[CFP] Patient·e·s et personnel soignant. Interroger les rapports de pouvoir en psychiatrie au XXe siècle à travers les archives audiovisuelles

Colloque final « Cinéma et (neuro)psychiatrie en Suisse : autour des collections Waldau » (FNS, 2021-2025)27-28 mars 2025, UNIL

Organisation : Mireille Berton & Jessica Schüpbach (Section de cinéma, faculté des lettres, UNIL)

English below

Que disent les archives audiovisuelles en psychiatrie des rapports entre corps médical et patient·e·s et de leur évolution au cours du XXe siècle ? Dans quelle mesure les tensions vécues par les soignant·e·s dans leur contact avec les malades ne contredisent-elles pas certaines idées foucaldiennes autour de la microphysique du pouvoir ? Est-il possible d’envisager l’opération de captation des patient.e.s par l’image photographique ou cinématographique autrement que comme un geste de double sujétion au pouvoir médical et au regard technologique ?

À partir des sources relatives au quotidien de la psychiatrie, ainsi qu’à ses lieux, ses matérialités, ses pratiques et ses savoirs, ce colloque vise à explorer à nouveaux frais les rapports patient·e·s-personnel soignant, de sorte à questionner le paradigme disciplinaire qui a longtemps prévalu dans l’histoire de la psychiatrie, comme dans les études consacrées aux films médicaux (Cartwright 1995). Dans le cas des films de recherche, ces rapports semblent jouer en défaveur des patients, visiblement en situation de vulnérabilité face à des psychiatres qui les manipulent dans un but expérimental ou démonstratif. Toutefois, certains éléments indiquent que ces liens s’avèrent moins univoques qu’on ne le pense : la résistance des malades à performer leurs symptômes ou à montrer leur visage, la difficulté à saisir des mouvements trop rapides, la porosité de la limite qui sépare parfois visuellement les protagonistes de l’histoire de la folie.

L’objectif de cette rencontre consiste, d’une part, à se demander s’il est possible de conceptualiser différemment l’asymétrie psychiatres-patient·e·s – par exemple à travers une micro-analyse des sources attentive aux interactions incarnées – et, d’autre part, à répondre à la question en s’attachant aux enjeux épistémiques, idéologiques et éthiques que recouvrent ces archives et leur étude aujourd’hui.

Collections Waldau (Giorgio Pilleri) – N°9106 (F. T.) – 195

Nous accueillons toute proposition qui aborde les questions de pouvoir, de résistance, de représentation et d’éthique dans l’étude des archives audiovisuelles psychiatriques. Thématiques possibles :

  • Étude comparative des représentations des rapports de pouvoir entre psychiatres et patient·e·s dans les films de recherche et dans les documents cliniques.
  • Stratégies de résistance et d’empowerment mises en œuvre par les patient·e·s face aux pratiques institutionnelles de la psychiatrie.
  • Transformations historiques des approches thérapeutiques et de leur impact sur les relations entre soignants et soignés.
  • Enjeux éthiques et politiques liés à la documentation et à la diffusion des images et des témoignages de patient·e·s psychiatriques.
  • Implications méthodologiques de l’anonymisation des patient·e·s qui tend à les déshumaniser et propositions d’alternatives pour les replacer au centre de notre attention.
  • Place des femmes et des minorités sociales et raciales dans le champ de la psychiatrie.

Une projection de films et une discussion sur le thème « Filmer et projeter la folie » seront proposées aux participant.e.s et au public.

Format et délai : chaque proposition contient un titre, un descriptif de 300 mots et une biographie de 200 mots. Elle peut être rédigée en français ou en anglais et doit être adressée en format Word à l’adresse suivante : mireille.berton@unil.ch avant le 19 mai 2024. Une réponse concernant les propositions retenues sera envoyée au plus tard fin juin.

Lieu : Université de Lausanne (plus de précisions à suivre).

Les frais de déplacement et de séjour sont pris en charge.

Ce colloque est organisé dans le cadre de la recherche financée par le FNS « Cinéma et (neuro)psychiatrie en Suisse : autour des collections Waldau, 1920-1990 » (2021-2025), Collaboration UNIL + Cinémathèque suisse.

Site : https://waldau.hypotheses.org/

Contact : mireille.berton@unil.ch

[CFP] Patients & Medical Staff: Interrogating Power Dynamics in twentieth-century Psychiatry through Audiovisual Archives

Closing Conference “Cinéma et (neuro)psychiatrie en Suisse: autour des collections Waldau” (FNS, 2021-2025)March 26-27, 2025

Organisation: Mireille Berton (Section de cinéma, faculté des lettres, UNIL)

Through an examination of audiovisual archives in psychiatry, this colloquium delves into the evolving dynamics between medical professionals and patients throughout the 20th century. It seeks to explore how the lived experiences of caregivers in their interactions with patients challenge certain Foucauldian notions regarding the microphysics of power.

Drawing from sources of everyday practices, spaces, materiality, and knowledge within psychiatry, this colloquium endeavors to reevaluate the patient-caregiver relationship, thereby questioning the disciplinary paradigm that has long prevailed in psychiatric history and medical film studies (Cartwright 1995). While research films often depict patients in vulnerable positions manipulated by psychiatrists for experimental or demonstrative purposes, nuances suggest a more intricate dynamic: patients’ resistance to perform symptoms, difficulties in capturing rapid movements, and the porous boundaries visually separating protagonists from the narrative of madness.

The objectives of this meeting are twofold: first, to explore the possibility of conceptualizing the asymmetry between psychiatrists and patients differently, perhaps through a micro-analysis of sources attentive to embodied interactions; and second, to address the epistemic, ideological, and ethical implications underlying these archives and their contemporary study.

We welcome all proposals that address issues of power, resistance, representation, and ethics in the study of audiovisual psychiatric archives. Possible themes include the following:

  • Comparative study of the representations of power dynamics between psychiatrists and patients in research films and clinical documents.
  • Exploration of resistance strategies and empowerment implemented by patients in response to institutional psychiatric practices.
  • Examination of historical transformations in therapeutic approaches and their impact on the relationships between caregivers and patients.
  • Ethical and political issues related to the documentation and dissemination of images and testimonies of psychiatric patients.
  • Methodological implications of anonymizing patients, which leads to their dehumanization, and proposals for alternatives to put them back at the center of our attention.
  • Role of women and social and racial minorities in the field of psychiatry.

A film screening and discussion on the theme “Filming and Projecting Madness” will be offered to participants and the public.

Format and Deadline: Each proposal should include a title, a 300-word description, and a 200-word biography. Submissions can be in French or English and must be sent in Word format to mireille.berton@unil.ch by May 19, 2024. Notifications regarding accepted proposals will be sent no later than end of June.

Location: University of Lausanne (details to follow).

Travel and accommodation expenses will be covered.

This Conference is organized as part of research funded by the Swiss National Science Foundation “Cinéma et (neuro)psychiatrie en Suisse: autour des collections Waldau, 1920-1990” (2021-2025), in collaboration between UNIL and the Cinémathèque Suisse.

For more information, please visit https://waldau.hypotheses.org/

Contact: mireille.berton@unil.ch

Présentation d’un poster lors de la “Journée des Histoires” de l’UNIL

L’équipe du projet Waldau sera présente lors de la première édition de la “Journée des histoires”, le mardi 10 octobre 2023. Elle est organisée par l’Atelier des histoires, le nouveau pôle interfacultaire des sciences historiques de l’UNIL.

Un aperçu de la timeline

On se réjouit de vous présenter à cette occasion une timeline qui permet de visualiser les films et les groupes de films les plus importants des collections Waldau, en particulier ceux réalisés à l’initiative d’Ernst Grünthal. Si certains films ont été faits en Allemagne, comme ceux de Karl Kleist ou Ludwig Mayer, ils ont été retrouvés dans des archives en Suisse, notamment à Bâle. Pour des raisons de lisibilité des informations, la frise chronologique ne contient pas la mention d’une foule d’autres films de Valentine de Kerven, Oscar L. Forel, Kurt Hartmann, Walter R. Hess, Paul Leyhausen, Heini Hediger, et bien d’autres.

Au plaisir de vous rencontrer à cette occasion !

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

When (Neuro)Psychiatrists Embrace Cinema. Useful Film and Mental Health in Switzerland. Around the Waldau Film Collections (1920-1990) – A Timeline

This timeline allows you to visualize the most important films and film groups from the Waldau collections, especially those initiated by Ernst Grünthal. Some were made in Germany, such as those by Karl Kleist or Ludwig Mayer, they have been found in archives in Switzerland, particularly in Basel. Missing from this timeline are the films by Valentine de Kerven, Oscar L. Forel, Kurt Hartmann, Walter R. Hess, Paul Leyhausen, Heini Hediger, and many others.

[Publication] Premiers usages de l’électroconvulsivothérapie en Suisse.

Enquête sur un film réalisé à la clinique des Rives de Prangins en 1940

Un article de Raphaël Tinguely, doctorant sur le projet “Cinéma et (neuro)psychiatrie en Suisse : autour des collections Waldau”, vient de paraître dans la revue Histoire, médecine et santé, rubrique Sources et documents (n°23 printemps 2023). Il porte sur l’usage de l’électrochoc par Oscar L. Forel (1891-1982), alors psychiatre à la clinique des Rives, qu’il a fondée en 1929. Rappelons que Forel a aussi travaillé à la Waldau, aux côtés de Walter Morgenthaler, entre 1919 et 1924.

A lire ici =>  Lien

Source : Électrochocs, 26 avril 1940, Archives cantonales vaudoises (ACV) SB 283 et Cinémathèque suisse.

