« Neuro Psychiatry » (1943) : filmer les névroses de guerre en Angleterre

Le Laboratoire d’anatomie cérébrale (LAC) de l’Hôpital psychiatrique de la Waldau est inauguré en 1934. Son directeur, le Dr Ernst Grünthal (1894-1972), bénéficie aussitôt du soutien moral et financier de la Fondation philanthropique Rockefeller – il se trouve que la société étatsunienne commence à investir énormément d’argent, à l’époque, dans le domaine de la psychiatrie.

Afin de s’assurer que ses placements sont utilisés à bon escient, la Fondation enjoint l’un de ses collaborateur à entreprendre un voyage à travers l’Europe, lequel consiste à recenser et à juger de la qualité des travaux menés dans les centres de recherche et de formation recevant des subventions. La personne mandatée pour effectuer cette tâche est le psychiatre Aubrey Lewis (1900-1975). D’origine australienne, le médecin exerce son métier aux États-Unis dès 1926 grâce à une bourse Rockefeller, puis il est engagé en 1929 au sein de l’Hôpital psychiatrique Maudsley à Londres.

Aubrey Lewis, King’s College London, Photographie 6547/2601.

Entre les mois de mars et septembre 1937, Aubrey Lewis sillonne donc les routes du Vieux Continent pour le compte de la Fondation nord-américaine. Au gré d’une escale en Suisse, il visite la Waldau et le LAC. Il y rencontre Ernst Grünthal, qui lui expose ses derniers résultats de recherche sur la cytoarchitecture du thalamus (Grünthal, 1934).

De retour à Londres, Aubrey Lewis reprend le cours de ses activités au Maudsley. Mais en 1939 l’établissement est contraint de fermer ses portes par crainte de bombardements aériens sur la capitale anglaise. Le personnel soignant est alors réparti dans deux nouvelles structures, et ce jusqu’en 1945 : l’Hôpital Belmont d’une part, et l’Hôpital Mill Hill d’autre part.

L’Hôpital Maudsley, mai 1935. Medical History, n° 51, 2007, pp. 357-378.

C’est à Mill Hill qu’Aubrey Lewis est affecté au mois d’août 1939. Il y travaille sous la direction du psychiatre Walter Maclay (1902-1964). Des tensions apparaissent assez vite entre les deux hommes (Claire Hilton, 2006). Elles se manifestent notamment à l’occasion du tournage d’un moyen métrage au printemps 1943 – Aubrey Lewis refusant de participer au film (Edgar Jones, 2014).

Quel est ce projet ? Il s’agit d’une commande conjointe du Ministère de la Santé et du Ministère de l’Information anglais, qui souhaitent se positionner sur l’échiquier politique en matière d’innovation thérapeutique. Intitulé Neuro Psychiatry, le moyen métrage vise à faire la lumière sur les « névroses de guerre » (war neuroses), diagnostiquées et soignées à Mill Hill chez de nombreux soldats revenus du front, de même que dans la population civile.

Carton d’ouverture

Dans un souci de normalisation des personnes internées en hôpital psychiatrique, le film s’ouvre en comparant Mill Hill aux établissements « ordinaires » de soins généraux, qui accueillent des patient·e·s atteint·e·s de troubles somatiques en général et orthopédiques en particulier.

Patients suivant une rééducation physique

La transmission du message emprunte plusieurs canaux : des cartons explicatifs (fixes ou défilant de bas en haut), un commentaire en voix over, et des séquences d’interpellation directe des spectateur·rice·s par des psychiatres face caméra.

Walter Maclay, assis à son bureau, s’adresse aux spectateur·rice·s

Un tel didactisme s’explique par le fait que Neuro Psychiatry est intégré dans des avant-programmes (ex. reportages d’actualités) ou dans des séances éducatives, qui s’apparentent à des campagnes de prévention, de dépistage et de déstigmatisation de la « folie ». On sait, par exemple, que le film est diffusé dans des salles obscures, ainsi que dans des facultés de médecine ou dans des hôpitaux, en Angleterre, aux États-Unis et en Suisse – la Cinémathèque suisse (CS) possède deux bobines 16 mm du moyen métrage, datant de 1955.

En ce qui concerne la construction du récit de Neuro Psychiatry, on remarque qu’il s’organise selon un schéma assez commun : l’entrée à l’hôpital psychiatrique, l’administration de traitements, la guérison et la sortie de l’établissement. Le retour à la communauté est abordé dès les premières minutes, puisque le commentaire en voix over rappelle que plus la réintégration des malades mentaux dans l’armée ou dans la société est rapide, mieux se porteront les individus et la nation.

Par conséquent, la prise en charge thérapeutique à Mill Hill, qui se veut efficace et efficiente, s’appuie sur un arsenal abondant de « traitements généraux » et de « traitements spéciaux » (psychothérapie individuelle ou collective, jeux en plein air, thérapie par le travail, narcothérapie, insulinothérapie, électrochocs, etc.).

Liste des traitements généraux et spéciaux offerts aux soldats et aux civils à Mill Hill
À gauche : insulinothérapie. À droite : électrochocs.

L’extrait ci-dessous, que nous proposons aujourd’hui aux lecteur·rice·s de notre blog, se situe au début de Neuro Psychiatry. Il s’avère intéressant à plusieurs titres. Premièrement, on note que les soignant·e·s de Mill Hill tiennent un discours ambivalent vis-à-vis des malades : nous en voulons pour preuve la séquence où un patient demande à une infirmière s’il se trouve dans un hôpital psychiatrique (« mental hospital »), ce à quoi la soignante répond, en riant, « bien sûr que non ! » (« no, of course not ! »). Deuxièmement, on s’aperçoit que l’hospitalisation remplit, à cette période, une fonction sous-jacente : détecter, à l’aide de tests psychométriques ou projectifs, de potentiel·le·s « psychopathes », qui resteront interné·e·s plus longtemps (ex. le patient à qui l’on demande de recopier le dessin d’un coffre, et qui esquisse à la place un cercueil). Enfin, on découvre que Mill Hill est aussi un lieu d’innovation thérapeutique, comme en témoigne la scène d’hypnose clôturant l’extrait et qui fait appel à un tourne-disque.

Bibliographie

GRÜNTHAL, Ernst, « Der Zellbau im Thalamus der Säuger und des Menschen. Eine beschreibend und vergleichend anatomische Untersuchung », Journal of Psychology and Neurology, vol. 46, 1934, pp. 41-112.

HILTON, Claire, « Mill Hill Emergency Hospital : 1939-1945 », Psychiatric Bulletin, n° 30, 2006, pp. 105-108.

JONES, Edgar, « “Neuro Psychiatry” 1943 : The Role of Documentary Film in the Dissemination of Medical Knowledge and Promotion of the U.K. Psychiatric Profession », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, vol. 69, n° 2, 2914, pp. 294-324.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.