[Conférence] L’audiovisuel en question. Etat des lieux et perspectives

Colloque international organisé par Mireille Berton, François Vallotton & Anne-Katrin Weber, en collaboration avec le réseau le réseau mediahistory.ch, 24-25 novembre 2022 – UNIL Lien

Flyer du colloque

Visant à interroger la portée heuristique de la notion d’audiovisuel et des termes qui lui sont associés, ce colloque abordera par certains aspects le domaine de l’enseignement.

Dans l’après-guerre, la réflexion sur l’intégration des moyens audiovisuels (film, télévision, diapositives, etc.) dans l’enseignement primaire, secondaire et tertiaire prend un élan décisif aux États-Unis où les pouvoirs publics se mobilisent afin de mesurer leur valeur pédagogique. Le pédagogue Edgar Dale (1900-1985) est l’une des figures de proue de cette réflexion conduite grâce au soutien de la Fondation Payne — également intéressée, dans les années 1930, par l’étude des effets du cinéma sur le public (Acland 2017). Comme l’explique Gilles Delavaud, cette réflexion est importée en Europe grâce à des universitaires français ayant passé un séjour à l’Université de Columbia où l’on étudie de près les potentialités des technologies audiovisuelles en termes d’éducation, d’enseignement, de recherche, etc. (Delavaud 2010).

Grâce, notamment, à l’expertise de ce groupe de chercheurs, la direction générale de l’enseignement supérieur française décide de créer en 1947 l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Il s’agit d’« un laboratoire de pédagogie qui s’adonne […] à l’étude comparative des moyens audio-visuels et de télé-enseignement et s’efforce d’établir une doctrine d’emploi », écrit le Professeur André Lemaire (1898-1994) dans Le Monde (Lemaire 1964).

Article d’André Lemaire dans Le Monde (1964)

Alors professeur de Clinique médicale à l’Hôpital Saint-Antoine, Lemaire définit l’audio-visuel comme « l’ensemble des moyens capables non seulement d’accélérer le flux d’informations passant des éducateurs aux élèves, mais aussi de rendre sensorielle l’approche de questions généralement ardues dans leur présentation conventionnelle ». Ainsi, l’image audio-visuelle est-elle devenue un moyen privilégié pour « exprimer et communiquer la pensée ».

« L’audio-visuel englobe toutes les techniques de transmission de l’image et du son exigeant l’intervention de machines pour la production, l’enregistrement, la reproduction de documents (R. Lefranc). En ce qui concerne l’image, il utilise des matériaux graphiques tels que photographies, tableaux, maquettes, vues et films fixes, films animés, et dans l’ordre sonore, la radio, les disques, les bandes magnétiques. La conjonction du visuel et du sonore se réalise au mieux par le cinéma et la télévision. »

Dans le contexte universitaire, l’audio-visuel peut être interne — « la gamme des machines culturelles qu’il emploie va du banal épidiascope au circuit fermé de télévision dont il n’existe en France qu’une trentaine d’exemplaires contre quatre cents aux États-Unis » — ou externe, selon la logique du « télé-enseignement ». Celui-ci « intéresse les étudiants qui apprennent hors des murs de l’université et qui, exerçant un métier, ne peuvent s’instruire qu’en marge de leur activité professionnelle ».

Passant en revue les différentes modalités d’usage des moyens audiovisuels, Lemaire estime que « pour l’enseignement et la recherche en biologie et en physiologie, le film et la télévision offrent d’énormes avantages ». Pour les chercheurs, « le film procure l’avantage d’un témoignage irrécusable », se prêtant à des « observations répétées » et à des « échanges entre spécialistes ». Pour « l’enseignement clinique, c’est-à-dire celui qui se fait directement sur le malade, peut-on dire, l’audio-visuel est assuré d’un non moins bel avenir, mais sous certaines conditions ».

Le film et la télévision sont « souverains » dans deux cas : filmer les opérations chirurgicales (« la caméra est mieux placée pour voir les moindres détails que les aides mêmes de l’opérateur ») et « les caractères cliniques des maladies, leurs signes de laboratoire, leur évolution ». Lemaire émet des réserves quant au cours magistral « télévisé » : « Il ne faut pas compter sur les machines pour faire une leçon sans faille ou une pédagogie sans effort » – des propos qui ont un écho particulier après nos expériences d’enseignement à distance par écrans interposés.

Cet article témoigne de l’intérêt renouvelé pour l’audio-visuel dans le secteur de l’enseignement supérieur (universités, écoles d’art, écoles professionnelles, etc.). En Suisse, il se développe dès les années 1960, comme l’illustrent les discussions autour de la création d’un Centre d’enseignement audio-visuel au sein de la Faculté de médecine de Lausanne (Bulletin de la séance du Grand Conseil, séance du 18 novembre 1976, sur Scriptorium).

