Actualités / News

« La numérisation des archives ». Une web-série du projet Filmo.ch

Le 6 juin 2019, l’Association CH.Film a mis sur pied, à l’initiative des Journées de Soleure, le projet « Filmo ». Celui-ci consiste à présenter et à diffuser sur différentes plateformes de vidéo à la demande (VOD) des films du patrimoine helvétique, sélectionnés par des expert·e·s à l’instar du directeur de la Cinémathèque suisse (CS) Frédéric Maire.

C’est dans le cadre de ses activités de valorisation de productions suisses que « Filmo » propose en outre, cette année, une web-série sur la numérisation des archives film. Le premier épisode, tourné à la CS, se penche sur le quotidien du Département film et suit le travail de la restauratrice-conservatrice Léa Ritter, que nous avons eu le plaisir de recevoir en mars dernier leur notre Colloque : « Useful Film in (Neuro)Psychiatry Europe, 1900-1950. Update on Current Research ».

Voici donc le premier volet de cette web-série qui en comptera cinq épisodes au total :


La photographie dans les hôpitaux psychiatriques suisses

Nouvelle publication

Katrin Luchsinger & Stefanie Hoch (dir.), Hinter Mauern. Fotografie in psychiatrischen Einrichtungen 1880 bis 1935, Zurich, Scheidegger & Spiess – Kunstmuseum Thurgau, 2022.

Avec des contributions de Urs Germann, Stefanie Hoch, Markus Landert, Katrin Luchsinger, Sabine Münzenmaier et Martina Wernli.


Kantonale Irrenanstalt Waldau, Bern, Patientinnen einer Abteilung für sogenannte „unruhige“ Frauen, undatiert, Glasdia © Psychiatrie-Museum Bern

Présentation de l’ouvrage par les auteures et les éditeurs:

“De nombreux hôpitaux psychiatriques en Suisse abritent des fonds de photographies historiques remontant au 19e siècle, lesquels n’ont jamais été étudiés jusqu’à présent. Les diapositives et les négatifs sur verre, les tirages papier en vrac et les albums photos offrent un aperçu fascinant de l’époque de la modernisation de ces établissements – et parallèlement de l’histoire de la photographie. Ce nouveau média était utilisé par les psychiatres pour établir des diagnostics sur la base de caractéristiques cliniques, mais aussi pour faire connaître au public la vie derrière les murs de l’établissement. Grâce à des caméras de plus en plus maniables, il était également possible d’immortaliser les modestes activités de loisirs, les festivités et les espaces de liberté créative.

Kantonale Irrenanstalt Waldau, Bern, drei Patientinnen vor einer Leinwand, Staffelei, Porträts der Malerinnen, um 1920, Glasdia © Psychiatrie-Museum Bern

Le livre Hinter Mauern et l’exposition du même nom à la collection Prinzhorn (Heidelberg), au Thurgauer Kunstmuseum (Warth) et au Musée suisse de la psychiatrie (Berne) rendent pour la première fois ces témoignages d’époque accessibles au public. Sous différents angles, les auteurs examinent de manière critique les utilisations du médium photographique dans le domaine de la psychiatrie.”

Kantonale Irrenanstalt Waldau, Bern, „Frau Justel Ch[…]., [unleserl.]“, Porträt einer Patientin, um 1915, Glasdia © Psychiatrie-Museum Bern

 

Pour commander le livre


Conference – Useful Film in (Neuro)Psychiatry Europe, 1900–1950. Update on Current Research – 2-4 March 2022 – Amphimax 412 & 414 – University of Lausanne

Wednesday, March 2 – Amphimax 412

13:30 – Welcome and introduction – Mireille Berton (UNIL)

Panel 1 – Filming the Brain: Netherlands and Switzerland – Chair: Lorenzo Lorusso (neurologist & historian)

14:00 Kimberley Fleuren (U. Hospital of Maastricht) & Peter J. Koehler (neurologist & historian) A Selection of the Magnus-Rademaker Film Collection (1909-1941)

14:30 – Leander Diener (U. of Zurich) Filming the Primitive. Walter Rudolf Hess and the ‘Sign Language of Behavior’, 1927–1951

