Fournier, head of the film department of the Cinémathèque suisse, hybridity is what characterizes the production of amateur films—a paradigm that allows to understand the particularity of these film practices.

Léa Ritter and Lucas Iliani from the Cinémathèque suisse

Another question raised by the original usefulness is the content of these images. What exactly is the camera filming? Illnesses; patients, doctors, interactions between patients and medical staff; state of research; brain, mind, body, etc.?

Among those listed elements, the question of the patients has proven to be of a central importance. Who are they, where do they come from, how do they experience medical observation and filming; who are these invisible and unknown people on the screen? It seems quite difficult to trace their history, and when we do have some elements, they only come in fragments. Different sources provide some data: film storage material, administrative records, patient records, written testimonies, drawings, interviews with relatives, etc. But as Maia Woolner showed, this lack of information about patients is also meaningful. It reveals something about the status of patients as objects of experimentation, demonstration, or medical observation – hence, Christian Bonah‘s call to avoid the anonymization of data for legal reasons, as this process contributes to the invisibilization of people who have nevertheless played an essential role in the history of medicine. He also rightly reminded that the question of patients’ consent to be filmed is not just an ethical issue but also a legal one. In any case, solutions need to be found to conceptualize this invisibilization of patients, by drawing, for instance, on the social history of medicine, the spectralities or disabilities studies, which are interested in social groups neglected by canonical history.

The uncanny dimension of patients was also raised. While it strikes as obvious to today’s researchers, it is safe to assume that this must also have been the case, at least to some extent, for the experts watching the films at that time of their production. For example, it is difficult to make sense of images of patients who have completely lost control of their bodies and minds, as David Cantor has noted. And how to deal with the aesthetic dimension of certain shots that reduce patients to elements of the “medical set”? Part of the uncanny comes from their nudity, which emerges as a representational convention since the beginning of neuro-psychiatric cinema. For some speakers, nudity meets a need for visibility of every part of the body and muscles affected by pathological movements. For others, it is a cultural convention that allows nature and culture to be contrasted, with patients embodying the primitive and doctors the civilized. In this latter perspective, it is used to contrast the healthy body (that of the doctor who stands by the patients) and the sick body of the patient, in a comparative gesture typical of medical thought.

But is the nakedness always necessary? In some cases, the nudity does not fail to add something spectacular to the representation. According to Christian Bonah, some of these films appear as “medical exploitation films,” in that they rely on sensationalist effects. For this reason, they lend themselves to all sorts of hijackings, as illustrated by the films of Doyen that circulated on fairgrounds. One solution might be to contextualize these images when shown today, following the model of platforms such as Medfilm or the Wellcome collection.

From Lorenzo Lorusso’s presentation about Gaetanno Rummo

In any case, these films need to be interpreted as a history of specific power relationships, as for instance, the history of Western colonialism, and more generally the history of the stigmatization of the insane based on processes of exclusion and inclusion (in other words, in terms of negotiation, as suggested by Katrin Luchsinger). As Christian Bonah highlighted, one must be careful not to essentialize what one sees, as films always reveal more than the doctors wish to show; indeed, while mechanical objectivity is inherent in the film medium, film is underpinned by ideological, even political, issues, as Paula Arantzatzu showed.

Katrin Luchsinger has raised a yet another essential question on the subject of patients, namely that of the emotions aroused by these images of madness. She reminded how important it is to take time to watch and process these films and photographs. She also drew attention to the aesthetic and spectacular dimensions that escape those who produce the images. These films also respond in a way to existential questions that will be at the core of the avant-gardes, as when they display new images of the body and mind, through new technologies, a theme highly relevant for artists from the beginning of the 20th century.

Psychiatrie Museum Bern

There are still many more questions that need to be answered: Who is filming? Who is behind the camera? Doctors, operators, assistants? How are we filming? Is it just to document experiments that confirm research hypotheses (as for W. R. Hess) or to create a sophisticated discourse to be presented to peers at conferences (as for Subirana)? Who is watching these films? Medical and non-medical audiences (films do not always reach their original audience and may be enjoyed for their spectacular dimension outside the medical realm)? How should the issue of sensitive data be approached ? (We have seen that there are different “schools of thought” depending on the institution).

References

Charles R. Acland & Haidee Wasson (ed.) (2011), Useful Cinema, Durham-London, Duke University Press.

Maike Rotzoll & Christian Bonah (2015), “Psychopathologie en mouvement. Histoire des films à Strasbourg et à Heidelberg”, in Ch. Bonah, A. Sumpf, Ph. Osten, G. Moser, T. Close-Koenig & J. Danet (eds.), Le Pré-Programme. Film d’enseignement / film utilitaire / film de propagande / film inédit dans les cinéma et archives de l’interrégion du Rhin Supérieur. 1900-1970. Une étude comparée franco-allemande, Heidelberg-Strasbourg, A25 Rhinfilm.

MB

Billet sous licence CC BY SA

[Note de recherche] Filmer le travail du cerveau humain : le cinéma comme outil d’enregistrement « direct » de la pensée

Dès ses origines, le cinéma a servi les intérêts scientifiques des neuropsychiatres en quête d’un dispositif de vision capable d’analyser, de synthétiser et d’archiver le mouvement sain et pathologique du cerveau humain en action.

Au fil du temps, d’autres technologies sont venues se greffer à ce médium. C’est le cas des rayons X ou de l’électroencéphalographe (EEG). Mais le cinéma possède une qualité qui échappe à la plupart de ces techniques d’imagerie médicale, étant donné que lui seul est en mesure de saisir et de restituer les mouvements enregistrés par ces mêmes appareils. Aussi, si un film peut montrer comment fonctionnent les rayons X et l’EEG, l’inverse est impossible.

Dans les faits, le mouvement de l’activité de l’encéphale peut être appréhendé de manière complémentaire par le biais de ces trois instruments : le film, qui décompose et reproduit les gestes des individus réduits à leur cerveau ; l’EEG, qui révèle l’existence d’ondes cérébrales assimilables à des « graphies » ; et la radiographie, qui produit des « photographies » de l’intérieur de la boîte crânienne.

Ayant déjà eu l’occasion de nous exprimer sur les liens entre le cinéma et l’EEG (Raphaël Tinguely, 2022), nous souhaitons ici aborder de façon succincte les rapports qu’entretiennent le film et les rayons X.

Radiographie de la main de la femme du physicien Wilhelm Conrad Röntgen, env. 1895 © Getty Images

Comme l’ont souligné plusieurs historien·ne·s (Simone Natale, 2011), le médium cinématographique et les rayons X se côtoient très tôt, en particulier dans les installations foraines du tournant des années 1900. En effet, les visiteur·euse·s de ces fêtes populaires prennent autant de plaisir, en déambulant de stand en stand, à regarder des courts métrages qu’à contempler des clichés de leurs os ou de leurs entrailles.

Petit à petit les rayons X quittent cependant la sphère du divertissement pour ne se limiter qu’à un usage médical. Ils restent liés au cinéma puisque de nombreux films pédagogiques ou reportages d’actualités s’efforcent d’en expliquer le principe et les avantages diagnostiques, jusqu’au milieu du XXe siècle.

Clinique chirurgicale de l’Hôpital de l’Île (Inselspital), Berne. D’après Chirurgie. Handwerk von damals. Wissenschaft von heute [La chirurgie. L’artisanat d’autrefois. La science d’aujourd’hui] (Valentine de Kerven, Suisse, 1938).
Institut de radiologie de l’Hôpital des Cadolles, Neuchâtel, Suisse. Ciné-journal (CJS) du 18 février 1944. Cinémathèque suisse. Cote : 0179-2.

À ces deux premières phases – exploitation foraine autour de 1895-1900 et information médicale autour entre 1910 et 1940 – succède une troisième période d’intégration des rayons X au cinéma, durant la seconde moitié des années 1950. Et dans le champ de la neuropsychiatrie, cette association tend même à la fusion.

En témoigne la création en 1956-1957 d’un dispositif au sein duquel les rayons X font fonctionner, d’un point de vue épistémologique, le médium cinématographique et vice versa. On doit cette invention au psychiatre Ernst Klausberger de la Clinique psychiatrique de Vienne (Ernst Klausberger et Karl Gloning, 1958), laquelle n’a jamais étudiée à ce jour.

Alors que la radiographie classique permet, grâce à un développement photographique, d’obtenir des images fixes de l’activité cérébrale via l’injection de produits de contraste, l’appareillage du médecin autrichien offre la possibilité de projeter, sans délai et sur grand écran, le mouvement radiographié du « cerveau en pleine action » (Anonyme, 23 mars 1956 : 4).

