Comptes rendus / Reviews

Sommaire

Anja Laukötter, Christian Bonah et Karola Rockmann, « The Healthy Self As Body Capital » (2-4 février 2022)

Alexandre Klein, « La désinstitutionnalisation psychiatrique n’a jamais eu lieu ! Retour sur un mythe tenace et tendancieux » (19 janvier 2022)

Katherine Rawling, « “Camera Medica” : Photographs, Medicine and History » (16 avril 2021)

Benoît Majerus, « Faire congrès international en 1950. Le Premier Congrès Mondial de Psychiatrie à Paris entre ambitions globales et pratiques locales » (13 avril 2021)



COLLOQUE – Prof. Anja Laukötter, Prof. Christian Bonah et Karola Rockmann, « The Healthy Self As Body Capital », Colloque international organisé dans le cadre du projet ECR Body Capital, Berlin, 2-4 février 2022.

Du 2 au 4 février 2022, s’est tenu à Berlin un colloque international consacré au « capital corporel du soi en bonne santé » (« The healthy self as body capital »). Organisé par Anja Laukötter (Université de Jena), Christian Bonah (Université de Strasbourg) et Karola Rockmann (Université de Berlin), l’événement est venu clôturer le programme « Body Capital » (2016-2021), subventionné par le Conseil européen de la recherche (ERC). Pendant cinq ans, les membres de ce projet se sont attelé·e·s à analyser l’histoire culturelle et sociale du corps – sain et pathologique – par le biais d’un vaste ensemble de sources audiovisuelles (photographie, cinéma, télévision). Un accent particulier fut mis sur l’alimentation, l’exercice physique ou sportif, la sexualité et les dépendances.

Cependant le colloque de Berlin ne saurait se réduire à ces quatre objets d’études pourtant très riches, puisqu’un certain nombre de participant·e·s se sont emparé·e·s d’autres thématiques (l’impact de la COVID sur notre perception corporelle ; l’Electronic Video Recording comme technologie de diffusion du savoir médical ; les données de la santé à l’ère du Big Data ; les revendications du mouvement social des Blouses blanches en France ; les influenceur·euse·s santé d’Instagram ; les cosmétiques de blanchiment de la peau lors de la période coloniale).

Mercredi 2 février 2022

La manifestation s’est ouverte avec la projection du film Bodycapital : A Journey Through The Archives. Ce moyen métrage d’environ 40 minutes s’érige comme la partie émergée d’un impressionnant catalogue d’archives, constitué par le groupe de recherche Body Capital qu’a dirigé Christian Bonah. Le film rassemble de nombreuses séquences, montées les unes après les autres, avec un point commun, celui de placer au cœur de leur narration un corps dont il faut prendre soin. Indiquons que la plupart de ces extraits sont issus des collections de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et de la plateforme pédagogique MEDFILM.

La première communication a été assurée par Ute Frevert (Max Planck Institue for Human Development), qui a esquissé quelques pistes de réflexions sur la manière dont la COVID a affecté le corps ainsi que l’esprit des personnes vivant en Occident. La chercheuse a suggéré que la pandémie a eu pour effet principal de nous rappeler que nous sommes tou·te·s physiologiquement vulnérables aux virus, et que la majorité de nos rapports avec nos semblables demeurent potentiellement dangereux. Mais comment expliquer que ces deux constats a priori évidents aient pu tomber dans l’oubli avant la crise sanitaire ? Selon Ute Frevert, c’est parce qu’à la suite des grandes épidémies du 19e siècle (choléra, typhus) ou du 20e siècle (la « Grippe espagnole »), l’Occident a développé un sentiment trompeur de « sécurité » physique. Celui-ci serait au fond la conséquence de l’accroissement de l’espérance de vie à la naissance, de l’instauration d’une culture du modelage et du maintien des apparences (fitness, body-building), et de la démocratisation de dispositifs de sûreté (casque, ceinture automobile). Dans ces conditions, le corps est devenu un objet sur lequel chaque individu peut agir et doit agir de manière proactive – comme le prône l’idéal productiviste des sociétés capitalistes avancées.