15:30 – Raphaël Tinguely (UNIL) Ernst Grünthal’s Films at the Waldau. The Case of E.E.G. (1940-1950)

16:00-17:30 – Discussion

Thursday, March 3 – Amphimax 414

Panel 2 – Early Neurocinematography in Europe: Belgium and Spain – Chair: David Cantor (IDES, Buenos Aires)

10:00 – Katrin Pilz (Ludwig Boltzmann Institute for Digital Institute, Vienna) Useful – Unseen – Uncanny: Early Neuroscientific Films in Belgium

10:30 – Paula Arantzazu Ruiz Rodríguez (U. of Murcia) Antonio Subirana’s Neurological Films, Remains of the Catalan Neurology Golden Age

11:00-11:30 – Discussion

Panel 3 – Early Neurocinematography in Europe: Belgium and Spain– Chair: Christian Bonah (U. of Strasbourg)

13:30 – Maia Woolner (McGill University) Cinema of the (In)visible: Jean Comandon’s Neuropsychiatric Films

14:00 – Lorenzo Lorusso (neurologist and historian) Gaetano Rummo (1853-1917). A Pioneer of the Neuro-cinematography in Europe

14.30-15.00: Discussion

15:30-17:00 – Keynote Lecture by Andreas Killen (The City College aof New York/CUNY) : The Hypnosis Films of Ludwig Mayer – Chair: Mireille Berton (UNIL)

Friday, March 4 – Amphimax 414

Panel 4 – Collecting, Archiving and Curating Images of Madness – Chair: Mireille Berton (UNIL)

9:30 – Angela Saward (Wellcome Collection, London) Medical Film’s Lives and Afterlives: a Case Study of AV Material Held at Wellcome Collection Captured Through a Neurological Lens

10:00 – Katrin Luchsinger (art historian, Zurich) Not a Portrait. Photography in Swiss Psychiatric Institutions around 1900

10:30-11:00 – Discussion

11:30 – Lucas Iliani & Léa Ritter (Cinémathèque Suisse) The Waldau Collection: from Cataloguing to Physical Identification  – Chair: Elodie Murtas (UNIL)

12:15-12:45 – Discussion

14.15-16:00 – Round Table: Working on Medical Films: Problems and Methods. Introduction: David Cantor (IDES, Buenos Aires)

Participants: Christian Bonah; Caroline Fournier; Katrin Pilz; Angela Saward

16:00-16:30 – Conclusion

More infos


ERC The Healthy Self as Body Capital – Final Conference – 2-4 February 2022 – Berlin

Final Conference of the BodyCapital ERC project lead by Christian Bonah and Anja Laukötter


L’hôpital psychiatrique fait son cinéma : le “cas” Cery

Tel est le titre alléchant de la thèse de doctorat d’Elodie Murtas, présentée à la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne le 20 décembre 2021. Elle a été dirigée par la Prof. Maria Tortajada (section de cinéma, UNIL) & le Prof. Vincent Barras (IHM/CHUV), et les membres du jury sont Mireille Berton (UNIL), le Prof. Benoît Majérus (Université de Luxembourg) & le Prof. Henning Schmidgen (Université de Weimar). La thèse a été réalisée dans le cadre d’un projet FNS sur Le cinéma de Nag et Gisèle Ansorge, notamment sur la base de documents conservés à la Cinémathèque suisse (Fonds Ansorge).

En exclusivité pour les lectrices et lecteurs du blog, un extrait de la thèse que l’on se réjouit de voir publiée :

“A l’hôpital de Cery: La démystification d’une maladie”, Le Peuple, 1er février 1965

“C’est en Suisse romande, dans l’enceinte de l’institution psychiatrique vaudoise de Cery, que notre objet s’élabore. Si l’hôpital intègre à plusieurs occasions le cinéma au cours de son histoire, nous nous concentrerons sur la période la plus prolifique de l’interaction entre psychiatrie et film, mais aussi la plus stimulante. En effet, entre 1959 et 1981, sous l’égide de Christian Müller, directeur de l’institution, d’Alfred Bader, psychiatre responsable du Centre d’études de l’expression, et de Nag Ansorge, cinéaste suisse d’animation, plus de trente films que l’on pourrait qualifier, selon la terminologie de Maike Rotzoll et Christian Bonah, de « films institutionnels asilaires » seront réalisés.

