Communications / Papers

2 mars 2022 – Ernst Grünthal’s Films at the Waldau. The Case of E.E.G. (1940s-1950s) – Useful Film in (Neuro)Psychiatry Europe, 1900-1950. Update on Current Research, UNIL (Raphaël Tinguely)

En 1948, l’Hôpital psychiatrique de la Waldau est la première institution de santé mentale suisse dotée d’un électroencéphalographe (EEG). Toutefois, l’appareil pose quelques problèmes aux médecins de l’époque, car il s’avère dispendieux, nécessite la présence d’un technicien à chaque utilisation, et demeure très volumineux. À cela s’ajoute le fait que, pendant quelques années, les psychiatres ne savent pas précisément ce que mesure l’instrument.

C’est pour surmonter l’ensemble de ces obstacles qu’Ernst Grünthal (1894-1972) réalise deux films sur l’EEG avec la collaboration de son collègue Maurice Rémy (1912-2000). Un premier court métrage 16 mm est tourné en 1948. Celui-ci oscille entre film pédagogique (manuel d’utilisation de l’EEG) et film promotionnel (publicité pour l’EEG de l’entreprise A. Grass, obtenu grâce à un financement de l’entreprise pharmaceutique bâloise J.-R. Geigy).

Au Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de la Waldau, Ernst Grünthal et Maurice Rémy conçoivent un second film 16 mm entre 1948 et 1953, qui met en scène des patient·e·s souffrant de démence sénile et de la maladie d’Alzheimer. Grâce à la possibilité offerte par le médium cinématographique de comparer via le montage des prises de vues s’échelonnant sur une période de plusieurs années, les psychiatres montrent tout l’intérêt diagnostic de l’EEG comme outil scientifique.

Mais quel rapport entretiennent le cinéma et l’EEG ? Répondre à cette question implique de considérer ces deux dispositifs comme des « médias » à part entière. S’ouvre alors la possibilité d’étudier le lien de subordination de l’EEG au cinéma : en tant que média relativement récent au tournant des années 1950, le cinéma permet de « remédier » (David Jay Bolter & Richard Grusin, 1999) aux problèmes posés par l’EEG.

D’après Maurice Remy, “Die Elektroenzephalographie in der Psychiatrie”, dans Ernst Grünthal et Gustav E. Störring (dir.), Allgemeine und spezielle Psychiatrie, Bâle, S. Karger, 1955, p. 610.

25 janvier 2022 – Mettre en scène la folie. L’exemple du film (neuro)psychiatriqueLes Mardis de l’Histoire Médicale, Département d’histoire des sciences de la vie et de la santé (DHVS), Faculté de médecine, Université de Strasbourg (Mireille Berton)

La plupart des études dédiées aux films conçus dans les milieux de la santé soulignent la qualité de preuve de l’image animée – et pour cause puisqu’il s’agit d’un discours défendu par les usagers eux-mêmes, que l’on peut directement observer dans les sources. Or si le cinéma permet, dans certaines situations, de voir davantage que la perception ordinaire, et ainsi élargir le champ de la connaissance, il permet aussi de voir autre chose ou autrement. Les films des neurologues-psychiatres n’offrent pas seulement la promesse d’un regard authentique et complet sur la maladie, le patient et les pratiques médicales, conformément à l’idéal d’objectivité mécanique. Ils révèlent, dans certains cas, la difficulté d’échapper à la spectacularisation des phénomènes, laquelle est induite par le recours au médium filmique et par le lieu du tournage. Plus encore, lorsque les médecins passent de l’autre côté de la caméra pour se construire, non plus comme sujet, mais comme objet du regard, ils sont susceptibles d’apparaître eux-mêmes comme une « attraction » et ainsi parasiter le processus de transmission de l’information. Mais si ces médecins incarnent des rôles en apparence contradictoires (celui de savant et de metteur en scène de la maladie), on fera l’hypothèse que ce conflit se résout dans leur nouveau statut d’amateur en cinéma.

Vincenzo Neri, film n°12, c. 1920. Archives : Home Movies. Archivio Nazionale del Film du Famiglia (Bologne).

16 septembre 2021 – Le film au service de la recherche et de l’enseignement en neuropsychiatrie. Le cas de la collection Waldau – Cycle de conférences pour les 10 ans du réseau de recherche Historien.nnes de la santé (Mireille Berton)

A la rencontre des historien.nes de la santé, séminaire de recherche francophone en histoire de la santé, à l’occasion des 10 ans du réseau Historien.nes de la santé, Unité de recherche sur l’histoire du nursing, École des sciences infirmières, Université d’Ottawa, Prof. Alexandre Klein.

À l’occasion de sa dixième année d’existence, le réseau de recherche Historien.nes de la santé poursuit son activité de valorisation de l’histoire francophone de la santé en partant à la rencontre de celles et ceux qui font, mais surtout qui renouvellent le champ de l’histoire de la santé en français. À travers une série de rencontres thématiques, il entend donner à voir les terrains, les approches, les regards, les sujets, les méthodologies autour desquels l’histoire de la santé en français se développe et se réinvente aujourd’hui. Il souhaite surtout, par ce biais, donner la parole aux chercheur.es confirmé.es ou en devenir qui œuvrent aujourd’hui à rendre vivante ce domaine désormais plein et entier de l’historiographie.

Lien

Enregistrement de la conférence (dès 27min)


10 juin 2021 – Cinema and Neuropsychiatry: the Waldau Collection – Séminaire “Highlights der Lehrfilmanalyse. Audiovisuelle Argumentationen und Wissenskommunikation”, Berlin (Mireille Berton)

Highlights der Lehrfilmanalyse. Audiovisuelle Argumentationen und Wissenskommunikation, Ringvorlesung an der Humboldt-Universität zu Berlin, Sommer 2021, dir. Julia Barbara Köhne & Katrin Pilz. Wie inszenieren Wissenschaftsfilme wissenschaftliches Wissen und Forschungsbewegungen? Welche Bilder von Wissenschaft und (‚guter‘, moderner und reflektierter) Wissenschaftlichkeit transportieren sie? Welche Funktionen übernehmen verfilmte Bilder in der Wissenschaft und für dieselbe, und darüber hinaus? Die Vorlesungsreihe findet in Kooperation mit Katrin Pilz (Ludwig Boltzmann Institute for Digital History/Universität Wien/Université libre de Bruxelles) statt.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.