First uses of electroconvulsive therapy in Switzerland. Investigation of a film made at the Clinique des Rives de Prangins in 1940

An article by Raphaël Tinguely, a doctoral student on the project “Cinéma et (neuro)psychiatrie en Suisse : autour des collections Waldau” has just been published in the journal Histoire, médecine et santé, in the Sources et documents section (No. 23, Spring 2023). The article focuses on the use of electroshock by Oscar L. Forel (1891-1982), who was a psychiatrist at the Clinique des Rives, which he founded in 1929. It is worth noting that Forel also worked at Waldau alongside Walter Morgenthaler between 1919 and 1924.

You can read it here =>  link

Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International – CC BY-NC-ND 4.0https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

[Note de recherche] La collection Karl Kleist (années 1920) : un trésor des archives suisses

Né à Mulhouse en Alsace, le psychiatre et neurologue allemand Karl Kleist (1879-1960) a dirigé, de 1920 à 1950, la clinique universitaire pour les malades mentaux et nerveux à Francfort-sur-le-Main. De 1936 à 1941, il a également été membre du conseil d’administration de l’Institut Kaiser Wilhelm pour la recherche sur le cerveau et, après sa retraite, il dirigera jusqu’à sa mort en 1960 le centre de recherche de Francfort pour la pathologie cérébrale et la psychopathologie (voir les archives Kleist).

Karl Kleist (1879-1960)

Karl Kleist est connu pour ses travaux sur les pathologies du cerveau (Gehirnpathologie, 1934), élaborés à partir de son expérience durant la Première Guerre mondiale, en tant que neurochirurgien dans un hôpital de campagne (entre 1914-1916). Pionner de la neuropsychiatrie allemande, à l’origine « du terme “schizophrénies systématiques” au sein de l’école Wernicke-Kleist-Leonhard » (Neumärker & Bartsch 2003), Kleist a entretenu des rapports troubles au nazisme, comme d’autres confrères adhérant à la Fédération des médecins nazis. Neumärker et Bartsch expliquent : « Bien qu’il ait rejoint [en 1940] le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) et le tribunal local de santé généalogique (Erbgesundheitsgericht), Kleist a été l’un des rares médecins allemands à continuer à traiter des patients juifs, à employer des collègues juifs et à critiquer ouvertement les politiques d’“eugénisme” et d’“euthanasie” » (Neumärker & Bartsch 2003 ; voir aussi Klee 2001, 67). Pour le dire autrement, il aurait été plus humain que certains collègues, en évitant des diagnostics menant à l’euthanasie. Il n’empêche : il a participé au programme de stérilisation de la politique d'”hygiène raciale” conduite par le régime nazi à partir de 1934 et adhère officiellement au NSDAP en 1940.

S’il fait autorité durant le nazisme, c’est notamment en raison de ses travaux portant la marque d’un intérêt pour le substrat héréditaire de la maladie mentale, comme l’illustrent les arbres généalogiques de patients qui accompagnent une étude sur la catatonie menée en 1936 (Kleist & Driest 1937).

Kleist & Driest 1937

Il s’oppose alors Kurt Goldstein (1878-1965), un psychiatre et neurologue allemand qui travaille, au sein du Edinger Institut (Francfort-sur-le-Main), sur les lésions traumatique du cerveau dont sont affectés les soldats pendant et après la Première Guerre mondiale. Influencé par les théories de la Gestalt, Goldstein conteste l’approche anatomiste des lésions cervicales promue par Kleist et son école. Il y oppose une conception “holiste” qui prend en compte l’ensemble de l’organisme, de sorte à comprendre le processus pathologique dans son fonctionnement global – thèse défendue dans son ouvrage Der Aufbau des Organismus (1934). Localiser l’origine du trouble ne suffit pas. Il faut pouvoir le situer à l’articulation entre le cerveau et l’esprit (Geroulanos & Meyers 2014, 2018).

Kurt Goldstein (1878-1966). International Neurological Congress, 1949. Photograph courtesy of National Library of Medicine.

La rivalité entre Kleist et Goldstein se situe à plusieurs niveaux : scientifique, épistémologique et politique/idéologique. D’origine juive, Goldstein est en effet proche de l’Ecole de Francfort et, comme d’autres de ses membres (Horkheimer, Adorno, Benjamin), il séjourne brièvement en Suisse en 1933, avant de partir pour les Etats-Unis**.

Cette rivalité est intéressante à observer au niveau de leur pratique filmique respective, puisque l’on sait que Kurt Goldstein a réalisé, lui aussi, des films de recherche. Un projet dirigé par Nikolas Rose au King’s College de Londres, Neurovision, devrait nous permettre d’en savoir plus sur ces films, appréhendés ici à travers le concept de « neuromolecular gaze » (Abi-Rached & Rose 2010). Les quelques captures d’écran d’un film de 1939 laisse penser que la différence de “style” entre Goldstein et Kleist est manifeste, rien que par le fait que les patients masculins sont ici habillés et là souvent dénudés (Goldstein semble donc, à priori, bien plus respectueux des sujets filmés).

https://neurovision.org.uk/news/
Capture d’écran du film Tonus (env. 1939) de Kurt Goldstein. Source : site du projet Neurovision https://neurovision.org.uk/news/

Karl Kleist constitue également une figure importante de l’histoire du film scientifique, en ce qu’il a participé à l’Office national du film d’enseignement (Reichstelle für Unterrichtesfilm – RfdU) créé en 1934 et rebaptisé en 1940, l’Institut national du film et de l’image pour la science et l’enseignement (Reichsanstalt für Film un Bild in Wissenschaft und Unterricht – RWU). En 1937, il publie un article sur « le film universitaire dans son importance pour la psychiatrie et la neurologie, avec la projection de parties de trois nouveaux films personnels » (Kleist & Pittrich 1937). Cette contribution a alors pour but d’« attirer l’attention de la Société des neurologues et psychiatres allemands » sur cet Office et de solliciter son soutien.

Véritable plaidoyer pour le film comme « moyen d’enseignement et de recherche », ce texte rappelle à quel point le cinéma est le plus à même de capter « les symptômes des maladies nerveuses et psychiques », lesquels se manifestent à travers des modifications importantes du comportement. Comme l’affirme Martin Weiser presque vingt ans plus tôt, si le médium filmique est fait pour une discipline médicale, c’est bien la neurologie et la psychiatrie : « Cette spécialité est le domaine de la cinématographie. Car c’est dans les nombreux troubles du mouvement des malades nerveux et dans les différentes formes d’expression du visage des malades mentaux qu’elle trouve le plus riche champ d’activité » (Weiser 1919, 130). La RdfU réalise alors en partie les objectifs formulés par les premiers défenseurs de l’usage du film en psychiatrie et neurologie, qui appelaient déjà de leurs voeux le développement d’un organe responsable de produire, collecter et distribuer les films médicaux, tel Hans Hennes (1910). De manière significative, Kleist et Pittrich insistent sur les différentes fonctions de la RdfU : produire des films supervisés par des experts, faciliter la circulation des copies et débattre de ces documents lors d’« assemblées annuelles », dans un effort collectif de partage des savoirs et des ressources (mettons pour l’instant de côté la dimension idéologique de ce geste qui prend un coloration particulière dans le cadre du régime nazi).

Hystérie (cartons d’un film de Karl Kleist des années 1920). Source : Cinémathèque suisse

L’article commente dans un second temps les « extraits de trois nouveaux films » réalisés dans la clinique de Kleist : un film consacré aux « troubles psychocinétiques du mouvement […] chez un malade souffrant d’une maladie nerveuse organique (sclérose en plaques ?) sans troubles psychiques » ; un « film sur les crises d’épilepsie : convulsions toniques, convulsions cloniques et crises avec mouvements convulsifs pseudo-spontanés enchevêtrés » ; et un « film sur les illusions sensorielles, les troubles moteurs étranges et les crises décrits par le professeur Beck. Une malade, chez qui alternent des états de sommeil et des états hallucinatoires délirants, laisse clairement voir dans ses mouvements réactifs qu’elle perçoit tout à coup de manière hallucinatoire des formes repoussantes qui s’approchent d’elle (probablement des animaux, des scarabées ou autres), qu’elle essaie de repousser, de repousser et d’écarter d’elle ». Troubles du mouvement, épilepsie, délire hallucinatoire, ces thématiques ne sont pas nouvelles dans les années 1930, mais elles le sont peut-être au regard des (types) de patients filmés. Ou s’agit-il d’indiquer le caractère inédit des résultats de l’analyse permise par cette collecte de données ?  Si tel est le cas, le « nouveau » n’aurait pas qu’une fonction « promotionnelle » ; il renverrait au statut éphémère des films utilitaires, dont le contenu est rapidement caduc en raison de l’évolution des savoirs.

À quoi ressemblent ces films ? On peut se poser la question puisque l’article ne contient aucune illustration. Ils pourraient avoir quelque parenté avec ceux réalisés par Kleist dans les années 1920 et dont les archives (Historisches Sammlung) de l’hôpital psychiatrique de la Friedmatt à Bâle (aujourd’hui, l’Universitäre Psychiatrische Kliniken Basel) a pendant longtemps conservé des copies. Après avoir été transmises au Musée historique de Bâle, elles ont été déposées en 1999 à la Cinémathèque suisse, au même moment que la collection Waldau — le tournant des années 2000 a décidément été propice à une prise de conscience, de la part des institutions médicales, concernant la valeur patrimoniale de ces documents.

Epilepsie
Epilepsie

Composée de 17 films 35 mm (négatifs et positifs, probablement dupliqués et souvent teintés), cette collection est rattachée à différentes instances, l’une médicale et deux autres cinématographiques : la Psychiatrische und Nervenklinik der Universität Frankfurt am Main, incarnée par le Prof. Karl Kleist et le Dr Herz (probablement son assistant) ; la firme bavaroise N.G.K. (pour Neue Kinematographische Gesellschaft) et la firme Verlage Wissenschaflticher Filme Berlin (Luisenstrasse 51).