À partir de l’analyse iconographique d’affiches britanniques des années 1980 issues de campagnes de prévention contre le diabète, la consommation d’héroïne ou le VIH/SIDA, Alex Mold (London School of Hygiene and Tropical Medicine) a montré que les slogans de ces imprimés reposaient sur des scripts relativement stables qui usent – voire abusent – de prétéritions : on laisse croire aux citoyen·ne·s anglais·es qu’ils·elles ont le choix de mener leur vie comme ils·elles l’entendent (manger du sucre, se droguer, pratiquer le sexe avec risque), tout en présupposant que le contraire est préférable pour leur santé et leur épanouissement personnel. D’un mot, qu’il leur faut « choisir la vie » (« Choose life ! ») (se nourrir de façon équilibrée, ne pas consommer de stupéfiants, ne pas pratiquer le barebacking).

Christian Bonah, Caroline Sala (Université de Strasbourg) et Solène Lellinger (Université de Paris) se sont intéressé·e·s à l’évolution des programmes culinaires à la télévision française. Il·elles ont établi qu’à l’époque analogique, ces émissions accordaient une grande place au corps des cuisiniers – à l’écran, on voyait généralement des hommes, accompagnés d’une assistance qui sert de support identificatoire aux téléspectatrices-mères au foyer. Avec la TV numérique, ces émissions de cuisine ont été remplacées par des tutoriels (tutorials) plus courts et plus percutants, où le corps n’apparaît plus ou alors beaucoup moins souvent. Désormais, ce qui est mis en avant, ce ne sont plus des gestes techniques à apprendre (la télévision comme outil didactique), mais les aliments et les produits bruts ou préparés eux-mêmes, que l’on cherche à « faire acheter » aux consommateur·rice·s-spectateur·rice·s (la télévision comme outil publicitaire).

Jeudi 3 février 2022

L’intervention d’Erwan Pointeau-Lagadec (Université Paris 1) s’est appuyée sur les résultats de sa thèse de doctorat soutenue en 2019. En se réappropriant le concept du « bien boire » forgé par le philosophe Roland Barthes, il a examiné la fabrique du « bien fumer » dans une centaine de films de fiction français, datant des années 1969-2002. Il a par exemple signalé que la consommation de cannabis sur les écrans de cinéma était marquée par un traitement différentiel en termes de classes : la consommation récréative et festive de la bourgeoisie, sans effets sur la santé physique ou mentale, s’oppose en tout point à la consommation des classes populaires (le cannabis étant ici associé à la criminalité et à la mise en danger de la vie d’autrui ou de la sienne propre).

Diffusée dès 1974 le vendredi à 17h sur la chaîne de télévision publique ZDF (Zweites Deutsches Fernsehen), l’émission Lirum, larum Löffelstiel visait à inculquer aux enfants des bases de diététique, en mettant en scène un garçon et deux filles devant les fourneaux d’une petite cuisine. Mais comme l’a révélé Amélie Kratz (Université de Strasbourg), cet apprentissage était loin d’être neutre : il perpétuait des représentations inégalitaires entre les sexes, et refusait de reconnaître l’obésité au-delà du prisme de la médecine. Néanmoins, le programme a eu l’avantage de faire connaître à un public jeune l’existence de modèles d’alimentation alternatifs (végétarisme).

Gabrielle Duboux (Université de Lausanne) s’est penchée sur le partenariat CADIA (Communauté d’action pour le développement de l’information audiovisuelle) entre la maison d’édition Rencontre et les compagnies pharmaceutiques CIBA et Geigy. La chercheuse a montré que CADIA possédait, entre 1970 et 1975, une licence exclusive en Suisse pour le procédé de l’Electronic Video Recording and Reproduction (EVR), lequel fut développé par l’ingénieur Peter Carl Goldmark dans les années 1960 aux États-Unis. Gabrielle Duboux a indiqué que, sur le territoire helvétique, l’EVR a été utilisé d’une part comme un moyen de promotion des produits de CIBA et de Geigy, et d’autre part comme un outil de formation continue pour les professionnel·le·s de la santé. La stratégie de diversification industrielle de CADIA s’est donc soldée par la création et la distribution de vidéocassettes axées sur des problématiques médicales (gynécologie, rhumatologie, neurologie), autorisant les soignant·e·s à regarder, depuis leur cabinet ou même depuis chez eux·elles, des films sur lesquels ils·elles pouvaient agir (arrêt sur image, retour en arrière, accéléré, ralenti).