La densité de ce corpus institutionnel dans le champ du cinéma psychiatrique justifie à elle seule le choix de travailler sur un tel objet. Mais sa spécificité, qui se construit dans la diversité des pratiques filmiques à l’œuvre, achève d’avérer la pertinence de cette présente recherche. De fait, s’appuyant sur de multiples dispositifs techniques mobilisés dans des perspectives diverses, qu’elles soient documentaires, promotionnelles ou encore thérapeutiques, ces pratiques offrent un riche panorama des usages du médium filmique par l’institution psychiatrique. Mais elles se distinguent aussi par leur singularité, en ce qu’elles mettent en place la « cinémathérapie » qui permet aux patients de Cery de participer activement à l’élaboration des films. C’est pourquoi notre analyse ne vise pas seulement à observer comment les psychiatres traduisent leurs ambitions via le médium filmique, mais aussi à appréhender la manière dont il sert de support aux malades psychiques pour exprimer leurs aspirations.

Un point commun semble, cependant, relier ces réalisations : la volonté de démystifier la folie.

Le « cas Cery » constitue un objet de recherche idéal pour explorer la façon dont les psychiatres se sont emparés du dispositif filmique pour documenter leur métier, les pathologies de patients, leurs conceptions de la maladie psychique et du cinéma, etc., ainsi que les usages moins conventionnels du film qui permettent de mettre en lumière la singularité de l’hôpital lausannois. Combinant films psychiatriques « traditionnels » et « cinémathérapie », usages conventionnels et originaux du médium filmique, Cery mérite donc une analyse approfondie qui interroge ces pratiques, leurs conditions de possibilité, leurs fonctions et leur devenir.

La nature hybride de notre objet appelle un regard pluridisciplinaire qui prend en compte à parts égales le cinéma en tant qu’outil de captation, et la psychiatrie en tant que discipline qui s’empare de ce dispositif. Il s’agit donc de dépasser une approche purement institutionnelle pour nous attacher à observer les modalités d’usage du film, les discours et les concepts qui en découlent, les motivations des usagers, ainsi que les réseaux de savoirs qui émergent.

Images du Poète et la Licorne, premier film réalisé par le groupe de patients en 1963. © Nag Ansorge

Il s’agira d’interroger non seulement notre objet au niveau profilmique, mais aussi au niveau de ses modalités de réalisation, et ce, dans une perspective tant pratique que théorique, tout en prenant en compte la dimension humaine particulièrement prégnante dans ce cas. En effet, intégrer le cinéma à une institution psychiatrique oblige à élaborer des pratiques cinématographiques spécifiques adaptées au contexte dans lequel elles prennent place, mais surtout, dans le cas de Cery, aux acteurs de ces productions, qu’ils soient cinéaste, médecins ou patients.

On se demandera par conséquent comment les cinéastes, amateurs ou professionnels, se sont appropriés le dispositif cinématographique : Quels sont les buts visés par ces différentes réalisations ? En quoi les réalisations de Cery se distinguent-elles d’autres expériences cinématographiques contemporaines ? Quelles conceptions du cinéma les acteurs de l’institution défendent-ils implicitement ou explicitement ?

Pour répondre à ces questions, il sera nécessaire de comparer les pratiques et les réalisations de Cery aux autres productions psychiatriques de l’époque, et plus précisément au « cinéma de psychopathologie de l’expression » – selon une terminologie qu’il conviendra d’interroger. Les thèmes et le courant de pensée qui irriguent les films réalisés dans le cadre de Cery ont en effet trait, en large majorité, à la psychopathologie de l’expression qui s’institutionnalise au même moment. Il s’agira donc de questionner le rapport entre cinéma et art psychopathologique, en proposant une étude de cas centrée sur la Société internationale de psychopathologie de l’expression dans son rapport avec le médium filmique. On se demandera à cette occasion quelle place est accordée au cinéma et comment celui-ci est-il abordé au regard d’autres médiums d’expression. Mais aussi, dans quelle mesure la pratique de la « cinémathérapie » de Cery peut-elle être considérée comme une forme de « cinéma brut ».