La thèse de Stephan Christian E. Dettmer sur les films de Karl Kleist livre de précieuses informations (Dettmer 2010). Intéressé par l’usage du film dès 1920, mais en l’absence de soutien financier, Kleist doit attendre 1924 avant de réaliser ses premières prises de vue à l’aide d’un subside de son université (Faculté de médecine, Université de Francfort-sur-le-Main). Il filme alors des troubles neuropsychiatriques (sclérose, apraxie, maladie de Huntington) et répond à des commandes, dont une provenant d’Eugen Bleuler du Burghölzli (Zurich). En 1926, il prend part aux Medizinische Filmwoche (Semaines du cinéma) à l’hôpital de la Charité à Berlin, qui sont organisées par Alexander von Rothe, avec l’Unterrichtsfilm Gesellschaft. Rappelons que von Rothe est l’un des principaux promoteurs du film médical en Allemagne dans les années 1920 (Friedland 2017).  Kleist collabore par la suite avec deux sociétés : la Deutsche Gesellschaft für wissenschaftliche Filme (Société allemande du film scientifique) et la Medizinische-Kinematographische Universitätsinstitute (Institut du cinéma médical de l’Université de Berlin). Ses films documentent différents troubles typiques du “répertoire” : maladie d’Alzheimer, démence, psychose, encéphalite léthargique, catatonie, hystérie, névrose de guerre, etc.  En 1934, une grande partie de cette production filmique est intégrée au catalogue de la RdfU (Reichsstelle für den Unterrichtsfilm), grâce auquel elle est largement diffusée. Kleist lui-même en fait la promotion active à travers des conférence, comme l’une à Berne en 1951.

Pour revenir aux films “bâlois” désormais conservés à la Cinémathèque suisse, la mention de sociétés de production actives à Munich et à Berlin dans les années 1920 confirme la collaboration des psychiatres avec des professionnels du cinéma (ou le traitement des films en laboratoire), une pratique qui n’est pas inhabituelle. Dans les années 1920, Vincenzo Neri, un neurologue de Bologne, a lui aussi fait appel à des opérateurs, emmenant deux patients dans un studio pour filmer un geste médical : l’usage d’un appareil de faradisation ulnaire sur des patients souffrant possiblement d’hystérie. On sait également, qu’en 1908, lors de son séjour à Paris auprès de Babinski, Vincenzo Neri filme des malades dans un des studios cinématographiques de Georges Mandel à Bagnolet (Vanone, Lorusso, Venturini, 2015). Mais cet exemple allemand, lequel combine contexte hospitalier et dispositif technique professionnel, rappelle surtout la collaboration entre Camillo Negro (psychiatre) et Roberto Omegna (opérateur) sur le film Neuropatologia (1908-1915) dont il a été question à plusieurs reprises sur ce blog.

Hystérie

Kleist fait certainement venir des opérateurs dans l’enceinte de l’hôpital, comme le suggèrent la qualité générale de la prise de vue et certains plans où le bord-cadre droit révèle la présence d’une paroi munie de fenêtres. Filmés tantôt sur un fond noir, tantôt sur un fond clair, parfois placés sur une sorte d’estrade en bois, les patients sont la plupart du temps au centre du cadre, et si d’aventure ils s’en écartent, le personnel soignant les redirige. La caméra majoritairement fixe (avec parfois de légers mouvements de recadrage), l’éclairage uniforme, les changements d’échelle des plans, la composition visuelle, la rareté des incidents techniques, etc. témoignent du soin apporté à la réalisation, toujours au service de la lisibilité des images. Les contrastes noir-blanc favorisés par la juxtaposition des corps sur un fond sombre ajoutent à la valeur plastique de celles-ci.

Myoklonische Zuckungen des Zwerchfelles

Du point de vue du contenu, ces films sont très proches d’autres collections qui s’emploient à montrer les cas les plus typiques ou les plus rares de troubles neuropsychiatriques : chorée, catatonie, paralysie, idiotie, manie, hystérie, névrose de guerre, démence précoce, confusion affective chronique, épilepsie, athétose double, encéphalite léthargique, hallucinations, etc. Le recours à des accessoires, en particulier du mobilier (chaise, chaise roulante, chaise longue, lit, baignoire) et à des objets (horloge, clé, corde, couverture, drap, règle, marteau et clou, pince, boîte d’allumettes, peigne, cigarette, etc.), permettent de « mettre en scène », à des fins démonstratives, les mouvements, gestes, réactions, caractéristiques des maladies ou symptômes considérés.

La plupart des films sont structurés par un enchaînement de cas séparés grâce à des cartons, lesquels indiquent la maladie, les symptômes, l’exercice effectué par le sujet ou l’écart chronologique entre deux prises de vues de sorte à retracer l’évolution de la maladie. Certains adoptent une logique typologique, comme le film consacré à la démence précoce qui décline une variété de mouvements stéréotypiques, et d’autres un récit de cure « avant-après », à l’instar du film sur la névrose de guerre (Kriegsneurotiker), où les hommes affectés de tremblements et de troubles de la parole semblent plus calmes après un traitement (non spécifié). La nature hétérogène des films répond aux besoins des médecins de regrouper différents cas, ce matériel permettant également de constituer un catalogue ou une archive à disposition des spécialistes (certains films portent sur le carton de fin l’indication « achat et location… »).

Kriegsneurotiker

La présence des films de Karl Kleist à Bâle n’est pas surprenante. Elle s’explique par la proximité géographique et scientifique entre l’Allemagne et la Suisse, notamment la Suisse allemande. Reste à savoir si on la doit aussi au passage de Kleist lui-même dans cette institution. Dans le contexte allemand, on peut faire l’hypothèse que cette collection a participé à la mise sur pied de l’Office national du film d’enseignement, fondé en 1934 par le ministre de la Culture, Bernhard Rust, à l’initiative d’Egon von Werner, un lieutenant de la marine allemande. L’existence de tels documents a sans aucun doute permis d’étayer la pertinence d’institutionnaliser la production de films scientifiques à l’échelle nationale.

La comparaison avec les collections de la Waldau permet de mettre en exergue la variété des pratiques, déterminée en partie par l’histoire des technologies. Au moment où le 16 mm n’est pas encore largement diffusé, il est usuel de voir les médecins choisir le 35 mm, ce dispositif appelant la collaboration avec des professionnels du cinéma (ou peut-être est-ce l’inverse : le contact, dans les années 1920, avec un studio conduit naturellement à recourir le 35 mm). Lorsque les technologies d’enregistrement s’allègent, il semble plus aisé pour les psychiatres de s’emparer du 16 mm afin de réaliser eux-mêmes les prises de vue, sans dépendre d’un tiers. Mais ce choix, comme dans le cas des films d’Ernst Grünthal des années 1940-1950, peut aussi être guidé par une volonté de s’affranchir de tout soupçon de mise en scène ou de “trucage” attaché au cinéma. Alors que Kleist préfère s’en remettre à des opérateurs pour assurer la qualité et la lisibilité des images, Grünthal répond à l’impératif d’objectivité mécanique en empruntant une autre voie, celle de l’autosuffisance de l’expertise scientifique, quitte à sacrifier la qualité purement technique des films, lesquels s’inscrivent dans le paradigme du cinéma amateur. Dans tous les cas, pour comprendre les spécificités formelles et sémantiques de ces collections, il convient de croiser des données relatives à l’histoire de la psychiatrie, l’histoire des techniques de prises de vue et l’histoire nationale (politique et sociale) — un travail qui requiert une perspective multidisciplinaire.

** Je remercie infiniment Olivier Voirol (SSP/ISS, UNIL) pour la discussion et les informations sur Kurt Goldstein qui m’ont permis de compléter cet article. Olivier Voirol est requérant principal sur un projet FNS intitulé « The Frankfurt School in Switzerland. A Neglected History of Critical Theory (1917-1980) » (FNS 2022-2026).

MB

Illustrations : Cinémathèque suisse

Références

Abi-Rached, Joelle M. & Rose, Nikolas, « The Birth of the Neuromolecular Gaze », History of the Human Sciences, vol. 23, n°1, 2010, pp. 11-36.

Dettmer, Stephan Christian E., « Der Film in der Psychiatrie von 1920 bis 1951 am Beispiel von Karl Kleist », Thèse de doctorat, Université de Francfort-sur-le-Main, 2010.

Friedland, Alexander, «  “… Films für den Unterricht allzustark betont”. Zur Geschichte des Medizinisch-kinematographischen Instituts der Charité 1923-1931  », Medizinhistorisches Journal, vol. 52, n° 2-3, 2017, pp. 148-179.

Geroulanos Stefanos & Meyers, Todd, « Brain Injury, Patienthood, and Nervous Integration in Sherrington, Goldstein, and Head, 1905-1934 », in id. The Human Body in the Age of Catastrophe. Brittleness, Integration, Science, and the Great War, Chicago, The University of Chicago Press, 2018.

Geroulanos Stefanos & Meyers, Todd, Experimente im individuum: Kurt Goldstein und die Frage des Organismus, Berlin, August Verlag, 2014.

Hennes, Hans, « Die Kinematographie im Dienste der Neurologie und Psychiatrie, nebst Beschreibung einiger selteneren Bewegungsstörungen », Medizinische Klinik, n°51, 18 décembre 1910, pp. 2010-2014.

Klee, Ernst, Deutsche Medizin im Dritten Reich. Karrieren vor und nach 1945. Frankfurt am Main, S. Fischer, 2001.

Kleist, Karl & Driest W., « Die Katatonie auf Grund katamnestischer Untersuchungen. I. Teil. Die als Katatonien verkannten Degenerationspsychisen, Psychosen der Schwachsinnigen und symptomatischen Psychosen », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie, n°157, 1937, pp. 479-556.