Tandis que Nancy Tomes (Stony Brook University) s’est intéressée à l’impérialisme culturel des entreprises Coca-Cola et McDonald’s en suggérant qu’elles participaient à la mise en place d’un ordre agro-alimentaire global, Anne Masseran (Université de Strasbourg) et Philippe Chavot (Université de Strasbourg) ont retracé la manière dont la télévision française a représenté, entre les années 1960 et 1980, les premières greffes d’organes. Il·elle ont observé que les discours liés à ce type d’opération chirurgicale étaient avant tout construits en fonction d’un référent médico-centré. De son côté, Kirsten Ostherr (Riche University) s’est attachée à détailler comment nos données médicales ont été « dataifiées » (datafication) à l’ère numérique – ce qui a transformé de fond en comble la relation soignant·e-soigné·e. Quant à Sophie Gebeil (Aix-Marseille Université), elle a parlé des images d’archives du Web, en se focalisant sur la convergence des mouvements des Gilets jaunes et des Blouses blanches qui, au début de l’année 2020, se sont mobilisés pour demander à l’État français le lancement d’un plan d’aide financière en faveur de l’Hôpital public (manque de personnel, revalorisation des salaires, pénibilité du travail). Pour finir, Sandra Schnädelbach (Heinrich Heine University) est revenue sur les effets thérapeutiques de la musique en Allemagne entre les années 1960 et 1980.

Vendredi 4 février 2022

David Cantor (Instituto de Desarrollo Economico y Social) a disséqué l’épisode « The Charlatan » (S03E08) de la série télévisée Studio 57, diffusé pour la première fois le 7 novembre 1956 sur CBS. D’après l’historien, l’épisode servait non seulement à lutter contre toutes les formes de charlatanisme de l’époque, mais il servait également les intérêts de l’Association américaine contre le cancer (American Society for the Control of Cancer, ASCC). En effet, la société à but non lucratif, fondée en 1913, a fait appel très tôt à différents médias (journaux, lanterne magique, cinéma) pour mener des campagnes de prévention et de dépistage du cancer. Grâce à la télévision, donc, les messages de l’ACS se sont invités de manière privilégiée dans les foyers américains.

À partir d’un échantillonnage d’images médicales de l’INA, Joël Danet (Université de Strasbourg) a mis en lumière la valeur esthétique – voire esthétisante – de certains programmes TV français des années 1950-1975, tout en repérant certains emprunts faits par le médium au cinéma. Pour sa part, Lukas Herde (Université de Strasbourg) a épluché des émissions télévisées centrées sur la sexualité de couples hétérosexuels âgés (désirs et plaisirs à l’épreuve de la vieillesse, maladies sexuellement transmissibles, troubles de l’érection). La thématique du développement personnel a également été abordée par Louise Atkinson (Université Paris Nanterre), dont la présentation a été dédiée aux influenceur·euse·s « green » d’Instagram. Sous cette étiquette ont été regroupé·e·s des créateur·rice·s de contenu, partageant avec leurs abonné·e·s des conseils et des régimes bien-être (alimentation sans gluten ou sans protéines animales, préceptes de vie, résolutions écologiques).

Anja Laukötter a décrit comment le cinéma de la République de Weimar à la République fédérale d’Allemagne a mis en circulation des affects (peur, dégoût), afin d’éduquer la population à la sexualité et à l’hygiène. Mais grâce au concept d’Eigensinn de l’historien Alf Lüdtke, la chercheuse a surtout insisté sur le fait que les spectateur·rice·s de telles productions audiovisuelles n’étaient en rien passif·ve·s. La sexualité a aussi été évoquée par Sylvie Pierre (Université de Lorraine). Celle-ci est revenue, en tant qu’ancienne responsable éditoriale de l’émission TV L’Amour en Questions, sur la dimension sociale du programme qui, bon gré mal gré, a tenté de démystifier la sexualité féminine.

Lynn M. Thomas (University of Washington) a présenté les résultats d’une recherche menée sur l’histoire de l’éclaircissement de la peau en Afrique du Sud. Elle s’est concentrée sur l’exploitation commerciale de crèmes et d’onguents achetés par des femmes noires, en essayant de comprendre leur succès. Trois facteurs ont été dégagés : une légitimation de leur efficacité par des ventes réalisées pharmacies ; une valorisation distinctive de leur usage puisque ces cosmétiques sont sponsorisés par des concours de beauté ; une économie de marché basée sur l’enrichissement des sociétés pharmaceutiques transnationales.