En résumé, la question qui synthétise notre recherche est la suivante : « La rencontre entre le dispositif cinématographique et l’institution psychiatrique redéfinit-elle les champs de savoirs et de pratiques du cinéma et de la psychiatrie ? »”

Elodie Murtas, extrait de l’introduction

Feuille d’avis de Lausanne, 5 novembre 1970

 


À la rencontre des historien·nes de la santé

L’infatigable Alexandre Klein nous propose un passionnant cycle de conférences pour célébrer les 10 ans du réseau de recherche qu’il a créé autour de l’histoire de la santé. Le programme d’hiver est tout aussi généreux que celui d’été. Notons les interventions portant sur la théâtralisation, la fictionnalisation et la matérialité des données relatives à la santé.  Incontournable !

“À l’occasion de sa dixième année d’existence, le réseau de recherche Historien·nes de la santé poursuit son activité de valorisation de l’histoire francophone de la santé en partant à la rencontre de celles et ceux qui font, mais surtout qui renouvellent le champ de l’histoire de la santé en français. À travers une série de rencontres thématiques, il entend donner à voir les terrains, les approches, les regards, les sujets, les méthodologies autour desquels l’histoire de la santé en français se développe et se réinvente aujourd’hui. Il souhaite surtout, par ce biais, donner la parole aux chercheur.es confirmé.es ou en devenir qui œuvrent aujourd’hui à rendre vivant ce domaine désormais plein et entier de l’historiographie.”

Inscription : historiens.sante@gmail.com

Hiver 2022 – 12h-13h30 (EST) sur Zoom

Jeudi 27 janvier 2022 : Histoires de contraceptions

  • Élodie Serna (Université de Lille/IRHIS) Une autre histoire de la contraception : l’envers de la vasectomie 
  • Thomas Nadeau-Mercier (Université Laval) Médecins, féministes et utilisatrices: la pilule en débat au Québec, 1961-1980 

Jeudi 24 février 2022 : La santé et ses données 

  • Mathieu Corteel (Harvard University) Les nombres et les choses : commentaire de l’ouvrage Le Hasard et le Pathologique
  • Émilie Bovet (HESAV), Servane Daniel (metteuse en scène), Hervé Guillemain (Le Mans Université), Nahema Hanafi (Université d’Angers)  Théatraliser l’histoire des données de santé. Autour du spectacle D’abord ne pas nuire.

Jeudi 17 mars 2022 – Démocratiser l’histoire de la santé

  • Isabelle Perreault (Université d’Ottawa) Raconter le suicide par l’image : retour sur l’expérience d’une bd sociohistorique
  • Tommy De Ganck, Laura Di Spurio et Valérie Leclercq (Université Libre de Bruxelles) : Le Cerveau Volé. Fictionnaliser et « podcaster » l’histoire de la médecine

Jeudi 14 avril 2022 – L’histoire de la santé en art 

  • Laura Pennanec’h (EHESS) L’œil du médecin et la main du peintre. La mise en scène du diagnostic médical dans la peinture néerlandaise du XVIIe siècle
  • Thibault Boulvain (Science Po) L’art en sida. 1981-1997

Jeudi 19 mai 2022 – L’histoire matérielle de la santé mentale

  • Benoît Majerus (Université du Luxembourg) Pourquoi regarder de près les objets du quotidien de la psychiatrie ?
  • Marianna Scarfone (Université de Strasbourg) Des vies au vestiaire : vêtements et effets personnels des patients psychiatriques

Cinéma & Cie. Film and Media Studies Journal – CfE 39 – The Representation and Care of Illness. Visual Culture, Trauma and Medical Humanities

Call for Essays for the thematic section of Cinéma & Cie n. 39, edited by Silvia Casini, Alice Cati and Deborah Toschi.

The recent phenomenon of pandemic has highlighted how the current visual and audiovisual production has not simply favored phenomena of re-sematization of reality, thanks to the dissemination of images and narrations devoted to the fragile bodies of the pandemic, but it also has engendered social practices and symbolic actions useful to orient the intersubjective process, self-perception and the perception of the other through physicality or its simulation.