Kleist, Karl & Pittrich, H., « Die Hochschulfilm in seiner Bedeutung für Psychiatrie und Neurologie mit Vorführung von Teilen aus 3 neuen eigenen Filmen », Verhandlungen der Gesellschaft Deutscher Neurologen und Psychiater, Berlin-Heidelberg, Springer, 1936, pp. 227-228 (https://doi.org/10.1007/978-3-642-99162-2_34).

Neumärker K. J. & Bartsch A.J., « Karl Kleist (1879-1960) — un pionnier de la neuropsychiatrie », Histoire de la psychiatrie, n°14, 2003, pp. 411-458.

Vanone, Federico, Lorusso, Lorenzo & Venturini, Simone, « Vincenzo Neri and His Legacy in Paris and Bologna », Journal of History of the Neurosciences, vol. 25, n° 1, 2015, pp. 51-62.

Weiser, Martin, Medizinische Kinematographie, Dresden-Leipzig, Steinkopff, 1919.

[Note de recherche] Filmer le trouble (neuro)psychiatrique au XXe siècle : du corps à la parole du sujet ?

Lors de sa conférence « From diseased and sportive bodies: some reflections on grammars of media and its technologies » (ERC Final Conference « The Healthy Self as Body Capital », février 2022), Anja Laukötter a distingué deux tendances qui traversent l’histoire des représentations audiovisuelles du corps. Avant la Seconde Guerre mondiale, les films éducatifs et scientifiques véhiculent leur message à travers une structure dramaturgique simple et une rhétorique redondante : textes, sons, mais surtout images (microcinématographie, graphiques, animation didactique, etc.) jouent avec les émotions du public dans le but d’influencer son comportement face aux problèmes sanitaires et sociaux soulevés. L’enjeu consiste à faire peur, voire à dégoûter via des images crues ou choquantes, de sorte à créer une prise de conscience salutaire (pensons aux films antisyphilitiques).

Cette manière de mettre en scène les connaissances relatives au corps devient obsolète à partir des années 1970-1980 : le corps n’est plus visualisé mais « parlé », précise Anja Laukötter, qui donne comme exemple les programmes TV sur le virus VIH. Si les productions audiovisuelles de la seconde moitié du XXe siècle font disparaître le corps des écrans, c’est notamment parce que l’éducation à la santé s’adosse à un savoir fourni par la psychologie — les psychologues accédant à un statut d’experts incontournables.

Fig. 1

Ce passage d’un corps visualisé à un corps « évoqué » par la parole du sujet épouse en partie l’évolution de l’histoire des disciplines chargées d’examiner et de traiter les maladies nerveuses et psychiques. Alors que durant la première moitié du XXe siècle, les films de médecins portent une attention toute particulière aux dysfonctionnements du corps (Fig. 1), dès les années 1950, la caméra devient plus attentive à la parole des patient·e·s et aux troubles du langage, comme l’illustre la pratique de l’entretien filmé dans le cadre de films « médico-pharmaceutiques » (Bonah & Danet 2017).

Différents facteurs expliquent ce glissement, les uns en lien avec l’histoire des technologies d’enregistrement, les autres avec l’histoire des sciences du psychisme : l’émergence de nouveaux appareils de prises de vue et de son synchrones, l’impact des « nouveaux » cinémas soucieux d’authenticité, la remise en question du rôle des institutions psychiatriques, l’institutionnalisation du film psychiatrique soutenu par les entreprises pharmaceutiques, et peut-être aussi le prestige de la psychanalyse. C’est ce que Christian Bonah et Joël Danet nomment le « moment anthropologique » du cinéma médical utilitaire, notamment en référence aux films réalisés par Éric Duvivier en collaboration avec des médecins (Bonah & Danet 2017 ; Bonah 2019).

Fig. 2

Ce type de film témoigne d’une approche psychologique du patient et de sa relation avec le médecin, attentive aux gestes, regards, réactions, etc. de l’un et de l’autre. La manière de filmer ces entretiens rappelle à bien des égards le modèle du cinéma direct : immersion de l’équipe de filmage dans l’univers, dépouillement de la mise en scène, montage long, dialogues pris sur le vif, etc. On peut se demander à cet égard à quel point la télévision n’a pas aussi joué un rôle dans ce mouvement conduisant de la visualisation à l’écoute du corps malade (Fig. 2).

Fig. 3

Qu’en est-il des films réalisés dans les institutions cliniques et hospitalières suisses, et plus particulièrement à la Waldau ? Globalement, ils suivent la même évolution mise en évidence par Anja Laukötter. Durant la première moitié du XXe siècle, de nombreux films cherchent à capter les symptômes des malades dans leurs manifestations somatiques. Les médecins ont une approche commune des patient·e·s atteint·e·s de maux neurologiques, psychiatriques et neuropsychiatriques – malades qui ne sont pas encore strictement séparé·e·s dans les hôpitaux helvétiques. Il s’agit d’observer les troubles de mouvement — lesquels concernent un large spectre de maladies mentales — et parfois leur modification au fil du temps.

Au LAC (Laboratoire d’anatomie cérébrale), Ernst Grünthal filme par exemple la rigidité des mouvements d’un patient atteint d’un syndrome parkinsonien post-encéphalitique, selon la logique d’un récit « avant/après traitement » censé faire la démonstration d’une amélioration grâce à un médicament (Fig. 3). Formé en tant que psychiatre, mais adepte d’une vision neurobiologique des troubles psychiques (alors souvent amalgamés aux troubles purement neurologiques), Grünthal place au centre de son système théorique et de sa pratique filmique le cerveau humain, qu’il étudie essentiellement à travers l’examen du comportement et de ses aléas (Tinguely 2020).

Dès les années 1950, apparaissent dans les collections Waldau des films sonores qui contiennent des entretiens entre médecins et patient·e·s (les bandes-sons n’ont malheureusement pas, à ce jour, été retrouvées). Filmés parfois devant un rideau, assis autour d’une table basse, les patients en tenue de ville s’entretiennent avec un médecin en blouse blanche (Fig. 4).

Fig. 4

Ce choix de « mise en scène » est aussi présent dans des films plus tardifs, tels ceux destinés à l’enseignement de cas cliniques, à l’instar de Symptomatologie hystérique (Éric Duvivier & André Féline, 1971), dont le but est de montrer comment les symptômes d’une névrose hystérique peuvent s’exprimer somatiquement (Fig. 5).

Fig. 5

Le principe de l’entretien filmé se combine souvent à l’observation du corps en mouvement, le·la patient·e étant libre d’arpenter la pièce, de fumer, de se lever, s’asseoir, etc. Les changements d’échelle de plans, tantôt plus rapprochés, tantôt plus larges, témoignent de cette focalisation variable sur le corps, le langage, les expressions, le discours du sujet. Certains films alternent même les modalités d’observation des symptômes, passant de l’écoute du patient au test de ses réflexes primaires, comme celui de la succion. D’autres encore « écoutent » les malades à leur chevet, visiblement en état d’agitation, comme en atteste le micro tenu par l’une des infirmières (fig. 6). C’est pourquoi il convient de parler de tendances qui s’ajoutent les uns aux autres et qui parfois s’hybrident, plutôt que de passage – même progressif – d’un paradigme à l’autre.

Fig. 6. Collections Waldau, années 1950 © Psychiatrie-Museum Bern/Cinémathèque suisse

Par ailleurs, il y a fort à parier que si le corps est au centre des films (neuro) psychiatriques, la parole (indicative tout autant de pathologie que de la vie affective) n’a jamais été négligée par les médecins, d’une part parce qu’elle s’inscrit dans le corps, d’autre part, parce qu’elle est susceptible de faire l’objet d’une retranscription jugée complémentaire à une documentation de type audiovisuel.

L’évolution d’une monstration du corps à l’écoute du sujet mérite donc d’être nuancée, tant les pratiques et les objectifs visés sont divers selon les contextes. Mais elle a le mérite de tracer un axe qu’il convient de garder à l’arrière-plan de nos analyses, en ce qu’elle nous rappelle le rôle joué par l’histoire des technologies d’enregistrement, ainsi que l’histoire des approches de la maladie mentale, dans la manière de filmer les troubles (neuro)psychiatriques.

Références

Christian Bonah, « “Réservé strictement au corps médical” : les sociétés de production audiovisuelle d’Éric Duvivier, l’industrie pharmaceutique et leurs stratégies de co-production de films médicaux industriels, 1950-1980 », Cahiers d’histoire du Cnam, 2019, vol. 12, n° 12, pp. 133-158.

Christian Bonah & Joël Danet, « Le moment anthropologique du cinéma industriel pharmaceutique. Retour sur le film utilitaire médico-pharmaceutique francophone des années 1970 », Images du travail, travail des images [en ligne], n° 4, 2017.

Raphaël Tinguely, Les films neuropsychiatriques d’Ernst Grünthal au Hirnanatomisches Institut de la Waldau, 1934-1965, mémoire de Master en lettres, Université de Lausanne, septembre 2020.

MB

Billet sous licence CC BY SA

[Actualité] Il y a 70 ans, Ernst Grünthal obtenait l’un des premiers subsides de recherche alloué par le Fonds national de la recherche scientifique (FNS)

Ernst Grünthal (1894-1972), le psychiatre d’origine allemande installé en Suisse depuis 1934, est l’un des premiers chercheurs à obtenir un subside pour ses recherches au sein du Laboratoire d’anatomie cérébrale, situé sur le site de la Waldau.

Créé en 1952 sur mandat de la Confédération suisse, le FNS souhaite, d’une part, assurer la relève académique et, d’autre part, veiller à ce que la recherche helvétique dispose des meilleures conditions pour se développer sur le plan international. Voici ce qu’écrit le psychiatre Jean-Louis Nicod (1895-1983) dans le Rapport annuel pour 1952 de l’Académie suisse des sciences médicales (ASSM), dont il est alors président :

[A]ux côtés de la « Société helvétique des sciences naturelles », de la « Société suisse des sciences morales », de la « Société suisse des juristes », de la « Société suisse de statistique et d’économie politique », [l’ASSM] a contribué par un versement de frs. 100’000.– à la création du capital de dotation de cette œuvre nationale, à la fois neuve, hardie et grandiose. Le Fonds national, en effet, a vu son premier jour officiel et solennel, le 1er août dernier, au Palais fédéral à Berne, en présence des autorités fédérales et de tous ceux que les diverses instances scientifiques de notre pays ont délégués pour participer à son activité (Rapport annuel pour 1952, Bâle, Benno Schwabe & Co., 1953, p. 2).