Mais si les années 1960-1990 sont des décennies phares dans le développement d’infrastructures, de pratiques et de discours sur les forces et les limites de l’audiovisuel dans l’enseignement médical, elles sont précédées par de multiples initiatives qui, comme l’avèrent les collections Waldau, anticipent les propos tenus par André Lemaire, lequel semble découvrir un terrain encore vierge (cf. son expression “bel avenir”). Ses arguments, en effet, répètent ce que d’autres observateurs ont dit des atouts de l’image animée pour la recherche et l’enseignement, à l’instar du chirurgien Eugène-Louis Doyen ou du neurologue Paul Sainton.

On pourra objecter que beaucoup des premiers films médicaux étaient privés de bande son, le terme « audio-visuel » impliquant à la fois la vision et l’audition. Pas si l’on prend en compte une autre conception du terme audiovisuel, celle proposée par Michel Chion en 1990 dans L’audio-vision. Son et images au cinéma. Même muet, estime-t-il, le film est en mesure d’exprimer ou de suggérer des sons à travers la composition visuelle et le montage. Tout film apporte ainsi ce qu’il appelle des « informations perceptives transsensorielles », les images étant susceptibles de spatialiser le son.

Par ce tour de passe-passe théorique, j’invite toutes les personnes intéressées à venir sur le campus de Dorigny, le 24 et le 25 novembre pour en savoir plus sur l’audiovisuel, en particulier en Suisse.

L’audiovisuel en question  : état des lieux et perspectives (ouvert au public) (voir aussi le programme ci-dessous)

MB

The Educational Screen (1946)

Références

Charles R. ACLAND, « American AV. Edgar Dale and the Information Age Classroom », Technology and Culture, vol. 58, n°2, 2017, pp. 392-421. DOI : 10.1353/tech.2017.0041

Michel CHION, L’audio-vision. Son et images au cinéma, Paris, Armand Colin, 2021 (1990) (5ème édition).

Gilles DELAVAUD, « Historique du terme “audiovisuel” », dans Pascale Cassagnau, Isabelle Giannattasio, Marc Vernet (dir.), Archimages 2010 : de la création à l’exposition : les impermanences de l’œuvre audiovisuelle : actes du colloque des 17-19 novembre 2010, aaar.fr/wp-content/uploads/2010/11/122209_actes_archimages_2010.pdf, p. 25-28.

André LEMAIRE, « L’actualité médicale : l’audio-visuel et l’enseignement médical », Le Monde, 13 juillet 1964, p. 11.

Programme

Jeudi 24 novembre – Géopolis 2208

Modération : Mireille Berton

14h00 – Keynote – Olivier Lugon, Université de Lausanne 

L’audiovisuel, un art graphique : édition, graphisme et projection dans les années 1950-1970

Modération : Anne-Katrin Weber

15h15 – Pierre-Jacques Pernuit, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Théorie, pratique et régulation d’une « invention féminine » : Mary Hallock-Greenewalt et l’esthétique de l’audiovision [1900-1930] 

15h45Stefanie Bräuer, Université de Bâle

Audiovisuality Reconsidered: The Electronic Oscilloscope and Sound-Image Transformation

Modération : Mireille Berton

17h15 – Gabrielle Duboux, Université de Lausanne

Déploiement et planification des « aides audiovisuelles » au service du secteur universitaire : les Facultés de médecine de Berne et Lausanne

17h45 – Judith Rehmann & Jeanine Reutemann, ETH Zurich

Creative Pleasure in the World of Science Film: Establishing the Audio-Visual as an Epistemological Tool in Academic Culture

Vendredi 25 novembre – Anthropole 2055

Modération : Maria Tortajada

9h15 – Stéphanie Serra, Université de Lausanne

Toutes les images et les sons ensemble. Jean-Luc Godard et la tentative de l’exposition. Ou : pour une définition élargie de l’Audio-Visuel.

9h45 – Guillaume Soulez, Université de la Sorbonne Nouvelle

Schaeffer : de l’audio-vision à l’audio-visuel et retour, parcours d’une pensée

Modération : Anne-Katrin Weber

11h00 Keynote – Judith Keilbach, Utrecht University

Challenging Audiovisual Archives: Materialities, Hierarchies and the Uncertain Future of Television (Archives)

Modération : François Vallotton                                           

13h30 – Felix Rauh, Memoriav

Du bon usage des sources audiovisuelles en Suisse. Le rôle de Memoriav dans la sauvegarde de l’inventaire et la valorisation du patrimoine sonore et visuel

14h00 – Felix Wirth, Museum ENTER

From the Clouds into The Museum. The History of Swiss Sky Projectors from a Media-Historical and Museological Perspective 

15h15 – Rencontre Réseau Mediahistory.ch

Billet sous licence CC BY SA



Citer ce billet
Mireille Berton (2022, 22 novembre). [Conférence] L’audiovisuel en question. Etat des lieux et perspectives. Cinéma et psychiatrie en Suisse et en Europe. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v9hl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search