Comptes rendus

CONFERENCE – Katherine Rawling, « “Camera Medica” : Photographs, Medicine and History », British Society for the History of Science (BSHS), 16 avril 2021.

Voir une seule et unique photographie d’un patient ou d’une patiente dans un dossier médical, ce serait avoir vu tous les clichés propres à ce type de document.

C’est contre ce présupposé théorique que l’historienne des sciences et de la médecine Katherine Rawling s’inscrit en faux dans sa communication. Celle-ci vise en effet à réhabiliter l’image et l’ensemble des éléments qui l’entourent (appareils, pratiques, discours), dans le but de montrer la nature plurielle et instable des photographies d’identité des malades internés dans les asiles au XIXe et au XXe siècles.

En premier lieu, Katherine Rawling indique que les photographies modernes que l’on trouve dans des dossiers médicaux respectent des conventions esthétiques séculaires (ex. l’air pénétré d’un mélancolique du XVIIIesiècle ou le corps sexualisé d’une hystérique de la fin du XIXe siècle). Les photographies d’identité possèdent aussi des origines variées : on peut réaliser des portraits au moment de l’admission d’un malade ou d’une malade, ou, par souci d’économie, demander aux proches des photos de famille préexistantes. Selon les institutions, ces clichés peuvent ensuite être glissés sans attaches, collés ou agrafés dans des dossiers – chaque option témoignant d’un choix, plus ou moins conscient, mais toujours hautement signifiant. Enfin, les photographies peuvent être renouvelées, surtout s’il ne s’agit pas d’une première hospitalisation ou que l’internement s’avère très long ; ce qui implique que les psychiatres ont la possibilité de conserver d’anciennes photographies pour constituer des séries afin d’apprécier sur la durée l’évolution d’un patient ou d’une patiente.

Toutes ces remarques nous conduisent dès lors à prendre en considération la matérialité des dossiers médicaux qui regroupent par ailleurs d’autres sortes d’images : des radiographies, des diapositives, des diagrammes, des schémas, des dessins, etc. C’est en ce sens que les dossiers médicaux méritent d’être appréhendés en tant qu’objets multimédia.

Cela se vérifie, qui plus est, avec nos recherches au sein des archives de l’Hôpital psychiatrique de la Waldau à Berne, car certains dossiers médicaux se révèlent bien accompagnés de photographies et, parfois même, de fragments de pellicule 16 mm.

RT

Dissection du cerveau de la patiente P.F., 27 et 28 septembre 1943. Rapport d’autopsie et pellicule 16 mm, Psychiatrie-Museum Bern © Raphaël Tinguely


CONFERENCE – Benoît Majerus, « Faire congrès international en 1950. Le Premier Congrès Mondial de Psychiatrie à Paris entre ambitions globales et pratiques locales », Les Mardis de l’histoire médicale, Université de Strasbourg, 13 avril 2021.

En 1950, on organise à Paris le « Premier Congrès mondial de psychiatrie ». Le titre de la manifestation a de quoi surprendre, car des événements analogues ont déjà été menés par le passé.

Qu’est-ce qui distingue donc cette assemblée vis-à-vis de rassemblements antérieurs ? La réponse réside, d’après l’historien Benoît Majerus, dans la volonté de certains psychiatres de cette période de faire cessation avec l’aliénisme de la Belle Époque, avec le mouvement d’hygiène mentale des années 1930-1940, et avec la neurologie. Autrement dit, le but du « Premier Congrès mondial de psychiatrie » est de faire rupture avec l’histoire de la discipline et de ses écoles – des écoles qui correspondent souvent à des traditions nationales.

Cela se confirme au moins à trois niveaux : d’abord, on reçoit des délégations de psychiatres du monde entier, dans un esprit de collaboration globale et sans frontières. En marge des rencontres officielles, on prévoit des sorties culturelles et des moments de divertissements (ex. spectacles de musique, de théâtre, de French Cancan au Moulin Rouge, ainsi qu’une visite du Musée du Louvre), pour favoriser le développement d’une sociabilité académique plus générale – tout cela quelques années seulement après la Seconde Guerre mondiale. Ensuite, la moitié de l’argent réuni pour le congrès est consacré à la publication de ses actes en plusieurs langues, afin d’en assurer une large diffusion à l’échelle planétaire. Pour finir, la ville de Paris est choisie pour accueillir l’événement. La capitale française compte de prestigieuses académies, à l’instar de l’Université de la Sorbonne dont le Grand Amphithéâtre s’offre comme un lieu d’échange privilégié puisque l’on peut y projeter des films – le cinéma étant perçu par les organisateurs du congrès, nous dit Benoît Majerus, comme un moyen supplémentaire de s’adresser à un vaste public et, en même temps, de faire entrer la psychiatrie dans la modernité.

RT

Grand Amphithéâtre de la Sorbonne. Source : https://www.culture-sorbonne.fr/emplacements/sorbonne-grand-amphitheatre/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.