Terminons par indiquer que cette troisième journée s’est caractérisée par la tenue d’une table ronde très stimulante, réunissant des spécialistes de la restauration-préservation-valorisation d’archives audiovisuelles. Parmi eux·elles, nous avons eu le plaisir d’écouter Angela Saward (Wellcome Collection), Julia Bienholz-Radtke (Stiftung Deutsches Hygiene-Museum Dresen), Claudy Op den Kamp (Bournemouth University), Elisabeth Fuchs (Université de Strasbourg), et Johan Oomen (Netherlands Institute for Sound and Vision).



CONFÉRENCE – Prof. Alexandre Klein (Université d’Ottawa), « La désinstitutionnalisation psychiatrique n’a jamais eu lieu ! Retour sur un mythe tenace et tendancieux », Grandes Conférences de l’Alternative du Regroupement des ressources alternatives en santé mentale du Québec, mercredi 19 janvier 2022.

L’idée d’une « désinstitutionnalisation » de la psychiatre, à compter des années 1960-1970, est commune en histoire. Ce processus de désenclavement correspondrait au moment où les acteurs du champ de la santé mentale se sont mobilisés, avec succès, pour l’obtention de nouveaux droits sociaux (financements publics, formation professionnelle de personnels laïcs, création de structures extrahospitalières). Ainsi aurait-on assisté à une véritable « révolution » au chapitre de la psychiatrie. Mais l’historien des sciences Alexandre Klein rappelle, dans sa communication, qu’il s’agit là d’une histoire mythique et mythologique, pour deux raisons au moins.

Premièrement, l’hôpital psychiatrie – ou plus loin encore, l’asile – n’a jamais été un lieu complètement fermé et isolé de la société. En effet, dès le 19e siècle, les institutions pour aliéné·e·s proposent à certaines personnes internées des « congés d’essai » ou des « sorties à l’essai », lesquels consistent en des placements plus ou moins longs dans les familles. Ce qui signifie que les retours vers la communauté existent bien avant les années 1960-1970. Conjointement, l’hygiène mentale a participé très tôt à maintenir les individus souffrant ou non de troubles mentaux hors du giron de l’hôpital psychiatrique classique. Comment ? Grâce à des campagnes prophylactiques, et grâce à des dispensaires, policliniques de jour, ou cliniques postcures.

Deuxièmement, le terme « déinstitutionnalisation » s’avère lui-même problématique, dans la mesure où, à partir de la seconde moitié du 20e siècle, on a davantage affaire à un mouvement de « déshospitalisation » de la psychiatrie, qui complexifie les parcours des soins. Car on remarque que si le nombre de lits diminue au sein de la plupart des institutions traditionnelles, les patient·e·s sont toujours confrontés au pouvoir médical par le biais de séjours plus courts et plus fréquents dans des établissements divers (itinéraire « transinstitutionnel »). La prise en charge thérapeutique de ces personnes se révèle donc caractérisée par ce que certain·e·s psychiatres ont appelé le « syndrome de la porte tambour » : l’aller et retour constant des patient·e·s entre les institutions de soins et la communauté.

Pour approfondir ces questions, nous renvoyons les lecteur·rice·s à l’excellent ouvrage d’Alexandre Klein, co-dirigé avec l’historienne Marie-Claude Thifault et l’historien Hervé Guillemain : La Fin de l’asile ?, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2018.

RT



CONFÉRENCE – Dr. Katherine Rawling (University of Leeds), « “Camera Medica” : Photographs, Medicine and History », British Society for the History of Science (BSHS), 16 avril 2021.

Voir une seule et unique photographie d’un patient ou d’une patiente dans un dossier médical, ce serait avoir vu tous les clichés propres à ce type de document.

C’est contre ce présupposé théorique que l’historienne des sciences et de la médecine Katherine Rawling s’inscrit en faux dans sa communication. Celle-ci vise en effet à réhabiliter l’image et l’ensemble des éléments qui l’entourent (appareils, pratiques, discours), dans le but de montrer la nature plurielle et instable des photographies d’identité des malades internés dans les asiles au XIXe et au XXe siècles.