Les principales applications de ce « bricolage » technique concernent la neuropsychiatrie et la neurochirurgie. Aux médecins qui souhaitent désormais pratiquer des trépanations, des craniectomies ou des lobotomies, plus besoin d’effectuer des séries de radiographies toutes les 15 secondes – ce laps de temps correspondant à la durée de vie de la majorité des substances de contraste sensibles aux rayons X. Plus besoin non plus d’attendre la fin d’un traitement photo-chimique chronophage.

Car la radiographie sur film révèle, tout de suite et pendant plusieurs minutes, la position des minuscules veines et vaisseaux, de même que la circulation du sang au niveau de la tête. Par le biais de son dispositif, Ernst Klausberger espère donc faciliter le forage des os du crâne en fonction de zones cérébrales spécifiques, ainsi que faciliter la transmission « pédagogique » des informations en salle d’opération.

C’est pourquoi les articles de presse qui, à l’époque se font l’écho de cette innovation, utilisent de manière itérative l’idée de « direct » : c’est « en direct » que l’on voit la « folie » à l’écran, lit-on par exemple dans le journal italien La Voce delle Valli (Anonyme, 1957 : 4).

La Voce delle Valli, 13 juillet 1957, page 4.

Or ce n’est peut-être pas un hasard si l’on parle si souvent de « direct », car l’invention d’Ernst Klausberger s’inscrit dans un contexte médiatique marqué par des discours relatifs à l’immédiateté de la transmission permise par d’autres technologies, telle que la télévision. En conséquence, ce que le neuropsychiatre a mis au point en 1956-1957 ne relève pas tant du cinéma que d’un appareil de télé-tranmission qui appartient au paradigme de la télévision médicale – laquelle se développera en particulier dans le domaine de l’enseignement et de la recherche (Olivier Pradervand, 2009).

Bibliographie

Anonyme, « Si gira nel cervello il film della pazzia », La Voce delle Valli, vol. 10, n° 28, 13 juillet 1957, page 4.

Anonyme, « Un médecin viennois va filmer le travail du cerveau humain », Le Rhône, 23 mars 1956, page 4.

Klausberger, Ernst et Gloning, Karl, « Studies on Brain Vascular Function in Moving Film », Wien Klin. Wochenschr., vol. 70, n° 9, février 1958, pp. 145-149.

Natale, Simone, « The invisible made visible. X-rays as attraction and visual medium at the end of the nineteenth century », Media History, vol. 17, n° 4, 2011, pp. 345-358.

Pradervand, Olivier,  « Télévision et médecine: sur une expérience de télédiagnostic », dans Mireille Berton et Anne-Katrin Weber (dir.), La télévision du Téléphonoscope à Youtube. Pour une archéologie de l’audiovision, Lausanne, Antipodes, 2009, pp. 213-227.

Tinguely, Raphaël, « Ernst Grünthal’s Film at the Waldau. The Case of E.E.G. (1940s-1950s) », Communication présentée dans le cadre du Colloque international : « Useful Film in (Neuro)Psychiatry Europe, 1900-1950. Update on Current Research » organisé par Mireille Berton, Elodie Murtas et Raphaël Tinguely à l’Université de Lausanne, 2-4 mars 2022.

[Note de recherche] Diffusion helvétique du film “L’Hôpital psychiatrique” (1957) du Vinatier de Bron

En 1957, le Comité lyonnais de recherche thérapeutique en psychiatrie (CLRTP) mandate le réalisateur Jacques Schiltz pour tourner un film 16 mm en couleurs au sein de l’Hôpital du Vinatier : L’Hôpital psychiatrique. Centre de soins et de réadaptation. D’une durée de 30 minutes, le film fait l’éloge inconditionnel des traitements « révolutionnaires » de la psychiatrie biologique du XXe siècle.

Rien d’étonnant à cela puisque le moyen métrage est coproduit par la société pharmaceutique Rhône-Poulenc, qui synthétise et commercialise la chlorpromazine sur le marché français du médicament. Le film postule donc que, grâce aux neuroleptiques, l’âge asilaire « classique » aurait pris fin en un instant, laissant place à une période plus moderne et centrée – enfin ! – sur le bien-être des personnes internées dans la région Rhône-Alpes, voire dans tout l’Hexagone.

Asile d’aliénés de Bron, devenu Hôpital du Vinatier. Entrée du quartier des femmes, début XXe siècle. Archives de la Région Rhône-Alpes et de la Ville de Lyon. Cote : IVR82_20096905090NUCB.
Asile d’aliénés de Bron, devenu Hôpital du Vinatier. Clinique des hommes, début XXe siècle. Archives de la Région Rhône-Alpes et de la Ville de Lyon. Cote : IVR82_20096905096NUCB.

En marge des circuits traditionnels de l’industrie du cinéma, le film de Jacques Schiltz connaît un succès immédiat et international, comme en atteste sa diffusion en Suisse (colloques, facultés de médecine, centres de culture populaire). Le moyen métrage est d’abord projeté en 1957 lors du IIe Congrès mondial de psychiatrie qui se tient à Zurich du 1er au 7 septembre (La Sentinelle, 11 mars 1958, page 4).

Il circule ensuite dans des cercles plus restreints, sans pour autant émousser l’intérêt des professionnel·le·s de la santé mentale, à l’instar du psychiatre Jacques Domanowicz (1901-1960), sous-directeur de l’Hôpital psychiatrique de Perreux et fondateur de la Ligue neuchâteloise d’hygiène mentale.

La Sentinelle, 14 mars 1958, page 6.

À preuve, Jacques Domanowicz commente, le jeudi 13 mars 1958 à 20h15 au Locle (Neuchâtel), le film de l’opérateur et metteur en scène français dans la Salle des Musées, légèrement éclairée par une « lanterne à pétrole de ferme que le chef de la police a déniché avec une grande rapidité » en raison d’une panne d’électricité due à des pluies abondantes (La Suisse libérale, 14 mars 1958, page 2).

Bravant la tempête ce soir-là, les spectateur·rice·s sont venu·e·s en nombre et, dans la presse généraliste, on s’en réjouit : « [Car il] est réconfortant [dit-on] de constater que chaque fois qu’un conférencier parle d’hygiène sociale ou mentale, avec ou sans film, le public loclois répond à son appel » (idem).

Le docteur de l’asile de Perreux commence son intervention par remercier les Samaritains, rattachés à la Croix-Rouge, d’avoir mis gracieusement à sa disposition un projecteur (La Suisse libérale, op. cit.). Il enchaîne en déclarant qu’il « n’admet plus que l’on emploie le mot incurable » pour désigner celles et ceux qui souffrent de troubles mentaux, puisque la « science a fourni aux médecins des médicaments miraculeux » (idem), capables de soigner et/ou de guérir la folie.

Après la projection du film, Jacques Domanowicz reprend la parole pour en relever quelques traits saillants. Il affirme que « l’hôpital psychiatrique [du Vinatier comme celui de Perreux] […] n’est plus une prison sinistre, mais une maison de repos où le malade ne se casse plus le nez contre des barreaux et des murs » (idem). Il ajoute qu’« [à] la tristesse des hôpitaux-prisons [s’est désormais substituée une] vision de maison d’accueil où les hospitalisés ont la liberté de circuler en plein air et de travailler selon leur goût et leurs capacités » (idem).

Mais au-delà du fait de vanter – par le truchement d’un film « illustratif » (idem) et jugé objectif – les effets bénéfiques des antipsychotiques et de la thérapie par le travail, Jacques Domanowicz se sert du cinéma pour faciliter la communication avec son public. Le médium lui permet en effet de rendre ses propos plus accessibles et de ne plus apparaître uniquement comme une figure d’autorité parlant au nom de la « science » : en partageant une expérience commune avec les spectateur·rice·s présent·e·s et confronté·e·s à « des séquences douloureuses à regarder » (La Sentinelle, 14 mars 1958, page 6), le médecin de Perreux fait appel au registre de l’émotion pour faire connaître et valoriser efficacement les activités politico-sanitaires de la Ligue neuchâteloise d’hygiène mentale et des Samaritains.

Il s’agit en outre pour le médecin de convaincre l’assistance, composée d’élu·e·s et de représentant·e·s des services sociaux du Locle, d’investir de l’argent pour moderniser l’Hôpital psychiatrique de Perreux, construit soixante ans auparavant. C’est pourquoi Jacques Domanowicz insiste en conclusion sur l’importance capitale à ses yeux de rénover les locaux de l’établissement du Canton de Neuchâtel, et de les équiper d’instruments « ultra-modernes » (idem ; La Suisse libérale, op. cit.).

