Manifestations scientifiques / Scientific events

 

Panel “Media and Mental Health” – 23.06.2022

NECS Conference, Epistemic Media: Atlas, Archive – Bucharest, National University of Theatre and Film – 22–26 June 2022

 

  

 

 

Useful Film in (Neuro)Psychiatry Europe, 1900-1950. Update on Current Research – 2-4 March 2022 – UNIL

Wednesday, March 2

13:30 – Welcome and introduction – Mireille Berton (UNIL)

Panel 1 – Filming the Brain: Netherlands and Switzerland Chair: Lorenzo Lorusso (neurologist & historian)

14:00 Kimberley Fleuren (U. Hospital of Maastricht) & Peter J. Koehler (neurologist & historian) A Selection of the Magnus-Rademaker Film Collection (1909-1941)

14:30 – Leander Diener (U. of Zurich) Filming the Primitive. Walter Rudolf Hess and the ‘Sign Language of Behavior’, 1927–1951

15:30 – Raphaël Tinguely (UNIL) Ernst Grünthal’s Films at the Waldau. The Case of E.E.G. (1940-1950)

16:00-17:30 – Discussion

Thursday, March 3

Panel 2 – Early Neurocinematography in Europe: Belgium and Spain Chair: David Cantor (IDES, Buenos Aires)

10:00 – Katrin Pilz (Ludwig Boltzmann Institute for Digital Institute, Vienna) Useful – Unseen – Uncanny: Early Neuroscientific Films in Belgium

10:30 – Paula Arantzazu Ruiz Rodríguez (U. of Murcia) Antonio Subirana’s Neurological Films, Remains of the Catalan Neurology Golden Age

11:00-11:30 – Discussion

Panel 3 – Early Neurocinematography in Europe: Belgium and Spain– Chair: Christian Bonah (U. of Strasbourg)

13:30 – Maia Woolner (McGill University) Cinema of the (In)visible: Jean Comandon’s Neuropsychiatric Films

14:00 – Lorenzo Lorusso (neurologist and historian) Gaetano Rummo (1853-1917). A Pioneer of the Neuro-cinematography in Europe

14.30-15.00: Discussion

Keynote Lecture – Andreas Killen (The City College aof New York/CUNY) – Chair: Mireille Berton (Unil)

15:30-17:00 – The Hypnosis Films of Ludwig Mayer

Friday, March 4

Panel 4 – Collecting, Archiving and Curating Images of Madness Chair: Simone Venturini (U. of Udine)

9:30 – Angela Saward (Wellcome Collection, London) Medical Film’s Lives and Afterlives: a Case Study of AV Material Held at Wellcome Collection Captured Through a Neurological Lens

10:00 – Katrin Luchsinger (art historian, Zurich) Not a Portrait. Photography in Swiss Psychiatric Institutions around 1900

10:30-11:00 – Discussion

11:30 – Lucas Iliani & Léa Ritter (Cinémathèque Suisse) The Waldau Collection: from Cataloguing to Physical Identification  – Chair: Elodie Murtas (UNIL)

12:15-12:45 – Discussion

14.15-16:00 – Round Table: Working on Medical Films: Problems and Methods. Introduction: David Cantor (IDES, Buenos Aires)

Participants: Christian Bonah; Caroline Fournier; Katrin Pilz; Angela Saward; Simone Venturini

16:00-16:30 – Conclusion

 

=================================================

Ces journées sont organisées dans le cadre du projet FNS « Cinéma et (neuro)psychiatrie en Suisse : autour des collections Waldau, 1920-1970 » (2021-2025).

Depuis ses origines, le cinématographe a trouvé de multiples applications dans le champ médical, et en particulier dans les domaines de la psychiatrie, de la neurologie et de la neuropsychiatrie. Avec les chirurgiens, les neurologues et les psychiatres sont aux avant-postes pour mobiliser le médium filmique comme outil d’analyse, de stockage, d’archivage et de transmission du savoir. Pendant longtemps éclipsé par les films éducatifs et sanitaires, les films (neuro)psychiatriques réalisés par les médecins dans le cadre de leur enseignement et de leurs recherches suscitent un intérêt grandissant chez les historiennes et les historiens depuis les années 2000. Plusieurs équipes interdisciplinaires ont conduit des travaux, avec comme objectif non seulement de réhabiliter le film comme source privilégiée pour l’histoire, mais aussi de développer des politiques de sauvegarde de ces documents.

On doit cet intérêt à la découverte de productions que l’on croyait disparues, à l’instar du fonds Magnus-Rademaker. Parmi ces projets, mentionnons les recherches menées en Italie sur la collection Vincenzo Neri ; en Allemagne sur les collections Arthur Simmons et Max Nonne ; en Belgique sur la collection Van Gehuchten ; en Roumanie sur la collection G. Marinescu. Tous ces travaux, et bien d’autres, témoignent de la vitalité d’un champ de recherche qui vise à comprendre le rôle des médias dans les sciences (neuro)psychiatriques, et en particulier du cinéma qui contribue très tôt à modifier l’épistémologie des sciences.