Within this framework, this special issue wants to provide a new reading of some theoretical concepts and methodologies in order to reconstruct/reopen the debate posed by visual culture applied to:

–          Trauma Studies. Since the Eighties, by harmonizing humanistic, psychological and cultural approaches, this field of research has helped to formulate a series/corpus of theories concerning an analysis of trauma as an interpretative model. Accordingly, trauma studies have internally developed various perspectives of research, as a confirmation of an intrinsic multidisciplinary vocation: cognitive approach (Andemahr 2016); critic-cultural approach (critical trauma studies – Alxander et alii 2004; Casper-Wertheimer 2016); affect theory (Leys 2000; Leys 2011), etc. In particular, a large part of the debate takes on a visual-aesthetic view, as it questions the ways and possibilities to represent trauma through images and narrations, which are considered the main mediators for historical knowledge and private and cultural memory (Broderick-Traverso 2010; Radstone-Walker-Shenker 2013; Hodgin-Thakkar 2017). Moreover, mediation processes of trauma are usually associated to therapeutic models (working through, acting out, replacement, re-enacting) in order to demonstrate the reparative potential of media representations and practices (Cati 2013; Cati 2016). Following these lines, it would be worth broadening and systematically reviewing the contributions specifically focused both on figures of suffering, wounds, mourning, and on care experiences linked to recent traumas caused by the Covid-19 pandemic.

–          Medical Humanities/Medicine Visual Culture (Jordanova 1990; Christian Bonah, Anja Laukötter 2020). This paradigm, which can make use of a specific expertise on representation forms (Gilman 1982; Ostherr 2013), deepened the ways in which techno-scientific innovations and the imaging technologies reshaped the conceptualization of the body, the reconfiguration of care forms and practices using an STS and posthuman framework (Mol, Moser and Pols 2015; Puig de la Bellacasa 2018), the human being and the role of self-care and the care of others (Kevles, Bettyann 1997; van Dijck 2005; Treichler, Cartwright, Penley 1998; Anker, Nelkin, 2004; Toschi 2016; Toschi 2018). The visual dimension has been recently promoted and relaunched in the area of Medical Humanities (Interdisciplinary Entanglements: Towards a Visual Medical Humanities, 2018 Edinburgh; see also the creation of a visual medical humanities manifesto in Johnstone 2018), a disciplinary orientation that relies on art and visual and narrative-based strategies in order to open to patients’ points of view for a better understanding of the symptoms of the disease, to improve the doctor-patient relationship and care-giving practices. In this case as well, by considering the potentialities of mediating and mediatizing practices (van de Vall 2009) in self-recognition processes, audiovisual media have been connected to therapeutic models set up within specific pathological and health-care contexts (e.g. dementia and Alzheimer).

Both fields appear as frayed lines of research, but are useful enough for a broad comprehension of the profound transformations that assailed on the one hand the representation and conceptualization of corporeality; on the other hand, the ways of conceiving the living body and its vulnerabilities (disease, anesthetization, perceptive distortions and alterations, affective lacerations, relational fractures, spatio-temporal discontinuity). In this sense, with the aim to analyze the media products that will be identified and selected, it is necessary to develop a new interdisciplinary methodology suited to grasp emotions, material dimensions, bodily practices, performative dynamics, intersubjective systems that, as a whole, consolidate the mise en discourse of the body as an object of care.

Submission details

Please send your abstract and a short biographical note to silvia.casini@abdn.ac.uk , alice.cati@unicatt.it and deborah.toschi@unipv.it by January 28, 2022 — [subject: CfE #39 — C&C + name surname author(s)].

Abstracts should be from 300 to 500 words of length (in English). All submissions should include: 5 keywords, name of author(s), institutional affiliation, contacts details and a short bio for each author. Authors will be notified of proposal acceptance by February 7, 2022.

If the proposal is accepted, the author(s) will be asked to submit the full article, in English, by April 30, 2022.

Submission of a paper will be taken to imply that it is unpublished and is not being considered for publication elsewhere.

The articles must not exceed 5,000/6,000-words.

Contributions will be submitted to double blind peer reviews.

The issue number #39 of Cinéma & Cie will be published in November 2022.