Hôpital psychiatrique de Perreux, 1914. Archives de l’État de Neuchâtel. Cote : 63PHO-15.5.

D’autres projections du moyen métrage de Jacques Schiltz seront organisées en Suisse la même année. Mentionnons la séance du 16 mai 1958 à 17h00 à Berne, qui a lieu à l’Auditoire de l’Hôpital de l’Île (Inselspital). Le psychiatre André Requet, médecin-chef du Vinatier, fait lui-même le déplacement jusqu’en territoire alémanique pour présenter le film tourné dans l’établissement lyonnais, et donne à cette occasion une conférence sur les « modifications apportées au traitement des maladies mentales par les nouvelles acquisitions de la chimiothérapie » (Der Bund, 13 mai 1958, page 4).

Le docteur André Requet se rendra encore une fois au moins en Suisse pour montrer le film du CLRTP, le 11 décembre 1958 à 20h30 à Zurich, sur invitation de l’Alliance Française. L’événement lui permettra alors de formuler quelques « [r]éflexions sur la pensée psychiatrique actuelle et ses problèmes doctrinaux en fonction des cures modernes » (Die Tat, 6 décembre 1958, page 9).

Archives

Archives de la Région Rhône-Alpes et de la Ville de Lyon.

Archives de l’État de Neuchâtel.

Bibliographie

Der Bund, 13 mai 1958, page 4.

Die Tat, 6 décembre 1958, page 9.

La Sentinelle, 11 mars 1958, page 4.

La Sentinelle, 14 mars 1958, page 6.

La Suisse libérale, 14 mars 1958, page 2.

[Note de recherche] « Médecine et cinéma » selon la Revue Ciba (1948)

« Lorsqu’on réfléchit aux divers rôles que le cinéma est appelé à remplir aujourd’hui en biologie et en médecine, on voit qu’il faut distinguer clairement entre le film servant à la recherche expérimentale et le documentaire scientifique. Le chercheur se sert du film comme de toute autre méthode d’investigation et n’y voit qu’un moyen auxiliaire pour résoudre tel ou tel problème d’expérimentation. Pour lui le film reste toujours un moyen et n’est en aucun cas un but en soi. Un documentaire scientifique, en revanche, doit renseigner le plus exactement possible sur tout un domaine de recherches et en général de présenter d’une manière attractive, mais pourtant suffisamment complète, diverses méthodes expérimentales et les résultats qu’elles permettent d’atteindre. Il doit donc suivre les règles de la technique du film et répondre même à certaines exigences de nature purement artistique. » (Gross 1948, 2461)

Tiré d’un numéro de la Revue Ciba de 1948 consacré aux liens entre cinéma et médecine, l’article du docteur Franz Gross (1913-1984) intitulé « Le cinéma et les recherches biologiques » insiste sur la différence entre le film réalisé dans le but de soutenir le travail du chercheur et le documentaire à l’attention d’un public plus ample mais relativement spécialisé, comme les étudiants en médecine, les instituts et laboratoires de recherche, les firmes pharmaceutiques, etc.

« Le film expérimental, au sens le plus strict du terme, se limite à l’étude des mouvements et des fonctions, qu’il s’agisse d’un système particulier ou d’un organisme entier. Il s’applique surtout aux mouvements se déroulant en un temps extrêmement long et échappant par conséquent à l’analyse directe, ou bien à quelque fonction normale ou pathologique dont on désire analyser très exactement les phases successives », précise Gross. Grâce au ralenti, à l’accéléré, à la répétition en boucle ou au grossissement de l’image, le film permet d’examiner au plus près les « réflexes de positions de postures » tel qu’illustré par les travaux de Rudolf Magnus (1873-1927) à Utrecht ou les « fonctions du diencéphale » étudiées par Walter Rudolph Hess (1881-1973) à Zurich – deux savants cités par Gross. Le film expérimental tire donc profit des ressources de la technique et du langage cinématographiques pour fournir des données de recherche « brutes », utiles au progrès de la connaissance.

Collection Magnus-Rademaker, c. 1940

Si le « film expérimental » complète les instruments d’investigation usuels dans l’enceinte du laboratoire, le « documentaire scientifique » est destiné à circuler plus largement. C’est dans le registre de l’éducation qu’il rend des services précieux, estime Gross : « Il permet de familiariser les étudiants avec les expériences, les méthodes d’examen, tant techniques que pratiques, dont la connaissance est indispensable à leur formation professionnelle ». (2465). Le documentaire scientifique permet « de faire voir à un grand nombre de personnes des phénomènes qui ne pourraient être directement observés que par quelques spectateurs au plus » (2465). Parmi ce type de productions, on compte des « films réservés exclusivement à la clinique » qui exposent « une méthode opératoire », les « particularités d’un procédé thérapeutique » ou « la reproduction d’une maladie rare ou de quelques symptômes importants ». Afin de conserver toute leur valeur scientifique et didactique, la réalisation ne doit pas « se laisser aller à des effets de pure suggestion. Il ne faut pas non plus que des concessions trop larges à un public dont la culture est insuffisante fassent, par des simplifications excessives, perdre au film documentaire sa valeur scientifique et l’abaissent au rang d’une démonstration pseudo-scientifique ». (2465). Partant, il est nécessaire, précise le savant, de « suivre les règles de la technique du film », tout en veillant à sa qualité visuelle et narrative.

Peut-on appliquer cette distinction aux films des collections Waldau ? En partie oui, même si cette typologie mérite d’être nuancée, les valeurs heuristiques, épistémiques, éducatives et promotionnelles du film neuropsychiatrique étant parfois difficiles à séparer. Les modalités de diffusion des images participent par exemple à brouiller la limite entre ambitions « expérimentale » et pédagogique, comme lorsqu’un film fournit des photogrammes pour illustrer un article scientifique ou pour constituer une planche didactique (voir illustration ci-dessus). On pourrait dire qu’une grande partie du corpus étudié jusqu’ici appartient à la catégorie du « film expérimental », attendu que les psychiatres se servent du cinéma afin d’examiner les troubles neuropsychiatriques et parfois leurs modifications sous l’effet de certains médicaments.

Archives Ernst Grünthal – Psychiatrie Museum Bern

C’est le cas des films réalisés par Ernst Grünthal et des collègues, entre 1954 et 1957, dans le contexte d’un projet FNS intitulé « Étude de l’apparition et du développement de syndromes psychopathologiques fonctionnels et organiques en fonction de perspectives méthodologiques diverses » (Tinguely 2020 : 65-72). Montrant différents patients atteints de schizophrénie, d’épilepsie, d’artériosclérose, de la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, du syndrome de Benedikt, etc., ces courts métrages constituent en effet « une méthode d’expérimentation », la technique filmique servant très directement la recherche scientifique. La perspective « interne » (les films ont une circulation très restreinte) et la collecte systématique (on multiplie les prises de vues jusqu’à plusieurs dizaines) expliquent probablement la facture relativement modeste de ces images. Les mouvements de caméra brusques ou hésitants, le cadrage parfois approximatif ou l’éclairage maladroit font d’Ernst Grünthal la figure « parfaite » du psychiatre amateur en cinéma. Tous ces aspects confirment l’idée avancée par Franz Gross que le film « expérimental » n’est pas « un but en soi », mais « un moyen auxiliaire ». Rien à voir, toutefois, avec la catégorie du film expérimental telle qu’adoptée par la critique et l’histoire du cinéma pour qualifier des œuvres contestant les normes du mode de production/représentation dominant. L’adjectif renvoie ici plutôt à la tradition de la philosophie des sciences où la démarche expérimentale guide le protocole de recherche.

La catégorie de documentaire scientifique soulève davantage de questions puisque tout film de recherche est susceptible d’être montré à des étudiants en formation, comme en attestent les pratiques filmiques autour de la Waldau. Franz Gross entend-il par là des films esthétiquement et narrativement plus « sophistiqués », orientés par un « récit », attestant d’une maîtrise assez poussée du langage cinématographique ? Si tel est le cas, entreraient dans cette catégorie les films de prévention sanitaire qui cherchent à informer et à éduquer le public en matière de comportements. Mais qu’en est-il des films qui font la promotion d’une pratique ou d’une institution médicale ? Faudrait-il leur réserver le terme de film documentaire, au sens d’une œuvre offrant des informations factuelles sur le monde extérieur, présentant un milieu, des événements, des personnes que l’on peut attester en dehors du film, proposant un point de vue sur la réalité filmée à travers le montage, le cadrage, les mentions écrites, etc. ?