Die Phänomenologie der Hypnose, Dr. Ludwig Mayer (Nervenabteilung der Ludolf-Krehl Klinik der Universität Heidelberg), Reichstelle für der Unterrichtsfilm/RfdU, ca. 1935-1936

Centrées sur l’étude des films diffusés durant la première moitié du XXe siècle dans les institutions médicales, dans les salles de cours et lors des congrès scientifiques, ces journées d’études ont un triple objectif : faire un état des travaux consacrés aujourd’hui au film utilitaire dans les secteurs de la neurologie et de la psychiatrie ; faire émerger de nouvelles approches ou questions de recherche ; servir de point de départ à la publication d’un ouvrage collectif chez Manchester University Press, collection Society for the Social History of Medicine’s (SSHM). Se focaliser sur la période allant de 1900 à 1950 permet notamment d’observer la variété et la liberté de pratiques, dans une phase précédant les processus d’institutionnalisation du film médical, quand les « neurocinématographistes » s’improvisent volontiers amateurs en cinéma.

Avec le souci de mettre en lumière des pratiques longtemps considérées comme « marginales » au regard à la fois des humanités médicales et de l’histoire du cinéma (et des médias), les contributions retenues couvrent les principaux pays européens où ces films se sont multipliés : France, Italie, Grande-Bretagne, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Espagne, Suisse. L’analyse de groupes de films conservés dans une institution (telle la Wellcome Collection à Londres) ou de collections (rattachées à une personne, une institution, un contexte particulier) permettra de réfléchir aux questions suivantes :

  • Quel est l’objectif principal du film : représenter le corps, le cerveau, l’esprit, le comportement du·de la patient·e·s, etc., et cet objectif est-il atteint ?
  • Que disent ces films sur le savoir médical et quel est le rôle du médium filmique dans l’élaboration de ce savoir ?
  • Sous quelle(s) forme(s) ces films rejouent-ils la dialectique du visible et de l’invisible si centrale au film scientifique ?
  • Comment analyser les phénomènes de « remédiation » mis en jeu par des films présentant une ou plusieurs technologies, notamment des images électroniques comme l’E.E.G. ?
  • Dans quelle mesure ces films ont-ils recours à des éléments de mise en scène ou en récit, et quelles en sont les répercussions ?
  • Que révèlent ces films sur les rapports de pouvoir entre patient·e·s et médecins, et comment retracer l’histoire des premiers si souvent occultée par les seconds ?
  • Quelles sont les différences et les points communs entre les photographies de patient·e·s et les films utilitaires, tous deux réalisés dans un contexte clinique ?
  • Quelles est la productivité d’une comparaison transnationale et comment cette perspective permet-elle de faire surgir des impensés de la recherche ?
  • Comment regarder et analyser des films déterminés par leur caractère éphémère, parfois étrange, souvent déroutant ?
  • Quelles sont les difficultés pratiques, méthodologiques et éthiques soulevées par l’étude de ces objets ?
  • Comment conserver, archiver, restaurer des films se situant dans un réseau extrêmement dense de savoirs, pratiques, personnes, institutions, etc. ?
Chirurgie. Handwerk von damals. Wissenschaft von heute, Valentine de Kerven, ca. 1938 (Inselspital Bern). Archives détentrices : Institut für Medizingeschie, Universtät Bern

Organisation : Mireille Berton, Elodie Murtas, Raphaël Tinguely

Comité scientifique : Andreas Altorfer, Mireille Berton, Christian Bonah, Peter J. Koehler, Lorenzo Lorusso, Simone Venturini

Intervenant·e·s : Dr. Paula Arantzazu Ruiz Rodríguez (Faculté de médecine de l’Université de Castilla-La Mancha) ; Dr. Leander Diener (Département d’Histoire de la médecine de l’Université de Zurich) ; Kimberley Fleuren (résidente en Neurologie à l’Hôpital universitaire de Maastricht) ; Lucas Iliani (Cinémathèque suisse) ; Dr.  Peter J. Koehler (neurologue, anciennement rattaché à l’Hôpital universitaire de Maastricht) ; Dr. Lorenzo Lorusso (neurologue et historien, Hôpital San Leopoldo Mandic, Merate) ; Dr. Katrin Luchsinger (historienne de l’art indépendante, Zurich) ; Dr. Katrin Pilz (Ludwig Boltzmann Institute for Digital History, Vienne) ; Léa Ritter (Cinémathèque Suisse) ; Angela Saward (Wellcome Collection, Londres) ; Raphaël Tinguely (UNIL) ; Prof. Simone Venturini (Dipartemento di Studi Umanistici e del patrimonio culturale/DIUM de l’Université de Udine) ; Dr. Maia Woolner (Département d’Histoire de l’art de l’Université McGill, Montréal).

Invités spéciaux

  • Prof. David Cantor (Instituto de Desarrollo Económico y Social/IDES, Buenos Aires)
  • Prof. Andreas Killen (City College and the Graduate Center/CUNY) 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search