Enseignements

Le cinéma utilitaire : le cas du film médical au XXe siècleCours Master Automne 2021 – Université de Lausanne

Ce cours-séminaire a comme objectif de familiariser les étudiant·e·s à l’approche et à la notion de « cinéma utilitaire » (useful cinema), en prenant comme exemple le film médical.

Le film utilitaire s’inscrit dans un panorama de pratiques filmiques longtemps considérées comme « marginales » par l’histoire et l’historiographie du cinéma. Confondu parfois avec le film documentaire, il relève davantage du film de non-fiction – « non-fiction film » (Elsaesser 2009), « useful film » (Acland & Wasson 2011), « Gebrauchsfilm » (Zimmermann 2009) –, une catégorie très vaste diversifiée de productions définie par le biais de ses usages.

Le cinématographe appliqué aux sciences médicales se développe très rapidement sous l’impulsion d’initiatives dispersées à l’échelle du monde occidental. À l’instar du microscope, de la photographie, de la chronophotographie ou des rayons X, le cinématographe est perçu d’emblée par les savants comme une prothèse et une extension de la vision humaine. Le « primat oculaire de la recherche scientifique » (Alovisio & Venturini 2012) destine alors le médium filmique à jouer un rôle significatif dans la construction de nouveaux savoirs médicaux. Parmi les premières professions médicales à s’emparer du cinématographe, on compte les chirurgiens, les neurologues et les psychiatres qui travaillent sur des corps en souffrance, et souvent en mouvement. De manière générale, le cinéma fournit aux médecins, toutes nations et disciplines confondues, un langage commun situé au croisement de la science, de la culture visuelle et de l’histoire des techniques.

Pour contribuer à la réflexion sur le film utilitaire médical, on propose de repartir des questions concrètes que pose l’élaboration d’un projet de recherche fondé sur ce type de documents : « Cinéma et (neuro)psychiatrie en Suisse : autour des collections Waldau » (FNS, 2021-2025). Quels sont les défis à relever en tant qu’historien·ne du cinéma face à des images réalisées par des médecins dans des cliniques et des hôpitaux ? Comment contextualiser des pratiques qui ont laissé des traces lacunaires dans les archives ? Par quel biais les étudier et pourquoi certaines approches s’avèrent plus productives que d’autres ? Quels sont les apports d’une analyse de la dimension formelle, esthétique et narrative de ces films ? Comment reconstituer leur diffusion et leur réception ?

Le cours-séminaire sera structuré en trois parties : 1. Faire du film utilitaire médical un objet de recherche (5 séances) ; 2. Analyser un film utilitaire médical (5 séances) ; 3. Études de cas (films de prévention, de propagande, éducatif) (3 séances). Nous aurons le plaisir d’accueillir une chercheuse, Aude Fauvel, rattachée à l’Institut des Humanités médicales (IHM) de la Faculté de FBM/CHUV, ainsi que deux doctorant·e·s qui présenteront leur projet respectif portant sur des corpus helvétique : Raphaël Tinguely, engagé sur le projet « Waldau » et Gabrielle Duboux qui travaille sur la télévision utilitaire dans le secteur médical.

Emmy Immunity (1954) – NLM – Medecine on Screen

Séances avec invité·e·s

13 octobre : Aude Fauvel, IHM, FMB/CHUV – Statut et devenir du film médical

24 novembre : Raphaël Tinguely, doctorant en cinéma – Filmer les thérapies de choc : carnet de recherches sur les archives d’un court métrage lié aux E.C.T (Suisse, 1940)

1er décembre : Gabrielle Duboux, doctorante en histoire – Télévision et information médicale : la technologie EVR.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.