Chirurgie. Handwerk von damals. Wissenschaft von heute [La chirurgie. L’artisanat d’autrefois. La science d’aujourd’hui] (Valentine de Kerven, 1938)

Prenons l’exemple du très beau Chirurgie. Handwerk von damals. Wissenschaft von heute [La chirurgie. L’artisanat d’autrefois. La science d’aujourd’hui] de Valentine de Kerven, infirmière et fille du chirurgien-directeur de l’Hôpital de l’Île de Berne, Fritz de Quervain (1868-1940). Réalisé probablement en 1938 à l’occasion du 70ème anniversaire de ce dernier, Chirurgie emprunte au style documentaire, mais aussi au film promotionnel. Il s’ouvre sur une vanité où un livre ancien vient symboliser le passé artisanal de la discipline (il se terminera sur une « nature morte » composée d’une pile d’ouvrages, de flacons et d’un microscope, le tout posé sur une plaque tournante). Aux plans en plongée zénithale sur la ville de Berne succèdent les façades extérieures de l’Hôpital de l’Île dont l’architecture épurée tranche avec la gravure ancienne montrée plus tôt. Si jadis on sciait la jambe d’un malade à domicile, sans ménagement, en 1938 le système de santé helvétique dispose de toutes les dernières technologies pour examiner, anesthésier et soigner les patients (rayons X, microscope, appareil de radiothérapie, électrocardiogramme, etc.). Le film passe ainsi en revue plusieurs secteurs d’activités, du soin à la formation, en passant par la recherche et l’administration. Répondant aux « exigences de nature purement artistique », pour reprendre les termes de Gross, chaque plan suggère la situation avant-gardiste d’une institution médicale dirigée par un homme, Fritz de Quervain, aux multiples talents – j’écris « suggère » car il nous manque la bande son qui devait comprendre un commentaire et peut-être une musique extradiégétique.

Fritz de Quervain dans Chirurgie (c. 1938)

Érigeant une œuvre à la gloire tant de la chirurgie que de son père, Valentine de Kerven insiste sur un appareil employé dans l’enceinte de l’hôpital : le cinématographe. Un plan d’un opérateur chargeant la pellicule dans un projecteur, puis d’un amphithéâtre progressivement rempli d’étudiants rappellent la fonction pédagogique du film dans le cursus médical. C’est précisément dans ces images que se rencontrent les deux catégories de films utilitaires analysées par Gross – le « documentaire scientifique » mettant en abyme le « film expérimental ». Alors que toutes les technologies évoquées dans Chirurgie. Handwerk von damals. Wissenschaft von heute dotent le film d’une dimension réflexive, la monstration du projecteur encourage à considérer le cinéma comme un média « inclusif », en mesure d’« assimiler » tous les appareils mis en exergue pour célébrer la modernité de la médecine, qu’ils soient optiques ou électroniques. L’animation didactique décrivant le fonctionnement de l’électrocardiogramme soutient bien ce processus de remédiatisation – au sens de Bolter & Grusin –, un processus qui hisse le cinéma au rang de « super » support médiatique lorsqu’il s’agit de vanter les mérites d’une institution médicale.

Si cet exemple semble combiner les deux types de films utilitaires discutés par Gross dans son article, force est de constater qu’il complique aussi la donne, en ce qu’il rend difficile le partage entre documentation d’un état du savoir et d’une pratique, célébration d’une institution et d’un homme (Fritz de Quervain) et film de famille (car réalisé par la fille du « protagoniste » principal). C’est pourquoi, une analyse au cas par cas, à la fois interne (textuelle) et externe (contextuelle) s’avère plus productive que le recours aux typologies.

Plan de fin (Chirurgie, 1938)

Remerciements : Merci au prof. Hubert Steinke, directeur de l’Institut d’histoire de la médecine de l’Université de Berne pour nous avoir transmis une copie du film de Valentine de Kerven.

Références

F. Gross, « Le cinéma et les recherches biologiques », Revue Ciba, n°70, septembre 1948, pp. 2461-2467 (docteur du département de biologie de Ciba Société Anonyme, Bâle).

Raphaël Tinguely, Les films neuropsychiatriques d’Ernst Grünthal au Hirnanatomisches Institut de la Waldau, 1934-1965, mémoire de Master en lettres, Université de Lausanne, septembre 2020.

MB

Billet sous licence CC BY SA

« Neuro Psychiatry » (1943) : filmer les névroses de guerre en Angleterre

Le Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de l’Hôpital psychiatrique de la Waldau est inauguré en 1934. Son directeur, le Dr Ernst Grünthal (1894-1972), bénéficie aussitôt du soutien moral et financier de la Fondation philanthropique Rockefeller – il se trouve que la société étatsunienne commence à investir énormément d’argent, à l’époque, dans le domaine de la psychiatrie.

Afin de s’assurer que ses placements sont utilisés à bon escient, la Fondation enjoint l’un de ses collaborateur à entreprendre un voyage à travers l’Europe, lequel consiste à recenser et à juger de la qualité des travaux menés dans les centres de recherche et de formation recevant des subventions. La personne mandatée pour effectuer cette tâche est le psychiatre Aubrey Lewis (1900-1975). D’origine australienne, le médecin exerce son métier aux États-Unis dès 1926 grâce à une bourse Rockefeller, puis il est engagé en 1929 au sein de l’Hôpital psychiatrique Maudsley à Londres.

Aubrey Lewis, King’s College London, Photographie 6547/2601.

Entre les mois de mars et septembre 1937, Aubrey Lewis sillonne donc les routes du Vieux Continent pour le compte de la Fondation nord-américaine. Au gré d’une escale en Suisse, il visite la Waldau et le LAC. Il y rencontre Ernst Grünthal, qui lui expose ses derniers résultats de recherche sur la cytoarchitecture du thalamus (Grünthal, 1934).

De retour à Londres, Aubrey Lewis reprend le cours de ses activités au Maudsley. Mais en 1939 l’établissement est contraint de fermer ses portes par crainte de bombardements aériens sur la capitale anglaise. Le personnel soignant est alors réparti dans deux nouvelles structures, et ce jusqu’en 1945 : l’Hôpital Belmont d’une part, et l’Hôpital Mill Hill d’autre part.

L’Hôpital Maudsley, mai 1935. Medical History, n° 51, 2007, pp. 357-378.

C’est à Mill Hill qu’Aubrey Lewis est affecté au mois d’août 1939. Il y travaille sous la direction du psychiatre Walter Maclay (1902-1964). Des tensions apparaissent assez vite entre les deux hommes (Claire Hilton, 2006). Elles se manifestent notamment à l’occasion du tournage d’un moyen métrage au printemps 1943 – Aubrey Lewis refusant de participer au film (Edgar Jones, 2014).

Quel est ce projet ? Il s’agit d’une commande conjointe du Ministère de la Santé et du Ministère de l’Information anglais, qui souhaitent se positionner sur l’échiquier politique en matière d’innovation thérapeutique. Intitulé Neuro Psychiatry, le moyen métrage vise à faire la lumière sur les « névroses de guerre » (war neuroses), diagnostiquées et soignées à Mill Hill chez de nombreux soldats revenus du front, de même que dans la population civile.

Carton d’ouverture

Dans un souci de normalisation des personnes internées en hôpital psychiatrique, le film s’ouvre en comparant Mill Hill aux établissements « ordinaires » de soins généraux, qui accueillent des patient·e·s atteint·e·s de troubles somatiques en général et orthopédiques en particulier.

Patients suivant une rééducation physique

La transmission du message emprunte plusieurs canaux : des cartons explicatifs (fixes ou défilant de bas en haut), un commentaire en voix over, et des séquences d’interpellation directe des spectateur·rice·s par des psychiatres face caméra.

Walter Maclay, assis à son bureau, s’adresse aux spectateur·rice·s

Un tel didactisme s’explique par le fait que Neuro Psychiatry est intégré dans des avant-programmes (ex. reportages d’actualités) ou dans des séances éducatives, qui s’apparentent à des campagnes de prévention, de dépistage et de déstigmatisation de la « folie ». On sait, par exemple, que le film est diffusé dans des salles obscures, ainsi que dans des facultés de médecine ou dans des hôpitaux, en Angleterre, aux États-Unis et en Suisse – la Cinémathèque suisse (CS) possède deux bobines 16 mm du moyen métrage, datant de 1955.

En ce qui concerne la construction du récit de Neuro Psychiatry, on remarque qu’il s’organise selon un schéma assez commun : l’entrée à l’hôpital psychiatrique, l’administration de traitements, la guérison et la sortie de l’établissement. Le retour à la communauté est abordé dès les premières minutes, puisque le commentaire en voix over rappelle que plus la réintégration des malades mentaux dans l’armée ou dans la société est rapide, mieux se porteront les individus et la nation.

