Les « dangers » du cinéma chez l’adolescent·e

En dépit des efforts déployés par certains médecins pour faire accéder le cinéma au statut d’outil diagnostique ou thérapeutique légitime (Raphaël Tinguely, 2022), l’image animée a longtemps été appréhendée, en Suisse comme ailleurs, avec suspicion et dédain. Les discours cinéphobes se sont majoritairement axés sur l’idée d’« excès de stimulations » (Mireille Berton, 2015) : la vitesse du défilement de la pellicule, le scintillement de l’image, ou le contenu des films (violents ou licencieux) ont été décrits, tour à tour, comme des agents pathogènes susceptibles de déclencher des troubles nerveux ou d’encourager des comportements anti-sociaux.

Or les professionnel·le·s de la santé mentale ont aussi nourri leur réquisitoire cinéphobe en puisant des arguments dans le registre des sciences de l’éducation, de la police et de la justice, ou encore de la religion. Ceci s’illustre de manière exemplaire avec une publication de 1943 du journal fribourgeois La Liberté, dont nous proposons l’accès libre aux lecteur·rice·s de notre blog.

Compte-rendu abrégé d’un article rédigé à l’origine en italien, le texte fait nommément appel à trois figures d’autorité : le juriste et criminologue Albert Hellwig (1880-1950), le Pape Pie XI (1857-1939), et le médecin Fabio Janovitz (?-?). À cela s’ajoute une référence à la Ligue de décence étasunienne (Legion of decency), alors dirigée par le cardinal Dennis Dougherty à qui l’on doit l’application stricte du Code Hays dans l’État de Philadelphie dès le début des années 1930 (Olivier Caïra, 2005 : 69-81).

Tous s’accordent sur le fait que le cinéma – ou le « mauvais » cinéma – conduit de fil en aiguille à la « folie », à la « criminalité » et à la damnation de l’âme. Ceci est attribué au pouvoir de suggestion et à la nature immersive du cinéma, qui à la fois envoûte (sur le mode de l’hypnose) et excite (sur le mode du choc nerveux) (Mireille Berton, op. cit.). Dans leurs prises de position conservatrices, voire réactionnaires, les cinéphobes s’indignent également de l’exaltation de certains « vices » dans les films policiers et d’aventures, susceptibles de corrompre la jeunesse (Roxane Hamery, 2017).

Der Kinematograph (1913). Journal corporatiste contribuant à la réforme du cinéma en Allemagne. D’après Scott Curtis, 1994.

La critique d’une adhésion naïve et non réfléchie aux valeurs du cinéma populaire remplit enfin une fonction moins évidente : en blâmant la dimension « aliénante » de l’industrie du cinéma, il s’agit, pour la plupart de ces objecteurs de conscience, d’améliorer la qualité de la production filmique européenne, et d’éduquer les spectateur·rice·s à identifier ce qu’est un « bon » film et quelles sont les « bonnes » postures à adopter dans une salle obscure.

Ce faisant, l’inculcation d’un « bon » goût vise surtout à perpétuer les intérêts de la bourgeoisie et des associations catholiques (Mélisande Leventopoulos, 2015 ; Dimitri Vezyroglou, 2004), lesquelles ont tendance à percevoir a priori le cinéma comme un danger et comme un lieu de perdition (promiscuité sexuelle, brouillage des frontières de classe). Ou à définir le cinéma comme un « problème […] [qui] relève […] directement de la médecine de l’enfance et de la psychiâtrie [sic] » (Claretta, op. cit.).

Cette source montre donc à quel point les critiques adressées au cinéma comme source potentielle de déviance, en particulier chez les jeunes, perdurent bien après la période de « nouveauté » du médium et des mouvements de réforme (Kinoreform) d’un spectacle populaire dont on mesure très tôt l’ampleur des conséquences sociales.

Bibliographie

Berton, Mireille, Le Corps nerveux des spectateurs. Cinéma et sciences du psychisme autour de 1900, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2015.

Caïra, Olivier, Hollywood face à la censure. Discipline industrielle et innovation technologique, Paris, CNRS Éditions, 2005.

Claretta, Giuseppe Roberto, « L’adolescent et le cinéma » [Version abrégée et traduite par H. F.], La Liberté, 27 janvier 1943, page 3.

Curtis, Scott, « The taste of a nation : training the senses and sensibility of cinema audiences in Imperial Germany », Film History, vol. 6, n° 4, 1994, pp. 445-469.

Hamery, Roxane, Ténèbres empoisonnées ? Cinéma, jeunesse et délinquance de la Libération aux années 1960, Paris, AFRHC, 2017.

Leventopoulos, Mélisande, Les Catholiques et le cinéma. La construction d’un regard critique (France, 1895-1958), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Tinguely, Raphaël, « Édouard Toulouse et la Suisse », Cinéma et psychiatrie en Suisse et en Europe [En ligne], 5 mars 2022, Adresse URL : https://waldau.hypotheses.org/3468.

Vezyroglou, Dimitri, « Les catholiques, le cinéma et la conquête des masses : le tournant de la fin des années 1920 », Revue d’Histoire moderne & contemporaine, vol. 4, n° 51-54, 2004, pp. 115-134.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.