Deadlines

  • Submission of proposals: January 28, 2022
  • Acceptance notified by: February 7, 2022
  • Submission of full articles: April 30, 2022
  • Publication: November 2022

La Déconniatrie. Art, exil et psychiatrie autour de François Tosquelles

Exposition Les Abattoirs, 14 octobre 2021 au 16 mars 2022

“Cette exposition inédite dévoile une histoire méconnue qui a fait date dans la psychiatrie au 20ème siècle et ses liens nouveaux avec l’art brut et l’art moderne. Elle prend pour point de départ le parcours du psychiatre catalan François Tosquelles (1912-1994).

Couverture de l’ouvrage coordonné par Carles Guerra et Joana Maso (2021)

L’exposition s’écrit sur les chemins de l’exil, ceux de la Retirada espagnole, puis de la Seconde Guerre mondiale, et présente le rôle que ce médecin a tenu dans l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban-sur-Limagnole, en Lozère, au milieu des patients.Elle rend ainsi hommage à ses héritages artistiques et intellectuels encore forts aujourd’hui. Les Abattoirs accueillent la première étape de ce projet d’envergure internationale, qui rassemble plus de 100 œuvres, aussi bien d’art moderne que celles créées par les patients dans l’hôpital, ainsi que des films inédits, des livres, des archives, des photographies et un volet d’art contemporain. Ce projet réunit quatre institutions de trois pays et circulera en 2022 au Centre de Cultura Contemporània de Barcelone et au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía à Madrid et en 2023 à l’American Folk Art Museum à New York.” Extrait du descriptif de l’exposition.

L’événement s’accompagne d’un ouvrage édité par Carles Guerra et Joana Masó, avec des contributions de Mireille Berton, Christophe Boulanger, Kaira M. Cabañas, Éric Fassin, Savine Faupin, Carles Guerra, Jean Khalfa, Raphaël Koenig, Sarah Lombardi, Joana Masó, Julien Michel, Paul B. Preciado, Alejandra Riera, Valérie Rousseau, Annabelle Ténèze (Presses du réel, novembre 2021).

Première page de l’article de MB

L’enjeu consiste à dévoiler “l’histoire méconnue qui a fait date dans la psychiatrie au XXème siècle et ses liens nouveaux avec l’art brut et l’art moderne, prenant pour point de départ le parcours du psychiatre catalan François Tosquelles (1912-1994), au travers de nombreuses illustrations et d’une quinzaine d’essais. Après la fin de la guerre d’Espagne et plusieurs mois d’enfermement dans le camp français de Septfonds, François Tosquelles (1912-1994), psychiatre catalan, est appelé à l’hôpital de Saint-Alban-sur-Limagnole, en Lozère, en 1940. Bientôt il en fait le creuset d’une révolution psychiatrique et sociale, basée sur l’humanisation des soins et une transformation de la vie collective, où cohabitent patients, soignants, intellectuels, artistes et résistants. Ils sont nombreux à être associés à cette aventure : les pensionnaires et créateurs Auguste Forestier et Marguerite Sirvins, les soignants Paul et Germaine Balvet, Lucien Bonnafé, Frantz Fanon, Gaston Ferdière ou encore les écrivains et artistes Antonin Artaud, Jean Dubuffet, Paul et Nusch Éluard, Tristan Tzara et bien d’autres.
Cette histoire et les pratiques expérimentales de Tosquelles sont au cœur de l’exposition que ce catalogue accompagne, questionnant les rapports entre art, exil et psychiatrie, et la notion de création dans le contexte de l’exclusion, de l’enfermement ou de l’hospitalisation, à la croisée de l’histoire de la psychiatrie, de la politique, de l’art moderne, du surréalisme et de l’art brut ou encore du cinéma d’avant-garde, célébrant ce « droit au vagabondage » du corps et de l’esprit”.

Tiré du texte de présentation des éditeurs C. Guerra & J. Maso

Vive Charlie Hebdo qui parle de François Tosquelles et de l’exposition qui lui est consacrée à Toulouse. A lire ans la rubrique de Yann Diener “Totem et Tabit” (n°1539, 19 janvier 2022)