Parmi les mécènes et les organisations faîtières ayant pris part à ce versement de 100’000 francs, on compte notamment les firmes pharmaceutiques J.-R. Geigy, Sandoz, Ciba, Wander et F. Hoffmann-La Roche. Sur cette enveloppe, 1’500 francs sont versés le 4 octobre 1952 par Jean-Louis Nicod à Ernst Grünthal pour l’achat d’un appareil de projection, afin d’étudier l’architecture cellulaire du thalamus et de l’hypothalamus. L’acquisition de ce dispositif donne lieu, la même année, à la publication d’un ouvrage par Ernst Grünthal avec le neuroanatomiste Kurt Feremutsch (1920-2004), Beiträge zur Entwicklungsgeschichte und normalen Anatomie des Gehirnes (1952). Abondamment illustré de photographies microscopiques et de schémas, ce livre se focalise sur l’étude des mécanismes neurobiologiques du diencéphale au moyen de modèles animaux.

Ernst Grünthal (1894-1972)

Cherchant à extrapoler ces dernières découvertes à l’esprit humain, Ernst Grünthal choisit d’orienter ses recherches vers l’examen de femmes et d’hommes victimes de troubles mentaux. C’est pourquoi il sollicite une seconde fois le FNS en 1953, en déposant un projet intitulé « Étude de l’apparition et du développement de syndromes psychopathologiques fonctionnels et organiques en fonction de perspectives méthodologiques diverses » (Untersuchung funktioneller wie organischer psychopathologischer Syndrom in ihren besonderen Zuständen und Verläufen unter möglichst vielfältigen methodischen Gesichtspunkten).

Ce projet ambitieux inclut la participation de trois partenaires scientifiques, à savoir Maurice Rémy, Hans Heimann et Theodor H. Spoerri. Dans cette seconde demande de financement, Ernst Grünthal commence par énumérer les publications co-écrites avec ses trois collègues et parues dans plusieurs revues spécialisées d’envergure. Puis il dit vouloir poursuivre ces travaux afin d’identifier, de tracer et de répertorier les impressions, les expressions faciales, les processus de pensée, etc. de malades interné·e·s à la Waldau. Pour ce faire, il proposer de combiner et de confronter les données obtenues grâce à des entretiens cliniques, des examens EEG, des analyses post mortem et des films de patient·e·s (Archives du FNS, requête n° 317, Ernst Grünthal, 24 octobre 1953).

En dépit de cette méthodologie un peu floue, et du départ à la retraite imminent de Jakob Klaesi (qui doit être remplacé par Max Müller à la tête de l’hôpital psychiatrique bernois), le FNS accepte de débourser 20’000 francs en 1954 – l’obtention prochaine d’Ernst Grünthal du titre de Professeur n’étant certainement pas étrangère à cette décision. Grâce à ce second subside FNS, Ernst Grünthal réalise, entre 1954 et 1955, 71 courts métrages en 16 mm à l’aide d’une caméra Paillard-Bolex H16, le tout dans une pièce du LAC réservée à cet effet et agrémentée d’un plafonnier pour garantir un éclairage zénithal optimal.

Ces films sont projetés en avant-première au mois d’octobre 1955 par Theodor H. Spoerri lors d’une conférence – « Das Schöpferische in der Psychose » (« La créativité dans la psychose ») – qu’il donne lors d’un congrès en Allemagne, organisé par la Société de psychologie d’Essen. En 1956, certains photogrammes sont reproduits dans l’un de ses articles (« Das Produktive an Ausdruck und Sprache Schizophrener »/« La productivité de l’expression et du langage des schizophrènes »). On y aperçoit deux femmes et un homme atteint·e·s de schizophrénie et assailli·e·s de tics, de grimaces, de convulsions et de spasmes au niveau du faciès. Dans son texte remanié pour être imprimé, Theodor H. Spoerri insiste sur la complémentarité des images animées et des images fixes, les unes permettant de matérialiser les mouvements pathologiques des patient·e·s et les autres de subsumer la fugacité de la linéarité filmique qui peut entraver la perception et la compréhension du contenu. Le film est donc appréhendé dans une logique très semblable aux psychiatres qui ont précédé les chercheurs suisses dans l’observation des pathologiques mentales et neurologiques grâce à des dispositifs optiques.

70 ans plus tard, par un joli effet de mise en abyme, le FNS soutient une équipe d’historiennes et d’historiens du cinéma, pour investiguer les pratiques filmiques de psychiatres et neurologues en Suisse, dont celle d’Ernst Grünthal qui est au cœur des collections Waldau déposées à la Cinémathèque suisse.

Grâce au FNS – dont l’appui est devenu indispensable depuis que la Suisse est devenue un pays tiers non associé au programme européen Horizon Europe –, il est ainsi possible d’élargir nos connaissances sur l’histoire de la psychiatrie en Suisse, ainsi que sur le rôle épistémologique joué par le film utilitaire dans le cadre de recherches scientifiques.

MB

[Note de recherche] Some notes on the “Useful Film in (Neuro)Psychiatry Europe, 1900-1950. Update on Current Research” conference

The main goal of the conference was to assess the research on “useful films” conducted during the first half of the 20th century by neurologists and psychiatrists in Europe for clinical, educational, and archival purposes. The “useful film” has been long neglected by film historians, remaining in the shadow of both commercial cinema and the “auteur film”. Partly escaping commercial theatrical release, useful films know over the years a large variety of formats, forms, and functions, but also a diversity of production, distribution, and reception contexts. Their pragmatic and ephemeral nature requires considering the context in which these films are elaborated, as well as the discourses that surround them and the practices that determine them.

Drawing on the work of Acland and Wasson, the notion of useful film refers to the multiple ways institutions conceive and engage with the tool of cinema. “The concept of useful cinema does not so much name a mode of production, a genre, or an exhibition venue as it identifies a disposition, an outlook, and an approach toward a medium on the part of institutions or institutional agents.” (Acland & Wasson 2011, 4). For our part, we employ this notion in order to designate an approach to cinema oriented by the needs of the actors in the field of neurology and psychiatry.

Kimberley Fleuren

One of the scopes of the conference was to compose, through a number of case studies, a panorama of the practices involved (themselves quite diversified, even though the model of a film as a tool within medical research largely prevails), while bringing forth new approaches or lines of research relevant for this type of audio-visual document. Contributions focused on films made in France (Jean Comandon), Italy (Gaetano Rummo and others), Great Britain (Wellcome collections), Germany (Ludwig Mayer), Belgium (Van Gehuchten and others), the Netherlands (Magnus-Rademaker), Spain (Antonio Subirana), and Switzerland (Walter R. Hess, Ernst Grünthal).

We have chosen to focus on the first part of the 20th century for pragmatical reasons, but also to reexamine the traditional history of neuropsychiatric film, which isolates two key moments in the development of the film practices of neurologists and psychiatrists. The first one amounts to the era of the pioneers around 1900–1910 (Marinescu, Van Gehuchten, Neri, Negro, Magnus, Sainton, Comandon, etc.). Their films are for the most part the result of personal initiatives and emerge outside institutional policies, as is the case with the amateur films made by Ernst Grünthal; other films are made through collaboration between a professional filmmaker and a doctor/institution/firm. The second key moment extends from the inter-war to the post-war years that saw the rise of the “institutional asylum film”, a term introduced by Bonah and Rotzoll (2015). Indeed, in addition to a persistent voluntarist tradition, films are from that moment on actively supported by medical institutions, pharmaceutical companies, and public policies.

Leander Diener

Yet how accurate is such an identification of two golden eras and what happens in between? Can the history of useful film in psychiatry and neurology really be divided into distinct periods and if so, according to what criteria? What forms does the notion of the camera’s alleged objectivity take during this period of fifty years? How do the films testify to this mechanical objectivity bestowed upon the medium of film? Certainly, the recourse to films pushes even further the fantasy of the “blind gaze” to which the scientists of the 19th century aspire – scientists who, as Daston and Galison observe, dream of becoming themselves machines with no will of their own. However, we must not forget that all statements about the objectivity of the cinematographic camera are essentially rhetorical. They serve in part to convince the scientific community of the legitimacy of such practices, since cinema is still associated with the world of entertainment. Therefore, discourses on the objectivity of the film medium have the function of legitimizing and stabilizing knowledge and practices.

Katrin Luchsinger on photography in psychiatric institutions

More importantly, these claims coexist with an acute awareness of the limits of such mechanical objectivity allowed by the film medium. For instance, the psychiatrist Paul Sainton highlights the challenges involved in properly filming subjects affected by movement disorders. It is not easy, he writes, to capture patients with neurological or mental illnesses because it happens that they freeze once they know they are being filmed: “Subjects who, in their hospital setting, had extensive movements, remained motionless when put in front of the camera.” This problem is of course magnified due to the high cost of the film. Neurologists and psychiatrists are fully aware of the epistemological obstacles that prevent them from getting a “good” shot – obstacles such as the whimsical behavior of the patients or the technical, material, and weather hazards. They know well it is a challenge to grasp some pathological movements such as hysteria or epilepsy, or to record eloquent enough movements, worthy of interest because of their emblematic or singular features. In their efforts to ensure the clarity of the images, they are forced to come up with solutions that seem contradictory to the “cognitive absolutism” of the “clinical gaze”. For instance, some doctors choose to dramatize and narrate their patients’ symptoms or to stage their own practice.

