L’hôpital psychiatrique fait son cinéma : le “cas” Cery

Tel est le titre alléchant de la thèse de doctorat d’Elodie Murtas, présentée à la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne le 20 décembre 2021. Elle a été dirigée par la Prof. Maria Tortajada (section de cinéma, UNIL) & le Prof. Vincent Barras (IHM/CHUV), et les membres du jury sont Mireille Berton (UNIL), le Prof. Benoît Majérus (Université de Luxembourg) & le Prof. Henning Schmidgen (Université de Weimar). La thèse a été réalisée dans le cadre d’un projet FNS sur Le cinéma de Nag et Gisèle Ansorge, notamment sur la base de documents conservés à la Cinémathèque suisse (Fonds Ansorge).

En exclusivité pour les lectrices et lecteurs du blog, un extrait de la thèse que l’on se réjouit de voir publiée :

“A l’hôpital de Cery: La démystification d’une maladie”, Le Peuple, 1er février 1965

“C’est en Suisse romande, dans l’enceinte de l’institution psychiatrique vaudoise de Cery, que notre objet s’élabore. Si l’hôpital intègre à plusieurs occasions le cinéma au cours de son histoire, nous nous concentrerons sur la période la plus prolifique de l’interaction entre psychiatrie et film, mais aussi la plus stimulante. En effet, entre 1959 et 1981, sous l’égide de Christian Müller, directeur de l’institution, d’Alfred Bader, psychiatre responsable du Centre d’études de l’expression, et de Nag Ansorge, cinéaste suisse d’animation, plus de trente films que l’on pourrait qualifier, selon la terminologie de Maike Rotzoll et Christian Bonah, de « films institutionnels asilaires » seront réalisés.

La densité de ce corpus institutionnel dans le champ du cinéma psychiatrique justifie à elle seule le choix de travailler sur un tel objet. Mais sa spécificité, qui se construit dans la diversité des pratiques filmiques à l’œuvre, achève d’avérer la pertinence de cette présente recherche. De fait, s’appuyant sur de multiples dispositifs techniques mobilisés dans des perspectives diverses, qu’elles soient documentaires, promotionnelles ou encore thérapeutiques, ces pratiques offrent un riche panorama des usages du médium filmique par l’institution psychiatrique. Mais elles se distinguent aussi par leur singularité, en ce qu’elles mettent en place la « cinémathérapie » qui permet aux patients de Cery de participer activement à l’élaboration des films. C’est pourquoi notre analyse ne vise pas seulement à observer comment les psychiatres traduisent leurs ambitions via le médium filmique, mais aussi à appréhender la manière dont il sert de support aux malades psychiques pour exprimer leurs aspirations.

Un point commun semble, cependant, relier ces réalisations : la volonté de démystifier la folie.

Le « cas Cery » constitue un objet de recherche idéal pour explorer la façon dont les psychiatres se sont emparés du dispositif filmique pour documenter leur métier, les pathologies de patients, leurs conceptions de la maladie psychique et du cinéma, etc., ainsi que les usages moins conventionnels du film qui permettent de mettre en lumière la singularité de l’hôpital lausannois. Combinant films psychiatriques « traditionnels » et « cinémathérapie », usages conventionnels et originaux du médium filmique, Cery mérite donc une analyse approfondie qui interroge ces pratiques, leurs conditions de possibilité, leurs fonctions et leur devenir.

La nature hybride de notre objet appelle un regard pluridisciplinaire qui prend en compte à parts égales le cinéma en tant qu’outil de captation, et la psychiatrie en tant que discipline qui s’empare de ce dispositif. Il s’agit donc de dépasser une approche purement institutionnelle pour nous attacher à observer les modalités d’usage du film, les discours et les concepts qui en découlent, les motivations des usagers, ainsi que les réseaux de savoirs qui émergent.

Images du Poète et la Licorne, premier film réalisé par le groupe de patients en 1963. © Nag Ansorge

Il s’agira d’interroger non seulement notre objet au niveau profilmique, mais aussi au niveau de ses modalités de réalisation, et ce, dans une perspective tant pratique que théorique, tout en prenant en compte la dimension humaine particulièrement prégnante dans ce cas. En effet, intégrer le cinéma à une institution psychiatrique oblige à élaborer des pratiques cinématographiques spécifiques adaptées au contexte dans lequel elles prennent place, mais surtout, dans le cas de Cery, aux acteurs de ces productions, qu’ils soient cinéaste, médecins ou patients.

On se demandera par conséquent comment les cinéastes, amateurs ou professionnels, se sont appropriés le dispositif cinématographique : Quels sont les buts visés par ces différentes réalisations ? En quoi les réalisations de Cery se distinguent-elles d’autres expériences cinématographiques contemporaines ? Quelles conceptions du cinéma les acteurs de l’institution défendent-ils implicitement ou explicitement ?

Pour répondre à ces questions, il sera nécessaire de comparer les pratiques et les réalisations de Cery aux autres productions psychiatriques de l’époque, et plus précisément au « cinéma de psychopathologie de l’expression » – selon une terminologie qu’il conviendra d’interroger. Les thèmes et le courant de pensée qui irriguent les films réalisés dans le cadre de Cery ont en effet trait, en large majorité, à la psychopathologie de l’expression qui s’institutionnalise au même moment. Il s’agira donc de questionner le rapport entre cinéma et art psychopathologique, en proposant une étude de cas centrée sur la Société internationale de psychopathologie de l’expression dans son rapport avec le médium filmique. On se demandera à cette occasion quelle place est accordée au cinéma et comment celui-ci est-il abordé au regard d’autres médiums d’expression. Mais aussi, dans quelle mesure la pratique de la « cinémathérapie » de Cery peut-elle être considérée comme une forme de « cinéma brut ».

En résumé, la question qui synthétise notre recherche est la suivante : « La rencontre entre le dispositif cinématographique et l’institution psychiatrique redéfinit-elle les champs de savoirs et de pratiques du cinéma et de la psychiatrie ? »”

Elodie Murtas, extrait de l’introduction

Feuille d’avis de Lausanne, 5 novembre 1970

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.