Par conséquent, la prise en charge thérapeutique à Mill Hill, qui se veut efficace et efficiente, s’appuie sur un arsenal abondant de « traitements généraux » et de « traitements spéciaux » (psychothérapie individuelle ou collective, jeux en plein air, thérapie par le travail, narcothérapie, insulinothérapie, électrochocs, etc.).

Liste des traitements généraux et spéciaux offerts aux soldats et aux civils à Mill Hill
À gauche : insulinothérapie. À droite : électrochocs.

L’extrait ci-dessous, que nous proposons aujourd’hui aux lecteur·rice·s de notre blog, se situe au début de Neuro Psychiatry. Il s’avère intéressant à plusieurs titres. Premièrement, on note que les soignant·e·s de Mill Hill tiennent un discours ambivalent vis-à-vis des malades : nous en voulons pour preuve la séquence où un patient demande à une infirmière s’il se trouve dans un hôpital psychiatrique (« mental hospital »), ce à quoi la soignante répond, en riant, « bien sûr que non ! » (« no, of course not ! »). Deuxièmement, on s’aperçoit que l’hospitalisation remplit, à cette période, une fonction sous-jacente : détecter, à l’aide de tests psychométriques ou projectifs, de potentiel·le·s « psychopathes », qui resteront interné·e·s plus longtemps (ex. le patient à qui l’on demande de recopier le dessin d’un coffre, et qui esquisse à la place un cercueil). Enfin, on découvre que Mill Hill est aussi un lieu d’innovation thérapeutique, comme en témoigne la scène d’hypnose clôturant l’extrait et qui fait appel à un tourne-disque.

Bibliographie

GRÜNTHAL, Ernst, « Der Zellbau im Thalamus der Säuger und des Menschen. Eine beschreibend und vergleichend anatomische Untersuchung », Journal of Psychology and Neurology, vol. 46, 1934, pp. 41-112.

HILTON, Claire, « Mill Hill Emergency Hospital : 1939-1945 », Psychiatric Bulletin, n° 30, 2006, pp. 105-108.

JONES, Edgar, « “Neuro Psychiatry” 1943 : The Role of Documentary Film in the Dissemination of Medical Knowledge and Promotion of the U.K. Psychiatric Profession », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, vol. 69, n° 2, 2914, pp. 294-324.

[Note de recherche] Le travail des femmes au sein des associations pour malades mentaux (Suisse, 1928)

D’un point de vue économique, politique et social, le travail des femmes devient un enjeu majeur sur le territoire helvétique quand celles-ci sont appelées, au début de la Première Guerre mondiale, à se mettre au service de la patrie (Céline Schoeni, 2012 ; Bernard Degen, 2006). En effet, c’est à ce moment-là que les femmes suisses s’organisent activement au sein de Centres d’entraide féminine (Zentrale Frauenhilfen), dont le champ d’action s’avère toutefois limité à un niveau local – exceptés quelques groupements tels que l’Alliance des sociétés féminines suisses (ASF), l’Association suisse pour le suffrage féminin (ASSF), ou l’Union suisse des ouvrières (SAV) (Fabienne Amlinger, 2021).

Il faut attendre la seconde moitié des années 1920 pour que les Centres d’entraide féminine commencent à se coordonner de manière plus globale, grâce aux Centres de liaison des associations féminines suisses (Frauenzentralen der Schweiz).

En 1928, un événement à Berne vient cristalliser davantage cette intégration : l’Exposition suisse du travail (Schweizerische Ausstellung für den Frauenarbeit, ou SAFFA). Sous l’égide de l’ASF, la manifestation vise à faire reconnaître l’importance du travail des femmes dans l’économie suisse, ainsi qu’à mettre en lumière la précarité de l’existence de certaines d’entre elles.

L’Express, 17 août 1928, page 1.

Parmi les sociétés faîtières affiliées au comité d’organisation de la SAFFA, on compte l’Association suisse des infirmières pour malades nerveux et mentaux (Schweizerischen Verbandes des Pflegerinnen für Nerven- und Geisteskranken). Cette coalition est présente, sur place à Berne, puisqu’elle tient un stand à la SAFFA afin de sensibiliser les visiteur·se·s à l’absence de formation de la plupart des infirmières en psychiatrie (Raphaël Tinguely, 2021), dont le métier reste dévalorisé ou peu considéré.

Journal et Feuille d’Avis du Valais, 18 septembre 1928, page 4.

Le stand de l’Association est constitué d’objets divers et d’images fixes (dessins, schémas, gravures, photographies). Bien que nous ne sachions pas, à ce jour, si des images en mouvement ont été projetées céans, une chose demeure certaine : le cinéma occupe une place non-négligeable en dehors du pavillon dédié à la santé, car la SAFFA possède une salle obscure de 350 places. Tous les jours, on y diffuse des films industriels de 10h à 14h. La programmation officielle accorde une visibilité à des courts et moyens métrages qui thématisent des questions en lien avec l’hygiène mentale (le soin aux nouveau-nés et aux nourrissons, l’éducation des enfants, la gymnastique).

Stand de l’Association suisse des infirmières pour malades nerveux et mentaux, SAFFA, 1928. Archives de l’État de Berne, V Frauenzentrale 275.
Stand de l’Association suisse des infirmières pour malades nerveux et mentaux, SAFFA, 1928. Archives de l’État de Berne, V Frauenzentrale 276.

L’année 1928 correspond également au moment où, à Berne, est fondé le Centre gratuit de soins et de conseils pour les malades nerveux et mentaux (Beratungs- und Fürsorgestelle für unbemittelte Gemüts- und Geisteskranke) (Archives de l’État de Berne, DQ 486). Cette structure – qui engage de nombreuses femmes – propose une aide morale et financière pour les personnes internées à l’Asile ou pour leur famille, de même qu’elle soutient les personnes rendues à la communauté. À ce titre, le Centre œuvre main dans la main avec l’Association bernoise d’aide aux malades mentaux (Bernische Hülfsverein für Geisteskranke) d’obédience chrétienne, fondée en 1880.

Malgré son succès, le Centre doit fermer ses portes en 1934, quand l’Hôpital psychiatrique de la Waldau ouvre sa Policlinique en ville de Berne. Les pouvoirs publics décident alors de le remplacer par plusieurs petits bureaux régionaux (externe Beratungsstelle des Hülfsvereins), dont les tâches sont variées : prévention, détection et déstigmatisation de la folie. Pour ce faire, on organise, dans l’ensemble de ces permanences délocalisées, des conférences, des causeries et des cours ; et ce, parfois, à l’aide de la projection commentée de films.

Bibliographie

AMLINGER, Fabienne, « Centres de liaison des associations féminines suisses », Dictionnaire historique de la Suisse (DHS) [En ligne], 29 janvier 2021, Adresse URL : https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/058079/2021-01-29/, consulté le 19 novembre 2021.

DEGEN, Bernard, « La Première Guerre mondiale, la grève général et ses conséquences », dans Valérie Boillat, Bernard Degen, Elisabeth Joris, Stefan Keller, Albert Tanner et Rolf Zimmermann (dir.), La Valeur du travail. Histoire et histoires des syndicats suisses, Lausanne, Éditions Antipodes, 2006, pp. 101-105.

Journal et Feuille d’Avis du Valais, 18 septembre 1928, page 4.

SCHOENI, Céline, Travail féminin : Retour à l’ordre ! L’offensive contre le travail des femmes durant la crise économique des années 1930, Lausanne, Éditions Antipodes, 2012.

[Note de recherche] La cinématographie scientifique selon Roberto Omegna (1876-1948)

Employé, puis directeur de la société de production turinoise Ambrosio Film, ainsi que responsable, entre 1926 et 1942, de l’Istituto Luce à Rome (section scientifique de l’Unione Cinematografica Educativa), Roberto Omegna est un connu pour être un pionner du cinéma en Italie.

Il s’est rapidement spécialisé dans deux « genres » : le film scientifique et le film de voyage. Psychatrie-neurologie, médecine, botanique, géologie, vie animalière, agriculture, etc., tels sont quelques-uns des domaines qu’il a couverts, toujours en collaboration avec des experts scientifiques (voir Vita delle Farfalle, 1924).

Roberto Omegna a marqué l’histoire du cinéma psychiatrique grâce à sa collaboration avec le neurologue Camillo Negro (1961-1927) dans le cadre du film Neuropatologia (1908-1915), composé d’une série de captations montrant différents troubles du mouvement, dont des symptômes d’obusite (shellshock) chez des soldats de la Première Guerre mondiale.