What are the main results of the conference?

The approaches presented during the Conference reflect the diversity of the disciplines to which the researchers belong. At the same time, they are telling of the complexity and richness of the films studied. As the first panel, “Filming the Brain”, illustrated (with Kimberley Fleuren, Leander Diener and Raphaël Tinguely), three different approaches stand out: a. a clinical approach, according to which the film is treated as a document informing on certain medical practices and pathologies, thus functioning as an extension of regular clinical observation, intended to capture what escapes the eye; b. a history of medicine and science approach that uses the film as a means of shedding light on a particular aspect of this history; c. a film and media history approach that focuses on the aesthetics and the materiality of films, as well as the context of their application. All three approaches attest to the epistemic value of the neuropsychiatric film, though the actual nature of this knowledge differs according to perspective adopted. As Christian Bonah remarked, “we look at the same images, but we don’t see the same thing” (referring to Ludwik Fleck’s “looking vs seeing model”). Therefore, it is important to openly assume the position from which we interpret these multi-dimensional images (and sounds).

Angela Saward from the Wellcome Collection (London)

As Katrin Pilz reminded us, the question of the “usefulness” can be asked at different levels, depending on the actual users. To whom are these films useful? Firstly, to medical doctors, teachers, staff, students, etc. at the time of the production (we may speak, in this case, of the films’ original usefulness). Then, they were useful to operators, filmmakers, firms, etc. interested in collaborating with doctors. Finally, they are useful today to researchers, archivists, curators, etc. If their original message is quickly outdated (they are ephemeral material), they present an immense historical value, as Angela Saward explained through a specific case study. Katrin Pilz concluded that one must begin by asking why these films were considered useless for so many years, forgotten in attics, remote hospital rooms, bunkers, etc.

The usefulness of these films is a dynamic concept, as David Cantor has noted. Usefulness changes over time (it increases or decreases with time and context); it fluctuates based on the groups that engage with the medium of film; it depends on the applications to which film is submitted, but also on the audiences that watch it. The question of the usefulness of films must be distinguished at all stages of their existence: production-direction, distribution, reception. Depending on the stages of the film’s development, the medical knowledge, the technology used, the content, the contingencies of the filmmaking, the audience responses, etc., the usefulness changes in form and meaning. Utility is a concept under constant construction, the object of negotiation between production, distribution and reception entities.

The roundtable with David Cantor, Katrin Pilz, Angela Saward, Christian Bonah and Caroline Fournier

With regard to the original utility, the paradigm of mechanical objectivity dominates. But mechanical objectivity constitutes only one type of epistemic virtue among several others, as Daston and Galison have shown. For Andreas Killen, the Ludwig Mayer’s films on hypnosis resort to the truth-to-nature paradigm, in that these films aim above all to demonstrate the effectiveness of hypnosis through emblematic images of the hypnotic state.

Nowdays, these films also inform us about the history of recording technologies (35mm, 16mm, 8mm, super 8, 9.5 Pathé Baby, etc.), as the Subirana collection presented by Paula Arantzatzu illustrated. The Subirana films testify to a media convergence practice that is quite extraordinary for the time: the films combine different types of still and moving images, such as real shots, X-rays, EEG, histological sections, and photographs. Moreover, they provide informations on the history of medical imaging, i.e. the usefulness of audiovisual devices expanding the field of scientific knowledge. This is also the case with the Waldau collections analyzed by Raphaël Tinguely, Léa Ritter, and Lucas Iliani. The hybridity of both the collections and the films of which they are composed requires us to trace the wider network in which they are embedded. According to Caroline Fournier, head of the film department of the Cinémathèque suisse, hybridity is what characterizes the production of amateur films—a paradigm that allows to understand the particularity of these film practices.

Léa Ritter and Lucas Iliani from the Cinémathèque suisse

Another question raised by the original usefulness is the content of these images. What exactly is the camera filming? Illnesses; patients, doctors, interactions between patients and medical staff; state of research; brain, mind, body, etc.?

Among those listed elements, the question of the patients has proven to be of a central importance. Who are they, where do they come from, how do they experience medical observation and filming; who are these invisible and unknown people on the screen? It seems quite difficult to trace their history, and when we do have some elements, they only come in fragments. Different sources provide some data: film storage material, administrative records, patient records, written testimonies, drawings, interviews with relatives, etc. But as Maia Woolner showed, this lack of information about patients is also meaningful. It reveals something about the status of patients as objects of experimentation, demonstration, or medical observation – hence, Christian Bonah‘s call to avoid the anonymization of data for legal reasons, as this process contributes to the invisibilization of people who have nevertheless played an essential role in the history of medicine. He also rightly reminded that the question of patients’ consent to be filmed is not just an ethical issue but also a legal one. In any case, solutions need to be found to conceptualize this invisibilization of patients, by drawing, for instance, on the social history of medicine, the spectralities or disabilities studies, which are interested in social groups neglected by canonical history.

The uncanny dimension of patients was also raised. While it strikes as obvious to today’s researchers, it is safe to assume that this must also have been the case, at least to some extent, for the experts watching the films at that time of their production. For example, it is difficult to make sense of images of patients who have completely lost control of their bodies and minds, as David Cantor has noted. And how to deal with the aesthetic dimension of certain shots that reduce patients to elements of the “medical set”? Part of the uncanny comes from their nudity, which emerges as a representational convention since the beginning of neuro-psychiatric cinema. For some speakers, nudity meets a need for visibility of every part of the body and muscles affected by pathological movements. For others, it is a cultural convention that allows nature and culture to be contrasted, with patients embodying the primitive and doctors the civilized. In this latter perspective, it is used to contrast the healthy body (that of the doctor who stands by the patients) and the sick body of the patient, in a comparative gesture typical of medical thought.

But is the nakedness always necessary? In some cases, the nudity does not fail to add something spectacular to the representation. According to Christian Bonah, some of these films appear as “medical exploitation films,” in that they rely on sensationalist effects. For this reason, they lend themselves to all sorts of hijackings, as illustrated by the films of Doyen that circulated on fairgrounds. One solution might be to contextualize these images when shown today, following the model of platforms such as Medfilm or the Wellcome collection.

From Lorenzo Lorusso’s presentation about Gaetanno Rummo

In any case, these films need to be interpreted as a history of specific power relationships, as for instance, the history of Western colonialism, and more generally the history of the stigmatization of the insane based on processes of exclusion and inclusion (in other words, in terms of negotiation, as suggested by Katrin Luchsinger). As Christian Bonah highlighted, one must be careful not to essentialize what one sees, as films always reveal more than the doctors wish to show; indeed, while mechanical objectivity is inherent in the film medium, film is underpinned by ideological, even political, issues, as Paula Arantzatzu showed.

Katrin Luchsinger has raised a yet another essential question on the subject of patients, namely that of the emotions aroused by these images of madness. She reminded how important it is to take time to watch and process these films and photographs. She also drew attention to the aesthetic and spectacular dimensions that escape those who produce the images. These films also respond in a way to existential questions that will be at the core of the avant-gardes, as when they display new images of the body and mind, through new technologies, a theme highly relevant for artists from the beginning of the 20th century.

Psychiatrie Museum Bern

There are still many more questions that need to be answered: Who is filming? Who is behind the camera? Doctors, operators, assistants? How are we filming? Is it just to document experiments that confirm research hypotheses (as for W. R. Hess) or to create a sophisticated discourse to be presented to peers at conferences (as for Subirana)? Who is watching these films? Medical and non-medical audiences (films do not always reach their original audience and may be enjoyed for their spectacular dimension outside the medical realm)? How should the issue of sensitive data be approached ? (We have seen that there are different “schools of thought” depending on the institution).

References

Charles R. Acland & Haidee Wasson (ed.) (2011), Useful Cinema, Durham-London, Duke University Press.

Maike Rotzoll & Christian Bonah (2015), “Psychopathologie en mouvement. Histoire des films à Strasbourg et à Heidelberg”, in Ch. Bonah, A. Sumpf, Ph. Osten, G. Moser, T. Close-Koenig & J. Danet (eds.), Le Pré-Programme. Film d’enseignement / film utilitaire / film de propagande / film inédit dans les cinéma et archives de l’interrégion du Rhin Supérieur. 1900-1970. Une étude comparée franco-allemande, Heidelberg-Strasbourg, A25 Rhinfilm.

MB

Billet sous licence CC BY SA

Du singulier au pluriel : les collections Waldau

Quelques mois après le démarrage du projet FNS, force est de constater qu’il nous faut corriger notre intuition première. Nous ne sommes pas face à une collection, mais à plusieurs qui forment une constellation très dense de pratiques, d’objets et de personnes.

Quelques noms de médecins de distinguent au sein de ce réseau : Ernst Grünthal, Theodor H. Spoerri, Karl Kleist, Gustav E. Störring, Walter Rudolf Hess, Hans Heimann, Maurice Rémy. Si Ernst Grünthal, le Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) et la Waldau semblent constituer un centre névralgique majeur en Suisse, d’autres apparaissent également au fil de nos recherches. On pense par exemple à la clinique universitaire psychiatrique de Bâle (UPK) qui héberge une activité filmique très importante, et ce des années 1920 aux années 1970.

Rattachées à des institutions, ces collections se définissent principalement par leur hétérogénéité : hétérogénéité en termes d’instances de production, de fonctions, de discours, de codes génériques mobilisés, de contextes de diffusion, etc. – ce qui nous motive à mobiliser des outils de “distant reading” (F. Moretti) permettant de comprendre cette complexité.

Afin d’avoir un aperçu de cette pluralité, nous avons conçu une frise chronologique qui rend compte sur l’axe diachronique des différents ensembles qui ont pu être identifiés jusqu’à maintenant. Cette frise sera certainement amenée à être modifiée dans les mois qui viennent pour des raisons non seulement factuelles, mais aussi conceptuelles.