En premier lieu, Katherine Rawling indique que les photographies modernes que l’on trouve dans des dossiers médicaux respectent des conventions esthétiques séculaires (ex. l’air pénétré d’un mélancolique du XVIIIesiècle ou le corps sexualisé d’une hystérique de la fin du XIXe siècle). Les photographies d’identité possèdent aussi des origines variées : on peut réaliser des portraits au moment de l’admission d’un malade ou d’une malade, ou, par souci d’économie, demander aux proches des photos de famille préexistantes. Selon les institutions, ces clichés peuvent ensuite être glissés sans attaches, collés ou agrafés dans des dossiers – chaque option témoignant d’un choix, plus ou moins conscient, mais toujours hautement signifiant. Enfin, les photographies peuvent être renouvelées, surtout s’il ne s’agit pas d’une première hospitalisation ou que l’internement s’avère très long ; ce qui implique que les psychiatres ont la possibilité de conserver d’anciennes photographies pour constituer des séries afin d’apprécier sur la durée l’évolution d’un patient ou d’une patiente.

Toutes ces remarques nous conduisent dès lors à prendre en considération la matérialité des dossiers médicaux qui regroupent par ailleurs d’autres sortes d’images : des radiographies, des diapositives, des diagrammes, des schémas, des dessins, etc. C’est en ce sens que les dossiers médicaux méritent d’être appréhendés en tant qu’objets multimédia.

Cela se vérifie, qui plus est, avec nos recherches au sein des archives de l’Hôpital psychiatrique de la Waldau à Berne, car certains dossiers médicaux se révèlent bien accompagnés de photographies et, parfois même, de fragments de pellicule 16 mm.

RT

Dissection du cerveau de la patiente P.F., 27 et 28 septembre 1943. Rapport d’autopsie et pellicule 16 mm, Psychiatrie-Museum Bern © Raphaël Tinguely


CONFÉRENCE – Prof. Benoît Majerus (Université du Luxembourg), « Faire congrès international en 1950. Le Premier Congrès Mondial de Psychiatrie à Paris entre ambitions globales et pratiques locales », Les Mardis de l’histoire médicale, Université de Strasbourg, 13 avril 2021.

En 1950, on organise à Paris le « Premier Congrès mondial de psychiatrie ». Le titre de la manifestation a de quoi surprendre, car des événements analogues ont déjà été menés par le passé.

Qu’est-ce qui distingue donc cette assemblée vis-à-vis de rassemblements antérieurs ? La réponse réside, d’après l’historien Benoît Majerus, dans la volonté de certains psychiatres de cette période de faire cessation avec l’aliénisme de la Belle Époque, avec le mouvement d’hygiène mentale des années 1930-1940, et avec la neurologie. Autrement dit, le but du « Premier Congrès mondial de psychiatrie » est de faire rupture avec l’histoire de la discipline et de ses écoles – des écoles qui correspondent souvent à des traditions nationales.

Cela se confirme au moins à trois niveaux : d’abord, on reçoit des délégations de psychiatres du monde entier, dans un esprit de collaboration globale et sans frontières. En marge des rencontres officielles, on prévoit des sorties culturelles et des moments de divertissements (ex. spectacles de musique, de théâtre, de French Cancan au Moulin Rouge, ainsi qu’une visite du Musée du Louvre), pour favoriser le développement d’une sociabilité académique plus générale – tout cela quelques années seulement après la Seconde Guerre mondiale. Ensuite, la moitié de l’argent réuni pour le congrès est consacré à la publication de ses actes en plusieurs langues, afin d’en assurer une large diffusion à l’échelle planétaire. Pour finir, la ville de Paris est choisie pour accueillir l’événement. La capitale française compte de prestigieuses académies, à l’instar de l’Université de la Sorbonne dont le Grand Amphithéâtre s’offre comme un lieu d’échange privilégié puisque l’on peut y projeter des films – le cinéma étant perçu par les organisateurs du congrès, nous dit Benoît Majerus, comme un moyen supplémentaire de s’adresser à un vaste public et, en même temps, de faire entrer la psychiatrie dans la modernité.

RT

Grand Amphithéâtre de la Sorbonne. Source : https://www.culture-sorbonne.fr/emplacements/sorbonne-grand-amphitheatre/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.