Neuropatologie (Camillo Negro & Roberto Omegna, 1908-1915). Ici, capture d’écran d’un film tourné en 1915 à l’Hôpital militaire de Turin.

Publié en 1939 dans la revue historique Bianco e Nero (du Centro Sperimentale di Cinematografia) fondée deux plus tôt, l’article « Cinematografia scientifica » nous fait découvrir le point de vue de Roberto Omegna sur les applications du cinéma dans le secteur scientifique. Il s’agit pour lui de mettre en évidence les difficultés qu’entraîne la réalisation d’une bonne prise de vue, en particulier quand les phénomènes sont éphémères ou labiles. Mais il brosse également le portrait idéal de celui qui souhaite se lancer dans la cinématographie scientifique, laquelle exige d’être animé « d’une grande volonté, de calme, de patience, d’équilibre et d’objectivité ».

Nous avons le plaisir d’offrir aux lectrices et lecteurs du carnet de recherche un long extrait de cet article traduit en français.

Roberto Omegna (1876-1948)

« Souvent, les personnes qui assistent à la projection d’un de mes films me posent des questions pour savoir comment j’ai réussi à faire tel ou tel plan. Tout aussi souvent, ils sont amenés à élaborer dans leur cerveau des solutions qui sont loin d’être exactes, car elles ne tiennent pas compte de nombreux facteurs et circonstances qui ont un impact négatif sur la réussite de la prise de vue.  

Les difficultés à surmonter lors du tournage de films scientifiques sont nombreuses et tout ne se déroule pas aussi facilement qu’il n’y paraît parfois. Et ce, même lorsque vous disposez de cabinets de préparation et d’investigation parfaitement équipés. Avec tout cela, il ne faut pas perdre courage. Au contraire, pour l’amateur de cette œuvre, les difficultés sont un aiguillon, et l’esprit et l’âme, dans la recherche laborieuse, mais réfléchie, de solutions, trouvent un élément vivifiant qui rend la conquête plus belle.

Roberto Omegna, « Cinematografia scientifica », Bianco e Nero, année III, n° 11, novembre 1939

Malheureusement, surtout lorsqu’on travaille sur des êtres infiniment petits ou sur des êtres microscopiques vivants mais très délicats, les difficultés deviennent de plus en plus sérieuses, car on rencontre des éléments contradictoires. L’un d’entre eux, par exemple, est le fait que, pour obtenir une bonne photographie, il faut une source lumineuse puissante, dont la composition même, surtout dans ses limites extrêmes d’ultraviolets et d’infrarouges, a des causes qui perturbent et souvent détruisent la vitalité cellulaire.

Certains objectent que, avec les émulsions panchromatiques modernes très sensibles et les filtres sélectifs, toutes les difficultés peuvent être facilement surmontées. C’est vrai en théorie, mais dans la pratique, malheureusement, les choses sont tout autres : à chaque instant, peut-on dire, apparaissent des quidams perturbateurs qu’il faut d’abord identifier puis, par des études et des tests, éliminer.

Celui qui s’applique donc à la cinématographie scientifique, même s’il est flanqué et assisté d’illustres scientifiques, doit continuellement étudier et se tenir au courant des inventions scientifiques les plus récentes, surtout dans le domaine de la physico-chimie, car la base de la photographie reste la lumière, les objectifs et les émulsions sensibles. Chaque conquête dans ce domaine peut représenter un réel progrès et nous permettre de surmonter les difficultés qui sont restées insurmontables jusqu’à présent et qui entravent la réalisation du succès.

D’autre part, il ne faut pas croire de manière trop simpliste que pour faire de bons films scientifiques, il suffit d’avoir de bonnes caméras et un bon opérateur guidé par un scientifique, car l’opérateur et le scientifique auront beau se comprendre, ils ne parviendront jamais à créer cette fusion parfaite et intime entre eux, qui est la première, sinon la seule, base du succès. L’idéal serait que l’opérateur soit un scientifique et vice versa. Dans ce cas, on éliminerait le grave inconvénient qui se produit souvent, à savoir celui du scientifique qui, connaissant à fond chaque détail minimal de l’objet à filmer, avec son œil mental trompe presque son œil physique, voyant davantage que ce qui est capté par l’objectif.

Roberto Omegna prépare un documentaire sur la vie de canaries (1938, Isituto Luce)

Ceux qui s’appliquent à la cinématographie scientifique doivent également être animés d’une grande volonté, de calme, de patience, d’équilibre et d’objectivité. La patience et l’équilibre sont les deux éléments les plus importants. En effet, de manière générale, le tournage de films scientifiques nécessite un travail assidu et continu, qui met les nerfs de l’opérateur à rude épreuve. Une fois le travail commencé, il ne peut y avoir de pause, car le phénomène filmé ne connaît pas d’arrêt, et une fois qu’il a commencé, il poursuit sans cesse son cycle d’évolution jusqu’à son parfait achèvement.

Pour cette raison, le temps ne compte plus et, si nécessaire, il faut rester sur la brèche même des jours et des nuits, de manière continue, inflexible, en luttant contre la fatigue et le sommeil. Un équilibre maximal est nécessaire pour éviter de déformer la prise de vue. Le film scientifique, en effet, se présente comme une analyse vraie et propre, dans laquelle il faut procéder avec une objectivité totale, afin de ne pas introduire d’éléments qui puissent déséquilibrer le phénomène, en faussant sa détermination partielle et finale.

Titre du film de Virgilio Tosi consacré à Roberto Omegna : “Un pioniere del cinema scientifico. Roberto Omegna 1876 – 1948 ” (Istituto Luce, 1974). Lien

Il suffit, par exemple, qu’exalté par la beauté du phénomène qui se produit, et poussé, comme cela arrive naturellement, par le désir de le voir s’achever, on intervienne avec un facteur d’accélération (chaleur, humidité, intensité magnétique plus grandes, etc.) pour que le cycle évolutif ne soit plus normal et qu’on doive, une fois le travail terminé, ramener le phénomène à sa normalité.

Mais si cela peut avoir un effet peu dommageable dans le cas d’un film didactique, il en va autrement pour un film de recherche scientifique, car le temps sur lequel se déroule un phénomène est également un élément de la plus haute importance. La cinématographie scientifique est destinée à un grand avenir tant dans le domaine didactique que dans celui de la recherche. »

Source : Roberto Omegna, « Cinematografia scientifica », Bianco e Nero, année III, n° 11, novembre 1939, pp. 58-61

[La Waldau] Un parcours en images dans l’hôpital de la Waldau

Les photographies sont tirées du catalogue d’exposition organisée par le Musée suisse de la Psychiatrie de Berne en 2007-2008 : Andreas Altorfer, Werner Jutzeler & Marie-Louise Käsermann, In der Anstalt – Das Leben in der Psychiatrischen Klinik anfangs 20. Jahrhundert. Eine fotografisch Dokumentation aus der Irren-, Heil- und Pflegenanstalt Waldau, Katalog zur Aussstellung im Psychiatrie-Museum Bern, 22 September 2007-23. August 2008, Bern, EditionSolo, 2008.

[Note de recherche] Le cinéma, « agent propagateur d’hygiène »

Très tôt dans l’histoire des discours sur le cinéma émerge l’idée de mettre celui-ci au service de la santé du corps individuel et social. À contre-courant de ceux qui déplorent les effets délétères des projections lumineuses (en particulier sur les enfants), des médecins, pédagogues et professionnels du cinéma mettent en évidence leur potentiel thérapeutique et éducatif. À condition toutefois que le film soit moralement irréprochable, produit avec l’expertise d’un savant ou encadré par un commentaire qui oriente sa lecture. On connaît désormais les travaux et les thèses du président de la Ligue d’Hygiène Mentale, Édouard Toulouse qui, dès 1912, souligne les bienfaits du cinématographe pour le corps et l’esprit : « D’un point de vue de l’hygiéniste, il est – comme moyen de récréation – à la fois le plus dérivatif des préoccupations obsédantes, et plus reposant pour notre attention intellectuelle qui n’a pas à suivre de conversation dans un langage dramatique, toujours un peu inaccoutumé », affirme-t-il (Toulouse 1912, 2010). Selon certains docteurs, à l’instar de Toulouse, le cinéma soulage la fatigue nerveuse et dynamise les personnes souffrant d’apathie ou d’aboulie.

