Le travail des femmes au sein des associations pour malades mentaux (Suisse, 1928)

D’un point de vue économique, politique et social, le travail des femmes devient un enjeu majeur sur le territoire helvétique quand celles-ci sont appelées, au début de la Première Guerre mondiale, à se mettre au service de la patrie (Céline Schoeni, 2012 ; Bernard Degen, 2006). En effet, c’est à ce moment-là que les femmes suisses s’organisent activement au sein de Centres d’entraide féminine (Zentrale Frauenhilfen), dont le champ d’action s’avère toutefois limité à un niveau local – exceptés quelques groupements tels que l’Alliance des sociétés féminines suisses (ASF), l’Association suisse pour le suffrage féminin (ASSF), ou l’Union suisse des ouvrières (SAV) (Fabienne Amlinger, 2021).

Il faut attendre la seconde moitié des années 1920 pour que les Centres d’entraide féminine commencent à se coordonner de manière plus globale, grâce aux Centres de liaison des associations féminines suisses (Frauenzentralen der Schweiz).

En 1928, un événement à Berne vient cristalliser davantage cette intégration : l’Exposition suisse du travail (Schweizerische Ausstellung für den Frauenarbeit, ou SAFFA). Sous l’égide de l’ASF, la manifestation vise à faire reconnaître l’importance du travail des femmes dans l’économie suisse, ainsi qu’à mettre en lumière la précarité de l’existence de certaines d’entre elles.

L’Express, 17 août 1928, page 1.

Parmi les sociétés faîtières affiliées au comité d’organisation de la SAFFA, on compte l’Association suisse des infirmières pour malades nerveux et mentaux (Schweizerischen Verbandes des Pflegerinnen für Nerven- und Geisteskranken). Cette coalition est présente, sur place à Berne, puisqu’elle tient un stand à la SAFFA afin de sensibiliser les visiteur·se·s à l’absence de formation de la plupart des infirmières en psychiatrie (Raphaël Tinguely, 2021), dont le métier reste dévalorisé ou peu considéré.

Journal et Feuille d’Avis du Valais, 18 septembre 1928, page 4.

Le stand de l’Association est constitué d’objets divers et d’images fixes (dessins, schémas, gravures, photographies). Bien que nous ne sachions pas, à ce jour, si des images en mouvement ont été projetées céans, une chose demeure certaine : le cinéma occupe une place non-négligeable en dehors du pavillon dédié à la santé, car la SAFFA possède une salle obscure de 350 places. Tous les jours, on y diffuse des films industriels de 10h à 14h. La programmation officielle accorde une visibilité à des courts et moyens métrages qui thématisent des questions en lien avec l’hygiène mentale (le soin aux nouveau-nés et aux nourrissons, l’éducation des enfants, la gymnastique).

Stand de l’Association suisse des infirmières pour malades nerveux et mentaux, SAFFA, 1928. Archives de l’État de Berne, V Frauenzentrale 275.
Stand de l’Association suisse des infirmières pour malades nerveux et mentaux, SAFFA, 1928. Archives de l’État de Berne, V Frauenzentrale 276.

L’année 1928 correspond également au moment où, à Berne, est fondé le Centre gratuit de soins et de conseils pour les malades nerveux et mentaux (Beratungs- und Fürsorgestelle für unbemittelte Gemüts- und Geisteskranke) (Archives de l’État de Berne, DQ 486). Cette structure – qui engage de nombreuses femmes – propose une aide morale et financière pour les personnes internées à l’Asile ou pour leur famille, de même qu’elle soutient les personnes rendues à la communauté. À ce titre, le Centre œuvre main dans la main avec l’Association bernoise d’aide aux malades mentaux (Bernische Hülfsverein für Geisteskranke) d’obédience chrétienne, fondée en 1880.

Malgré son succès, le Centre doit fermer ses portes en 1934, quand l’Hôpital psychiatrique de la Waldau ouvre sa Policlinique en ville de Berne. Les pouvoirs publics décident alors de le remplacer par plusieurs petits bureaux régionaux (externe Beratungsstelle des Hülfsvereins), dont les tâches sont variées : prévention, détection et déstigmatisation de la folie. Pour ce faire, on organise, dans l’ensemble de ces permanences délocalisées, des conférences, des causeries et des cours ; et ce, parfois, à l’aide de la projection commentée de films.

Bibliographie

AMLINGER, Fabienne, « Centres de liaison des associations féminines suisses », Dictionnaire historique de la Suisse (DHS) [En ligne], 29 janvier 2021, Adresse URL : https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/058079/2021-01-29/, consulté le 19 novembre 2021.

DEGEN, Bernard, « La Première Guerre mondiale, la grève général et ses conséquences », dans Valérie Boillat, Bernard Degen, Elisabeth Joris, Stefan Keller, Albert Tanner et Rolf Zimmermann (dir.), La Valeur du travail. Histoire et histoires des syndicats suisses, Lausanne, Éditions Antipodes, 2006, pp. 101-105.

Journal et Feuille d’Avis du Valais, 18 septembre 1928, page 4.

SCHOENI, Céline, Travail féminin : Retour à l’ordre ! L’offensive contre le travail des femmes durant la crise économique des années 1930, Lausanne, Éditions Antipodes, 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.