Frise chronologique établie par MB et RT (octobre 2021)

CFP – Useful Film in (Neuro) Psychiatry Europe, 1900–1950. Update on Current Research

Workshop – University of Lausanne 3-4 March 2022

Since its inception, the cinematograph had many applications in the medical field, and particularly in the fields of psychiatry, neurology and neuropsychiatry (Lorusso & Venturini 2019). With surgeons, neurologists and psychiatrists are at the forefront of using film as a tool for analyzing, storing, archiving, and transmitting knowledge. For a long time, the (neuro) psychiatric films made by doctors as part of their teaching and research have been overshadowed by educational and health films. But since 2000, and especially 2010, scholars from different disciplines are increasingly interested in these practices. Several interdisciplinary teams have conducted research, with the aim of rehabilitating film as a privileged source for both the history of medicine and the history of cinema.

This interest stems partly from discoveries of films thought to be lost, such as the Magnus-Rademaker collection (1909–1940) (Koehler, Lameris & Hielscher 2015; Koehler & Lameris 2016). We can also mention the research in Italy on the Vincenzo Neri collection (Lorusso, Vanone & Venturini 2012; Vanone, Lorusso & Venturini 2015; Venturini & Lorusso 2013); in Germany on the Arthur Simmons and Max Nonne collections (Holdorff 2010, 2012, 2016); in Belgium on the Van Gehuchten collection (Aubert 2002a, 2002b, 2009, 2016); or in Rumania on the G. Marinescu collection (Buda et al. 2009). All these studies, and many others, show the dynamism of a field of research in continuous expansion.

Scholars face several challenges in front of films made by mental health professionals. How to locate objects that are poorly (or not at all) identified? How to understand them in the absence of sufficient information about their production and distribution context? How to work on films that are in poor condition? How to solve problems of access to sensitive data? How to establish productive transdisciplinary collaborations? Indeed, there is still much to be done to build on these documents defying traditional classifications (e.g. the distinction between documentary and fiction) and even escape knowledge altogether, as they “sleep” at the bottom of a closet, in a hospital, a bunker or the cellar of private owners.

Such investigations involve observing the contexts in which the film medium is used. But also, how scientific practices, observation protocols and discursive logics discipline-specific shape the medium and the uses of film. If the film is embedded in a preexisting framework that it modifies, it is itself also transformed in return by its environment of use. For this reason, it would be essential to question the consensus on the epistemic value of the “medical gaze” as mediated by film.

Focusing on the study of films shown in medical institutions, in lecture halls and at scientific conferences, this workshop has several goals: to map the state of research on works devoted to useful films in the field of neurology, psychiatry and neuropsychiatry, in Europe between 1900 and 1950; to highlight investigations on poorly known or unknown film collections; to serve as a starting point for one to two publications (journal issues). The main purpose is thus to increase our knowledge on practices that have long been considered “marginal” both in the medical humanities and in the history of cinema (and the media

We seek papers that may provide some answers to one or other of these questions:

  • In which context (historical, institutional, scientific, etc.) do doctors appropriated the filmic medium?
  • What are their needs and expectations regarding film?
  • What are their explicit and implicit goals?
  • What conception(s) of cinema underlie(s) the use of the moving image?
  • What formal elements of the technology are considered productive or counterproductive?
  • Which criteria lead doctors to emphasize certain technical properties of the medium to the expense of others?
  • Which issues are raised by the films in the medical community?
  • How are the films distributed and watched?
Film reel, Waldau collections, Cinémathèque suisse (picture by MB)

Contributions can include but are not limited to the following topics:

  • Study of specific film collections, or other related media as film operates in conjunction with other visual media (Lorusso, Venturini 2019)
  • Methodological issues raised by the examination of such sources, including issues related to their preservation and storage
  • Theoretical questions, as long as they are supported by a case study
  • Investigation of institutional or personal synergies on a European scale (Switzerland, France, Italy, Belgium, the Netherlands, Great Britain, etc.), given the intense circulation of medical expertise during the twentieth century

Organization committee: Mireille Berton, Elodie Murtas, Raphaël Tinguely

Scientific committee: Mireille Berton, Christian Bonah, Peter Koehler, Lorenzo Lorusso, Simone Venturini

Proposals submission

  • Abstract submission deadline: November 15, 2021
  • Ideally, each abstract should articulate: 1) an issue or research question to be discussed, 2) a source-based case study 3) a methodological or critical framework used, and 4) expected findings or conclusions
  • Decisions will be communicated to the authors by November 30, 2021
  • Title and abstract (400 words max.), and a short bio (200 words max.) should be submitted in Word format to Mireille.Berton@unil.ch 

Practical info

  • Language: English
  • Location: University of Lausanne, Dorigny campus, Switzerland
  • Expenses covered: one night’s accommodation, meals, travel within Europe
  • No payment from the participants will be required
  • Contact: Mireille.Berton@unil.ch or Raphael.Tinguely@unil.ch

Timeline

  • November 15, 2021: application deadline
  • November 30, 2021: notification of acceptance
  • February 1, 2022: submission of a long abstract (500-600 words)
  • March 3-4, 2022: workshop
  • September 1, 2022: submission of the articles for publication

Bibliography

AUBERT, Geneviève (2016), “Cinema and Neuroscience: Development and Application of Cinematography in the Field of Neurosciences”, Journal of History of Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 1–2.

AUBERT, Geneviève (2009), “Neurological Illustration: From Photography to Cinematography”, Handbook of Clinical Neurology, Nr. 95, 289–302.

AUBERT, Geneviève (2002a), “Arthur Van Gehuchten Takes Neurology to the Movies”, Neurology, Vol. 59, Nr. 10 (November 26), 1612–1618.

AUBERT, Geneviève (2002b), “From Photography to Cinematography: Recording Movement and Gait in a Neurological Context”, Journal of the History of Neuroscences, Nr. 11, 248–257.

Buda O., Arsene D., Ceausu M., Dermengiu D. & Curca G. C. (2009), “Georges Marinesco and the Early Research in Neuropathology”, Neurology, Vol. 72, Nr. 1 (January 6), 88–91.

CURTIS, Scott (2016), “Dissecting the Medical Training Film”, in Marta Braun, Charlie Keil, Rob King, Paul Moore & Louis Pelletier (ed.), Beyond the Screen. Institutions, Networks and Publics of Early Cinema, Bloomington, Indiana University Press, 161–167.

CURTIS, Scott (2015), The Shape of Spectatorship. Art, Science, and Early Cinema in Germany, New York, Columbia University Press.

HOLDORFF, Bernd (2016), “Arthur Simons (1877-1942) and Tonic Neck Reflexes With Hemiplegic ‘Mitbewegungen’ (Associated Reactions): Cinematography From 1916-1919”, Journal of History of Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 63–71.

HOLDORFF, Bernd (2012), “Arthur Simons (1877-1942) über tonische Halsreflexe beim Hemiplegiker mit Demonstration seines Film (mit Fällen aus den Jahren 1916-1919)”, Der Nervenartz, Nr. 83, 514–520.

HOLDORFF, Bernd (2010), “Max Nonne und die Kriegsneurose: Mit Filmdarstellung der Kriegszitterer vor und nach Hypnose von Max Nonne/Hamburg (1918). Zur Erinnerung an Max Nonnes 50. Todestag”, Schriftenreihe der Deutschen Gesellschaft für Geschichte der Nervenheilkunde, Nr. 16, 197–208.

LORUSSO, Lorenzo & VENTURINI, Simone (2020), “Cinema and Neurology: From History to Therapy”, dans Bruno Colombo (ed.), Brain and Art. From Æsthetics to Therapeutics, Cham/CH, Springer, 95–120.

LORUSSO, Lorenzo, VANONE, Federico & VENTURINI, Simone (2012), “L’arrivo e le sue tracce: la collezione Vincenzo Neri”, Immagine. Note di storia del cinema, Nr. 6 (July-August), 32–54.

KOEHLER, Peter J., LAMERIS, Bregt & HIELSCHER, Eva (2016), “Neurocinematography in Pre-World War II Netherlands: The Magnus-Rademaker Collection”, Journal of the History of the Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 84–101.

KOEHLER, Peter, J. & LAMERIS, Bregt (2016), “The Magnus-Rademaker Scientific Film Collection: Ethical Issues on Animal Experimentation (1908-1940)”, Journal of History of Neurosciences, Vol. 25, Nr. 1, 102–121.

VENTURINI, Simone & LORUSSO, Lorenzo (2013), “Vincenzo Neri: Anatomy of a Finding”, Tijdschrift voor Mediageschiedenis, Vol. 16, Nr. 1, 112–116.

Neuropatologia (Camillo Negro) 1915 – Museo del cinema

[La Waldau] Le Musée suisse de la psychiatrie à Berne

Dans un livre paru il y a quelques mois, plusieurs historiens et historiennes de la psychiatrie nous invitent avec force à (re)considérer la « culture matérielle » qui, dans l’espace et dans le temps, a entretenu de manière extensive un rapport avec la santé mentale (Ankele et Majerus (dir.), 2020). Leur approche stimulante et leur travail convaincant nous incitent dès lors non seulement à prendre quelque distance avec l’historiographie traditionnelle, qui privilégie l’analyse des « écrits de psychiatres » (par exemple : les manuels scientifiques, les articles de revue, les mémoires autobiographiques, les correspondances professionnelles et privées), mais aussi à refuser de « fétichiser », encore et toujours, les mêmes artéfacts (par exemple : les camisoles de force, les instruments psychochirurgicaux, les appareils à électrochocs, les substances psycho-actives et, dans un autre registre, les créations symboliques des malades ou les œuvres d’Art Brut).