On connaît cependant un peu moins les discours qui se sont développés au même moment en Suisse, bien qu’ils soient très analogues à ceux des pays voisins, comme le remarquent Gianni Haver et Pierre-Emmanuel Jaques dans Le spectacle cinématographique en Suisse (1895-1945) (Haver & Jaques 2003, 36). Comme en France, après une période de méfiance vis-à-vis d’un divertissement jugé vulgaire, la fin de la première décennie du XXe siècle marque un changement d’attitude. Des « pédagogues recourent à des films lors de conférences […] et mettent en évidence la force de persuasion et le caractère de démonstration de ces images » (idem). Constatant la portée universelle et le succès populaire inégalé du cinéma, les élites intellectuelles encouragent volontiers la production de films d’éducation à la santé.

E. By [Edmond Bohy ?], « De l’utilisation du cinématographe à des fins de bienfaisance et de propagande », Kinema, n°39, 1917, pp. 4-6.

Créée en 1911 par l’Union des Intéressés de la branche cinématographique de la Suisse, la revue Kinema constitue un lieu important de débats sur la nature et les fonctions du médium. Elle accueille deux types de discours en apparence contradictoires mais qui s’avèrent complémentaires : celui qui plaide « pour la valeur morale, culturelle et pédagogique du cinéma » (Haver & Jaques 2003, 97) et celui qui milite pour la réforme du cinéma (Kinoreform) dans le but d’assainir ce spectacle dont l’emprise sur les esprits inquiète (voir Haver & Jaques 2003, 96-98). Convaincu du besoin de développer les usages éducatifs du film, Edmond By déclare que « l’influence exercée par le cinématographe sur la vie émotive du grand public de notre époque est beaucoup plus prononcée et plus profonde qu’on ne s’en doute généralement ». Car le cinéma offre une « image vivante, d’un caractère plus subtil, plus parfait en son genre et qui pour la première fois révéla l’expression de phénomènes en perpétuelle voie de transformation » (By 1917). C’est pourquoi, estime-t-il, il convient de tirer parti d’une telle invention : « Faire contribuer les projections cinématographiques à augmenter la somme de bien-être social, en éclairant les masses sur les dangers qui les menacent et sur les mesures propres à les en préserver, comme en les éclairant aussi sur différents sujets d’ordre scientifique et social. »

Ernst Utzinger, « Le cinématographe au service de l’hygiène », Kinema, n°12, 24 mars 1917, pp. 1-2.

Le rédacteur en chef de Kinema, Ernst Utzinger, partage le même avis. Dans un article traduit de l’allemand intitulé « Le cinématographe au service de l’hygiène », il attire l’attention sur la nécessité, pour les professionnels du cinéma, d’exploiter le cinéma au bénéfice de l’hygiène (Utzinger 1917). Présenté comme « un agent propagateur » d’hygiène, le cinéma est apte à combattre « la superstition et l’ignorance », favorisant au passage « les progrès de la science médicale moderne ». Insistant sur la puissance de conviction du médium filmique, il écrit :

« Le film, en effet, est susceptible de révéler de la manière la plus expressive que l’on puisse imaginer, des choses dont il est impossible de se faire une idée d’après lecture ou même d’après description, à moins que l’on ne soit très versé dans la branche que cela concerne. Preuves en soient les étonnantes conceptions généralement répandues sur les microbes. Dès qu’on a pu voir ces derniers tels qu’ils sont réellement, soit vivants, soient représentés dans leur activité par le film, il va sans dire que les notions changent aussitôt qu’on se fait une idée toute nouvelle du danger qu’ils présentent pour notre corps. L’expérience a d’ailleurs prouvé que les sujets cinématographiques empruntés au domaine de la bactériologie ont trouvé un excellent accueil auprès du public. La circulation du sang et diverses questions de médecine éveillent en général beaucoup d’intérêt. C’est pourquoi il faut tendre à donner un essor bien plus grand que jusqu’ici à des représentations cinématographiques comportant des sujets d’enseignement médical et surtout hygiénique dont le succès est dès maintenant à peu près certain. »

Jean Comandon présente ses travaux à l’Académie de médecine, illustration parue dans Je Sais tout, janvier 1914

Révélés et agrandis par l’écran, bactéries et microbes, d’habitude invisibles, acquièrent un statut de réalité et une force probatoire inédits. La rhétorique visuelle des films de prévention sanitaire mise d’ailleurs régulièrement sur ce jeu d’échelles et sur la dialectique visible-invisible pour entraîner l’adhésion des spectateurs, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’exposer les dommages entraînés par des maladies contagieuses. De sorte que de nombreux films d’éducation sanitaire « conjurent » le caractère insaisissable de la maladie en multipliant les images de l’infection et de son possible parcours par le biais de techniques telles que la microcinématographie, les tableaux ou l’animation didactiques (Ostherr 2005).

Bien plus efficace que le livre, le film doit être envisagé, toujours selon Utzinger, comme un outil d’éducation à l’hygiène mentale et physique de premier ordre – une idée mise en acte au même moment par la production de films de propagande et de prévention sanitaire. Les avantages de ce genre de productions sont selon lui multiples : permettre aux médecins de vulgariser leur science pour le bien public, aux exploitants de salle d’améliorer leur « position sociale » et à la société de faire progresser l’hygiène.

On doit le dire (Marius O’Galop, France, 1918), film antisyphilitique combinant animation et images en prise de vue réelle, notamment une séquence micrographique du Dr Jean Comandon reprise dans de nombreux films et qui “montre en réalité des bactéries dans la cornée d’un lapin atteint de kératite syphilitique”. Ces captures d’écran se réfèrent à la visite classique à l’hôpital des vérolés qui permet de prendre la mesure des conséquences physiques de la maladie (source : Syphilis et cinéma : prophylaxie, CineMed, UNIGE)

Mais, estime Utzinger, pour que cela fonctionne, il faut rendre « cette sorte de cours d’hygiène par le cinématographe » aussi attrayant que possible pour le grand public, « en se bornant, au début, à faire entrer dans le programme ordinaire un seul sujet du domaine qui nous occupe » (c’est le principe du pré-programme auxquels seront réservés de nombreux films médicaux). Par la suite, on pourra envisager d’organiser des séances spéciales dédiées uniquement à la santé : « Chacune de ses séries de vues seraient accompagnées de brèves explications lues à haute voix et rédigées par des médecins de telle façon que le but poursuivi, l’enseignement hygiénique, soit rendu plus vivant par la démonstration qu’il accompagne », précise Utzinger qui se réfère à un collègue allemand, le Dr Fürst, lequel, dès 1910, appelle à la coordination entre fabricants de vues, exploitants, éducateurs et écoles.

Ernst Utzinger conclut : « Il est évident qu’en accentuant la direction du cinéma dans ce côté-là, on gagnerait du même coup à sa cause les sympathisants de plusieurs catégories de personnes qui pourraient lui être utiles à de nombreux égards. On peut également être assuré d’avance que beaucoup d’écoles inférieures ou supérieures s’intéresseraient vivement à des programmes de ce genre et nous ne doutons pas qu’il serait facile d’obtenir l’autorisation d’ouvrir les cinématographes, durant les après-midis par exemple, pour des représentations spéciales de ce nouveau genre d’enseignement ».

Ces propositions ne resteront pas lettre morte puisque, dans les années 1920, les projections « spéciales » se multiplient en Suisse, qu’elles portent sur l’éducation sexuelle des jeunes, l’hygiène du mariage ou les dangers de la tuberculose. En examinant quelques titres de la presse suisse romande, on constate que les initiatives en faveur d’un cinéma d’éducation à l’hygiène se propagent. Les projections sont la plupart du temps organisées dans les salles établies et accompagnées d’exposés de médecins, comme au Cinéma Apollo de Payerne où le film Misère humaine succède à une conférence donnée par le Dr Vodoz sur les maladies vénériennes (Le Nord Vaudois, 24 avril 1925). Rares sont en effet les événements qui ne soient pas escortés d’un discours savant livrant les clés nécessaires à la bonne réception du film, comme si le film n’était qu’une partie d’un dispositif pédagogique plus vaste.

Collection Cinémathèque suisse

À la rubrique « Dans nos cinémas » de la Feuille d’Avis de Lausanne, on présente en ces termes un film de sensibilisation à la tuberculose montré dans la salle lausannoise le Lumen :

« Le film médical a fait des progrès considérables. Il devient une illustration vigoureuse de l’enseignement et des théories des médecins. Aussi vulgarise-t-il pour le plus profit de la collectivité, certains principes fondamentaux de l’hygiène et de la thérapeutique. L’ennemie invisible ! c’est une description de la tuberculose, une description impitoyable où l’objectif ne voile rien. L’horrible maladie y apparaît dans toute sa laideur. Par instant on est traversé d’un frisson d’horreur. Voici des peaux et des visages rongés, voici des corps atrocement décharnés. Ailleurs l’écran se couvre de visions hallucinantes. L’imagination romantique ou le réalisme du XVe siècle n’ont jamais été aussi loin. L’objectif scrute des chairs ouvertes où le ciseau du chirurgien coupe. Éclair de l’acier ! Le gros plan ne nous épargne pas, il rend palpable ce corps endormi, ce trou béant dans lequel la main du praticien cherche le mal. C’est la première fois que je vois un tel spectacle à l’écran. C’est une sorte de poème vigoureux et abject. Le film est du reste optimiste : il conclut à la guérison possible. Il montre que la maladie peut être coupée, si l’on sait adopter suffisamment tôt les mesures d’hygiène nécessaires. Au point de vue cinéma, il est excellent et l’image de l’opération est vraiment remarquable. Mais il faut avoir le cœur solide pour ne point se laisser troubler par de telles visions. »

Comparé au scalpel du chirurgien, l’objectif du cinéma dévoile ici des réalités terrifiantes qui fascinent autant qu’elles rebutent. Sans avoir vu le film, on peut légitimement penser que L’ennemie invisible vise à influencer les spectateurs à travers une « mise en scène vériste et dramatique de comportements néfastes à la santé qui produisent des effets de vérité, de réalité et de conviction qui participent à l’intériorisation de codes, de normes, de représentations » (Panese, 2009, 61). Les films de prophylaxie antivénérienne produits dès la Première Guerre mondiale font appel à des stratégies rhétoriques similaires : un récit édifiant conduit le public à reconnaître les sources de la contagion (la grande ville, les prostituées), les dangers qui détournent la personne infectée du droit chemin (le déni, le recours à des faux remèdes vendus par des charlatans) et les solutions pour guérir (la consultation auprès d’un médecin diligenté) (Parascandola 2007 ; Ostherr 2012 ; Vignaux 2009 ; projet Syphilis et cinéma : prophylaxie, UNIGE).

Mais pour convaincre, ces productions choisissent de frapper les esprits en intégrant des images saisissantes, un aspect qui transparaît explicitement dans l’article de la Feuille d’Avis de Lausanne : « L’horrible maladie y apparaît dans toute sa laideur. Par instant on est traversé d’un frisson d’horreur. Voici des peaux et des visages rongés, voici des corps atrocement décharnés », clame le journaliste. La maladie n’est pas tant ici synonyme d’altérité que de laideur, inspirant répulsion et dégoût. La présence, au sein de films d’information médicale, d’images « spectaculaires » flattant le goût du morbide, voire le voyeurisme, ne manque pas de susciter la polémique, comme l’explique Martin S. Pernick pour le contexte anglo-saxon (Pernick 2007). Deux éléments sont alors en cause : le caractère cru de certains plans jugés impropres ou malsains et l’hybridité d’un discours supposément scientifique qui puise dans les codes de la fiction. Défiant les habitudes perceptives du public heurté par les stigmates de la maladie exhibés sur grand écran, mais également les tentatives de classification à une époque où les genres et formats sont encore relativement instables, les films de prévention sanitaire seront peu à peu mis à l’écart du circuit de l’exploitation commerciale.

Feuille d’Avis de Montreux, 3 décembre 1929

Il n’en reste pas moins que l’usage du cinéma dans le domaine de l’hygiène et de la prophylaxie continuera de se frayer un chemin, inspirant à Henry de Forge l’idée d’une « septième science », « auxiliaire précieux pour le médecin » et moyen « de vulgarisation méthodique d’hygiène ». Dans un article intitulé « Ciné-Santé » paru dans la Feuille d’Avis de Montreux, on peut lire : « Admirons ces remarquables efforts de l’invention nouvelle, qui peut s’appeler non seulement le septième art, mais la septième science, de plus en plus utile pour la connaissance des êtres humains, non plus dans leur grâce, leur fantaisie ou leurs prouesses, mais dans la connaissance de leur santé, même en ce qu’elle peut avoir de douloureux ». (De Forge 1929).

Cet apprentissage par la « douleur » a-t-il eu l’effet escompté par les avocats d’un cinéma éducateur ? Si le succès populaire de ces films est confirmé par de nombreux travaux (Bonah et al. 2018 ; Reagan et al. 2007), ils ne participent cependant pas à modifier en profondeur les comportements. Selon Martin S. Pernick, ils contribuent surtout à hisser les médecins au rang d’experts en matière d’hygiène et de santé, et à encourager la pratique des visites médicales régulières. En attestent une étude conduite en 1919 par des psychologues de l’Université John Hopkins, John B. Watson et Karl S. Lashley, à partir d’un film antisyphilitique : celui-ci améliore surtout la foi en la science et en la médecine, à défaut d’influencer concrètement le rapport à la sexualité.

De quoi décevoir les espoirs d’un journaliste qui, dans Le Droit du Peuple, déclare avec emphase : « Vulgariser l’hygiène par l’enseignement, par des conférences, par le cinéma, c’est acculer la maladie dans ses derniers retranchements, c’est améliorer la race, c’est faire entrer le bonheur dans la famille » (Turbin 1922).

Références

Sources

  • Anon., Feuille d’Avis de Lausanne, rubrique Dans nos cinémas, 16 avril 1923, n°88, p. 12.
  • By E. [Edmond Bohy ?], « De l’utilisation du cinématographe à des fins de bienfaisance et de propagande », Kinema, n°39, 1917, pp. 4-6.
  • Forge, Henry de, « Ciné-Santé », Feuille d’Avis de Montreux, 3 décembre 1929, n°283, p. 1.
  • Toulouse, Édouard, « Psychologie du cinéma », Le Figaro, mercredi 28 août 1912 [publié et commenté par Jean-Paul Morel, « Le Docteur Toulouse ou le cinéma vu par un psycho-physiologiste (1912-1928) », 1895, n° 60, mars 2010].
  • Turbin A., « Une lacune », Le Droit du Peuple. Quotidien socialiste, 22 mars 1922, n°68, p. 1.
  • Utzinger, Ernst, « Le cinématographe au service de l’hygiène », Kinema, n°12, 24 mars 1917, pp. 1-2.
  • Watson, John B. Watson & Lashley, Karl Spencer, « A Consensus of Medical Opinion Upon Questions Related to Sex Education and Venereal Disease Campaigns », Mental Hygiene 4, octobre 1920, pp. 769-847 ; « A Psychological Study of Motion Pictures in Relation to Venereal Disease Campaign », Journal of Social Hygiene 7, 1921, pp. 181-219.

Littérature secondaire

  • Bonah, Christian, Cantor, David & Laukötter, Anja (dir.), Health Education Films in the Twentieth Century, Rochester, Rochester University Press, 2018.
  • Haver, Gianni & Jaques, Pierre-Emmanuel, Le spectacle cinématographique en Suisse (1895-1945), Lausanne, Antipodes & SHSR, 2003.
  • Ostherr, Kirsten, « Operative Bodies: Live Action and Animation in Medical Films of the 1920s », Journal of Visual Culture, vol. 11, n°3, 2012, pp. 352-377.
  • Ostherr, Kirsten, Cinematic Prophylaxis: Globalization and Contagion in the Discourse of World Health, Durham, Duke University Press Books, 2005.
  • Panese, Francesco, « Décrire et convaincre : rhétoriques visuelles de la cinématographie médicale », Gesnerus, vol. 66, n°1, 2009, pp. 40-66.
  • Parascandola, John, « Syphilis at the Cinema: Medicine and Morals in VD Films of the U.S. Public Health Service in World War II », dans Leslie J. Reagan, Nancy Tomes & Paula A. Treichler (dir.), Medicine’s Moving Pictures. Medicine. Health, and Bodies in American Film and Television, Rochester, University of Rochester Press, 2007, pp. 71-92.
  • Pernick, Martin S., « More than Illustrations. Early Twentieth-Century Health Films as Contributors to the Histories of Medicine and of Motion Pictures », dans Leslie J. Reagan, Nancy Tomes & Paula A. Treichler (dir.), Medicine’s Moving Pictures. Medicine. Health, and Bodies in American Film and Television, Rochester, University of Rochester Press, 2007, pp. 19-35.
  • Reagan, Leslie J., Tomes, Nancy & Treichler, Paula A. (dir.), Medicine’s Moving Pictures. Medicine. Health, and Bodies in American Film and Television, Rochester, University of Rochester Press, 2007.
  • Vignaux, Valérie, « L’éducation sanitaire par le cinéma dans l’entre-deux-guerres en France», Sociétés & Représentations, n°28, Publications de la Sorbonne, 2009, pp. 67-85

MB

Billet sous licence CC BY SA

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search