Ainsi, comme le suggèrent ces auteur·rice·s, élargir la focale d’observation à des productions matérielles du quotidien nous oblige à nous intéresser davantage à la « vie sociale » d’objets tels que les lits, les chaises, les portes et les clés, les baignoires, les sources artificielles de lumière, les systèmes d’alarme, les parcs et les jardins, les bâtiments, etc. ; c’est-à-dire à des « choses » qui, au sein de l’institution psychiatrique, « “font” quelque chose de l’espace et des gens » (Ankele et Majerus, 2020 : 11). Car c’est bien au travers de tous ces éléments que les malades et les soignant·e·s vivent et font vivre, jour après jour, la psychiatrie.

Cet appel à porter l’attention à la « physicalité » des objets de la discipline s’appuie en réalité, apprend-on dans l’ouvrage en question, sur les acquis pratiques et méthodologiques de trois moments-clés : d’abord, le développement du « tourisme noir » (dark tourism) qui date des années 1970. Grâce à l’exploration urbaine (urban exploration, ou urbex), on a de fait (re)découvert, petit à petit, des centaines d’asiles d’aliénés abandonnés – surtout aux États-Unis et en Italie –, où de nombreux objets prenaient la poussière.

Le deuxième moment-clé correspond ensuite au tournant matériel (material turn) des années 1980-1990, qui a émergé dans le champ de l’anthropologie et des sciences humaines et sociales (SHS). C’est effectivement à partir de cette époque que l’on s’est donné pour tâche, dans l’espace académique, non plus de comprendre à quoi sert tel ou tel objet, mais plutôt de saisir quel rôle actif il joue de façon dialogique dans les processus sociaux.

Pour finir, le troisième facteur contribuant à valoriser les artéfacts issus du domaine de la santé mentale coïncide avec l’institutionnalisation, dans les années 1990, de musées consacrés à l’histoire de la folie. C’est le cas du Musée suisse de la psychiatrie (Schweizerisches Psychiatrie-Museum Bern), dont j’aimerais ici retracer brièvement les origines et les transformations successives.

Les prémices

Tout commence en 1914 quand le psychiatre Walter Morgenthaler (1882-1965) participe à la 4e Exposition nationale suisse organisée à Berne. À l’occasion de cet événement, le médecin tient, au cœur du Pavillon dédié à la Santé, un stand célébrant en grande pompe la fin de l’« aliénisme » et la naissance de la « psychiatrie » moderne jugée alors plus « humaniste ». Pour attester de ce changement, Walter Morgenthaler réunit de multiples objets ayant appartenu à des soignant·e·s et à des malades interné·e·s dans divers établissements alémaniques.

Walter Morgenthaler (1882-1965). D’après Rolf Röthlisberger, « Die “Sammlung Morgenthaler” : einst-heute ! – morgen ? », Schweizerische Ärztezeitung, n° 25, 2001, p. 1358.

Une fois la manifestation terminée, le psychiatre décide de conserver sa « Collection » (« Sammlung ») dans un « petit musée » (« kleines Museum ») au deuxième étage du Neubau de l’Hôpital psychiatrique de la Waldau (Walter Morgenthaler, 1915). Une politique d’archivage rigoureuse est tout de suite mise en place. Celle-ci gravite autour de quatre catégories distinctes : les documents présentés pendant l’Exposition nationale suisse ; les supports de cours pour le personnel infirmier ; les archives de la Société suisse de psychiatrie ; et les productions symboliques des patient·e·s de la Waldau et d’ailleurs.

En comparaison des trois autres, la quatrième catégorie est davantage enrichie au fil du temps, compte tenu que Walter Morgenthaler voue son travail d’habilitation (venia legendi) à l’étude des dessins et des écrits des malades mentaux (Walter Morgenthaler, 1918). C’est à cet égard qu’il accumule de nombreuses pièces supplémentaires qu’il verse dans sa galerie et qu’il fait parfois visiter à des collègues venus de toute la Suisse. Quand il quitte la Waldau en 1920 pour diriger la clinique psychiatrique privée de Münchenbuchsee, le médecin continue, bon gré mal gré, à alimenter sa Collection, mais, au tournant des années 1930, le « petit musée » sombre peu à peu dans l’oubli.

Cartes rédigées par Walter Morgenthaler dans le but de classer les objets de sa Collection. D’après Rolf Röthlisberger, « Geschichte der Sammlung des Psychiatrie-Museums Bern », dans Michel Beretti et Armin Heusser (dir.), Der letzte Kontinent. Bericht einer Reise zwischen Kunst und Wahn. Ein Bilder- und Lesebuch mit Materialen aus dem Waldau-Archiv, Zurich, Limmat Verlag, 1997, p. 81.

La redécouverte

Il faut attendre 1963 pour que le nouveau chef du service technique de l’Hôpital psychiatrique Heinz Feldmann – serrurier de formation – redécouvre presque par hasard l’abondance des archives de Walter Morgenthaler, et les complète d’objets inédits reposant par-ci par-là à la Waldau. Rappelons à ce titre qu’avant 1963 le travail de maintenance et d’entretien des locaux de l’établissement relève exclusivement de la responsabilité des infirmiers-chefs, et non des concierges.

Heinz Feldmann dans les locaux des archives de la Waldau. D’après le film d’Hervé Nisic et Michel Beretti, La Beauté crue, RTS, Suisse, 2009.

Grâce à Heinz Feldmann, un patrimoine exceptionnel échappe à la destruction puisque, entre les années 1960 et les années 1990, la majorité des édifices du site bernois sont rénovés et désencombrés (Rolf Röthlisberger et Gurli Jensen, 2000).

C’est également à Heinz Feldmann que l’on doit, en mars 1987, la réalisation d’un inventaire – calqué sur le modèle des cartes de Walter Morgenthaler –, afin de répertorier les objets stockés dans les différents bâtiments de l’Hôpital et dans ses annexes.

En 1990, on se résout à accorder davantage de temps et davantage d’argent à ce projet de recensement et de conservation, en créant la Fondation du Musée de la psychiatrie (Stiftung Psychiatrie-Museum Bern). Les portes de l’institution n’ouvriront toutefois qu’en 1993, sous la direction du psychiatre Rolf Röthlisberger.

Musée suisse de la psychiatrie (Schweizerisches Psychiatrie-Museum Bern) sur le site de la Waldau.

Qu’en est-il du cinéma ?

C’est au gré de son travail de gestion des archives de l’Hôpital psychiatrique qu’Heinz Feldmann déniche dans plusieurs recoins de la Waldau, au mois de mars 1995, une centaine de pellicules 35 mm et 16 mm, qu’il ajoute au catalogue de la Collection du Musée. Après quoi il suit, le 6 novembre 1998 à Berne, un séminaire de sensibilisation à la préservation des archives cinématographiques, lequel est mis sur pied par le restaurateur de film Hermann Wetter (1935-2012) et l’historien du cinéma Roland Cosandey.

Par la suite, Heinz Feldmann fait un bref rapport de cette journée de formation à son employeur, Rolf Röthlisberger. Ce dernier mandate aussitôt Roland Cosandey pour estimer plus précisément les coûts d’une action de sauvegarde des bobines de la Waldau, rangées avec nonchalance dans des boîtes à cigares et dans des boîtes de film en carton ou en métal. Sur les conseils avisés de l’historien du cinéma, l’administrateur du Musée opte en fin de compte pour confier ces pellicules, sans leurs caméras, à la Cinémathèque suisse (CS) (Lausanne/Penthaz) – le dépôt étant parachevé au mois de novembre 2000.

Conclusion

Les pérégrinations et les trouvailles inouïes d’Heinz Feldmann dans les années 1990 témoignent donc d’un moment-clé de réflexion sur le statut et la fonction des films en tant qu’objets à part entière, c’est-à-dire en tant qu’objets dignes d’être inclus dans l’histoire officielle de la psychiatrie ainsi que dans l’histoire officielle du cinéma qui, « avec le tournevis en main » (Yves Citton, 2017 : 205), se confronte enfin à la réalité technique du médium. C’est en effet pendant cette période décisive que l’on prend au sérieux, pour la première fois au Musée de la Waldau, la « matérialité » du dispositif cinématographique. En sorte que, loin de se réduire à des projections éphémères appartenant à un passé révolu, les films deviennent aux yeux du concierge-curateur et du psychiatre-directeur un important matériau à sauvegarder ; un matériau qui, aujourd’hui, nous renseigne avantageusement sur l’exercice de la psychiatrie au quotidien, et la manière dont on image et dont on imagine la « folie » au XXe siècle.

Bibliographie

ANKELE, Monika et MAJERUS, Benoît (dir.), Material Cultures of Psychiatry, Bielefeld, Transcript, 2020.

CITTON, Yves, Médiarchie, Paris, Éditions du Seuil, 2017.

MORGENTHALER, Walter, « Übergänge zwischen Zeichnen und Schreiben bei Gesteskranken », Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie, vol. 2, n° 2, 1918, pp. 255-305.

MORGENTHALER, Walter, Bernisches Irrenwesen von den Anfängen bis zur Eröffnung des Tollhauses 1749, Berne, G. Grunau Verlag, 1915.

RÖTHLISBERGER, Rolf, « Die “Sammlung Morgenthaler” : einst-heute ! – morgen ? », Schweizerische Ärztezeitung, n° 25, 2001, pp. 1358-1361.

RÖTHLISBERGER, Rolf et GURLI, Jensen, Bernische Psychiatrie vor und nach dem Bau der Waldau. Ein Museumsführer, Berne, Stiftung Psychiatrie-Museum Bern, 2000.

RÖTHLISBERGER, Rolf, « Geschichte der Sammlung des Psychiatrie-Museums Bern », dans Michel Beretti et Armin Heusser (dir.), Der letzte Kontinent. Bericht einer Reise zwischen Kund und Wahn. Ein Bilder- und Lesebuch mit Materialien aus dem Waldau-Archiv, Zurich, Limmat Verla, 1997, pp. 78-85.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search